• Le ridicule ne tue pas

    Kamel Maouche (MC ALGER) à Liberté
    “Je ne suis pas revenu pour encore chauffer le banc”

    Liberté : Vous avez, finalement, décidé de rejoindre votre équipe du Mouloudia après environ deux mois d’arrêt. Comment cela s’est passé ?
    Kamel Maouche : Le plus normalement du monde. J’ai rencontré le président Messaoudi depuis quelques jours pour débattre de ma situation avec l’équipe. Nous nous sommes tout les deux mis d’accord sur le fait que je reprends les entraînements avec le reste de l’équipe. Je pense qu’il est de mon intérêt de me remettre au travail avec mon équipe.

    Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?
    Vous savez bien que je n’ai pas accepté cette très lourde sanction qui m’a été infligée par la direction du club.
    C’est à cause de cette sanction d’ailleurs que j’ai décidé de ne plus remettre les pieds au sein de l’équipe. Car je pense que je ne méritais pas une telle sentence. Le président Messaoudi s’est engagé maintenant à retirer cette sanction. C’est pour cela que j’ai accepté de revenir.

    Deux mois d’arrêt cela fait trop quand même, n’est-ce pas ?
    Je reconnais que cela fait trop de rester deux mois loin de l’équipe. J’avoue que je voulais revenir bien avant. Seulement j’ai commis la bêtise d’essayer de passer par certains dirigeants pour arranger mon retour. Ces derniers n’ont rien fait dans ce sens pour moi. Peut-être qu’ils ne voulaient pas de moi. C’était finalement une erreur, car il fallait dès le début voir directement avec le président Messaoudi.

    Peut-on savoir ce que vous attendez de ce retour ?
    Je veux reprendre une vie normale. C'est-à-dire faire mon travail avec l’équipe le plus normalement du monde.

    Une aussi longue période d’arrêt vous sera certainement pénalisante physiquement…
    Oui je sais, mais je ne pense pas qu’elle sera aussi pénalisante que vous le pensez. Et ce pour la simple raison que je ne suis pas resté à l’arrêt durant ces deux mois, car je me suis entraîné. Je sais que ce n’est pas la même chose, mais ça va quand même me rendre la tâche moins difficile pour retrouver ma meilleure forme.

    Justement, Bracci a exigé de vous de perdre  du poids d’abord…
    Cette histoire du régime qu’on me fait sortir à chaque fois, commence à m’agacer sérieusement. Je pense qu’avant de dire quoi que ce soit, je dois d’abord rencontrer l’entraîneur Bracci pour discuter avec lui de cela justement. 

    Vous êtes parti du MCA pour protester contre votre non-titularisation. Que comptez-vous faire si de nouveau vous n’êtes pas titularisé ?
    Écoutez, je vous le dis franchement, j’en ai ras-le-bol des problèmes. Je ne suis pas revenu pour en créer d’autres. C’est pour cela que je veux d’abord rencontrer Bracci pour voir ce qu’il pense de la situation, c'est-à-dire ce qu’il attend de moi. En tout cas, je ne suis pas revenu pour chauffer le banc.

    M. B.


    « La locomotive du foot algérienBon pour le moral »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :