• Ali Yamarène

    Ali Yamarèn

    L'Art et l'élégance 

     

    Ali Yamarèn était défenseur au Mouloudia Club Algérois de 1932 à 1940.Ali avait 19 ans quand il a fait so première apparition au club auquel il sera fidèle jusqu'à son départ à k'armée en 1939.Pendant la période de 1932 à 1939, ce joueur figurait en titulaire dans l'un des effectifs les plus formidables de tous les temps des vert et Rouge.Entre 1934 et 1937, Yamarèn vécut des événements historiques dans l'histoire du MCA telle par exemple la qualification en Coupe d'Afrique du Nord  en 1933/34 en éliminant les plus efficaces  candidats des club de la division d'honneur alors que le Mouloudia était encore en première Division.Il avait éliminé le grand RUA, avec ses internationaux et il était le favori de l'épreuve.Le Mouloudia et Yamrèn battront encore le FCB et l'avant Garde de Mascara.

    E, ces années 1934-40, les coéquipiers de Ali Yamarèn étaient Branki, Chelbabi, Hamoud Scandrani, Braham Derriche, Ramdane Dahmoune, Jordan Albor, Ahcène Kermouche, Abed dit Mistigri, Mustapha Berzig, M'hamed Missoum; Mustapha Kerraressi et Illoul comme entraîneur aidé par Hadj Ahmed Fouila.

    Ali Yamarèn vivra encore au moins trois autres exploits inoubliables.Le premier, c'était lors de la victoire de son club saison 1935/1936 devant l'USB (Union Sportivve de Blida) en match d'appui au stade Raoul Zevaco de l'ex maison- carrée  pour désigner le Champion d'Alger de la première Division.Résultat: MCA 1 - USB 0 But réalisé sur un coup franc botté magistralement par le Chahid Mustapha Kerraressi en plein dans la lucarne des bois gardés par Palissere.

    Etant sacré Champion d'Alger, le MCA gagnait, par ce fait, ses droits de disputer les barrages contre la lanterne rouge de la Division d'honneur (l'élite), en l'occurrence  l'Olympique de Marengo, club représentant les colons de la Mitidja de l'époque. 

    C'était encore au stade de Maison-Carrée qu'allait se dérouler, en plein été 1936 ce choc unique dans son genre par son importance car, d'une part, l'OM tenait coûte que coûte à se maintenir pour ne pas décevoir ses "fans" et surtout lorsqu'il s'agissait d'un Club Arabe, et, d'autre part, le Mouloudia avait mis dans ce match tout on prestige pour atteindre son objectif.

    Unique dans les annales, il a fallu disputer en 3 matches ces barrages.Les deux premiers se sont achevés sur un résultat nul et, comme par hasard, c'était à chaque fois, Ali Yamarèn qui arrachait le bur égalisateur avec un courage héroïque, dans un stade enflammé, frôlant parfois, un climat d'émeute entre les Arabes d'un coté supportant le Mouloudia quitte à mourir (termes repris par de vieux témoins) et de l'autre côté, les fils de colons voyaient d'un mauvais oeil un club indigène parmi l'élite du football algérien de cette époque. Le troisième de ces épisodes de ces barrages se déroulera au stade El-Affroun, un lieu qui ne répondait à aucune sécurité, à la mesure de la rencontre, il n'était même pas clôturé et, en plus, c'est u village qui est trop proche de Marengo; on aurait dû retenir au moins le stade de Blida, n'empêche que Messaoud Chelbabi et Abed Mestigri donnèrent la victoire historique au Mouloudia par 2 à 1.La fin de la partie a connu des incidents monstres de chasse à l'Arabe.Autrement dit, si nous avons abordé ces moments chauds traversés par le MCA, c'est parceque Ali Yamarèn, était partie prenante et ils sont étroitement liés au temps de son apogée chez les Vert et Rouge.C'était la période où le regretté Yamarèn, ne cessait de nous répéter, lorsque nous allions nous entretenir de temps en temps chez lui, que c'était le passage le plus marquant de sa jeunesse.Pendant la guerre 39, Ali Yamarèn sera rappelé à l'armée, puis à son retour à la vie civile, il signera au Red Star Algérois, après accord des dirigeants de son ancien club, car le Red Star mui offrait un emploi dans la fonction publique où il restera d'ailleurs jusqu'à sa retraite.Au RSA, Ali a côtoyé  également les grands joueurs de sa génération, tels le gardien Grima, Giganti, Slimane Ghanem, Zeralfa, Quessada et un peu plus tard Pierre Ponsetti etc.Signalons que Yamarèn était un arrière inné.

    Après sa retraite Ali ne fréquentera que très rarement le monde sportif, il restera chez lui jusqu'à sa mort survenue à 82 ans le 10 février 1995, il est enterré à El-Kettar, Yamarèn a laissé 2 filles  et 1 garçon et une quantité colossale de merveilleux souvenirs.

     

    Rabah Sâadallah

     

    « Les Finales du Mouloudia 1921-2016Boualem Titiche Le Mouloudéen »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :