• Le MCA dans le paysage Africain

    Le Mouloudia dans le paysage Africain

    MCA, foyer de nationalisme

     

    La popularité du football en Afrique n'est que la conséquence logique d'une longue histoire et d'un passé prestigieux.

    Le football Africain a aujourdh'ui plus de 100 ans.Introduit en Egypte par les anglais à la fin du 19ème siécle, en 1860 excatement, il est très vite adopté et pratiqué (dès 1883) notamment au Caire et à Alexandrie alors qu'il n'était même pas encore devenu un jeu dans bien des pays d'Europe ou d'Amérique du Sud.

    Aussi, il n'est pas du tout étonnant que l'un des premiers club de football soit l'Olympic d'Alexandrie dont la création a été suivie par plusieurs d'autres, celles de l'Excelsior Club d'Accra en 1903 et du Racing Club de Tunis en 1906.

    Cependant à cette époque, les compétitions étaient réservées exclusivement aux non-autochtones.Et il faut, en vérité, attendre 1917 pour voir l'éclosion de club typiquement nationaux, tels le Ahly du Caire et le Zamalek d'Egypte, le Club Sportif Algérois (CSA) (1910 dissout en 1919) et le Mouloudia d'Alger (MCA) (1921) en Algérie, le wydad de Casablanca (1937) au Maroc, l'Espérance et le Club Africain de Tunis en Tunisie.

    Nés essentiellement d'une volonté d'opposition à la politique ségrégationniste des colonialistes dans le domaine sportif, ces clubs, à l'instar du Mouloudia d'Alger (MCA)*, deviennent dès leur apparition sur la scéne du football des foyers de nationalisme et les catalyseurs fondamentaux de l'éveil des consciences.

    Les stades, jusqu'au là peu fréquentés, commencent à drainer d'importantantes foules de supporters à qui ils offrent un cadre d'expression et d'affirmation dans ce sens om toutes rencontre face à une équipe européenne était vécue sous une forme de lutte pour l'identité et de combat contre le colonialisme.

    Bien plus tard, ces mêmes cmibs, tout comme l'Ashanti Kotoko de Kumassi (Ghana) à partir de 1926, le canon de Yaoundé (Cameroun) à partir de 1930, l'AS Vuta Club de Kinshasa (RDC ex Zaire) à partir de 1947 où le Raja de Casablanca à partir de 1949, auront un destin continental et feront longuement parler d'eux.

    Aujourd'hui encore, ils continuent à connaître une popularité exceptionnelle jamais démentie.Comme ils continuent à s'imposer en pourvoyeurs de l'élite africaine à qui ils fournissent toujours d'excellents joueurs.

    Abdelkrim Lakhdar EZZINE dans le Doyen N°16-Juin 1990-Page 26

     

    * LE MOULOUDIA CLUB D’ALGER   (MCA) :

    C’est le plus ancien et premier club musulman crée en Algérie d’ou l’appellation  "le doyen". Il a été crée en 1921 le jour de la fête du "Mouloud" et c’est de là que provient le nom du Mouloudia. Il symbolisera des années durant la résistance à la colonisation et devient rapidement le club le plus populaire en Algérie et ce jusqu’à maintenant.

    Le MCA c'était un réel projet de société tel que généreusement porté par les scouts musulmans algériens (fondé par Bouras Mohamed ancien joueur du MCA), Messali Hadj, le Théâtre populaire algérien et de nombreuses associations culturelles comme Nadi at-Taraqi, une des plus prestigieuses écoles du nationalisme algérien et beaucoup d'autres associations.

    Parmi les associations recensées, figurent La Jeunesse musulmane d’éducation sociale, La Fraternité algérienne, Le Croissant algérien, L’Avant-Garde (dont l’activité est axée sur le développement de la pratique de la gymnastique), sans oublier le doyen des clubs algériens, le Mouloudia Club Algérois qui joua un rôle de premier ordre dans le domaine du raffermissement du sentiment national et de la création de nombreux clubs sportifs musulmans tels l'USM Alger en 1937 où la JSK en 1946.  

     

    « Le Mouloudia sur un fond poétiqueABDENOUR MOHAMED (Boxe) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :