• La guerre du

    L’interminable guerre au sein d’El-Mouloudia
    Le Mouloudia a-t-il deux présidents ?
    A. Salah Bey

     
    Pourrissement n Décidément, rien ne va plus au sein de l’association El-Mouloudia où la polémique enfle chaque jour et les accusations se multiplient entre les membres opposants au Dr Messaoudi et ce dernier.

    Après la conférence de presse, animée mutuellement par le Dr Messaoudi, président de l’association El-Mouloudia et du MCA football ainsi que de Chaâbane Lounès, président de section, c’est au tour du comité directeur de réagir à travers un communiqué parvenu à notre rédaction et signé par Saïd Boukerrou, désigné il y a si peu, par sept de ses pairs au poste de président par intérim de l’association. C’est la première fois, depuis le début du conflit ouvert entre le Dr Messaoudi et ses membres du bureau exécutif, que quelqu’un d’autre, en l’occurrence Boukerrou, signe un document officiel, soit un communiqué au nom de l’association El-Mouloudia.
    Du coup, le club va-t-il se retrouver avec deux présidents à sa tête puisque, selon l’opposition, Messaoudi est démissionnaire (document à l’appui), alors que ce dernier rejette cet état de fait et déclare qu’il n’a jamais employé le mot démission. Mieux encore, il se dit réconforté dans ce poste aujourd’hui sous la demande des supporters, de ses amis, des membres de l’assemblée générale et des responsables du football. Ce que ne partagent pas du tout les membres opposants qui estiment que Messaoudi n’est plus président depuis qu’il s’est retiré par voie officielle et en signant de sa main un document dans lequel il invite les membres du comité directeur aux passations de pouvoir. Ce document, et d’autres, ont été transmis à la direction de la jeunesse, des sports et des loisirs (Djsl) d’Alger pour étude et surtout exécution. Par ailleurs, le Dr Messaoudi avait, au cours de la conférence de presse de lundi, estimé que ses opposants ne sont qu’au nombre de quatre, ce qui veut dire qu’ils sont minoritaires au sein du comité directeur du fait que deux parmi eux sont éliminés de facto (l’un est démissionnaire et l’autre est en abandon de poste depuis presque une année). Dans sa stratégie, Messaoudi voudrait bien que ce soit l’assemblée générale de l’association, élargie à d’autres nouveaux membres, de statuer sur le cas de cette opposition et de la pousser carrément vers la sortie.
    De son côté, l’opposition compte mener son combat jusqu’au bout pour destituer Messaoudi et attend avec impatience la réaction des autorités (Djsl) pour trancher ce conflit qui n’en finit pas et qui continue d’alimenter la vie tumultueuse du Doyen. Et déjà les supporters se demandent : le MCA va-t-il se retrouver avec deux présidents, comme ce fut le cas, il y a deux saisons, chez son homonyme d’Oran qui, comble de ridicule, s’est présenté à Sidi Bel Abbes pour affronter le NA Hussein-Dey avec deux équipes, celle de Djebbari et celle d’Elimmam ? C’est un cas peu probable, mais il est clair que la guerre ouverte au sein de l’association El-Mouloudia pourrit la vie du club et de l’équipe qui rentre aujourd’hui d’Italie où elle a accompli sa préparation d’avant saison.

    Le comité directeur fustige la gestion de Messaoudi

    Le comité directeur de l’association El-Mouloudia est sorti de sa réserve en dénonçant dans un communiqué les manœuvres de l’actuelle direction du club.

    «Nous nous sommes abstenus depuis le début de faire toute déclaration concernant le problème de gestion qui se pose au MCA. Malgré notre silence et notre recherche de la légalité, M. Messaoudi continue, comme à ses habitudes, de distiller dédain et insultes envers tous ceux qui vont à l’encontre de ses intérêts. Nous ne pouvons garder le silence devant tant de provocations et par voie de conséquence de ces appels à la vindicte populaire. Nous devons pour cela rappeler certains faits : notre démarche est conforme aux statuts et règlement qui régissent l’association El-Mouloudia. Les anomalies d’une gestion opaque et l’aventurisme de M. Messaoudi, illustre inconnu il y a cinq ans et occupant le devant de la scène publique par la grâce d’un parrain et la notoriété du Mouloudia, ne pouvaient laisser insensibles des gens ayant un niveau intellectuel et connaissant les règles de gestion. Et parmi les griefs retenus contre ce monsieur :
    * Ouverture de comptes parallèles, un compte en dinars et un autre en devises.
    * Biens en nature non inventoriés.
    * Gestion des hommes catastrophique.
    * Abus de bien sociaux : 7 lignes téléphoniques utilisées par Messaoudi et sa famille (épouse, fille, gendre et même neveu).
    * Suspicion de manœuvres spéculatives par la sortie de fortes sommes d’argent par des tierces personnes pour l’achat de carcasses de villas en collaboration avec un membre du comité directeur connu.
    * Dépenses non approuvées par le bureau et non contrôlées par le trésorier (M. Gaceb) en temps opportun.
    Tout cela n’est qu’un résumé de l’état de non-gestion qui caractérise la maison Mouloudia. Les membres du comité directeur, qui se sont abstenus de tout mouvement durant toute la saison, tout en appelant à la raison, n’ont cherché qu’à comprendre en provoquant une réunion extraordinaire. Au lieu de la réunion, Monsieur le président a ramené une meute de supporters dont l’un se retrouve en Italie avec l’équipe comme par enchantement, pour saborder la réunion. La suite est connue : Messaoudi démissionne et refuse de faire les passations de consignes, toujours aidé par ces pauvres supporters manipulés.
    Que reste-t-il comme membres du comité directeur en accord avec sa politique ? Eh bien, son trésorier et colistier dans les affaires de carcasses ! Quant au pauvre Chaâbane Lounès, qui ne peut en aucun cas être président de commission ou de section vu qu’il n’est pas membre du bureau, sa naïveté, son niveau intellectuel et son amour pour les unes des journaux font de lui une autre victime de manipulation. Il est plus à plaindre qu’à blâmer.
    Nous continuerons, pour notre part, à poursuivre notre démarche légale. P/Comité directeur

    Saïd  Boukerrou

    Quand la politique s’en mêle
    A. Salah Bey

    Pouvoir n Encore une fois, le Mouloudia d’Alger se distingue par l’intérêt qu’il suscite. Aucune classe n’est laissée indifférente. 

    Au cours de la conférence de presse de lundi, au siège du club à Chéraga, le président de section, Chaâbane Lounès, n’a cessé de dire : «Il y a des partis politiques, que je ne citerai pas, qui sont derrière ce qui se passe au MCA et derrière ceux qui s’agitent. Je suis sérieux et j’ai les preuves nécessaires de ce que j’avance. Il y a même un parti qui a avancé 4 milliards de centimes pour les membres opposants, mais pourquoi ces derniers n’ont pas ramené cet argent avant et pourquoi ne le verse-t-il pas dans les caisses du club ?» s’interroge Chaâbane.
    Pour ce dernier, il n’y a aucun doute : l’approche des élections législatives et le référendum sur le changement de la Constitution font réagir plusieurs forces, dont celles politiques qui ont besoin d’avoir des appuis au niveau du grand peuple du MCA.
    Beaucoup d’observateurs ont dû remarquer l’accueil extraordinaire réservé par les supporters du Mouloudia au président de la République lors de la finale de Coupe d’Algérie, le 15 juin dernier, et l’immense banderole en couleurs avec la photo de Bouteflika lui souhaitant la bienvenue. Cette initiative est loin d’être innocente ou venant d’un simple geste de supporters, mais elle confirme qu’il y a des hommes derrière qui activent et, à leur tête, Rachid Marif, le président d’honneur de l’association El-Mouloudia et ambassadeur d’Algérie à Rome, rentré expressément pour préparer la finale et veiller à son bon déroulement à tous les points de vue. Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que le MCA est lié à la politique puisque deux faits récents peuvent le confirmer : il y a la visite du président Jacques Chirac à Alger, et plus précisément à Bab El-Oued où il a été reçu chaleureusement grâce à une organisation et à une mobilisation parfaites des supporters du Mouloudia à partir du club et de ses relais. On citera également l’épisode où Omar Si Chaïb, ancien joueur du MCA et ex-député de Hamas, a été proposé pour la présidence de la section football du temps de Djouad et qu’une grosse polémique l’a empêché de l’être car estimant que le parti politique du défunt Nahnah était derrière. 
    Aujourd’hui, Chaâbane remet cette histoire de partis politiques (au pluriel) au goût du jour et confirme l’intérêt que peuvent porter ces derniers à un club aussi populaire et aussi porteur que le Mouloudia.

    Plusieurs griefs sont retenus contre lui
    Quelle sera la réaction de Messaoudi ?

    Dissidence. Le comité directeur de l’association El-Mouloudia vient de pousser, via un communiqué signé par Saïd  Boukerrou, sa dissidence de la politique de son président Messaoudi. Ce dernier est désigné responsable de plusieurs griefs. Parmi ces griefs, ledit communiqué cite :
    1- Ouverture  de comptes parallèles, un compte en dinars et un autre en devises ;
     2- Biens en nature non inventoriés ;
      3- Gestion des hommes catastrophique ;
      4- Abus de bien sociaux : 7 lignes téléphoniques utilisées par Messaoudi et sa famille (épouse, fille, gendre et même neveu) ;
      5- Suspicion de manœuvres spéculatives par la sortie de fortes sommes d’argent par des tierces personnes pour l’achat de carcasses de villas en collaboration avec un membre du comité directeur connu ;
     6- Dépenses non approuvées par le bureau et non contrôlées par le trésorier (M. Gaceb) en temps opportun.
      Les rédacteurs du communiqué précisent que «cela n’est qu’un détail de la non-gestion qui caractérise la maison Mouloudia». Et de suggérer la tenue d’une réunion extraordinaire qui, selon leur avis, est la seule issue pour que le club retrouve sa sérénité. Il est reproché, également, à Messaoudi d’avoir «ramener  une meute de supporters dont l’un se retrouve en Italie avec l’équipe comme par enchantement, pour saborder la réunion». Avant d’ajouter que «Messaoudi démissionne et refuse de faire les passation de consignes…» . Lors du point de presse qu’il avait tenu la semaine précédente, Messaoudi révélait que les malversations d’ordre financier sont passées au temps de Tourqui qui a ouvert et fait, selon les dires de Messaoudi, un cachet au nom du club illégalement. Maintenant que la fronde des membres de l’association a pris une vitesse plus accrue, quelle sera la réaction du Docteur au sujet de ces accusations ? Il est clair que le président Messaoudi est dans une très mauvaise posture devant les accusations de ses «opposants», même s’il peut encore s’appuyer sur le titre de coupe d’Algérie que l’équipe a remportée en fin de saison. Des cercles n’ont pas hésité à se poser la question de savoir pourquoi cette dissension ne s’est pas manifestée bien avant et curieusement à l’approche du coup d’envoi du championnat prévu  jeudi prochain...


    05-08-2006
    A. Y.


    « Le Mouloudia termine son stageLe MC Alger de retour »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :