• BENTIR Mahieddine

    BENTIR Mahieddine

     

     

    BENTIR Mahieddine

     

    L'Art au label Mouloudéen

     

     

     

    Des Sportifs artistes qui ont fait les beaux jours du Mouloudia y'en a un tas à l'instar de Hadj Mrizek, Mustapha Skandrani, Ahmed Wahbi, Mohamed Marocain....Boualem Titiche, ce qui démontre toute la dimension que prenait le volet culturel dans la lutte contre la stratégie anti-identitaire que prônait le colonialisme et c'est pourquoi le MCA n'est pas un Club comme tout les autres. Ces artistes pouvaient continuer dans la quête de la gloire et recompenses sportives mais le choix artistique était plus fort, plus par vocation que par l'envie de s'enrichir.

    BENTIR Mahieddine  BENTIR Mahieddine

    BENTIR Mahieddine

    Un athlète aux pieds nus qui est devenu célèbre par son don de chanter et de dessiner est passé par les rangs des "Vert et Rouge" avant de tracer sa voie, il s'agit de Bentir Mahieddine, ancien sprinter du Widad de Belcourt et du Mouloudia, Champion en catégorie cadette aurait pu faire carrière en athlétisme au vu de son immense talent mais son amour pour l'art l'a poussé à délaissr les pistes pour se familiariser avec la plume et les scènes, enregistrant des disques qui ont fait fureur à son époque dont le fameux "le Sccoter "en 1961 et jouant même dans un film méconnu par le grand public intitulé "Fous de la Musique" au côté de Fatiha la célèbre speakrine de la RTA.

    BENTIR Mahieddine dessinateur du sigle de la RTA

    Chanteur Rocker et amateur du swing, qui a conquis les jeunes en Algérie et en Hexagone durant les années 50-60, Bentir s'adonnait aussi au dessin et à la peinture quand il n'était pas sous les feux des projecteurs à enthousiasmer les foules.Il est le dessinateur du sigle de la RTA, sur quatre des ses dessins les responsables de la radio et de la télévision algérienne ont choisi le sigle qui a marqué les algériens durant des décennies avant l'ouverture du champ visuel aux privés.

    BENTIR Mahieddine  BENTIR Mahieddine

    Il a chanté Alger et ses quartiers mais il manquait la cerise sur le gateau un hommage à son club le Mouloudia, sûrement il aurait fait un succès encore plus grand auprès des couches sociales les plus démunies.

     

     

     

     

     

    « ABDOUN MustaphaCHOUKRI Fériel »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :