• La désillusion

    MCA - An Nasr

    Le Mouloudia reprend ses mauvaises habitudes

    Décidément, au MCA, on ne semble guère retenir les leçons. Depuis le début de saison, c’est curieusement le même scénario. L’équipe a tendance à répéter les mêmes erreurs.
    Avant hier, au stade du 5-Juillet, face aux Saoudiens d’An Nasr, les capés de Menguellati sont une fois de plus, retombés dans leurs travers. Ils ont fait montre d’une incapacité à tenir un résultat, alors qu’ils venaient de faire le plus dur en revenant à égalité au score sur l’ensemble des deux manches avec leur adversaire. Le but encaissé à la 70’, contre le cours du jeu, faut-il le rappeler, a définitivement scellé le sort des Mouloudèens qui se devaient, dès lors, de marquer par deux fois pour arracher la qualification.
    Pour les supporters du MCA, c’est malheureusement du dèja vu. A l’aller déjà, à Ryad, les Badji and Co avaient connu le même scénario. Ils contrôlaient parfaitement les débats, ratant même l’occasion de tuer le match avant de fléchir complètement dans les derniers instants en encaissant deux buts en l’espace de dix minutes. Même en championnat, le Doyen a perdu pas mal de points dans les mêmes conditions, comme ce fut le cas contre l’USMB, l’ASMO, l’USMA et dernièrement, le PAC. Le constat est frappant. Le Doyen, en plus de se distinguer par des ratages en règle, éprouve du mal à conserver un acquis. Est-ce une tare chez les joueurs ou tout simplement une faillite tactique ? En tout cas, au Mouloudia, il y a péril en la demeure. Le club ne peut plus se permettre d’autres faux-pas s’il veut atteindre ses objectifs. Du pain sur la planche attend désormais le futur entraîneur
    Tahraoui rate le tournant du match

    On jouait la 43e minute de la partie lorsque l’arbitre de la rencontre accorde un penalty en faveur du Mouloudia. Tahraoui, jusque-là effacé, s’empare du cuir et se présente pour exécuter la sentence. La balle est interceptée par le portier d’An Nasr avec beaucoup d’aisance. Un scénario fatal pour le MCA, qu’on serait bien tenté de qualifier de prévisible. En effet, le moins que l’on puisse dire est que Tahraoui qui, faut-il le souligner, n’est pas un spécialiste de l’exercice, n’était pas le bon choix pour tirer le penalty.
    Celui-ci, pour rappel, qui a très peu joué les deux dernières saisons, a du mal à gagner une place de titulaire depuis le début de saison. D’autre part, c’était nettement le moins en confiance du onze Mouloudéen. "C’est le joueur qui a voulu prendre la responsabilité de tirer le penalty", a déclaré l’entraîneur Menguellati, ajoutant : "on n’a pas de spécialiste dans l’équipe. C’est le joueur qui se sent le plus en confiance qui tire le penalty." Des déclarations qui résument toute l’indiscipline qui règne au sein du Doyen. Logiquement dans une équipe qui se respecte, on désigne à l’avance les tireurs de penalties par ordre. D’autre part, le coach doit intervenir pour faire respecter les décisions prises. L’exemple le plus édifiant c’est celui de l’Allemagne lors de son match amical à Chypre face à le sélection locale. La Mannschaft menait par le score fleuve de 12 à 0, lorsque l’arbitre lui accorde un penalty. Le keeper Lehmann va se charger de le transformer, mais le sélectionneur Law lui fit signe de laisser Schweinsteiger, auteur de trois réalisations déjà, de l’exécuter, pour inscrire le 13e but.
    Ainsi le penalty manqué par Tahraoui aura incontestablement été le tournant du match. Il aurait permis au MCA de rentrer aux vestiaires avec l’avantage au score et reprendre les débats sous de meilleurs auspices. On aurait, par la même, évité la bagarre à la fin du premier half qui a contribué à déstabiliser l’équipe .

     

    « MAICHE Abdelwahab le porteur d'eauTournoi du 11 Décembre »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :