• EL KAMAL Mustapha

    El KAMAL mustapha MCA

    EL KAMAL Mustapha

    Un formateur de coeur

     

    Mustapha El Kamal dont la volubilité et la gentillesse  sont encore présentes dans les esprits de ceux qui l'ont cotoyé, a été un très grand et peut être l'un de nos meilleurs éducateurs de football.Partout où il est passé, il a laissé une bonne impression pour avoir entrepris un travail acharné de formation en faveur de la jeunesse.A ce propos, l'école qu'il a mis en marche au RS Kouba peut être considérée comme la meilleure illustration de son dévouement et de son abnégation à vouloir mettre toute son expérience au service des jeunes amateurs de football pour lesquels il prêtait une attention particulière.Eduquer et former les jeunes telle a été sa passion, c'est pourquoi tout le monde lui vouait une admiration sans cesse croissante, notamment pour son sérieux et son tempérament opiniâtre qui lui permettait de surmonter les besognes les plus difficile.

    El Kamal avait été joueur à l'OMSE avant d'entrainer l'équipe fanion du Mouloudia durant plusieurs année, il s'est aussi investit dans les petites catégories de ce prestigieux club en formant de grands joueurs.Il entraina par la suite "les fameuses écoles "  de l'OMR et du RC Kouba pour rester dans sa lignée d'éducateur et formateur de jeunes talents.

    Mustapha El Kamal avait aussi conquis le milieu sportif par sa sympathie et sa gentillesse.Il nous a quitté en juillet 1974 après une pénible maladie alors qu'il était âgé de 59ans, en laissant quatre enfants.

    Allah yerahmek cheikhna

    El Kamal entraineur du MCA

     

    El Kamal
    El Kamal instructeur

    El Kamal OMSE

    j'atteste et je signe que des Hommes comme "Aami" (oncle) Mustapha soit il n'y en a plus soit il y en a très très peu."Aami" Mustapha était d'abord issu d'une très grande famille algéroise avec des origines turques,d'une gentillesse à vous faire rougir,humble et courtois. A Kouba, son quartier d'origine,tout le monde l'appréciait car il était à l'origine de l'éducation de pas mal de Koubéens.Tous les sportifs lui doivent cela (Ait-chegou,Amirouche,Bensemane,Mazouni,Ait-djaout,Bachta (qu'il a cotoyé à l'OMR et au MCA ) et j'en passe.je le vois encore avec sa voiture (une ami 8 bleue) arriver aux entrainements avec son sac sur le dos.Je peux vous dire qu'il aimait le foot-ball et qu'il le transmettait très bien peut-être plus que son travail (architecte) quelle classe ce petit bonhomme mais grand par sa valeur (éducation ,gentillesse,les mots justes,polis,humble,courtois dommage qu'il n'y a plus de qualificatifs pour l'illuster mais aussi rigide lorsqu'il s'agit de préparer son équipe pour le match il savait se faire respecter.Enfin.......Allah en a voulu ainsi et cela peut etre une bonne chose qu'il soit près de lui.Allah yerahmak aami MUSTAPHA

    Témoignage de notre ami teteche

     

    http://sebbar.kazeo.com

     

    Mostefa El Kamal

    Ex- Sélectionneur national de football formateur

    L’architecte, bâtisseur de vocations…

    « Le temps fait oublier les douleurs, éteint les vengeances, apaise la colère et étouffe la haine : alors le passé est comme s’il n’eut jamais existé. »
    Avicenne

    Mostefa El Kamal ? « A lui tout seul c’était une école. Un éducateur hors pair, un formateur passionné qui a sacrifié sa vie à l’éducation des jeunes. On l’appréciait pour ses hautes qualités humaines. » De sa voix rauque et hachée, Smaïn Khabatou décrit celui qui a été son ami et compagnon durant de longues années. Très tôt, Mostefa mit son talent au service du football avec une ardeur inentamée, toujours prêt à aider, à donner l’accolade, une tape sur l’épaule ou les conseils attendus par des hommes envahis par le doute. En cela, Mostefa était emblématique d’une génération d’intellos sportifs, dont l’itinéraire fut rythmé par l’espérance de voir les jeunes aller toujours de l’avant. Ce qui frappait chez lui, c’était son dynamisme infatigable et son goût de la perfection, témoigne Khabatou. Il est vrai que lorsqu’on a fait comme lui des études d’architecture, on a ce souci du détail, de l’esthétisme et en ce qui le concerne du beau geste sur les terrains de football. C’était un bâtisseur de vocations. La chaleur communicative de cet homme, né dans une vieille famille algéroise le 21 juin 1915, suffisait à le rapprocher des gens de toute condition et de tous les milieux. Dans une biographie inachevée, hélas, écrite par ses soins, Mostefa se souvient d’avoir commencé à aimer et à pratiquer le sport dès son arrivée à Saint Eugène, vers l’âge de 7 ans. C’est là que le maître d’école, chaque semaine, rassemblait tous ses élèves et les dirigeait sur le stade afin de les distraire. Plusieurs clans aussitôt se formaient. Les uns jouaient aux billes, d’autres aux gendarmes et aux voleurs, d’autres encore à la cachette. « Aucun de ces jeux ne me tentait, mais je me faisais un malin plaisir de voir évoluer les joueurs de football qui opéraient dans l’autre moitié du stade. C’est ainsi que je pris goût au ballon. Aussi, dès qu’un camarade en apportait un, j’étais son meilleur camarade. Tout naturellement, c’était l’association sportive saint eugénoise que je voyais le plus évoluer, aussi j’en étais devenu un fervent supporter. » Mostefa, toujours alerte, signe en août 1930 sa première licence minimes à l’ASSE. Il participe au championnat d’Alger qui regroupe l’ASSE, le GSA, le RSA, le RUA, le RASA, l’ASM, le FCB, l’ALBJPO.

    L’ASSE, son premier club

    Un peu menu, il évolue à l’aile gauche. M. Coulenceau, entraîneur et membre fondateur du club, le remarque pour son dribble et son gauche percutant. En juniors, Mostefa affine sa technique et confirme son poste en attaque. « Je me faisais un réel plaisir d’admirer des joueurs, tels Pascal, mon préféré, Tixador, plusieurs fois sélectionné d’Alger, Deschizeaux, devenu professionnel à Montpellier… » Mostefa est capitaine de l’équipe qui allait remporter le championnat d’Alger avec une seule défaite. M. Mistral, équipier de Montpellier et entraîneur de l’ASSE, lui donne carte blanche en dirigeant lui-même l’entraînement de ses camarades. Une vocation était née. Au cours des années 1932-1934, notre sportif pratique d’autres disciplines comme la natation, le basket-ball, l’athlétisme et le base-ball importé par les Américains, mais qui fera long feu. Mais la passion du foot restera la plus forte et Mostefa renoue avec ses premiers amours. La saison 1935-1936 ne laissera pas chez lui de bons souvenirs. « C’était le prélude et la conséquence de la décadence de l’ASSE durant plusieurs saisons. La principale cause de tout cela, le départ sous d’autres cieux d’éléments-clés de l’équipe. Mobilisé au 27e train à Alger, Mostefa joue durant deux ans chez les militaires. » La guerre déclarée en septembre 1939 surprend tout le monde, footballeurs compris. Rappelé, Mostefa est mobilisé dans la 34e compagnie auto du 27e escadron. Muté à Gafsa en Tunisie, il y joue. Après l’amnistie, démobilisé, Mostefa rejoint l’ASSE où il peine à retrouver sa place à la pointe de l’attaque, mais usé et fatigué. Il quitte le club pour se consacrer à l’Atelier industriel de l’air qui participe au championnat corporatif. En 1944, Mostefa, qui avait perdu sa mère, décide d’abandonner définitivement le foot à 29 ans. Son père reçoit pour son fils des propositions de l’USM Alger. Après avoir refusé, Mostefa se décide non à jouer mais à entraîner l’équipe qui grimpe les échelons avant de « tomber » en finale du championnat d’Alger face à l’USMB. Mostefa passe avec succès le diplôme d’entraîneur (3e sur 17 admis) et fait adopter pour la première fois le système WM. Découragé de n’avoir pu accéder en division Une avec l’USMA et fortement sollicité par ses amis d’enfance, membres dirigeants de l’OMSE, Mostefa décide d’opter pour le club de son quartier. Pendant la guerre, Mostefa met un terme à sa carrière. Ayant fait des études d’architecture, il ouvre un cabinet en 1959, mais n’a pu intégrer l’Ordre des architectes faute d’agrément, en raison d’un certificat manquant. « C’était mon maître, c’est lui qui m’a montré le chemin. Par son métier, il a réalisé des caches pour les moudjahidine à Kouba, où il a été arrêté par les soldats français. C’est Abdelkader Teffahi qui a témoigné à sa décharge. Ce qui l’a sauvé », raconte son fils aîné, Mahmoud, architecte qui garde l’image d’un père attentionné, toujours à l’écoute des autres, jouant son rôle d’arbitre judiciaire avec à propos en dénouant pas mal de conflits. En 1962, Mostefa est expert en bâtiment. « A l’enterrement de ma mère en 2003, un ancien gardien du MCA m’avait confié que mon père l’avait énormément aidé. On avait perdu à Annaba et comme j’étais perturbé à cause de problèmes sociaux, j’étais à l’origine de la défaite. Après le match, Si Mostefa est venu me voir et m’a réconforté. Cela m’a rassuré alors que j’étais au bord d’une implosion au sein de ma petite famille. Grâce à lui tout est rentré dans l’ordre. »

    Un formateur confirmé

    On peut classer El Kamal parmi les grands, estime l’ancien joueur Braham Attar. « Il nous réunissait au cercle de la rue Randon, et très jeunes, il nous apprenait la tactique de jeu en faisant la démonstration avec des allumettes et des bouchons de bouteilles de limonade. Quand le climat était défavorable, il ramenait avec lui des paquets de journaux qu’il nous sommait de mettre sous les maillots pour lutter contre le froid et la pluie. Il ramenait aussi des oranges, de l’eau minérale, bref, il faisait tout pour nous mettre dans les meilleures conditions possibles. Personnellement, il m’a marqué. Son fils, Lyès, était un bon joueur qui pouvait égaler Labed, alors titulaire à son poste. Mais Lyès était remplaçant et son père l’exhortait à redoubler d’efforts pour gagner sa place. Je crois qu’en matière d’équité, on ne peut mieux illustrer la rectitude de ammi El Kamal qui avait le foot dans le sang. Alité et malade, nous lui avions rendu visite Ahmed Lagoune, Kadri père, Ramdani et moi. Même souffrant, il ne cessait de parler de foot et la coupe du Monde qui se profilait en 1974 le fascinait. Il voulait suivre toutes ses péripéties. Hélas, la mort l’a ravi avant aux siens et à la grande famille sportive. »

    Entraîneur national en 1963

    El Kamal, pour rappel, sera entraîneur national adjoint de la sélection algérienne au lendemain de l’indépendance aux côtés de Khabatou et Ibrir. En 1965, il intègre le doyen des clubs algériens, en qualité d’entraîneur, avec lequel il connaîtra des moments heureux, mais aussi peu agréables, comme la suspension des meilleurs éléments, suite aux incidents ayant sanctionné la rencontre MCA-MCO au stade d’El Anasser, qui s’est terminée sur le score de 2 à 1 en faveur des Algérois. Deux années après, Mostefa prendra la direction de Kouba, où il réside et se verra confier les destinées de la jeune équipe du RCK. C’est ainsi qu’il créera la première école populaire de football qui a produit des joueurs de talent, à l’image de Aït Mesbah, Safsafi, Boumaraf, Bouzid, Khali, Ould Slimane, etc. El Kamal retournera au MCA, où il s’occupera des jeunes catégories (1970-1971) et du CREH en 1972. Sa carrière sera ponctuée par des recyclages à Paris en compagnie de Bellamine, Firoud, Khabatou, Ibrir, Sellal, Ouadah… Membre de la commission technique de la FAF et de la Ligue d’Alger, l’architecte El Kamal sera ravi au football, à un moment où celui-ci avait tant besoin de gens de sa compétence. Il est mort en juin 1974 après une courte maladie. Pour Bencheikh : « El Kamal était un père pour nous. Il nous a inculqué les bonnes manières. Sur un terrain, c’était un monsieur qui inspirait le respect. J’en garde de superbes souvenirs, et lorsqu’on me demande d’évoquer ma carrière, je ne manque jamais de citer les mérites de El Kamal qui a été le premier à déceler mes qualités, en me disant ‘’ tu as une bonne vision du jeu, il faut persévérer en travaillant la condition physique’’. C’était un gentlemen du foot et ils sont rares les gens de sa trempe », témoigne Ali Bencheikh, sans doute l’un des meilleurs joueurs que le MCA ait connus. Drif Abdelkader, l’ancien président mouloudéen, qui n’a pas connu personnellement El Kamal, en dresse un portrait très positif : « El Kamal s’est dévoué pour la formation des jeunes qui ont beaucoup appris à son contact et ils me l’ont fait savoir quand j’ai pris les rênes du club en 1974. Lorsqu’on a fait les bilans, on a trouvé que le défunt avait des arriérés de salaires qu’il n’avait peut-être jamais réclamés. J’avais donné consigne de les restituer à sa famille qui a refusé. Ce geste noble est tout un symbole. » Le sport, dit-on, consiste à déléguer au corps quelque-unes des vertus les plus fortes de l’âme. Mostefa s’en est bien inspiré et a inspiré bien des vocations. Ceux qu’il a formés lui sont reconnaissants et lui tirent chapeau bas.

     

    PARCOURS
    Mostefa El Kamal est né en 1915 à La Casbah d’Alger. Il a fréquenté l’école Sarrouy et a poussé ses études jusqu’à devenir architecte. Sa carrière sportive est remplie. Il n’a connu que quatre clubs, l’ASSE, l’USMA, le MCA et le RCK. Joueur de talent, il s’est converti en entraîneur. Mais sa vocation restera la formation. A ce titre, il est à l’origine de l’émergence de nombreux joueurs de valeur. A l’indépendance, Mostefa est le premier sélectionneur de l’équipe nationale avec Khabatou et Ibrir. A son palmarès : la première victoire officielle des Verts en janvier 1964 contre la Bulgarie (2-1), au stade des Anasser. Entraîneur confirmé, Mostefa a donné plusieurs conférences sur le football en sa qualité de membre de la commission technique de la FAF. La mort l’a arraché prématurément aux siens à l’âge de 59 ans, en juin 1974.


    Hamid Tahri
    9 avril 2009

    « SAIFI Rafik Ballon d'Or Algérien 2008LEMOUI Kamel »

  • Commentaires

    1
    teteche
    Samedi 28 Février 2009 à 21:17
    j'atteste et je signe que des Hommes comme aami Mustapha soit il n'y en a plus soit il y en a tr?tr?peu.Aami Mustapha etait d'abord issue d'une tr?grande famille algeroise avec des origines turques,d'une gentillesse a vous faire rougir,humble et courtois. A Kouba,son quartier d'origine,tout le monde l'appreci?ar il etait ?'origine de l'education de pas mal de Koubens.Tous les sportifs lui doivent cela(Ait-chegou,Amirouche,Bensemane,Mazouni,Ait-djaout,Bachta (qu'il a cotoy? l'OMR et au MCA )et j'en passe.je le vois 'encore avec sa voiture (une ami 8 bleue) arriver aux entrainements avec son sac sur le dos.Je peux vous dire qu'il aimait le foot-ball et qu'il le transmettait tr?bien peut-etre plus que son travail(architecte)quelle classe ce petit bonhomme mais grand par sa valeur(education ,gentillesse,les mots justes,polis,humble,courtois dommage qu'il n'y a plus de qualificatifs pour l'illuster mais aussi rigide lorsqu'il s'agit de preparer son equipe pour le match il savait se faire respecter.Enfin.......Allah en a voulu ainsi et cela peut etre une bonne chose qu'il soit pr?de lui.Allah yerahmak aami MUSTAPHA
    2
    sebbar1 Profil de sebbar1
    Dimanche 1er Mars 2009 à 09:57
    Sois la bienvenue madame Anissa et grand merci pour votre intervention.D?l?j'ai supprim?otre commentaire par erreur ainsi que ma r?nse.Je tiens ?'excuser et dire que notre cheikh Mustapha allah yeramou ?it un grand homme et un ?cateur irrempla?le la preuve le t?ignage de notre ami teteche qui l'a surement connu et cotoy?
    votre grand p? m?te notre gratitude pour tout ce qu'il a fait ? jeunesse Alg?enne, lui l'oubli" des instance sportives officielles et m? des diff?nts clubs o? a ?lu?l'OMSE, l'USMA ...
    3
    Madame el kamal H.
    Lundi 4 Janvier 2010 à 14:40
    Un grand merci pour cet emouvant temoignage qui illustre tres bien l'ame de ce monument du football algérois. "Les illustres hommes ne meurent jamais". Laissons l'histoire les garder toujours vivants.
    4
    sebbar1 Profil de sebbar1
    Lundi 4 Janvier 2010 à 18:02
    Nous vous remercions madame pour votre contribution.Nous pouvons dire que nous n'avons pas pu rendre tout l'hommage qu'il faut à votre défunt mari, son oeuvre est grandiose et lui consacrer un petit article, minime soit-il, est la moindre des choses pour cet HOMME qui était en lui même une école à former les hommes.Rabi yerahmou.

    Si pouvez nous aider à publier d'autres photos de lui afin que nul n'oublie nous vous serons reconnaissants madame el kamal.

    Personne ne peut occulter les bonnes oeuvres des hommes de la trempe d'el kamal mustapha et l'histoire retiendra qu'il a été l'un des meilleurs éducateurs que l'algérie a enfanté.
    5
    temoignage
    Mercredi 15 Septembre 2010 à 21:36
    plus precisement ceux qui ont connu atika de la casba,nom guerre de la revolution,la toppe ou : touba;.ma mere habitee au 07 rue barberousse casba dit katarougi.avant les annee 40 et puit elle etait oblige vd acheter deux maison:une a el biar 04 rue du grand puits al biar en 1953, et l autre maison au 14 rue barbarousse casba en 1956.en 1957 elle a eu ses papiers comme etaut folle ont passe des armes avec notre mere des notre jeunesse.comment le de 7 annees et demi de guerre ca suffit a ete annonce.qaund les djounoudes de la wilaya:4:ont encercle la haute casba en semtembre 62,moi khelifa mustapha et mon frere merzak ont a ouvert la fenetre poir voir ce qu il se passe a l exterieur,tout en attendant notre mere qui venait de lson travail.un des djounoudes a tire sur nous mais il a touche le drapeaux nous avons referme la fenetre.::vior photo:.quand notre mere etait venu de son travail,nous lui avons raconte ce qu il a ete passe.et dela le mot de 7 annees et demi de guerre ca suffit a ete declarte.elle ressortait de la maison et invite ses amies a sortir et aller entre les 2 wilaya pour arreter la guerre civilm pour ne pas couler le sang des algeriens.on demande a ceux qui ont connu notre mere de nous contacte ou nous joindre a l adresse suivante;04 rue khiat messaoud el biar .alger merci

    khelifa mustapha je cherche des temoignage de ma mere
    6
    sebbar1 Profil de sebbar1
    Vendredi 17 Septembre 2010 à 12:05
    merci khelifa pour ce témoignage..on espére que ton appel trouve écho et que ta demande aura un suivi dans le sens de vos souhaits, toi et toute ta honorable famille..amicalement
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :