• Le MCA rate le coche


    DIVISION NATIONALE UNE (MISE A JOUR) : JS KABYLIE 1 - MC ALGER 0
    Une victoire dans la grisaille


    Fiche technique : Tizi-Ouzou, stade du 1er-Novembre, temps couvert, terrain praticable, affluence nombreuse, arbitrage de M. Haïmoudi assisté de MM. Terraï et Omari.
    But : Hemani (61’) JSK
    Avts : Meftah R. (21’), Hemani (61’) et Abdeslam (67’) JSK, Younès (25’) Bendahmane (34’) MCA
    JSK : Chaouchi - Abdeslam, R. Meftah puis Zafour (32'), Harkat, Douicher - Ouslati puis Marek (46'), Boudjakdji, Hamlaoui - Athmani, Yacef, Hemani puis M. Meftah (70’). Entr. : Aït Djoudi
    MCA : Abdouni - Hosni puis Illoul (78’), Bouacida, Galoul, Babouche - Hadjadj puis Largot (76’), Zmit, Bendahmane, Badji puis Badache (83’) – Younès- Bouguèche. Entr. : Bracci.

    On vous le disait : du classique JSK – Mouloudia d’Alger il ne subsiste pas grandchose, pour ne pas dire rien du tout. La parfaite illustration en a été donnée hier sur cette aire de jeu du stade 1er- Novembre de Tizi Ouzou qui ressemblait à tout sauf à une pelouse destinée au football. Le match, il y en eut un quand même, a été entamé sur des velléités algéroises avant que les Kabyles trouvent quelque peu leurs marques et se mettent, eux aussi, à taquiner Abdouni et ses défenseurs, mais de façon aussi peu convaincante que le firent les Algérois lorsque le cours du jeu était à leur avantage. En fait, la première période ne “vivait” que par à-coups, comme sur cette double occasion de Bouguèche qui sera suivie par trois corners coup sur coup pour le Mouloudia (23’), ou encore lorsque, à l’issue de l’un des rares mouvements de bonne facture des Kabyles, une lourde reprise de Athmani était déviée de sa trajectoire par le bras de Bouacida sans que l’arbitre bronche (30’). C’était vraiment trop peu pour que les acteurs du JSK – MCA d’hier arrivent au niveau de leurs dignes prédécesseurs qui ont permis aux deux clubs d’offrir quelquesuns des plus beaux matches de l’histoire du championnat d’Algérie. Sans être un modèle, la seconde période aura été un peu plus disputée et surtout aura été marquée par une bonne “dose” d’intensité et beaucoup d’incertitude. De quoi sauver ce match qui ne restera pas dans les mémoires sauf pour ceux qui, dans quelques années, se rappelleront que lors de l’édition 2006-2007, la JSK s’est tirée du fin fond du classement grâce à une victoire aux dépens de son “historique” rival, le Mouloudia d’Alger. Un succès long à se dessiner et que les supporters des Canaris, au vu du cours du jeu de la première période, savaient qu’il n’était pas facile à comptabiliser et, après le but de Hemani, savaient qu’il n’était pas acquis tant que M. Haïmoudi n’avait pas mis fin aux très moyens débats. Ceci, même s’il faut souligner quand même qu’à un certain moment, on sentait que la JSK voulait cette victoire plus que le Mouloudia. Zafour, sur un retourné à la réception d’un coup franc de Yacef, ouvrira la période du match favorable à la JSK. Toujours sans se montrer extraordinaires, les hommes d’Aït Djoudi cueilleront les lauriers de leur œuvre par la grâce d’une tête plongeante de Hemani à la réception d’un centre de Athmani sur lequel les défenseurs algérois étaient comme en pleine sieste (61’). Un éclair dans la grisaille auquel répliqueront les Mouloudéens de façon plus ou moins convaincante par un essai de Bendahmane et surtout ce coup de tête de Younès détourné du bout des doigts par Chaouchi. Le semblant de poussée de la bande à Bracci ne changera pas l’histoire de ce match tout simplement parce que celui qui pouvait éclairer les lanternes algéroises, Fayçal Badji, accusait un coup de fatigue “fatidique” peu après l’éclair de Hemani. A l’arrivée donc, les Canaris s’offrent un peu de répit alors que, de l’autre côté, le Mouloudia se retrouve plongé dans le doute et dans l’entourage de l’équipe, ils ne sont vraiment pas des masses à croire que François Bracci sera sur le banc lors de la prochaine sortie du Mouloudia….. R.S.

     

    MC ALGER
    Après Nouzaret, Badou Zaki entre en piste

    Le limogeage du coach Bracci est toujours un sujet d’actualité au sein du directoire mouloudéen. Le nouveau président de la section, Khaled Adnane, également un des sponsors du club, s’acquitterait personnellement de cette tâche. Ceci au moment où le coordinateur du directoire, M. Adjani, a demandé dans la soirée de dimanche au DTS des jeunes catégories, Madjid Oudina, d’intégrer le staff technique des seniors. Une façon d’assurer l’intérim à tout moment surtout dans le cas où Bracci se décidait à lâcher l’équipe. Aux dernières nouvelles, l’adjoint de Bracci, Menguellati, est lui aussi mis sur la liste noire du directoire et semble être indésirable. Les membres de cette instance transitoire lui reprochent ses comportements nuisibles à l’équipe. En attendant la réponse finale de Robert Nouzaret, appelé à faire un sacrifice sur le plan financier, plusieurs managers ont proposé les services de certains entraîneurs et ont même transmis leurs CV. Les dirigeants du MCA, eux aussi, ont leur petite idée là-dessus. La liste comporte entre autres le nom de l’exsélectionneur des Lions de l’Atlas, Badou Zaki, actuellement en poste au niveau de la formation KAC Marrakech. Les chances de voir l’ex-gardien de la sélection marocaine aux commandes du MCA sont minimes. Aussi, le nom de Bouarrata est évoqué. Pour rappel, l’ancien coach du MOC a poliment refusé, à deux reprises et dans de pareilles situations, de prendre en main le Mouloudia. Ce directoire semble plein de contradictions, en se plaignant d’une crise financière pour pouvoir régulariser les joueurs, alors qu’il est en train de chercher un nouvel entraîneur pour l’équipe qui va coûter un argent fou. Par-dessus tout, le directoire oublie totalement la principale mission qui lui a été confiée, celle de préparer une AG extraordinaire. A.A.

    « Le MCA en Arabie SaouditeLe MCA rate le coche »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :