• La viola se souviendra....

    MATCH DE GALA MC ALGER - AC FIORENTINA (1-1)
    La Viola se souviendra...


    Rendez-vous avec le prestige et l'histoire. Les présents au stade du 5-Juillet dans la soirée de mercredi dernier n'oublieront pas de sitôt la confrontation mouloudéo- florentine de ce 10 janvier 2007. Presque vingt ans après l'autre mémorable MCA - FC Cologne.

    Le Mouloudia est devenu un adepte des rendez-vous historiques espacés de dix, vingt ans. C1 africaine en 1976, virée madrilène quelques mois plus tard, titre national en 1979, le FC Cologne après la Coupe d'Algérie de 1983 face à l'ASMO et puis rien. Jusqu'en 1999 avec un sixième titre national, puis 2006 et le cinquième trophée arraché au voisin de l'USM Alger. Le tout dans une ferveur que seuls les supporters Vert et Rouge détiennent le secret. Et pour cause ! Avec une équipe plutôt moribonde sur le plan local et régional, et au moment où les dirigeants crient famine et que les joueurs menacent de faire grève, il n'était pas attendu que les fans du Doyen fassent le déplacement au temple olympique pour assister à une éventuelle nouvelle humiliation face à un adversaire qui, en d'autres lieux, est la terreur des grosses pointures. La Viola de Mutu et de Toni est une équipe qui force le respect, en dépit de son modeste classement en championnat d'Italie. N'était le scandale dans lequel l'équipe s'est empêtrée, engendrant la défalcation de 15 points, les Florentins se seraient trouvés sur le podium en compagnie de l'Inter, le surprenant Palerme et la Roma de Mancini. Une équipe à la réputation, donc, nullement usurpée que les Mouloudéens ont tenue à bousculer comme ils savent le faire à chaque fois qu'ils ont l'occasion. C'est connu, le MCA était, est et demeurera un club qui sait relever les défis. Le cachet gala n'était, mercredi, que superficiel car, d'un côté comme de l'autre, la victoire avait tout son sens. Prestige ou juste pour maintenir voire soigner le moral, ce rendez-vous avait ses petits mais aussi ses grands enjeux. Prandelli ne voulait assurément pas entendre, à l'instar de ses joueurs d'un faux-pas face à un club algérien qu'il ne connaît, et du nom seulement, que depuis quelques semaines. Son compatriote et adversaire d'un soir, Fabbro avait d'autres soucis à résoudre à travers cette joute moins amicale que prévue. Pour un Laziali pur et dur, un match contre l'ennemi juré du sud est toujours bon à gagner. Cet état d'esprit s'est amplement vérifié sur la pelouse dégradée du 5-Juillet. Les 22 acteurs malgré le manque d'appui sur un gazon gras et bosselé se sont et ont fait plaisir. Le but du revenant malien Rafan Sidibé a servi de détonateur à une partie qui allait au fur des minutes gagner en “explosivité”. Les Italiens, de mauvais perdants, comme les Algériens, de mauvais calculateurs ceux-là, ont offert un spectacle digne des grandes soirées de football et qui pouvait être de meilleure qualité si le terrain, l'éclairage et l'organisation générale de l'événement n'avaient souffert de l'amateurisme des organisateurs. M.B.

    FICHE TECHNIQUE
    Alger, stade du 5-Juillet - Temps clément - Pelouse grasse et peu praticable - Bon éclairage - Public moyen (30.000 spectateurs environ) - Arbitrage du trio Mourad Daâmi - Choukri Saâdallah - Réda Fahmi (Tunisie). 4e arbitre : M. Mohamed Bichari (Algérie) Buts : Sidibé (4') MCA, Reginaldo (90'+3') AC Fiorentina Averts. : Blasi, Donadel, Pazzini (ACF)
    MCA : Ouamane (Azzedine), Hosni (Belaïd), Bouacida (Galoul), Coulibaly, Babouche (Chaoui), Zmit (Koné), Hadjadj (Illoul), Younès, Badji (Largot), Bouguèche (Tahraoui), Sidibé (Badache). Entr. : Enrico Fabbro.
    Fiorentina AC : Frey (Lupatelli), Potenza (Mateo), Dainelli, Ujfalusi (Gamberini), Pasqual, Liverani (Montolivo), Blasi (Do Prado), Gobbi (Donadel), Santana (Pazienza), Mutu (Reginaldo), Toni (Pazzini). Entraîneur: Cesare Prandelli.

    HADJ BOUGUECHE (ATTAQUANT DU MCA)
    “Pareilles rencontres sont bénéfiques”

    Comment vous avez vécu cette rencontre ?
    C'était un grand plaisir de prendre part à une pareille rencontre. Jouer face à une équipe qui évolue au Calcio procure des sensations particulières. Je suis très content que le Mouloudia ait pu réussir une prestation honorable et surtout faire plaisir à sa galerie.
    Vous pouvez nous dire où réside la différence entre cette équipe italienne et la vôtre ?
    Sur le terrain, je sentais une grande présence physique des joueurs de la Fiorentina. Au-delà de leur gabarit impressionnant, ces derniers se déplaçaient avec une grande agilité. Cela est dû au volume de travail assez important accumulé qui dépasse certainement le nôtre.
    Des rencontres pareilles vous permettent aussi d'acquérir de l'expérience et améliorer votre rendement.
    Tout à fait. Des rencontres de ce type ne peuvent être que bénéfiques. Je dirai que c'est vraiment dommage de ne pas organiser fréquemment des rencontres pareilles avec des formations européennes.
    Lors de cette partie, vous vous êtes distingué par votre vivacité...
    Dans l'ensemble, c'est tout le groupe qui a bien joué. Je souhaite que la prestation réalisée face à la Fiorentina sonnera le réveil de l'équipe pour la suite du parcours.

    SEBASTIEN FREY (GARDIEN DE BUT DE LA FIORENTINA)
    “Le MCA nous a surpris”

    Le gardien français de la Viola, Sébastien Frey, s'est montré fort surpris par le rendement et la prestation des Mouloudéens «Pour nous, c'est une découverte très intéressante. On a assisté à une belle partie, les joueurs du MCA ont bien entamé la rencontre. Défensivement, ils ont été très coriaces», nous dira l'ex-Cannois qui poursuivra en déclarant : «Je pense que la rencontre aurait pu être plus plaisante si l'état de terrain était meilleur.»
    « La phase retour dés lundiABDOUNI sanctionné financiérement »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :