• "Châabi" et le Mouloudia : Scandrani Mustapha

    SKANDRANI Mustapha

    Qui peut deviner, en le voyant derrière son piano, que Mustapaha Skandrani a été joueur au MCA? Sa famille manifestait un dévouement sans limite pour ce club qu'elle a soutenu à bout de bras au double plan financier et moral.Au point où aujourd'hui, selon Mustapha, "Quand on dit Skandrani, on dit Mouloudia".

    Le nom de Skandrani, une fois évoqué, renvoie automatiquement au plus médiatisé de la famille:Mustapha, le maître incontesté du piano en Algérie, un instrument sur lequel il régne depuis plus de 40 ans.Mais il y a également son père et ses deux oncles (ALLAH yerhamhoum), qui furent connus à leur manière, du moins par leur amis et proches.

    Qui peut en effet deviner que le nom des Skandrani, est intiment lié au Mouloudia d'Alger, qu'il se confond avec ce club pour lequel ils ont tant et tant apporté.

    A la création du Doyen des clubs en Algérie en 1921, Mustapha avait 7 ans.Il se rappelle que son père, un "Fou du Mouloudia", l'emmenait au stade où il fit connaissance avec les "vert et rouge" qu'il allait aimer pour toujours.

    "Mon père n'a jamais été dirigeants.Il avait laissé le soin à mes oncles Hamoud et Lehbib de participer au club en tant que joueurs et dirigeants" dit-il.Mais au plan matériel et financier, le MCA en dépit d'un conseil d'administration volontaire et bien structuré n'avait pas les moyens matériels et financiers nécessaires pour s'étoffer et créer en plus de l'équipe première et "reserve", les équipes "intermédiaires".Je me rapellerai toujours de l'année 1932, au cours de laquelle mon père, qui était propriétaire immobilier, n'a pas hésité à vendre une maison de la Casbah, à 55.000 F, déclare Mustapha, "ça devait représenter une belle somme à l'époque" ajoute t-il.Avec cet aide précieuse le Mouloudia à pu donc acheter les équipements et ballons, nécessaires pour créer les minimes et les juniors.

    Il tient à rappeler que le père n'a jamais été ni un membre actif, ni un dirigeant.Ce dévouement et cet amour pour le Mouloudia, le père Skandrani, allait les manifester à plusieurs reprise.C'est ainsi qu'il prendra en charge le déplacement à Tunis, pour un match de coupe d'Afrique du Nord, du MCA, à la fin des années 30.La tante Skandrani, avait non seulement mijoté quelques plats typiques à la Casbah pour les joueurs et les dirigeants qui devaient regagner Tunis par train, mais elle avait également confectionné 18 nouvelles tenues pour les joueurs, "Des maillots bouffants à l'anglaise et des shorts, aux couleurs vert et rouge".

    "Il fallait se présenter face aux Tunisiens avec de belles tenues et honorer les Algériens", remarque Mustapha, qui ajoute que tout cela s'était décidé à la dernière minute et que sa tante, qui aimait les belles choses, avait travaillé jour et nuit sans relâche.

     La même opération à eu lieu avec un déplacement au Maroc et lors de l'organisation de la coupe d'Afrique du Nord, toujours dans les années 30, à Alger.Les équipes participantes, l'USM Oran avec ses vedettes Baghdad, Gnaoui, Boudjellal, le WA Casablanca et L'US Skikda, ont été invitées chez les Skandrani, dans la basse Casbah, pour un grand repas."Il y avait une centaine de personnes" se rappelle Mustapha.Il parle de cette époque, les années 30-40, des difficultés pour les équipes musulmanes d'évoluer dans un milieu hostile.Il fallait toujours "Regonfler" le moral des joueurs, et s'efforcer de créer une atmosphère de chaleur et d'amitié fraternelle au sein de la famille Mouloudéene, "c'est ainsi que lors des mois de Ramadhan, mes parents invitaient les joueurs et les dirigeants pour un fastidieux repas, la veille du 27ème jours du mois sacré" indique Mustapha."Des choses qui n'existent plus maintenant".regrette-il.

    Ce souci d'aider le Mouloudia à vivre, débordait très souvent le cadre local pour toucher des joueurs algériens des autres régions d'Algérie, qui trouvaient en la famille Skandrani une référence en la matière.Mustapaha cite les joueurs Aouad, Mezouar, Firoud, Bakoko etc...Il insiste sur le cas Firoud qui étudiait à l'époque à Ben-Aknoun et jouait au Mouloudia, "son linge était lavé et repassé chez nous, il venait passer la nuit à la maison de temps en temps".Même celui qu'on surnommait "la perle noir", le Marocain Benbarek qui évoluait à Marseille, à été invité chez lzs Skandrani, lors d'un passage à Alger.

    De toute cette époque, Mustapha, qui en est fier, garde beaucoup de souvenirs impérissables, dont le plus important à ses yeux, reste sa contribution directe à l'acquisition par le MCA, en 1941, du cercle de la place Chartres (angle de la Rue Bab-Azzoun).Son oncle Lehbib lui avait demandé une participation financière pour permettre au Mouloudia de quitter le cercle de la rue de la marine, devenu trop étroit pour le club."Sachant que je travaillais et que je gagnais de l'argent, mon oncle voulait que ça soit le Benjamin qui se sacrifie, alors que la famille était en mesure de le faire" déclare Mustapha "je lui ai remis la somme de 200.000 F à l'époque" dit-il, mais moralement, le cercle appartenait au Mouloudia.L'oncle Lehbib s'est occupé de tout le reste.Mobilier, machine à café, peinture...légalement le cercle appartenait à la famille Skandrani.Malheureusement les papiers qui en font foi ont été perdus par la femme de l'oncle Lehbib et le cercle a été déclaré bien vacant et attribué bien après l'indépendance à un joueur du Mouloudia.

    Et Skandrani joueur? Encore une fois, quand aujourd'hui on le voit derrière son piano, il est très difficile d'imaginer que cet homme a porté de 1934 à 1937 le maillot du Doyen des clubs Algériens."En 1937, je suis devenu musicien professionnel.Je donnais des concerts les samedis, parfois jusqu'à 5 heures du matin, et le dimanche, il fallait être au stade à 9 heures.Je ne pouvais pas jouer.C'est pour cette raison que j'ai abandonné le football pour la musique" dit-il.

    Les gens affirment: "Quand on dit Skandrani, on dit Mouloudia, et je crois qu'ils ont un peu raison" ajoute Mustapha qui se rappelle des années 30 et 40 "quand on revenait le soir à la maison, les femmes lancaient des you-you quand le MCA gagnait, mais chacun allait tout de suite au Dodo si elle avait perdu".

    La revue "Le Doyen"-N°12-1989

    Mustapha Skandrani, l'un des piliers de la musique andalouse et populaire algérienne né le 17 novembre 1920 à la casbah (Alger).Très populaire compositeur et pianiste qui avait entamé à "Nadi Et-Taraqi" avec comme enseignants Mohamed Benteffahi et les frères Mohamed et Abderrezak Fakhardji. Skandrani jouait plusieurs instruments entre autres le violon, la kouitra, la mandoline et le piano, un instrument qui l'accompagnera toute sa vie après avoir réussi à l'introduire comme élément de base dans l'orchestre chaâbi et andalou. Il a par la suite remplacé El-Anka comme chef de l'orchestre populaire et se consacre en même temps à l'enseignement de son art auprès du Conservatoire d'Alger.Mustapha Skandrani nous a quité à l’âge de 85 ans en Octobre 2005.

    http://www.algeriacolor.com/chaabi%2011.htm#Skandrani

     

    « "Châabi" et le Mouloudia : El Kobbi AbderahmaneMCA: remue ménage »

  • Commentaires

    1
    soustara mouloudia
    Lundi 11 Août 2014 à 16:15
    il faudrait ajouter omar mekraza tikhebezine el hadj menouar khelifa belkacem karim aouidat mustapha yanes hssen said amimar ezzahi tous des mouloudeens purs sans oublier les deux cheikh de l epoque coloniale el anka et el hadj mrizek (el anka a chante selon certains voisins pour l usma???) d autres affirment que c est un mouloudeen a savoir le chaabi et le mouloudia la casbah ne peuvent etre dissocier c est le charme d alger et de l algerie
      • sebbar1 Profil de sebbar1
        Lundi 11 Août 2014 à 22:57
        merci soustara, je suis entrain de répertorié tout les chanteurs Mouloudiens pour les ajouter un à un, pour El Anka j'ai lu une fois qu'il n'avait acune préférence pour un club particulier mais je crois qu'il avait une touche avec la JSEB , n'emp^che qu'il aimait le Mouloudia pour tout ce qu'il représente
    2
    soustara mouloudia
    Mercredi 13 Août 2014 à 00:40
    d autres chanteurs qui sont les bourdib(pere et fils) nacer aya fekhardji khanznadji et ouznadji au fur et a mesure http://www.youtube.com/watch?v=eaDd7EXv1yc sahit khoya sebbar
      • sebbar1 Profil de sebbar1
        Mercredi 13 Août 2014 à 20:42
        merci soustara pour ce lien, un vrai mélomane, je ne savais pas que Bourdib était Mouloudien, on apprend avec toi machallah
    3
    soustara mouloudia
    Mardi 26 Août 2014 à 07:49
    pour etre honnete avec toi on me l a dit et en voyant cette video de son fils je me suis dit qu il doit etre lui aussi un mouloudeen sinon je crois qu il a un passage pendant l anniversaire du mouloudia 92 eme kamel bourdib el koubi sinon pour ezzahi il y a ca a savoir http://www.youtube.com/watch?v=uGR7aB2CvZM il ya une autre de ezzahi en 2007 a reghaia faut que je la trouve ou il mentionne le mouloudia
      • sebbar1 Profil de sebbar1
        Mardi 26 Août 2014 à 12:35
        merci soustara pour la précision et le lien de ezzahi, j'avais el 3arss en entier avec ce morceau du Mouloudia, je l'avais télécharger sur mon pc il y'a de cela 2 ans....El Koubbi y'a pas de doute lui il allait m^me au stade supporter le Mouloudia, et maintenant je découvre Bourdib et son fils grâce à toi, j'essayerai de trouver quelques choses qui lie Bourdib et le Mouloudia pour le publier
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :