• Et un echec de plus

    C’est par ici la porte de sortie…

    Le MC Alger est éliminé de la Coupe arabe. Dans les mêmes conditions qui ont prévalu au mauvais sort qui s’acharne sur le club doyen à l’occasion des deux précédentes expériences dans cette lucrative épreuve arabe où le MCA est un éternel invité.

    Mohamed Bouchama - Alger (Le Soir) - Le petit but que les équipiers de Badji devaient remonter suite à la défaite d’il y a une semaine environ à Riyad est devenu par la force de la bêtise une insurmontable montagne dont Zmit et consorts avaient tort de mésestimer les contours. Dans un temple olympique chauffé par les 70 000 spectateurs enthousiasmés par l’idée de voir leurs Vert et Rouge rebâtir un nouveau moral suite aux incandescences d’un mois de novembre lamentable et sur le plan comptable et celui du structuralisme mouloudéen, la soirée de lundi a été, en fin de compte, un autre cauchemar. Dans, autour et partout ailleurs. A 16h tapantes, le stade refermait ses travées aux ultimes grappes venues voir renaître leur Mouloudia chéri, meurtri par les dissensions et les machiavélismes absurdes. Six heures plus tard, l’édifice semblait perdre de nouvelles poutrelles colmatées par les tâcherons d’un directoire de pacotille. L’intérêt des uns a envahi cet espoir dont le peuple du Mouloudia pensait enfin revivre avec l’émergence d’un nouveau groupe de gens. Le projet a, disons-le tout de go, échoué. D’abord, avec la mise à l’écart peu chevaleresque de Bracci, surtout que l’équipe n’avait pas sous la main l’intérimaire idoine pour le suppléer et assurer, par conséquent, une bonne traçabilité d’un parcours en pointillé. Puis, en échouant dans les négociations menées avec Nouzaret, un autre monsieur revenu se sucrer sur le dos du MCA. Ceci au moment où les joueurs avaient tant besoin de se concentrer sur le seul et unique vrai sujet. La qualification face au Nasr Saoudi, en l’occurrence.
    La “diversion” Nouzaret
    Pas facile de jouer un rendez- vous capital pour la suite de toute une saison. Un exercice mal préparé par l’ancien bureau et son ex-entraîneur. Une petite parenthèse : Messaoudi a été chassé, mais ses “enfants” sont toujours actifs au sein de l’association. La préparation matérielle de cette seconde manche en est une autre preuve qui s’ajoutera à celle ayant été constatée la veille du match contre la JSK (Supercoupe). Quand Khaled Adjani voulait écarter Khaled Adnane de la gestion de la section, ce n’était pas uniquement pour éviter les confusions de patronymes. C’est bien plus une affaire de pouvoir et donc d’intérêts. Des membres bénévoles, fonctionnaires (en mise en disponibilité) de leur état, encaissent un cachet payé par d’autres membres qui ont cet avantage d’avoir “pognon” sur rue. Le MCA est loin d’avoir perdu ses mamelles… L’élimination, par abandon, n’est qu’un fruit pourri que certains présentaient sous sa formule “compote” à des supporters dont le principal tort est de continuer à croire en l’apparition du père Noël avant même la fin du mois de novembre…

    FICHE TECHNIQUE
    Alger, stade du 5-Juillet (Alger), temps clément, pelouse en bon état, éclairage satisfaisant, mauvaise organisation, 60 000 spectateurs environ, arbitrage de M. Issam Abdelfettah, assisté de MM. Nacer Hamada et Sobhi Rached (Egypte) Buts : Bouacida (27'), Younès (58') MCA, Saâd Harithi (7'), Ahmed Mebarek (69') Al Nasr Saoudi Averts. : Bouguèche (59’) et Bouacida (87') MCA, Dhia Houssaoui (14’), Blanco (61’), Ahmed Mebarek (81') Al Nasr Saoudi. MCA : Abdouni - Galoul - Coulibaly - Bouacida- Zmit - Belkaïd - Badji puis Illoul (64')- Tahraoui puis Bendahmane (75') - Bouguèche - Younès - Hadjadj (Largot, 74’). Entr. : Abdelhak Meguelati. Al Nasr Saoudi : Mohamed Khoudjali - Brahim Cherahili - Massamassou - Hamid Essakour Ahmed El-Kheir - Saâd El Hariti puis El Bichi (90’+2’)- Ahmed Abdellah - Dhia Houssaoui -Denilson Oliveira puis Ahmed Mebarek (62') - Alberto Blanco - Talal Machaâl. Entr. : Jorge Habecker

     

    A chaud…
    JORGE HEBCKER
     “Tactiquement, ils étaient faibles”

    Selon le coach argentin d’Al Nasr, le Mouloudia était loin de son niveau du match aller. «Le MCA était très faible tactiquement, son arrière-garde était très prenable, car ses trois défenseurs axiaux n’étaient pas complémentaires». Hebcker fera savoir «Dès lors que le Mouloudia alignait Bouacida, Coulibaly et Galoul ensembles, j’ai demandé à mes deux attaquants de pointe de les presser haut afin de les perturber. »

    ABDELHAK MENGUELLATI
    “J’assume”
    Le coach par intérim Abdelhak Menguellati, semblait très affecté suite à la défaite de ses poulains. «On voulait à tout prix gagner la partie. On a confondu vitesse et précipitation. Dommage, on est passé totalement à côté. J’assume mes responsabilités et je demande pardon à nos supporters.»

    SAAD AL HARITHI (ATTAQUANT D'AL NASR SAOUDI)
    “C’est un exploit pour nous”

    Vos impressions sur la rencontre ?
    Ce fut un match très disputé. Les deux équipes ont jeté toutes leur forces dans cette bataille. Certes, on n’a pas assisté à un joli spectacle, mais en contrepartie on a offert des buts .
    Comment vous avez trouvé votre adversaire ?

    Contrairement au match aller, le Mouloudia a très mal joué chez lui. Sa défense était mal en place, ce qui nous a facilité un petit peu notre tâche. Par contre, son attaque a créé d’énormes occasions qui ont considérablement inquiété notre gardien et sa défense.
    Ce succès va certainement vous aider à vous relancer dans votre championnat national ?

    Je ne vous le fais pas dire. Notre équipe est en train de passer des moments difficiles en championnat où nos résultats sont en-deçà des espérances de nos fans. D’ailleurs, peu de gens pensaient que Al Nasr allait se qualifier au tour des poules. Dieu merci, nous avons tellement cru en cette qualification qu’on a réussi à l’avoir.
    Comment trouvez-vous le public mouloudéen ?
    C’est un réel plaisir de jouer un match devant une galerie pareille. Je suis vraiment impressionné par le public du MCA. Je dirai que c’est un exploit pour nous d’avoir réussi notre qualification aujourd’hui.

    KAMEL BOUACIDA (D.FENSEUR DU MCA)
    “Nous avons raté notre début de match”

    Un commentaire sur la partie ?
    Nous avons très mal négocié notre début de partie. Malgré le but encaissé nous avons pu revenir à la marque avant d’aggraver le score. Tellement qu’on voulait bien faire, on a commis des erreurs qui se sont avérées fatales et nous ont coûté cher.
    Ne croyez-vous que c’est le résultat de l’instabilité du club ?
    Les joueurs ont tout fait pour ne pas s’encombrer de tous ces tracas. Notre unique souci était la qualification et je pense que nous l’avons consommée à Riyad.
    Votre public fut furieux à la fin du match.
    Je le sais et je dis qu’il a bien raison.
    Comment se présente pour vous l’avenir au Mouloudia ?
    Je souhaite que la sérénité revienne au club.

     

    Menguellati ne savait pas qui allait tirer le penalty
    Le football est un jeu d’équipe. Onze joueurs font partie de l’équipe type, au sein de laquelle chacun connaît, et doit connaître, son rôle. Mais, au Mouloudia cette vérité élémentaire est livrée à tous les charlatanismes. Les joueurs pensent tout faire pour ne rien faire. Lundi face aux Saoudiens d’Al Nasr qui se rapprochent du professionnalisme, s’ils ne le sont déjà en plein dedans, les Algérois obtiennent un penalty suite à un tacle appuyé du défenseur Assamossa qui percute Younès à l’intérieur de la zone de vérité. L’arbitre désigne aussitôt le point de penalty. Au moment où tout le monde attendait à ce que Hadjadj, Belkaïd ou encore Coulibaly s’empare du ballon pour botter le tir au but, et dans une confusion quasi générale,Tahraoui, qui n’a fait que des bribes de matches depuis son arrivée au MCA, récupère le cuir et s’autodésigne pour prononcer la sentence. Mal lui en est pris dans la mesure où, en dépit des signes du portier saoudien qui lui indiquait, à grands bras, la direction qu’il allait prendre, le centre-avant mouloudéen s’entêtera à lui envoyer le ballon dans le coin qu’il avait signalé. Son coup de bluff n’en était, en fait, pas un… Mais, ce qui est invraisemblable dans toute cette histoire est que le coach par intérim, Abdelhak Menguellati, surpris par la question d’un reporter-radio à propos de celui qui doit se charger de la transformation, répondra à la stupéfaction générale qu’il n’en avait aucune idée… Le MCA, qui avait déjà “vendangé” deux précieux points lors du derby face à l’USMA (Hadjadj) et manqué un autre penalty par Belkaïd lors de la Supercoupe, se doit non pas de chercher un attaquant à l’efficacité prouvée lors du mercato, mais d’un bon tireur de penalties dont le Doyen en a connu de nombreux par le passé à l’exemple de Mohamed Azzouz, le latéral gauche des années 1970/80, bourreau des gardiens dits spécialistes de l’épreuve fatidique des tirs au but. Quant à Menguellati, qui ignorait le nom de celui qui se devait d’exécuter le penalty, nous nous contenterons de lui rappeler que ce genre d’exercices et surtout de choix se négocient lors des séances d’entraînements spécifiques, si bien sûr de telles corvées” sont infligées à nos faux tireurs d’élite.

    Le MCA ÉLIMINÉ DE LA COUPE ARABE
    Faillites organisationnelle, tactique et physique
    C’était prévisible, le Doyen, en dépit des nombreux changements apportés en son sein, reste miné par une  guerre intestine qui a influé négativement sur le rendement des joueurs. Éliminé, après avoir été tenu en échec (2-2) en match retour des 8es de finale, par une équipe saoudienne d'En Nasr loin d’être un foudre de guerre, le MCA sort de cette épreuve arabe la tête baissée. Et avec beaucoup de regrets, car le Doyen avait de grandes chances de poursuivre l’aventure, n’était le climat malsain qui entoure l’équipe. Battus à l'aller 2-1, les Mouloudéens, qui évoluaient devant un nombreux public de plus de 60 000 spectateurs, avaient besoin de gagner au moins par 1-0, et surtout de beaucoup de sérénité pour passer ce cap. L’équipe n’a pas eu, cependant, une meilleure approche pour un aussi important rendez-vous. Elle a payé cash les erreurs de ses dirigeants, entre autres le fait de n’avoir pas nommé d’entraîneur chevronné suite au limogeage du Français Bracci, capable de bien gérer cette seconde manche. La volonté du jeune technicien Menguellati n’a pas suffi aux Vert et Rouge pour prendre le dessus sur le plan tactique qui leur a fait défaut. Sur ce point, Menguellati est franchement coupable de certaines erreurs tactiques, à commencer par le recours à une défense à trois pour contrer une ligne offensive saoudienne très alerte et entreprenante, et la titularisation d’un joueur comme Tahraoui, pas du tout prêt pour un rendez-vous aussi relevé.  Auteur pourtant d’un bon début de match, le MCA a été cueilli à froid par un but assassin de Saâd El-Hariti, inscrit dès la 7’ sur un tir des 20 m qui trompa le gardien Abdouni, suite à une bourde de Zmit. Ce but est venu assommer les camarades de Badji, au moment où ils se sont créé de bonnes occasions qui auraient pu faire mouche. Les Mouloudéens n’ont repris leurs esprits que quelques minutes plus tard, à travers les multiples assauts du duo Younès-Bouguèche, bien alimenté en balles par un Badji toujours égal à lui-même. Leurs efforts ont été couronnés par un but égalisateur, inscrit par le capitaine Bouacida suite à un corner bien botté par Badji (27’). Poussés par leurs supporters, les joueurs du MCA accenturent leur domination et bénéficient d’un penalty suite à une faute sur Younès. Tahraoui manqua cependant son exécution. En seconde période, les Algérois ont continué de pousser en attaque et parvinrent à ajouter le second but, à la 59’, par l’intermédiaire de Younès. Au moment où il fallait continuer sur le même rythme, le coach Menguellati décida de faire sortir Badji et le remplacer par Illoul, à la 64’. Un changement qui brisa l’élan des Mouloudéens, dont le jeu devient désorganisé. Ce dont profite les joueurs d’En Nasr qui ont su monopoliser le ballon et procéder par des contres dangereux, qui ont débouché à l’égalisation, à la 69’, signée par le rentrant Mebarek. Les dernières vingt minutes n’apportent rien de nouveau aux Mouloudéens qui ont beaucoup peiné physiquement pour finir le match. Le MCA rate encore une fois une qualification qui était, pourtant, largement à sa portée. La raison principale, il faut la chercher, faut-il le répéter, dans les remous qu’a connus le club avant le match, à savoir l’éviction, sans alternative, du coach Bracci. Cela relève de la responsabilité du directoire. Cette direction transitoire débute donc par un échec, la mettant déjà dans une mauvaise posture vis-à-vis des supporters.
    Oliveira Denilson
    “C'était une ambiance de couipe du monde !”
     

    Le joueur brésilien Oliveira Denilson, vedette de l’équipe saoudienne d’En Nasr, s’est montré très surpris par la prestation du Mouloudia d’Alger qui n’avait, selon lui, rien à voir avec celle fournie lors du match aller disputé mardi dernier à Riyad. “Le Mouloudia était nul aujourd’hui. Ils n’ont rien fait de bien pour gagner. Ils ont mieux joué en match aller. À Riyad, le MCA a fait un meilleur match. Il était mieux organisé”, a-t-il déclaré en fin de match. Le Brésilien a contesté, en outre, l’agressivité des joueurs du MC Alger. “L’adversaire a oublié le jeu. Il a versé dans l’agressivité en cherchant les contacts. C’est ce qui leur a fait perdre, à mon sens, le match”, a-t-il ajouté. Il s’est montré très déçu, à ce titre, par les incidents qui ont émaillé la rencontre après la fin de la première période, où une bagarre générale a eu lieu entre les deux équipes qui n’honorent guère les deux clubs. “Ce n’est pas bien ce qui s’est passé aujourd’hui. Les incidents qui ont eu lieu dans ce match ont entaché cette belle affiche de football entre deux grands clubs arabes. Ce sont des choses qui n’honorent pas les deux formations. Il fallait respecter ce grand public qui est venu au stade pour voir un beau football.” Oliveira Denilson s’est dit, par ailleurs, émerveillé par l’ambiance créée par les supporters mouloudéens dans ce match : “C’était une ambiance de Coupe du monde qui m’a fait rappeler le championnat du Brésil. J’avoue que cela a mis une grosse pression sur nos jeunes joueurs. Le public algérien est formidable.”


    « Tournoi du 11 DécembreLa Faillite du mouloudia »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :