• Abdouni-Bouacida: vaillants serviteurs du Mouloudia

    Coup dur pour le Mouloudia

    Extension des sanctions de la CAF

    Abdouni et de Bouacida Suspendus de toutes les compétitions nationales

    6 mois de suspension pour Khaled Adnane,
    le président de la section football

    Victime d’un véritable guet-apens à Kwara (Nigeria) pour le compte du deuxième tour de la coupe de la CAF le Mouloudia vient de nouveau subir une injustice de plus en se voyant privé de deux de ses meilleurs éléments qui n’ont pas supporté le traitement qui avait été infligé au club chéri des Algériens.

    Merouane Abdouni et Kamel Bouacida sont désormais fixés sur leur avenir. la FIFA a tranché sur leur cas. Elle a, certes, prononcé une réduction de la peine de Merouane Abdouni, qui passe de trois à deux ans, et maintenu celle de son coéquipier et capitaine d’équipe, Kamel Bouacida, mais elle a étendu la sanction injuste prononcée par la CAF. Les deux joueurs sont, désormais, interdits de toutes les compétitions nationales et internationales à partir de demain (lundi 7 mai).

    Autrement dit, Il est mis fin brutalement à la carrière de Kamel Bouacida et celle de Merouane Abdouni est pratiquement compromise.

     


    Abdouni face à Achiou effectuant son spectaculaire numéro

    Signalés par les officiels (arbitres-délégué) dans les rapports transmis à la CAF, les deux joueurs dont la carrière vient d’être brisée n’ont trouvé personne pour les défendre. La FAF et le Ministère de la jeunesse et des Sports n’ont pas bougé le petit doigt pour assister la direction du club dans son recours introduit auprès de la CAF. Une direction, rappelons-le, qui est imposée au doyen des clubs par les instances dirigeantes du club puisqu’elle compte en son sein des personnes qui n’ont aucune attache affective avec le Mouloudia.

    L'un des rares hommes qui a le Mouloudia au coeur, Khaled Adnane, et qui préside aux destinées de la section football en s'investissant corps, âme et argent, est lui aussi touché par les sanctions de la CAF. 6mois de suspension lui sont, également, infligés. Pondéré et homme de dialogue, Khaled Adnane devant les provocations scandaleuses de l'arbitre du match MCA - KWARA United, en cherchant à ramener ses joueurs à la raison il a fini par être emporté dans la tourmente. Il est accusé d'avoir proféré des insultes au référé. La FAF qui n'a délégué aucun de ses membres comme le veut la coutume dans ce genre de compétitions ne lui a apporté aucune aide dans ses démarches pour défendre le dossier du doyen devant la CAF.

    Alors qu’elles devaient réfléchir sur un recours à introduire auprès de la FIFA pour mettre à nu les pratiques anti-sportives de la CAF et notamment le parti pris de l’arbitre du match MCA-KWARA United, les instances dirigeantes du football algérien se sont empressées d’entériner la décision injuste qui vient de frapper le Mouloudia à travers la suspension de deux de ses meilleurs enfants. Première décision, la ligue nationale a annulé les licences de Abdouni et Bouacida, qui n’auront même plus droit de prendre part à des matches amicaux. C’est, pratiquement, un coup d’arrêt brutal à leur carrière.

    Aujourd’hui tous les supporters du doyen sont affligés par la disparition des terrains de leurs coqueluches Abdouni et Bouacida qui ont servi avec abnégation et bravoure les couleurs vert et rouge. Ils sauront apporter tout leur soutien moral à ces braves joueurs qui ont marqué de leur sceau l’histoire du Mouloudia en redonnant le sourire à ses millions de fans un certain 15 juin 2006.


    Bouacida a toujours été plus haut et plus fort au service du Mouloudia

    Les supporters du Mouloudia reconnaissants envers ces deux joueurs garderont à jamais l’image De l’impérial défenseur Bouacida Kamel brandissant le trophée de la compétition la plus populaire. Ils garderont aussi dans un coin de leur mémoire cette belle image du conquérant Kamel Abdouni qui se permettait en finale de la coupe d’Algérie un spectaculaire numéro en jonglant avec le ballon devant le plus redoutable des attaquants adverses.

    A Merouane et Kamel toute notre gratitude pour tout le bonheur que vous nous avez donné durant votre passage sous la tunique mouloudéenne.

     


    Quoiqu'en disent leurs détracteurs, ils sortent par la grande porte

    Cela rappelle les sanctions de 1965

    La nouvelle des lourdes sanctions infligées au par la CAF à l’encontre de Abdouni et Bouacida rappelle aux vieux supporters mouloudéens un amer souvenir. Celui de 1965 lorsque sur décision politique à connotation régionaliste le président de la république de l’époque agissant en véritable dictateur imposa à la FAF de prononcer de lourdes sanctions à l’encontre du Mouloudia d’Alger suite aux incidents qui avaient émaillé la rencontre opposant le doyen à son homonyme oranais. Le Mouloudia qui trônait en tête de classement et qui s’apprêtait de remporter son premier titre national est foudroyé par une suspension injuste qui le mena en division d’honneur. Non seulement le Mouloudia est relégué mais il est aussi disqualifié de la demie-finale de la coupe d’Algérie qui lui tendait les bras pour laisser le champ libre au Mouloudia de Saïda qui l’emporta par 2-1 devant l’ESMostaganem.

    Privé du doublé coupe et championnat, le Mouloudia sera aussi privé de son coriace défenseur Sennane radié à vie. Ghanem Abdelkader dit Zerga le vaillant gardien de buts international est frappé comme ses coéquipier les défenseurs Larbi Bousseloub Abdelwahab Metrah, d’une suspension de deux années .

    Après cette douloureuse étape de sa longue histoire, le Mouloudia tel le phénix qui renaît de ses cendres reprit le chemin de la compétition qui la mena sur la voie de la gloire. Zerga et Bousseloub après avoir purgé leur suspension avaient repris de plus belle. Ils avaient écrit de nouvelles belles pages de l’épopée mouloudéenne avant de passer le flambeau à la génération des Betrouni, Bachi, Bencheikh, Kaoua, Mahyouz et leurs coéquipiers.

    L’homme qui était à l’origine des suspensions prononcées contre le Mouloudia a été chassé de l’histoire juste quelques mois après son abject forfait. Il passera 13 ans dans les oubliettes pour ne plus refaire surface. Et le Mouloudia est toujours là. Adulé de plus en plus, aimé par dessus tout, respecté partout et confirmant l’adage qui dit : LES GRANDS CLUBS NE MEURENT JAMAIS.

    Hichem BEO

    www.mouloudia16.net

    « «Les anciens joueurs du MCA sont contre la démarche de Marif»Volleyball: Un triplé historique »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :