• BRACCI le gagneur

    FRANÇOIS BRACCI
    “Je suis fait pour réussir !”
     
    L’entraîneur du Mouloudia d’Alger sort, une nouvelle fois, gagnant d’un sérieux test, la finale de la Supercoupe d’Algérie, que son équipe a remportée face à la JS Kabylie. François Bracci continue de répondre à ses détracteurs par les trophées, son deuxième après la Coupe d’Algérie, en l’espace de six mois, depuis  qu’il est à la barre technique de la formation algéroise. Malgré les difficultés que son équipe éprouve dans l’autre compétition du championnat national, Bracci reste sûr de lui et veut avant tout savourer sa nouvelle consécration avec les Vert et Rouge. “C’est formidable ce que je suis en train de vivre avec le Mouloudia. Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir décrocher deux beaux titres en quelques mois de travail. C’est une consécration très importante qui étoffe la vitrine du club et fait beaucoup de bien”, martèle-t-il. La grande pression à laquelle il est soumis depuis son arrivée constitue, semble-t-il, un défi qu’il relève à chaque fois. Ce qui est pour lui un plaisir. “Je m’en fiche de tout ! Je suis là pour réussir, je suis programmé pour cela et je veux continuer à le faire. C’est vrai que c’est dure de gagner, mais c’est très beau la réussite.”

    “Je ne veux pas être trahi”
    Dans la position que prend actuellement le coach corse François Bracci, on lit un certain paradoxe. En effet, on comprend bien que l’entraîneur mouloudéen veuille au fond de lui-même aller au bout de l’aventure. Toutefois, Bracci se montre très hésitant. Les derniers événements ayant secoué le club, avec le départ de son ancien patron, le docteur Messaoudi, et l’installation du directoire, l’organe transitoire, ont fait douter le Français quant à son avenir à la tête de l’équipe. “Je ne suis pas bien dans ma peau par rapport à plusieurs choses qui sont en train de se passer actuellement et que je ne peux révéler pour le moment. Je ne veux pas continuer à travailler dans ces mauvaises conditions. Je veux être entouré par des gens qui ne vous trahissent pas du jour au lendemain”, regrette-t-il. Bracci réclame de ce fait “de meilleures conditions de travail. Je veux que le club soit bien et loin de tout problème qui risque de le déstabiliser. Je veux que les choses soient claires. Ce n’est pas uniquement une question de contrat. J’ai besoin d’avoir des garanties et des certitudes sur tout ce qui nous concerne”.

    “Nous allons courir derrière l’ESS”
    Le doute dans lequel se trouve le Français concernant son avenir avec les Vert et Rouge ne l’empêche pas cependant de parler de la suite du parcours de son équipe en championnat.
    Il se dit même prêt à relever un autre défi, plus difficile encore, celui de rattraper le leader, l’ES Sétif, et les quatorze points de retard au classement général. “C’est bien ce que l’ESS est en train de faire en ce moment. C’est une très bonne équipe qui est mise dans de bonnes conditions. On essayera de notre part de continuer de leur courir après dans le but de les rattraper. Ce sera très long, mais on ne va pas pour autant se décourager. En football, tout est possible.”

    « Les anciens joueurs du MCA dénoncentun adversaire saoudien en coupe Arabe »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :