• "Carnaval fi dechra"

    ALORS QUE L'EQUIPE SE RENDRA AUJOURD'HUI EN ARABIE SAOUDITE
    Bracci ne veut pas “lâcher”le MCA


    La situation au sein du club doyen n’est pas près de s’éclaircir de sitôt. Le limogeage de l’entraîneur français Bracci, prononcé officiellement mardi soir par le directoire, n’a pas pour autant dénoué la crise. Hier, le Corse est revenu à la charge en “chahutant” d’abord la séance d’entraînement organisée dans la matinée, puis en convoquant ses “amis” de la presse pour un briefing improvisé au niveau de l’hôtel Nouï de Chéraga.

    A la fin de l’entraînement, François Bracci s’est dirigé vers les joueurs, accompagné par son avocat, pour leur demander de se solidariser avec lui. Il leur dira notamment que l’actuelle direction du club ne leur donnera aucun sou des primes promises par l’ancien bureau présidé par le Dr Messaoudi. Et là, il y a lieu d’ouvrir une parenthèse pour dire que les éléments influents de l’ancienne direction du MCA ont pesé de tout leur poids pour convaincre le technicien français ramené en mai dernier de ne pas abdiquer. Au cours du point de presse, Bracci a insisté sur la manière peu cavalière de sa mise à l’écart par les membres du directoire. Il notera que son contrat court jusqu’à juin prochain et si limogeage il y a, le Mouloudia ne s’en sortira pas sans dommages. L’insinuation est claire et nous rappelle déjà le tristement célèbre épisode de Nouzaret, renvoyé par Messaoudi de la même manière et qui… attend toujours d’être dédommagé avant de parapher un nouveau contrat avec le MCA. Ce qui nous ramène à la question de savoir comment les dirigeants du club algérois se sont hasardés à liquider un coach, pourtant soutenu officiellement par Adjani et consorts, sans prendre le soin d’assurer le recrutement de son remplaçant.

    Zaki ne viendra pas, Simondi pisté
    Dès lors que la piste de Nouzaret s’avère sinueuse à plus d’un titre, et que le Marocain Badou Zaki, également pressenti, n’est pas autorisé par son employeur du KAC Marrakech de changer d’air, les membres du bureau qui “respirent” avec la bénédiction du triumvirat Touileb-Adnane-Mostefaoui, ceux qui détiennent le nerf de la guerre, se tournent vers d’autres pistes comme celle d’un autre Français qui a, depuis quatre-cinq ans, fait l’actualité du marché des transferts. Il s’agit de l’exsélectionneur “fugueur” du Burkina Faso, Bernard Simondi. Ancien sociétaire de Laval, Tours, Saint-Etienne et Toulon, Simondi, 52 ans, a notamment entraîné le Nasr Saoudi (tiens, tiens) et les équipes nationales béninoise et guinéenne. En 2004, il a fait un bref passage chez les Tunisiens de l’ES Sahel. Sélectionneur des Etalons, il a rompu avec la Fédération burkinabé alors que son contrat courait jusqu’en octobre 2007. A son retour en France, il prendra en main les Corses de l’AC Ajaccio qui jouaient leur survie en Ligue 1. C’était durant l’été dernier et depuis il est resté à l’ACA où il occupe actuellement le poste… d’entraîneur-adjoint de Rudy Krol, le technicien néerlandais recruté à l’intersaison. En attendant, la délégation du MCA se déplacera aujourd’hui à destination de Riyad, via Rome, où le MCA disputera mardi prochain le match aller des 8es de finale de la C1 arabe, 20 joueurs emmenés par Menguellati et Harb quitteront Alger ce matin. La délégation conduite par Omar Ketrandji sera également composée de Zeddek et Attallah (SG), sans le soigneur et le médecin de l’équipe. Le retour à Alger aura lieu jeudi prochain.

    « Le carnaval continue au MOULOUDIANOUZARET de retour au MCA? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :