• La Fondation Braham-Derriche mort née 2006-2008

     

     La Fondation Braham-Derriche eset né 


    Le Mouloudia se ressource, en attendant?


    Publié dans Info Soir le 19 - 02 - 2006

     

     


    Jeudi 16 février 2006, la Fondation Braham-Derriche a signé son acte de naissance au musée du Moudjahid à Riadh El-Feth. Les anciens du Mouloudia d'Alger veulent redonner à leur club le rôle d?institution qu'il n'aurait jamais dû perdre.


    Il y avait vraiment foule jeudi dans l'amphithéâtre du musée du Moudjahid à Riadh El-Feth, à Alger, qui s'est révélé trop exigu pour contenir la grande famille mouloudéenne venue se remémorer le bon temps et assister à la naissance de la Fondation Braham-Derrriche.
    Une fondation qui a suscité débats et moult interrogations depuis l'annonce de sa création par ceux-là mêmes qui étaient les fondateurs de l'Association 'El-Mouloudia' ou du moins qui en faisaient partie.
    Malheureusement, cette dernière a presque cessé d'exister puisque vidée de la plupart de ses membres et déviée de la trajectoire et des objectifs qu?elle s?est fixés au départ de sa création en 1996. Et c?est ce vide qui a poussé des anciens joueurs, des dirigeants, qui ont été marginalisés pour une raison ou une autre, des bienfaiteurs, des supporters et des amoureux du club de se retrouver de nouveau et de se rassembler. Il fallait donc trouver un cadre pour cela, d'où le choix du nom du regretté Braham Derriche considéré, après le défunt Abderrahmane Aouf (dont le fils conteste aujourd'hui le choix), et avec Djazouli et Djaout, comme le modèle d'homme et de dirigeant que le Mouloudia n'a jamais connu. Derriche est, de par sa longévité, son dévouement et ses sacrifices pour le club, son apport, une véritable icône de fidélité et de loyauté. Un garant de la morale et de l'éthique sportive, un protecteur du patrimoine du MCA. C'est d'ailleurs ce qu'ont tenté de rappeler les différents intervenants qui se sont succédé à la tribune, jeudi au musée du Moudjahid.
    D'abord son fils Mokhtar, puis Smaïl Khabatou, ancien joueur et entraîneur émérite et enfin Abdelkader Drif, le dernier président d'avant la réforme de 1977.
    La nombreuse assistance, au milieu de laquelle on pouvait reconnaître plusieurs anciennes gloires et des invités de marque (Khalem, Abdouche, Bouchouchi, Si Chaïb, Kasbadji, Zouba, les fils Djaout et Djazouli, président de l'assemblée communale d'El-Madania), a eu droit à un petit documentaire filmée du regretté et non moins Mouloudéen de coeur Rabah Saâdallah sur Braham Derriche et quelques autres de ses compagnons, le tout commenté par la voix chaude de Benyoucef Ouadia, invité à animer cette cérémonie. Après cela, ce fut l'annonce des membres composant le comité provisoire qui sera chargé de préparer la première assemblée générale élective de la fondation et qui est composé de treize membres : le Dr Benmerabet, Mokhtar Derriche, Ali Bencheïkh, Omar Betrouni, Zoubir Bachi, Anouar Bachta, Sid Sid Ali Asloun, Abdelouhab Zenir, Brahim Attar, Hakim Boukadoum, Eddoukh et Azzedine Oldache.
    De nouvelles réunions au programme
    Une fois l'annonce officielle de la naissance de la fondation faite par le fils Derriche, la cérémonie a pris fin dans une ambiance émouvante de retrouvailles. Les membres du comité provisoire se sont fait la promesse de se réunir bientôt afin d'arrêter les dates et les modalités d'organisation de l'assemblée générale élective et tracer le programme de travail qui, selon les initiateurs, s?articulera autour du travail de mémoire, sur la réfection de l'image du club et de faire perpétuer les valeurs authentiques du Doyen.

     

    Ce qui est certain, c'est que les fondateurs de cette nouvelle structure se disent avoir retenu les leçons d'un récent passé et qu'ils jurent de ne plus tomber dans les mêmes travées qui ont mené le Mouloudia à ce qu'il est aujourd'hui.

     

    Inauguration du Siège 

    Elwatan; le Lundi 22 Mai 2006

    La fondation Braham Derriche inaugurera, mercredi 24.5.2006 son siège, qui se trouve à Dély Ibrahim. A l'occasion, plusieurs anciennes gloires du Mouloudia d'Alger ainsi que des personnalités du monde sportif et culturel seront au rendez-vous de cette inauguration tant attendue par les membres fondateurs de la fondation Braham Derriche ainsi que par de nombreux Mouloudéens avides de trouver une structure adéquate à même de prendre en charge leurs aspirations en tant que supporters jaloux de remettre de l'ordre dans la maison tant les repères ont grandement disparu. L'inauguration sera suivie d'un débat pour expliquer les objectifs de la fondation qui, dans un premier temps, va se consacrer à la structuration. Rappelons que la fondation Braham Derriche vient de participer à un tournoi de football organisé à la mémoire des victimes du séisme de Boumerdès.

     

     

    L’ex-idole du MCA, Ali Bencheikh 
    “Les dirigeants du MCA ont dilapidé 150 milliards”


    20/06/2006 source: Liberté 


    Porte-parole de la fondation Brahem Derriche, Ali Bencheikh revient dans cet entretien sur la création de cette association et ses objectifs.



    Liberté : Vous avez créé la fondation Brahem Derriche ; peut-on savoir quelles en sont les motivations ?
    • Ali Bencheich : La fondation Brahem Derriche, Allah yarhamou, a été créée pour plusieurs raisons, à commencer par cette volonté primordiale de moraliser la pratique du football au sein du Mouloudia et sensibiliser les jeunes que comptent nos supporters, et bien entendu reprendre les commandes du club du Mouloudia qui est la propriétaire exclusive de tous les Mouloudéens. Nous comptons à cet effet reprendre notre club par les moyens réglementaires qui passent par l’organisation d’une assemblée générale. Les statuts sont clairs là-dessus et insistent sur la représentation des anciens joueurs au sein de l’AG. À partir de là, je pense que les anciens joueurs sont majoritaires et à même de décider de l’avenir de ce club, longtemps objet de graves dérives.

    Vous n’avez pas peur de ne pas avoir d’écho vu la conjecture, surtout avec cette victoire en Coupe d’Algérie ?
    • Nous sommes tout à fait à l’aise d’aborder cette question en ce moment, car, d’une part, on ne nous accusera pas de profiter d’un faux pas de l’équipe pour abattre la bête blessée et, d’autre part, nous ne parlons pas d’un exploit ponctuel mais d’un bilan complet de 5 ans de règne de l’actuelle équipe dirigeante. Nous disons que ce bilan est négatif sur tous les plans, à commencer par une rétrogradation suite à une erreur de l’équipe dirigeante, une accession tirée par les cheveux et une série d’exercices nuls et voilà que maintenant les dirigeants actuels disent que cette Coupe d’Algérie en est leur œuvre. C’est faux ! Et nous en voulons pour preuve les 150 milliards de centimes que cette équipe dirigeante a dilapidés pour… une Coupe d’Algérie. N’est-ce pas là une misère devant les titres récoltés par l’USMA ou la JSK durant la même période ? Le seul mérite de cette coupe revient aux joueurs, à l’entraîneur qui a su faire travailler et motiver le groupe et bien entendu à ce merveilleux public. Comment peut-on parler décemment de bilan quand presque aucun joueur du Mouloudia n’a été formé au club ? Comment peut-on parler de bilan quand vous n’avez même pas un centre de formation ou un stade pour la préparation de l’équipe ? Le Mouloudia, qui est devenu une source de scandales étalés dans la presse, peut-il se targuer franchement d’un bilan positif ?

    Quelle est justement la position de la fondation Derriche par rapport à l’association El-Mouloudia qui gère justement la section football du MCA ?
    • La fondation Derriche, dont je suis le porte-parole, ne reconnaît naturellement pas l’association El-Mouloudia pour la simple raison que la convention signée entre cette association et la direction de Sonatrach stipule que ladite association doit être dissoute au bout de deux ans. Nous constatons cinq ans après que ce contrat a été bafoué. Du coup, nous nous interrogeons sur le silence des autorités sportives sur cette question. En outre, je vous informe que la fondation Derriche connaît une adhésion massive, à commencer par des membres de l’association El-Mouloudia.

    Lesquels ?
    • Je vous informe que M. Rachid Marif, président d’honneur de l’association El-Mouloudia, souhaite rejoindre justement la fondation Derriche et il a applaudi sa création.

    Cela veut dire donc que la fondation Derriche est en discussion avec Marif qui passe pour être le vrai décideur au MCA…
    • C’est tout ce que je peux vous dire pour le moment.

    Pensez-vous que l’organisation d’une assemblée générale du club est à même de régler la question ?
    • Nous le souhaitons et nous réclamons cette assemblée générale et nous voulons d’une AG réglementaire qui respecte les statuts, non pas comme celles organisées ces dernières années. À ce titre, il faudrait que les autorités compétentes veillent au respect de la loi sous peine de voir le Mouloudia davantage plonger dans la dérive.

    Entretien réalisé par Samir B.

     

    Dissolution en 2008

    Chelha (membre de la Fondation Derriche) :
    «C'est une infamie»

    Publié dans Info Soir le 23 - 06 - 2008


    «Si la situation n'était pas aussi grave, je ne viendrais pas à cette conférence de presse», dira d'emblée Mohamed Chelha, figure connue et membre fondateur de la Fondation Braham-Derriche qui a tenu à être présent à ce point de presse organisé par des membres de l'assemblée générale de l'association El-Mouloudia.
    Pour Chelha, il est inadmissible de dissoudre une association officielle et possédant son agrément des autorités publics sur une simple décision, sans passer par les voies légales. Concernant la composante de la nouvelle assemblée générale constitutive du MCA, Chelha a dénoncé le fait d'exclure les fils des membres fondateurs du Doyen, l'absence d'une enquête de moralité sur les membres introduits dernièrement et surtout l'exclusion de Abdelkader Drif qui a été délégué par le ministère de la Jeunesse et des Sports dans le processus de récupération du sigle. Avec simplicité et beaucoup de conviction, Chelha est revenu sur quelques pans de l'histoire riche du MCA et de son impact dans le mouvement sportif national avant même la naissance du FLN avant de conclure : «Ce qui s'est passé est une infamie et Dieu ne pardonnera jamais à ceux qui ont amené le MCA à cette situation !»
    Mise au point
    «L'association El-Mouloudia doit présenter ses bilans et s'autodissoudre par ses représentants de manière légale. Les pouvoirs publics doivent exiger cela, la loi est claire là-dessus. D'autre part, l'assemblée générale du MCA, sans la présence des fils des membres fondateurs, MM. Aouf, Djazouli, Djaout et Derriche, ainsi que Drif, Benmerabet et Ketrandji, serait une véritable infamie. Un arbre ne peut vivre sans ses racines. Je combattrai de toutes mes forces ce déni de justice.»

    « Abdelkrim Lakhdar Ezzine

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :