• KHELOUI AMAR (Ameur)

    Amar Kheloui

    l'enfant de Dellys

     l’avant centre providentiel


     

    Joueur étoilé du Mouloudia d’Alger, Amar Kheloui s’est gardé la réputation de suivre son destin sur une belle histoire avec le club mythique du grand Alger. D’une étonnante démonstration technique de jeu, l’avant centre providentiel de l’équipe fanion des années trente a encore fait parler de lui en marquant beaucoup de buts !
    C’est une habitude de sentir la victoire avant même qu’elle ne se réalise. Il s’en tire souvent remarquablement en exploitant la moindre erreur provenant de l’adversaire. Et c’est ainsi qu’il offre le bon résultat. Exceptionnellement, il s’est mis, encore une fois, en évidence sur une nouvelle épreuve décisive à relever le défi. C’est de cette façon que dans la plupart du temps, le ballon pénètre du fond des filets. A défaut d’être fin technicien, il y a une récompense. Celle d’utiliser à bon escient, le ballon au moment du tir tout est réfléchi d’avance. La réussite au bout du pied. Et à chaque fois, l’attaquant mouloudéen déploie une force formidable.
    Invité par Mouloud Djazouli à livrer le secret de sa réussie, Amar Kheloui en Mouloudéen emblématique, s’explique :
    « Vous savez, il n’y a pas plus simple que de faire travailler la tête ainsi que l’esprit, lorsque je me retrouve en face du goal. Donc, dans une position extrême. A un moment, où les défenseurs sont derrière moi ou je suis sévèrement touché. Le coup franc ou le penalty est vite sanctionné. Cela signifie que la décision viendra aussi en tirant puissamment dans les bois et le but est marqué. Et à chaque fois, c’est comme ça (….)Tout cela se passe dans la tête avant la frappe du ballon ».

     

    Amar Kheloui est l’un des meilleurs avant centres du Mouloudia d’Alger de tous les temps et son fidel serviteur.Nous sommes dans les années 1940, c’est la grande crise de l’emploi. Un taux de chômage effrayant jamais atteint. Le Mouloudia grand et populaire club musulman entretenait de très bonnes relations avec tout le monde. Mais n’arrivait pas malgré cela à trouver un emploi à ses joueurs. La liste des chômeurs est tellement longue. Kheloui Amar, grande vedette de l’époque trouve un emploi chez les traminots, transport public. Mais, cette société dispose d’une équipe de football (ASTA). Les dirigeants des traminots, ravis de la venue de cette vedette sautent sur l’occasion, et lient l’emploi à la signature de la licence.

    Kheloui, gêné par cette forme d’engagement est réticent. Les dirigeants du Mouloudia conscients de la charge de cet épineux dossier (chômage) voyant Kheloui dans la gène l’encouragent à opter pour l’ASTA. Le côté social représentait une grande priorité aux yeux des Mouloudéens.
    Le travail d’abord, le football, ensuite.

     

    Libéré moralement, il signe quand même à l’ASTA mais contre son gré.
    L’amour, le grand amour voué au Mouloudia est resté caché dans son intérieur. Il joue sans conviction et sans intérêt en ayant son regard sur son club chéri. Cette cachotterie est divulguée, un jour. Kheloui, tout en jouant sur le terrain, ne peut s’empêcher de s’approcher du public, à l’occasion de remises en jeu (touche) pour s’enquérir des résultats du Mouloudia.
    Ces mouvements inhabituels et curieux ne passent pas inaperçus et attirent l’attention du dirigeant de l’ASTA, Bougia qui ne S’empêche pas de lui en faire la remarque :
    « Kheloui, tu joues à l’ASTA ou au Mouloudia ! «
    Très touché par la teneur de ces propos, Kheloui s’impatiente et dés qu’un nouvel emploi lui est proposé, il quitte sans regret l’ASTA pour retourner au bercail, heureux de retrouver la chaleur de la famille Mouloudéenne.
    Le Mouloudia reconnaît les siens .
    Sacré Kheloui
    .

     

    "Le Doyen conte le Mouloudia" Mouloud DJAZOULI


    votre commentaire
  • Le légendaire MCA 1976 auteur du triplé historique

     

     
    MCA 1975 -1976
     
     
    UN TRIPLÉ
     
    HISTORIQUE
     
    perd une Finale Maghrébine
    et rate le Quadruplé 
     
     
    49 matches - 109 buts
     
    C'est indéniablement, la meilleure équipe algérienne de tout les temps pour le jeu pratiqué, pour les résultats obtenus, pour l'estime de toute une nation, pour la joie qu'elle procura et enfin pour avoir décomplexer le football algérien et le faire connaitre dans le monde notamment après sa participation au Tournoi anniversaire du Real Madrid. Ce Mouloudia est le fruit d'un très long labeur et d'un sinueux parcours façonné par El Kamal Mustapha (Allah yerahmou) à la fin des années 60, modelé par Smail Khabatou, potelé par Ali Benfeddah (Allah yerahmou) et décomplexé par Zouba Abdelhamid. Le mariage de toutes ces compétences a donné naissance à un Mouloudia de rêve, un "dream team" algérien qu'on risque pas de voir dans notre football pour bien longtemps.Mais derrière ce beau chantier, il y'avait des HOMMES, un cadre propice et des supporters fidèles. Belamane ferhat (Allah yerahmou) l'inusable président, Drif Abdelkader le visionnaire audacieux, Youcef Hasena, Maloufi et autres, des chevilles ouvrières qui étaient au soin avec tout le groupe afin de réaliser ce qui était un inimaginable exploit: devenir Champion d'Afrique des clubs pour la première fois pour un club maghrébin. Le CRB avait tenté l'expérience malgré tout son talent, mais pour des raisons extra-sportifs il n'a pu aller au bout de son ambition. Il fallait attendre ce fameux 18 Décembre 1976 pour voir le premier club maghrébin et second club arabe après les égyptiens d'El Ismaily (1969), remporter la prestigieuse coupe d'Afrique des clubs des Champions tant enviée...La 12ème du nom. Mais avant de goûter au bonheur africain,le MCA remporta le doublé sur le plan national avec plein d'aisance malgré la fatigue, la saturation et le manque de moyens à cette époque et rata de peu le Quadruplé en perdant aux tirs au but sa finale Maghrébine à Tunis contre le Club Africain ultra-agressif aidé par un arbitre Marocain plus que douteux.
     
    L'équipe disputa durant toute la saison du triplé, 49 matches en inscrivant la bagatelle de 109 buts toutes compétitions confondues.  On ne peut terminer cette brève présentation de l'exceptionnelle et historique saison sans mentionner les particularités Mouloudéens durant ce fabuleux parcours. - En plus d'être le premier club algérien a remporté un triplé (Doublé Coupe-Championnat et coupe continentale et non régionale il faut bien le préciser), il est aussi le premier club a éditer une revue qui suivait les exploits du club et de retracer son prestigieux passé et qui avait un titre aussi révélateur que symbolique à savoir "Le Doyen".
     
    - Bellemou durant la finale de la coupe d'Algérie inscrivait le premier but du Mouloudia à la 2' minute , ce qui va être jusqu'en 2018 un record du plus rapide but marqué lors d'une finale de coupe d'Algérie depuis 1963 . 
    - Bachi le capitaine, a inscrit le but le plus rapide du championnat 1975-1976 à la 1ère minute contre le WA Boufarik.
     
     
     
    Le meilleur champion (championnat à 16 clubs)   
     
     
     
     
    Nombre de matches par joueur
     
    Kaoua Abdenour 31 matches (19 Championnat + 3 Coupe d'Algérie + 7 Coupe d'Afrique + 2 Maghreb)
    Ait Mouhoub Mohamed 21 matches (10 Ch5 Coupe6 Afrique)
    Zemmour Abdenour 45 matches (27 Ch7 Coupe9 Afrique + 2 Maghreb)
    Azzouz Mohamed 39 matches (21 Ch6 Coupe10 Afrique + 2 Maghreb)
    Mahiouz Bouzid 44 matches (27 Ch + 7 Coupe9 Afrique + 1 Maghreb)
    Zenir Abdelwahab 22 matches (11 Ch2 Coupe + 7 Afrique + 2 Maghreb)
    Bachta Anwar 33 matches (19 Ch + 3 Coupe9 Afrique + 2 Maghreb)
    Betrouni Omar 46 matches (28 Ch6 Coupe10 Afrique + 2 Maghreb)
    Bachi Zoubir 42 matches (27 Ch5 Coupe8 Afrique + 2 Maghreb)
    Bousri Abdesslem 37 matches (22 Ch6 Coupe8 Afrique + 1 Maghreb)
    Bencheikh Ali 45 matches (27 Ch6 Coupe10 Afrique + 2 Maghreb)
    Draoui Aissa 41 matches (25 Ch6 Coupe + 8 Afrique + 2 Maghreb)
    Bellemou Abdenour 25 matches (14 Ch7 Coupe4 Afrique)
    Ait Hamouda Abdlkader 36 matches (24 Ch + 3 Coupe + 7 Afrique + 2 Maghreb)
    Oudina Madjid 7 matches (5 Ch + 1 Coupe + 1 Afrique)
    Bendi Abdellah Mohamed Réda 9 matches (6 Ch + 2 Coupe + 1 Afrique)
    Amrous Sadek 5 matches (3 Ch + 1 Coupe + 1 Afrique)
    Attar Braham (Junior, Remplaçant en Coupe d'Afrique)
    Achari Abdelkrim (Junior, Remplaçant en Coupe d'Afrique)
     
     ... ceux qui n'ont pas été de la Campagne Africaine
     
    Djemâa Abdelaziz 15 matches (11 Ch + 3 Coupe0 Afrique + 1 Maghreb)
    Sellami Naguib 10 matches (6 Ch4 Coupe0 Afrique)
    Abdi Lyès 10 matches (8 Ch1 Coupe0 Afrique + 1 Maghreb)
    Aizel Mohamed 2 matches (2 Ch0 Coupe0 Afrique)
    Bouzerde Mohamed 1 match (1 Ch0 Coupe0 Afrique
    Nait Ouslimane Said (G.B junior, 1 match sur le banc en Championnat)  
     
    ... les jeunes promus s’entraînant avec les seniors 
    Haddad Mohamed, Nourine Farouk, Nourine Réda, Labed Mabrouk, Mechedal Naceredine 
     


     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    4 commentaires
  • http://sebbar.kazeo.com

    Berzig-Albor-Kerrarsi ?-Yamarène-Branki

     

     

    MCA 1935/1936

    Quart de Finale de la Coupe

    de l'Afrique du Nord

     

    Cette glorieuse équipe de 1935-1936 avait aussi atteint le 1/4 de finale de la coupe d l'Afrique du Nord éliminé par le futur Finaliste l'Olympique Marocain casablanca.

    Pour rappel, la Coupe d'Afrique du nord de football est une ancienne compétition de football.Créée en 1930 sous l'égide de la Fédération française de football et sur le modèle de la Coupe de France, elle opposait de nombreux clubs des cinq ligues d'Afrique du Nord : Maroc, Tunisie, Alger, Oran et Constantine.

    Ce challenge qui connut un immense succès populaire disparait en 1956. De 1954 à 1956, les clubs d'Afrique du Nord (non musulmans) ont été admis à disputer la Coupe de France.

     En 1968 donc, les fédérations marocaine, algérienne, tunisienne et libyenne de football ont crée deux compétitions maghrébines (la Coupe du Maghreb des clubs champions et la <a-redirect href="http://www.kazeo.com/wiki/Coupe_du_Maghreb_des_Vainqueurs_de_coupes" title="Coupe du Maghreb des Vainqueurs de coupes"></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect><a-redirect></a-redirect>Coupe du Maghreb des Vainqueurs de coupes. celles-ci se sont disputées de 1969 à 1975 avant de disparaître. Elles viennent de renaître sous de nouvelles appellations celles de la coupe nord-africaine des clubs champions et la coupe nord-africaine des vainqueurs de coupe disputées pour la première fois en 2008-2009.

     

     http://sebbar.kazeo.com

    1935/36

    Huitième de Finale

    MCA-AGS Mascara 3-2

    http://sebbar.kazeo.com

     

    Quart de finale
    O Marocaine Casablanca 1-0 MC Alger
    Italia de Tunis 3-0 RC de Maison-Carrée
    La Marsa 2-1 AS Bône
    Gallia Club Oran 3-1 RC Philippeville

    http://sebbar.kazeo.com

    http://sebbar.kazeo.com

    http://sebbar.kazeo.com

    http://sebbar.kazeo.com

    http://sebbar.kazeo.com


    votre commentaire
  • http://sebbar.kazeo.com

    http://sebbar.kazeo.com

    MCA 1935/1936

    L'accession parmi les ténors

     

    Les clubs musulmans avaient d’abord du mal à être admis officiellement pour ‘compéter’ aux côtés de leurs homologues ‘français’, comme ce fut le cas à Mascara où l’Etoile Musulmane de Mascara (1908) puis FCM n’ont pu être reconnus officiellement avant de passer le relais au Ghali de Mascara qui a enfin vu son agrément accordé en 1925 ou bien le CSA interdit d'exercer en 1918 pour laisser le champ au MCA en 1921.


    De plus, les quelques associations musulmanes officiellement reconnues selon la loi dite 1901, n’avaient que très peu de moyens pour pouvoir se déplacer et affronter les clubs européens plus nantis et mieux organisés avec des infrastructures bien équipées, tandis que les Musulmans erraient de terrain en terrain sans avoir de stade ‘résident’ au grès du bon vouloir de certains dirigeants qui prêtaient difficilement leur enceinte aux Musulmans.

     


    C’est donc dans un contexte extrêmement difficile que nos clubs évoluaient et réalisaient des performances flatteuses comme le MCA, ou fabuleuses comme les sacres de l’USMS et surtout l’Escadron Noir dans les années 50s’ (avec le trophée Louis Rivet en 55), sans oublier la glorieuse épopée de l’illustre USMO et son fabuleux palmarès (7 fois Champion d’Oranie de DH, 3 fois Vice Champion d’Afrique du Nord, finaliste malheureux de la Coupe d’Afrique du Nord en 1954 perdue contre les colons de l’USSC Témouchent.

    Pour revenir au parcours du Mouloudia , il faut dire que le MCA a cravaché très dur pendant 15 longues années depuis sa création pour être enfin sacré Champion de première Division en 1936 avec une historique en DH à la clef et aborder sa première saison 1936/37 en Honneur.

     
    Pour atteindre l’élite (DH), il faut d’abord atteindre 4 paliers : district, 1ère série, D2 et D1, le MCA a commencé d’abord par le District de 1921 à 27 pour finir champion de district, puis accéda en D2 en 1927 et en D1 en 1931 en gagnant par forfait le match de barrage contre le reléguable de la D2, l’ES Zéralda.

    Sacré Champion de D1 en 1936 après la sortie victorieuse en match barrage lors de la  fameuse rencontre contre la 2ème formation de Blida USB grâce au bolide de Mustapha Kerrarsi le 17.5.1936.

    http://sebbar.kazeo.com

     

    Le champion de la D1 disputera ainsi les barrages pour accéder enfin à la DH, après les 3 matches historiques de mai 36 pour se départager avec le reléguable l’Olympique de Marengo.

    http://sebbar.kazeo.com

    Le MCA après avoir battu l'USB le 17.5.1936 ,
    devait rencontrer l'O.Marengo
    pour l'accession en Division d'Honneur


    http://sebbar.kazeo.com

    Match Barrage pour l'accession en division d'honneur.
    Le 24.5.1936,Stade Maison Carrée MCA-O.Marengo 1-1,
    But Yamarène(MCA)...match à rejouer

    http://sebbar.kazeo.com

    Match barrage match à rejouer.
    Le 31.5.1936 Stade maison carrée, MCA-O.Marengo 1-1,
    But Yamarène 55', match à rejouer une seconde fois

    http://sebbar.kazeo.com

    H I S T O R I Q U E

     Le Mouloudia est en Division d'Honneur (D1)
    3ème manche le 7.6.1936 à El Affroun MCA-O.Marengo 2-1
    Buts: Chelbabi Messaoud et Abed (MCA)Abitre : Todori

     

     Label WH + Coulibaly

    Match de Barrages
    SAISON 1935/1936
    Mouloudia – Marengo 0-0, 1-1
    EL AFFROUN AUX Couleurs du MCA



    Match de barrages entre MCAlger et O. Marengo (Hadjout) pour désigner le vainqueur à l’accession en Division d’Honneur, l’élite. En deux reprises, les rencontres ont été sanctionnées par des nuls 0-0,1-1 au stade Zévaco (Maison-Carrée), El Harrach. Une troisième confrontation est programmée à El Affroun. Une ville qui est loin d’être neutre ! Et le Mouloudia risque de céder la victoire à son adversaire.
    C’est à ce moment là que le conseil d’administration du Mouloudia appelé l’état-major, se met en branle conscient de l’ampleur et des répercussions négatives pouvant découler de l’issue de cette rencontre il provoque alors de manière urgente, une réunion extraordinaire pour la circonstance. Les dirigeants Mouloudéens chevronnés qu’ils sont ne veulent pas rater cette accession à laquelle ils tiennent beaucoup et que tout un peuple attend. Ils décident à l’unanimité de ne pas se laisser faire en intervenant farouchement, auprès du bureau de la ligue. Mais de quelle manière ? Aussitôt, Mouloud Djazouli et Ahmed Djaout sont désignés à représenter le Mouloudia devant la ligue pour cette délicate affaire. Une fois à la ligue, ces deux prestigieux dirigeants font un long exposé dans lequel ils expliquent les raisons qui les amènent à désapprouver la désignation du terrain en question C’est ainsi qu’en hommes avertis et disposant d’un riche capital expérience en domaine, ils vont jusqu’à acculer le bureau de ligue en démontrant que le stade d’El Affroun ne présentait pas les normes et les commodités pour abriter une rencontre de cette importance. De plus, le Mouloudia dispose d’un public fort nombreux. Toutes ces explications devaient être suffisantes pour faire changer d’avis les membres du bureau de ligue, mais en vain ….Et pourtant, nul ne pouvait ignorer les desseins inavoués adoptés par cette haute institution de football. Le bureau de ligue maintient sa décision malgré les protestations, tout en précisant qu’en cas de match nul, les deux équipes resteraient dans leurs positions. Ce qui veut dire, en clair, qu’il n’y aura pas une autre rencontre dans ce cadre, visant à départager les deux équipes. La question que l’on se pose est : Quelles vont être les conséquences d’un tel contexte sportif ? il est clair que Marengo est favorisé dans la mesure où il joue « à domicile ».


    Devant le maintien de cette décision plaidant en faveur de l’adversaire, les deux dirigeants sont déterminés à défendre les intérêts du club jusqu’au bout. Ils demandent, alors, à la ligue d’Alger sur un ton ferme, d’avoir à établir un procès verbal dans lequel doit être consigné que le Mouloudia décline toute responsabilité, en cas d’incidents qui pourraient se produire avant, durant et après la partie, dont copie est remise au club « Et nous ne sortirons pas d’ici si le document sollicité n’est pas établi. Devant cette attitude courageuse de ces deux hommes opiniâtre la ligue d’Alger, se sentant acculée, ne fait qu’accéder à cette exigence salutaire au club. Et, c’est grâce à ce document combien précieux, que le Mouloudia à été épargné de toute idée malveillante, lorsqu’on connaît surtout ce qui c’est passé à l’issue de la partie. Les dirigeants du Mouloudia se sont montrés à hauteur de l’événement.
    Le jour du match, tôt le matin, El Affroun vit déjà aux couleurs Mouloudéennes. Des milliers de supporters envahissent les rues et les quartiers. Le stade affiche complet c’est du jamais vu !

    Après l’encaissement du deuxième but, l’Olympique de Marengo jette toutes ces forces, un véritable combat employant tous les moyens pour espérer égaliser. On approche petit à petit la fin du temps réglementaire et le jeu se fait de plus en plus musclé. Le Mouloudia tient bon grâce à l’envie de vaincre de ses joueurs, de véritables gladiateurs de l’emblème national. C’est ainsi que sur une des actions de l’O.M, Derriche Braham, dans un choc violent, heurte un des frères Benetto, joueur très physique et méchant. Derrich est sérieusement atteint à la figure. Sa mâchoire est déformée et ensanglantée il ressemble à un monstre il fait peur. Les dirigeants lui font signe de quitter le terrain, de peur que son cas s’aggrave, afin que des soins lui soient prodigués . Mais rien n’en fut, Derriche fait la sourdine et continue à jouer dans cet état jusqu’à la fin de la partie. Son souci, ne pas laisser ses coéquipiers amoindris numériquement, même pour un laps de temps. L’enjeu trop important. Comme des professionnels, le MCA l’emporte enfin de 2 à 1. Des supporters de l’OM malmènent l’arbitre la police et la gendarmerie interviennent.
    Il est à noter que les deux buts de la victoire du Mouloudia ont été inscrits, le premier par Chelbabi et le second par Abed dit mistigri

     

    L’honneur du doyen est sauf. Il a gagné en toute sportivité avec des joueurs « frappés » des couleurs du MCA une victoire mémorable un succès historique.

     

    "Le Doyen conte le Mouloudia" DJAZOULI Mouloud

     

    Cette glorieuse équipe de 1935-1936 avait aussi atteint le 1/4 de finale de la coupe de l'Afrique du Nord éliminé par le futur finaliste l'Olympique Marocain casablanca


    votre commentaire
  • http://sebar.kazeo.com

    M.C.A

    Une légende vivante

     

    Le Mouloudia Club Algérois, doyen des clubs musulmans Algériens, est un phénomène de société, une vraie institution qui nous accompagne depuis notre enfance.On jubile à ses exploits et on souffre à ses échecs et déchirements.MCA:Trois lettres magiques qui ont marqué des générations toutes entières depuis la naissance le 7 août 1921 dans des conditions extrêmement difficiles à ce jour.Retracer l'histoire de ce monument, c'est comme feuilleter à la fois un album de photos de famille et se replonger dans le vécu des hommes qui ont donné sang et sueur pour que le Mouloudia devient une légende vivante.

    "Est légende ce qui est digne d'être lu ou rapporté ", dit le dictionnaire.C'est aussi celui qui a marqué son époque ou laisser son empreinte au fil des temps.Le Mouloudia a vu défiler de grands noms qui ont contribuer à la grandeur de ce club.De Braham Derriche à Rafik Saifi en passant par Khabatou, Arribi, Firoud, Amrous Tayeb ou autre Benali,le MCA est une icône qui a su charmer les foules et fait rêver des générations

    Dans cette rubrique on va essayer de vous présenter quelques noms pour chaque génération et qui caractérisent à nos yeux le symbole de l'amour, de la fidélité et du sacrifice.La liste est certes longue mais on va se contenter du nombre 11 comme le onze type de chaque équipe en ajoutant un 12ème homme symbole de nos supporters..Le choix est délibéré allant du père du Mouloudia au talentueux Saifi dernier champion d'algérie du club en écorchant les différents vainqueurs des titres du club comme c'est le cas des "Khabato Boys" auteurs du doublé pour le cinquantenaire du club, le triplé inégalable de 1976 ou les auteurs de l'historique accession en élite à la fin de la saison 1935/1936.

    AOUF Abderrahmane (Fondateur et années 20)

    KHELOUI Amar (années 30)

    MCA 1935/1936

    BENOUNA Ali (années 40)

    KHABATOU Smail (années 50)

    AOUADJ Zoubir (années 60)

    TAHIR Hassen (années 70)

    BETROUNI Omar (années 70)

    BENCHEIKH Ali (années 70/80)

    MCA 1976

    BOUICHE Nasser (années 80)

    SAIFI Rafik (1999)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique