• MCA - Fiorentina 1-1 (10.01.2007)

    MCA 1 - Fiorentina 1 : Sidibé a fait rêver les Chnaoua

    Le Mouloudia a véritablement enchanté ses supporters, ce soir, dans un beau match gala disputé face à la Fiorentina. Les quelques 25000 supporters présents en ont eu pour leur argent. Pendant longtemps, l’illusion d’un MCA transformé en Juventus a bercé les Chnaoua.

    La redoutable équipe italienne a présenté ses titulaires d’entrée, mais cela n’a point intimidé Bouacida et ses camarades qui ont réussi à élever leur niveau. En une soirée, les Vert et Rouge ont mis l’habit d’une formation italienne pour lutter à armes égales avec leurs ‘’semblables’’ de Florence. Et l’entame fut, en plus, idéale avec une réalisation obtenue dès les premières minutes par l’entremise de Sidibé, qui signa ainsi son retour de manière spectaculaire. Il n’en fallait pas davantage pour enflammer les fans du Doyen qui, comme au plus folles soirées de coupe arabe, ont fait parler la poudre des fumigènes. Le stade baignait alors dans une ambiance indescriptible. Plongeait-on dans l’irréel ? Non, puisque les déboulées de Bouguèche, les bonnes balles distillées par Hadjadj, la forme éblouissante de Sidibé et le marquage impérial de Bouacida sur Luca Toni (un champion du monde !) montreront que tout était concret.
    Le Mouloudia était dans un grand jour. Il dominait tellement son sujet qu’il pouvait à tout moment de la première période ajouter un second but. Mais en équipe italienne de circonstance qui se respecte, le MCA se résolut à regagner les vestiaires sur le score de1 à 0. « Mouloudia la Juve !», scandaient alors en masse les Vert et Rouge carrément aux anges.
    En deuxième mi-temps, le jeu baissa d’intensité. Fabbro tenait à gérer son acquis, ce pourquoi il demanda à ses joueurs d’oser moins en attaque. Beaucoup de changements de joueurs interviendront par la suite et la partie devint moins animée. Jusqu’au temps additionnel pratiquement et cette égalisation italienne tombée comme un cheveu dans la soupe. Mais tout n’était pas gâché car le MCA aura vraiment émerveillé ses fidèles l’espace d’une soirée. Vraiment une belle soirée.

    Il y a trente ans, c’était le Real !
    Par A. Salah Bey


    Valeur n Le Mouloudia d’Alger renoue avec le très haut niveau en accueillant, ce soir, sur la pelouse du 5-Juillet, la formation italienne de la Fiorentina.

    Lorsque le Mouloudia d’Alger était au summum de son art et de sa gloire, il s’est permis le luxe de se frotter au grand Real de Madrid sur invitation même de son président de l’époque, le défunt Santiago Bernabeu nom que porte aujourd’hui l’ex-stade Chamartin où évoluent toujours les coéquipiers de Raul. C’était il y a trente ans à l’occasion du 75e anniversaire du vieux président, au moment où le MCA, auréolé de sa première couronne africaine, tiendra également en respect la sélection iranienne qualifiée au Mondial argentin de 1978.
    ?a, c’était le beau passé du Mouloudia que les plus mordus continuent à raconter aux plus jeunes, mais surtout aux plus frustrés, histoire de raviver la flamme du grand club et de rappeler le passé glorieux d’une formation tombée, depuis, en désuétude à cause de ses hommes. Mais avant et après le Real, il y a eu d’autres grands clubs auxquels le Doyen a donné la réplique à l’image de Bastia (et ce fameux succès 6 à 3 au Parc-des-Princes à Paris), mais aussi les Brésiliens du Fluminense, les Allemands de Cologne ou du Carl Zeiss Iena. C’est dire que le Mouloudia, lorsqu’il était géré par de vrais hommes dévoués, généreux, professionnels malgré le monde amateur dans lequel ils évoluaient, d’une grande moralité et d’un intellectualisme reconnu, il flirtait avec les grands de la balle ronde qu’ils soient du continent ou d’Europe, voire d’ailleurs. Ce soir, le Mouloudia a, grâce à deux succès dont les trophées iront garnir sa galerie (Coupe d’Algérie et Supercoupe 2006), rendez-vous avec l’histoire et les matchs de haute facture. S’offrir la Fiorentina de nos jours, ce n’est pas donné et il faut en tirer profit à tous les niveaux. Ce n’est pas le Milan, l’Inter, la Juve ou la Roma, mais le club de Florence demeure l’un des fleurons du football transalpin aujourd’hui champion du monde en titre. La chance méritée qu’ont les Mouloudéens de renouer avec la Jet-Set du foot doit être mise à profit pour au moins enterrer la mauvaise image qu’entretient toujours ce club à travers la gestion et les querelles de ses dirigeants, de surcroît de simples intérimaires dont la mission est de préparer une assemblée générale élective qui, elle, décidera de qui sera composée l’équipe dirigeante légitime. Ce qui est certain, c’est que cette rencontre internationale tombe à point pour débuter l’année et voir de plus près le niveau de l’un de nos clubs de l’élite où les joueurs devront élever le niveau, assurer le spectacle et rivaliser avec les coéquipiers de Luca Toni le «fou buteur» de la Squadra Azzura.
    Une aubaine pour se montrer un peu et de se permettre une belle page de pub pour un football algérien qui en a vraiment besoin. En attendant le match retour contre le Real ! Pourquoi pas, il n’est pas interdit de rêver.

    TROPHÉE RING-ALGÉRIE: MCA 1-FIORENTINA 1
    Les Mouloudéens à la hauteur
    En tombant sur une formation algérienne en superforme, l’AC Fiorentina n’a fait que subir.

    En effet, de l’avis de tous les observateurs, à commencer par le staff technique du club italien, le Mouloudia d’Alger était le meilleur sur tous les plans lors de cette confrontation algéro-italienne.
    D’ailleurs, les Vert et Rouge n’ont pas trop attendu pour annoncer la couleur en ouvrant la marque dès la quatrième minute par l’intermédiaire du Malien Rafan Sidibé, le revenant, qui a parfaitement exploité l’effort individuel de Hadj Bouguèche. Un but qui a vraiment enflammé le stade du 5-Juillet et par la même occasion les hommes de Fabbro Enrico, l’entraîneur mouloudéen, qui avait dès lors compris, qu’il y avait vraiment quelque chose à jouer lors de ce match amical.
    Pourtant, avant cette confrontation, la différence était flagrante entre les deux niveaux et surtout, les deux effectifs. La Fiorentina était, d’ailleurs, menée par un certain Luca Toni, l’un des 23 cham-pions du monde italiens, qui était entouré d’une pléiade de joueurs renommés à l’instar des Muttu, Ujfalusi, Blasi, Mateo, Pasqual et le gardien français Sébastien Frey.
    Mais sur le terrain du 5-Juillet, personne n’a remarqué cette différence du fait, que de l’autre côté, se trouvait une équipe mouloudéenne des grands jours qui n’avait qu’une seule obsession: marquer une nouvelle page de son histoire. Chose faite car, en aucun cas les partenaires de Sofiane Younès n’ont tremblé, en faisant même mieux en allant bousculer les Italiens dans leurs propres périmètres. Il convient de signaler, en outre, que les deux gardiens du Mouloudia en l’occurrence Ouamane et Azzeddine se sont uniquement contentés d’une seule intervention chacun par mi-temps. Ce qui signifie clairement, que la défense mouloudéenne ainsi que le milieu de terrain étaient bien en place pour fermer toutes les issues. Et il a fallu attendre l’ultime minute du temps additionnel (90+4) pour assister à l’égalisation des Italiens grâce à une tête inespérée du remplaçant Reginaldo. Même avec ce 1 à 1, le résultat est plus que satisfaisant pour l’équipe algérienne qui a vraiment hissé très haut l’emblème national en tenant tête à l’une des meilleures formations du Calcio italien.
    La palme d’or de cette rencontre revient indiscutablement au Malien, Rafan Sidibé, qui a été l’auteur d’un match plein et surtout du but mouloudéen en sachant que ce joueur n’a pas foulé les terrains depuis environ une année entière à cause d’une fâcheuse blessure au tibia.
    Un retour qui a même poussé les dirigeants du club à y réfléchir à deux fois quant à cette histoire de recrutement d’un avant-centre de qualité.
    A noter, également, que l’entraîneur Fabbro a jugé utile de faire circuler tout son effectif et de donner la chance à tous les joueurs sans exception mis à part les blessés Belkaïd et Hamadou.
    Ainsi donc, le groupement Ring-Algérie précurseur de cette louable initiative aura réussi son pari le plus cher, en alliant l’art et la manière, dans de tels événements historiques et inoubliables puisque cette rencontre fut tout simplement, une vraie fête footballistique au sens propre du mot. Mounir B.

    MC Alger 1-Fiorentina (Ita) 1 :
    les Vert et Rouge ont fait trembler la Viola

    On était curieux de voir à l’œuvre le MCA à la veille de la reprise, face à une formation italienne constellée d’étoiles. A l’arrivée, les champions du monde ont dû souquer dur avant d’arracher une égalisation miraculeuse dans le temps additionnel.
    Du grand Mouloudia à l’occasioni

    Samedi 13 Janvier 2007

    Par M. Gemmill

    Un MCA réaliste à souhait et très convaincant est parvenu à faire trembler une équipe italienne de série A qui a démarré le championnat avec 17 points de retard suite à son implication dans les matches truqués du Calcio. On était curieux de voir à l’œuvre le MCA à la veille de la reprise, face à une formation italienne constellée d’étoiles. Sans round d’observation, les deux équipes affichèrent très tôt leurs prétentions respectives. 4ème minute de jeu au compteur et Bougueche qui a pris de vitesse la défense italienne, déborde sur l’aile gauche, élimine son adversaire, sert idéalement Sidibé qui retrouve la compétition après une année d’absence, suite à sa blessure face au club égyptien ENPPI comptant pour les quarts de finale de la Ligue arabe des champions. Le Malien bien placé n’a eu aucune peine à loger la balle dans les bois du gardien français, Frei. Ce départ en fanfare a mis en confiance les Algérois, lesquels ont continué d’imposer leur domination sur la Fiorentina, surprise par tant d’allant de leur vis-à-vis. La Viola est attentiste mais annonce la couleur par Toni qui prend de vitesse un défenseur mais cafouille au moment de conclure. Toutefois, Ouamane, le keeper algérien, a dû intervenir en deux temps pour arrêter un essai du buteur de la Squaddra Azzura, Luca Toni. Malgré cette chaude alerte, les Mouloudéens, très à l’aise avec un Sidibé toujours au charbon, n’ont pas eu pas trop de peine à trouver leurs marques en phase offensive. Momo était tout près de doubler la mise dans les derniers instants de cette 1re mi-temps. En deuxième mi-temps, le jeu a baissé de rythme, après l’incorporation de nombreux remplaçants des deux côtés. Cela n’a pas empêché les hommes de Fabbro de monopoliser le ballon et d’inquiéter de temps à autre le gardien international roumain, Bogdon, incorporé à la place de Frei. Jouant sans complexe, les Mouloudéens ont failli aggraver la marque à la 71ème minute par Sidibé après un excellent travail de Largot. Dans les dernières minutes, les Italiens, sermonnés par leur coach Trandelli, ont profité d’un moment de relâche des Algériens pour remettre les pendules à l’heure.
    Un but réussi à la toute dernière minute par le Brésilien Ferreira après une série de corners. En somme, après une bonne production face au Real de Madrid et au club allemand FC Cologne, le MC Alger a réussi un grand match, tenant tête à une grande équipe italienne de la série A, forte de ses meilleurs éléments, lesquels ont trouvé une belle résistance d’une excellente équipe algérienne.   

    M. G.

     


     

    « MCA 1 -Fiorentina 1 (10.01.2007)ABDOUNI sanctionné financièrement »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :