• BOUZID ISMAIL Février 2007

    Bouzid Smail N° 2 contre le Maroc à Annaba

    BOUZID Ismail

    l'exemple d'abnégation

     

    Dimanche passé le 27.3.2011, à quelques minutes du coup d’envoi de la rencontre qui a opposé les Verts à leurs homologues marocains, on ne se posait qu’une question : qui prendra la place de Bougherra ? Irremplaçable, l’absence du "Magic" allait se faire ressentir, on craignait même pour celui qui évoluera dans son poste dans une rencontre à travers laquelle dépendait le sort de l’EN pour la suite des éliminatoires de la CAN 2011. Tout autre résultat que la victoire allait mettre les Verts au seuil de la porte. Benchikha avait jeté son dévolu sur le défenseur central des Herat of Midlothian, Ismaïl Bouzid. Le coach n’avait pas tort de miser sur lui, puisque tout le monde était unanime à dire que l’ex-Mouloudéen s’est acquitté de sa tâche convenablement, réussissant le match qu’il fallait. Pour son retour en sélection, Bouzid ne pouvait espérer mieux. D’ailleurs, l’ex-entraîneur de l’EN, en l’occurrence Jean- Michel Cavalli, n’a pas tari d’éloges sur lui. «Je suis très content pour Bouzid qui a réussi son retour en sélection et d’une bonne manière. Ce n’est que juste récompense pour lui», dira le technicien corse, qui était le premier à le convoquer en sélection. En effet, la première sélection de Bouzid remonte au 7.2.2007 face à la Libye en compagnie de ses coéquipiers au MCA, Hosni, Bouguèche et Younes, suivie de sept autres convocations jusqu'en 2008. Depuis, le joueur, qui évoluait au Galatasaray SK, n’a plus été rappelé en EN. Ismaïl Bouzid, qui est revenu dans le championnat français avec Troyes pour monnayer son talent par la suite en Ecosse avec Heart of Midlothian, n’a pas baissé les bras et n’attendait qu’un geste du sélectionneur national pour qu’il soit présent. Prenant son mal en patiente et travaillant d’arrache-pied pour retrouver son meilleur niveau, Bouzid est revenu par la grande porte prenant ainsi une revanche sur le sort.

     

    Bouzid en équipe algérienne Espoir avec le Mouloudéen Deghiche

     

     

    Bouzid ismail vainqueur de la coupe d'algérie 2006 avec le Mouloudia Club d'Alger

     


     Sa détermination à relancer sa carrière
    Remplaçant dans un club comme le MCA, dont la composante en défense est constituée de joueurs juste moyens, il fallait compter une nouvelle fois sur la détermination de Ismaïl Bouzid pour le voir relancer sa carrière en l’espace de cinq années, passant par le FC Kaiserlautern, le Galatasaray SK, l’ESTAC Troyes, avant d’atterrir à Heart of Midlothian. Relevant le défi d’une belle manière, Bouzid doit servir d’exemple aux joueurs locaux, car certains avaient le même niveau que lui, peut-être supérieur lorsqu’il évoluait dans le championnat algérien, mais se sont éclipsés. Si Bouzid a réussi dans sa carrière, c’est grâce à sa détermination, sa volonté et son courage. Il a toujours cru en ses qualités et n’a jamais songé un instant à baisser les bras. C’est un modèle pour les joueurs locaux.

    le buteur.com

     

    Ses sélections

    7.2.2007 EN-Lybie 2-1 Amical

    24.3.2007 EN-Cap Vert 2-0 (E.CAN)

    2.6.2007 Cap Vert-EN 2-2 (E.CAN)

    5.6.2007 EN-Argentine 3-4 Amical

    16.6.2007 EN-Guinée 0-2 (E.CAN) sans jouer

    22.8.2007 EN-Brésil 0-2 Amical

    9.9.2007 Gambie-EN 2-1 (E.CAN)

    26.3.2008 EN-RC Congo 1-1 Amical

    27.3.2011 EN-Maroc 1-0 (E.CAN)

     

    Ce qu'il pense du Mouloudia


    Le public d’Annaba vous a-t-il impressionné ?
    Non, pas impressionné, mais agréablement surpris, car je connais ce dont est capable le supporteur algérien pour soutenir l’Equipe nationale. J’ai connu cette ferveur par le passé. J’avais donc une totale confiance en nos supporteurs. Je savais qu’ils allaient mettre le feu dans le stade.
    Ça vous fait rappeler une autre ambiance, non ?
    Oui, celle de mes frères Chnaoua. L’inoubliable ambiance du Mouloudia et des matchs derbies contre l’USMA. Je garderai cela à vie dans mon cœur. Je me souviens de ma première finale contre l’USMA, je ne peux pas oublier aussi le but que j’ai marqué contre l’USMA en championnat. C’était carrément la folie dans le stade. Vous savez, j’ai connu plusieurs stades en Europe et ailleurs, et je peux vous assurer qu’il n’y a pas meilleur public que celui d’Algérie. C’est incomparable ce qu’on vit chez nous. Wallah que nous avons les meilleurs supporteurs au monde.
    Peut-on vous revoir un jour refaire une saison avec le MCA ?
    Oui, j’aimerais bien rejouer au MCA dans le futur, c’est une possibilité que j’envisage sérieusement. Je n’ai vécu que du bonheur au Mouloudia et je serais enchanté d’y rejouer. J’en profite pour féliciter tous les Chanaou après la victoire de 3-0 à Bologhine en Coupe d’Afrique. J’espère de tout mon cœur qu’on va remonter au classement pour échapper à la relégation en fin de saison.
    Vous dites «on», comme si vous étiez encore joueur du Mouloudia…
    Quand on a joué au Mouloudia, on reste joueur dans sa tête pour toute la vie. C’est toute la différence avec les autres !

     

     
     
    «Jamais je n'oublierai le MCA»
     
    - Vous avez encore de belles années footballistiques devant vous, mais ayant déjà beaucoup voyagé durant votre carrière, quel est le top 3 des clubs dans lesquels vous avez joué ?  - C’est vrai que les aléas de ma carrière et du football professionnel ont fait que j’ai beaucoup voyagé durant ma carrière entre la France, l’Algérie, l’Allemagne, la Turquie et l’Ecosse. Dans chacun de ses championnats, j’ai appris quelque chose et vécu de grandes aventures. Toutefois, comme vous me demandez le top 3, je veux bien m’exécuter : > En 1, je vous répondrai sans aucune hésitation, le Mouloudia Club d’Alger. C’est le club qui m’a le plus marqué et que je n’oublierai jamais jusqu’à la fin de ma vie. Je n’avais que 22 ans, j’étais jeune et j’ai débarqué dans un club hors normes avec une ferveur hors du commun, des Chnaoua qui n’existent dans aucun autre pays au monde. Je n’oublierai jamais mon premier match et surtout mon premier but avec le MCA. Rien que d’en parler, j’en ai des frissons. Le match avait lieu en plein Ramadhan, c’était le derby de la capitale face à l’USM Alger, dans un stade du 5-Juillet chauffé à blanc par 80.000 supporters des deux équipes en furie. Non seulement, j’ai joué ce match, mais j’ai marqué l’unique but de la partie et le MCA s’est imposé 1 but à 0. > En 2, je dirai Kaiserslautern, qui marquait mon retour en Europe par la grande porte, dans un grand club au passé prestigieux, un transfert qui récompensait notre belle saison avec le MCA. Nous avions débarqué Nono (Nouredine Daham) et moi sans faire de bruit, mais très vite, nous nous sommes imposés. J’ai très vite pris la place de l’Allemand dont je devais être la doublure et j’y ai fait une de mes saisons les plus abouties. > En 3, enfin, je dirai Galatasaray, le très grand club turc et européen qui m’avait recruté après m’avoir supervisé plusieurs fois en Allemagne avec Kaiserslautern. J’ai découvert à Galatasaray, le haut niveau européen, j’ai joué la coupe de l’UEFA, j’y ai même marqué un but et nous avons été champions de Turquie.  Malgré la présence de la star de l’équipe nationale de Turquie, Servet, j’ai pu avoir un temps de jeu honnête et savourer ce titre à part entière. http://www.competition.dz/Actualite/Bouzid-:-%C2%ABJai-tout-donne-sur-le-terrain-pour-Benchikha%C2%BB
    « 1969-1971 KHABATOU SMAIL (BENFEDDAH arrive fin 1971)ALLOUCHE Fayçal 1990 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :