• AOUF ABDERRAHMANE

     

    AOUF ABDERRAHMANE

    "le pére spirituel du Mouloudia"

     

    Malgré moult difficultés et blocage racistes en tous genres, qui entraîneront la dissoulution du premier club musulman algérien (CSA), aprés une seule année d'existence, Abderrahmane AOUF (né le 25 Avril 1902 à la Casbah d'Alger) veut à tout prix aller au bout de son rêve.Il a à peine 19 ans lorsqu'il décide de se battre fermement contre le colonialisme, l'humiliation ,la torture et la misère.Il devient "l'inventeur" du Mouloudia club Algérois (MCA).

    C'est le 07 Aout 1921 qu'il donnera naissance au Mouloudia.Pour réussir son "magique" pari, Abderrahmane AOUF qui venait de signer un véritable instant d'éternité était contraint de falsifier sa date de naissance.

    A tout juste 19 ans, il ne peut avoir l'aval des autorités coloniales.Pour mener à bien sa délicate entreprise, il formule la demande d'agrément du Mouloudia avec l'affiliation de son oncle défunt.Il est persuadé que le risque qu'il endure est énorme mais se refuse d'abdiquer.

    Modèle de conscience précoce et guidé par son esprit nationaliste,Abderrahmane AOUF qui vient pourtant à peine de sortir de l'adolescenceest décidé à faire vite et trouver un port d'attache pour son nouveau "né".Pour cela, il lui faut dénicher les nécessaires moyens financiers et materiels.Il puise dans ses propres économies tout en vendant  les trois immeubles acquis auprès de sa tante.Avec une caisse quelque peu renflouée, il permet au club de faire  face aux exigences de la logistique.Aussi, il arrive à "caser" son équipe au stade de Belfort à El-Harrach.Meneur compétent et responsable, Abderrahmane AOUF permet au Mouloudia d'être digne.Il s'arrange toujours, pour payer à ses joueurs les équipements, le lavage, les déplacements, la restauration, les soins, les salaires et les primes...

    A une période où le football était surtoutune affaire de colons, le Mouloudia se devait malgré les pires difficultés et les pires excès de l'administration coloniale de ne pas déclarer le moindre forfait.Grâce à une poignée d'hommes nationalistes et convaincus, le Mouloudia devient dès les premiers balbutiements de son existence, un véritable symbole.Il est pour tous les Algériens, une sorte de fierté et de reconnaissance de leur rang social et humain.

    C'est en 1928, aprés avoir formé une bien belle brochette de valeureux dirigeants et aprés avoir officiellement lancé la premiére école de Football (réservée aux Footballeurs âgés entre 8 et 12 ans), que Abderrahmane AOUF décide de se retirer de la présidence du club.

    il décèdera le 21 Avril 1989 à l'âge de 87 ans.Son nom sera pour toujours associé pour la prospérité à ses trois syllabes: MOU-LOU-DIA.

    BELKHEIR LOUNES: le Mouloudia "cette légende vivante" p32/33

     

     

    Abderahmane Aouf
    Juillet 1921.



    Place du Cheval, aujourd'hui Place des Martyrs (Sahat Echouhada), un monument érigé comme un défi, face a la Casbah : la statue du Duc d'Orléans pointant son sabre sur notre citadelle, le dos tourné à la mosquée Djamâa Ejdid. L'animation était grande ce jour et de jeunes enfants de la Casbah couraient, criaient a tue-tête, explosant littéralement de joie; la joie de "taper" dans une pelote faite de papier et de chiffons. Je me dissipais quelque peu devant cette touchante et émouvante "partie de football" improvisée. Arrive à ce moment là un groupe de militaires français juste à ma hauteur. L'un d'eux lança à haute voix et ironiquement : "Je vous présente le Parc des Princes des ARABES". Cette apostrophe, telle une flèche empoisonnée, me déchira le coeur. Il fallait réagir, faire quelque chose, pour ces "ARABES" pour laver ce que je considérais comme un affront. Je ne cessai de ressasser en mon fort intérieur "Parc des Princes des ARABES" et arrivé chez moi germa alors dans mon esprit un rêve, un beau rêve : fonder une authentique équipe de footballeurs spécifiquement "arabes", musulmans, la forger et l'amener un jour à rivaliser avec les meilleurs clubs européens.

     Des lors, le problème était posé à ma conscience, mais aussi à la conscience des musulmans de bonne volonté. "Parc des Princes des ARABES" : ces paroles me poursuivaient comme une ombre. Le soir même je me suis mis en quête de mes amis a qui je suggérai l'idée qui gagna et enthousiasma vite notre communauté. L'étincelle qui prit naissance Place des Martyrs embrasa la Casbah. Il ne restait plus qu'a passer à l'action.

     Et le 7 Août 1921, jour du Mouloud En-Nabawi naquit le MCA.

    Alors commencèrent auprès des autorités occupantes de laborieuses démarches : statuts avec rapport motive. A la préfecture d'Alger on s'inquiéta du pourquoi et du comment d'un club musulman. Je fis valoir que je me devais de consacrer mon temps et mes modestes compétences à la formation de mes jeunes compatriotes, plus à l'aise entre eux, en vue d'en faire de bons soldats; ces messieurs de la préfecture entendirent "de bons soldats français". Ah ! la belle affaire.

    Restait la question épineuse des couleurs. Pourquoi VERT et ROUGE ? me demande-t-on. Je répondis sur une note poétique : VERT comme le Paradis. ROUGE comme le sang généreux.

     Rassurés, mes interlocuteurs acceptèrent la démarche d'un musulman pour des musulmans. C'est ainsi que la circulaire N° 854 de la préfecture d'alger, portant création du Mouloudia Club Algerois fut signée, nous donnant droit d'opérer en 4ème division Mais il restait à résoudre les problèmes financiers afin de mettre sur rails le club. Il fallait se procurer la rondelette somme de 150 000 francs (somme très importante à l'époque, Mr Aouf ne pouvant évaluer son cours actuellement). Un appel à notre communauté s'avéra décevant; à peine 1 200 francs furent collectés... on était loin du compte. Allons-nous voir vivre notre création ce que vivent les roses.... l'espace d'un matin ? Non ! Jamais de la vie. Le feu ardent qui m'animait me permit tant bien que mal de réunir par mes propres moyens l'argent nécessaire au démarrage du MCA. Et une fois les conditions réunies, j'installais le premier comité directeur. Il est impossible de décrire l'ambiance ô combien chaude et fraternelle dans laquelle nous étions plongés en ce 7 Août 1921, le jour même de la célébration du Mawlid En-Nabaoui.

     L'acte de naissance du Mouloudia venait d'être enregistre solennellement un jour sacre entre tous, dans l'explosion des pétards et l'embrasement des feux de Bengale. Nous avions pleinement conscience de notre mission, que nous avons choisie librement, avec désintéressement pour le plein épanouissement de notre jeunesse dans un cadre spécifiquement arabe, musulman. Ma joie aujourd'hui, au crépuscule de ma vie est de sentir encore vibrer dans mon coeur les "Allez Mouloudia, Allez Mouloudia" et a la pensée de la victoire du MCA contre Bastia par 6 a 3 au Parc des Princes (à Paris) je ne puis empêcher mes larmes de perler sur ma joue, larmes de pleine satisfaction de soi-même et d'un peu d'orgueil légitime aussi : par le Mouloudia et avec le Mouloudia j'ai ainsi éponge l'humiliante apostrophe encaissée un jour de Juillet 1921

    Interview réalisée par la revue le Doyen
    (edition N 2 de mars 1976)

     



    Le Pionnier: 

    Il est né avec le siècle, le 25 Avril 1902
    . D'emblée, il sera marqué par le sort, il perdra sa mère alors qu'il n'avait que deux ans. Heureusement qu'il trouvera le sein chaud et généreux d'une tante pour le consoler. 

    Son enfance ressemble à celle de tout jeune "indigène"; foot du matin au soir dans les terrains vagues. Et l'école ? Messieurs, n'oubliez pas qu'au début du siècle, il n'y avait d'école pour les "indigènes" que celle de la rue. A douze ans, il fut embauché dans une fabrique de tabac. Histoire de gagner quelques sous pour améliorer le quotidien de sa famille . Les week-ends étaient jours d'orgie footbalistique. 

    Au détour d'un match de quartier et à la suite d'un choc entre deux joueurs, l'un d'eux fit cette remarque :"Au lieu de nous entretuer entre algériens, pourquoi ne pas créer une équipe où nous pourrons mettre en valeur nos capacités ?." Cette réflexion eut l'effet d'un coup de tonnerre sur le jeune homme de 19 ans. C'est comme si une nouvelle voie qu'il attendait depuis toujours venait de s'ouvrir. Ce soir là, il rentra un peu plus gai que d'habitude chez lui. Il venait de découvrir le but qui allait changer sa vie, la création d'un club authentiquement musulman. Après avoir constitué le dossier de création, il se présente à la préfecture pour officialisation. Il fallait voir la tête des fonctionnaires hilares devant ce gosse qui avait la prétention de créer un club. Entre deux éclats de rire, deux rots et deux gargouillis sonores, ils lui intimèrent l'ordre de déguerpir :"Allez ouste, t'as pas l'âge, dehors !". C'était vrai qu'il n'avait que 19 ans. Son dossier sous le bras, il n'était nullement triste, car déjà, il entrevoyait le subterfuge qui allait lui permettre de créer un club. C'est au nom de son défunt oncle qu'il va présenter l'autorisation de fonder le club. Risque énorme, risque insensé. Mais à dix neuf ans, que ne ferait-on pas  pour concrétiser une idée qui tourne à l'obsession ? 

    Et c'est ainsi, qu'à la veille du Mouloud, le 7 Août 1921, qu'est né pour l'histoire le doyen des clubs Algériens, le MC Alger

    Deux ou trois jours plus tard, il fut de nouveau convoqué à la préfecture. Motif, On voulait des explications sur le choix des couleurs rouge et vert. La réponse de Aouf fut un modèle des pirouette et de ruse :" Le vert ? mais il symbolise le paradis, voyons, quant au rouge, vous savez aussi bien que moi qu'il représente l'enfer ". Cette explication " religieuse " a totalement convaincu les fonctionnaires puisque le nom même " Mouloudia " tire son origine de " Mouloud", fête religieuse. Enfin, on dit cela pour les non-initiés. 

    Durant toute sa vie Aouf couvera son club comme une mère poule. Il sera de toutes ses batailles et de tous ses triomphes, de toutes ses peines et de toutes ses joies.

     


     

    « le MC Alger affrontera le vainqueur de Kwara United FC (Nigeria) - AS Dragons (Bénin)MCA - Fiorentina le 10 janvier au »

  • Commentaires

    1
    visiteur_jacqueline.
    Lundi 12 Mars 2007 à 10:28
    mon oncle a ete le seul pied noir a jouer dans votre club dans les ann? 30. il a ete tu?n ITALIE ?a guerre 39/40 et enterr?u cimetiere de ST EUGENE en pr?nce du Pr?dent du club M. DHIAR.avez vous une photo de son ?ipe ? Si oui pouvez vous me l'adresser Merci d'avance bonne chance pour le MCA et amities au club.
    2
    sebbar
    Lundi 1er Octobre 2007 à 15:13
    Salutation
    Pouvez-vous nous donner le nom de votre d?nt oncle.On essayera de faire des recherches la dessus pour trouver des renseignements sur lui

    Merci pour votre visite et votre sympathique message
    3
    visiteur_chenoui pr
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 13:21
    si seulement les dirigent d'aujourd'hui etait comme ?
    4
    visiteur_sebbar
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 21:31
    Salut chenoui, tu as raison de le signaler on aura jamais des HOMMES pareils.C'?it le temps de la Redjla et du NIF.Le Mouloudia ?it tout pour eux; ?ravers le MCA ils voulaient se d?rquer des colons et sensibiliser le peuple alg?en.
    Aouf-Derriche et les autres ALLAH yerhamhoum wa yetewel 3mor Djazouli Mouloud
    5
    www.mca-dz.tk
    Vendredi 2 Janvier 2009 à 11:51
    salam alikom

    félicitation mon frère echinoui super travaille inchalah 2009 sera le retour de mouloudia bonne continuation et je tu souhaite plains plains sucée inchalah a tts les chenaouas du mouloudia
    6
    sebbar1 Profil de sebbar1
    Vendredi 2 Janvier 2009 à 11:57
    www.mca-dz.tk merci mon frére et bonne continuation pour ton superbe blog.Tout mes voeux de bonheur à l'occasion de la nouvelle année Hijri 1430 toi et toute ta honorable famille ainsi qu'a tout les MOULOUDEENS
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :