• USMA-MCA Les frères «ennemis» ?

    USMA-MCA

    Les frères «ennemis» ?

    fen2.jpg (85463 bytes)

    Jeudi 15 Juin 2006

    Par Amel Bouakba

    Place des Martyrs mardi soir, soit J-1 avant le très attendu derby algérois qui opposera les «frères ennemis», l’USMA et le MCA. «Aux frontières» du fief du Mouloudia, le très populaire quartier de Bab El Oued, cette scène, pour le moins insolite : une demi-douzaine de gamins portant des fanions vert et rouge tournant autour d’un agent netcom, en tenue verte (couleur fétiche du MCA) et chantonnant allègrement : «Allez, Chenouia, allez !» Mais il n’y a pas que les supporters du MCA dans ce quartier. Les Usmistes sont bien ancrés, toujours aussi passionnés. On croyait trouver des supporters à tendance «hooligan», à la limite de la violence et de l’explosion sociale, on verra des supporters «pacifiques» qui disent n’avoir qu’une seule envie, se défouler en allant supporter leurs équipes favorites. Les automobilistes sillonnent le quartier et se préparent déjà à défiler en prévision de la rencontre du sommet. En fait, ce derby algérois est une occasion pour faire la fête, un moyen de se défouler pour ces milliers de jeunes qui se sont donné rendez-vous dès les premières heures de la matinée.

    Contre la violence
    Drapeaux, fanions, sombreros, autocollants, maillots et même les ensembles pour enfants investissent les trottoirs. Les vendeurs occasionnels font du commerce florissant depuis plus d’une semaine. Redouane vend à même le sol les «indispensables» accoutrements aux couleurs de l’équipe dont ne peuvent se départir les supporters. Il dit n’avoir pas eu de mal à écouler sa marchandise : des fanions à 25 dinars aux ensembles pour enfants entre 600 à 800 dinars, dans les couleurs des deux équipes. Achour, la mascotte de BEO, vendeur de maillots et de drapeaux USMA, ne cache pas, quant à lui, qu’il est un chauvin du rouge et noir, convaincu que son équipe fera un 3-0. «Nous sommes les meilleurs et nous allons remporter cette Coupe», lâche-t-il. Les sons des décibels nous mettent déjà dans l’ambiance de ce soir. Les disquaires du coin, à l’exemple de la «boutique Kenza», font recette avec des CD et des K7 dédiés aux équipes rivales. Hassaïni El Aïd, lui-même supporter du MCA, dit avoir vendu près de 3 000 K7 et CD entre 80 et 150 DA, depuis deux semaines. En moins de quelques secondes, la boutique est envahie par des supporters des deux équipes à l’affût des derniers tubes. Les slogans scandés de part et d’autre et répétés à gorge déployée : «L’youm N’zahiou D’zaïr», «El youm ngalbou denia», «Mlah rbah oula khsara», ou encore «El youm Ma Tafrech». Ce qui est sûr, ce que ça chauffe déjà dans les artères de Bab El Oued et de Soustara. Les billets d’entrée de la rencontre USMA-MCA que des enfants vendent à 300 dinars s’écoulent comme des petits pains. Le score de la rencontre d’aujourd’hui est au centre des discussions. Abdelkader, Mimi et Mohamed Reda, qui avouent qu’ils ne rateront ce rendez-vous du 5 Juillet pour rien au monde, font déjà des prédictions, avouant s’attendre à 2-0 pour le MCA. «C’est le moins que l’on puisse espérer», disent-ils. Leurs copains, Mohamed, Mehdi et Madjid, Usmistes jusqu’au bout, ne manquent pas de les contredire, certains que leur équipe sortira victorieuse.

    Que le meilleur gagne !
    Aux quartiers des Trois Horloges et de Soustara, le rouge et noir se mêle agréablement au vert et rouge. Plongés dans l’ambiance de la Coupe du monde, les supporters des deux équipes promettent que la rencontre d’aujourd’hui sera une grande fête, «n’zahou l’Algérie», dira un jeune du quartier des Trois Horloges. A Soustara, «la maison de l’USMA», un immense maillot rouge et noir accroché au mur d’un des immeubles donne le ton. Au cœur du quartier, le café populaire de Soustara à proximité de la célèbre «Djnina» grouille de supporters de l’équipe de Allik, le regard figé sur l’écran qui retransmet en diffusé le match de Coupe du monde France- Suisse. Ici, tout s’est mis au rouge et noir. Par chance, nous arrivons à détourner leur attention du match lorsque nous évoquons la finale d’aujourd’hui. Usmiste dans le sang, Omar, la quarantaine bien entamée, médecin de son état, est le premier à réagir : ici, c’est le fief de l’USMA, il y a, certes, quelques mouloudéens mais le quartier est à majorité usmiste, indique-t-il. D’emblée, il estime que «les Usmistes, c’est des ouled familia, pas besoin d’être escortés pour venir nous voir, contrairement aux Chenouia», assure-t-il en narguant son ami Chenoui. Optimiste, Omar croit dur comme fer à la victoire de son équipe et évoque fièrement le palmarès des Rouge et Noir : «On va jouer la 15ème finale de la Coupe d’Algérie, on a raté les 7 premières finales mais, depuis 1981, on a eu 7 coupes et nous allons, cette fois-ci, in challah, encore perpétuer la tradition en remportant la 15ème Coupe d’Algérie, aux dépens de nos ennemis jurés et néanmoins amis», avoue- t-il, sur une note d’humour. «Si on remporte la 8ème Coupe, l’USMA va battre le record qu’aucune équipe n’a battu», ajoute-t-il avant de préciser que «ce soir, on montera tous au stade pour soutenir notre équipe». Il nous donne rendez-vous d’ailleurs pour une grande fête avec plein de surprises. Aux côtés de Omar, le médecin, «Dahmane Belmondo», supporter MCA, son ami intime et néanmoins rival. «Dahmane est mon ami intime, c’est comme un frère mais, aujourd’hui, il n’y a pas de khaoua», dit Omar et de poursuivre : «Le Mouloudia nous a battus lors de 2 finales, il est temps pour nous de prendre notre revanche.» Dahmane nargue son ami et intervient pour promettre une fête grandiose, persuadé que son équipe va gagner. Il y aura Amar Zahi, promet-on, et d’autres noms célèbres du chaabi pour fêter cet événement. Une discussion passionnante et passionnée jaillit ensuite sur l’appartenance «usmiste» des artistes qui fera que chacun des deux camps se disputera «Amar Zahi». Dahmane Belmondo promet, convaincu, un  «Amar Zahi pour animer la fête de la victoire du MCA». Ce à quoi répondront les «Usmistes» : «Zahi est de notre camp et il y a aussi Boujemaa Al Ankis et El Hachemi Guerrouabi, El baraka fihoum…» Le débat se poursuit et les supporters passionnés finiront par dire que ces chanteurs appartiennent à tous les Algériens et que le plus important aujourd’hui est que les deux équipes offrent un spectacle de qualité et du beau jeu.
    Les supporters des équipes rivales rencontrés ici et là avouent bannir la violence et souhaitent une finale haute en couleur. Le regard apaisé et calme, El Hadj Boualem, assis de l’autre côté du café de Soustara, Usmiste de père en fils, dira à propos de cette finale qu’il espère tout simplement que «le meilleur gagnera». Même si son cœur balance pour son équipe préférée, l’USMA.    

    A. B.

    « Une leçon de sportivitéVictime de notre popularité »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :