•  

     

     

     

    Djadoun Omar

    l'artiste du bassin

     

    Nageur du Mouloudia club Algérois et poloïste au sein du même club, omar était considéré comme l'un des meilleurs joueurs du water-polo de l'algérie.Excellentjoueur et meneur d'hommes, il a pu devenir un dirigeant de grande envergure. Il a le mérite d'être parmi les fondateurs de la fédération algérienne de natation en 1962. Il a entrainé l'équipe de l'USMA section water-polo.

    Omar Djadoun a été primé pour tout son oeuvre par la fédération internationale de natation avec la distinction Silver Pin prizes.

     

    FAKHARDJI Mustapha

    Un exemplaire compagnon

     

     

     

     

     

    Poloïste de premier ordre au sein de son équipe de toujours le Mouloudia Club Algérois, Mustapha Fakhardji avait l'estime de partenaires et adversaires pour sa droiture et son talent immense.Formateur inné, il a pu donner à l'algérie de bons poloïstes qui ont fait les beaux jours de l'équipe d'Algérie. Membre fondateur de la fédération algérienne de natation, il avait son frére comme partenaire au MCA champion d'Alger 1951 mais déchu de son titre après un complot de la ligue de l'époque avec l'ASPTT le rival de toujours mais arriva à accèder en division d'excellence avec une pléiade de bons joueurs à l'instar des Fakhardji, des Abdelaziz et des Lahoubi.

    Mustapha Fakhardji a été primé pour tout son oeuvre par la fédération internationale de natation avec la distinction Silver Pin prizes.


    votre commentaire
  •  
     
    BOURKICHE Hassen
    Un poisson dans l'eau
     
     
    Né à Alger en 1932.
     
    1939 Débuts en natation au Mouloudia club Algérois.
    1946 Poloïste au Mouloudia Club Algérois.
    1953 Poloïste à l'ASPTT Alger.
    1955 Signe à l'Avant-Garde-vie-au grand-air section sauvetage.
    1962-1964 Capitaine de l'équipe nationale de Water-Polo.
    Membre de l'équipe de sauvetage de la fédération algérienne de sauvetage, fondée par le Lieutenant Abdallah, président de l'Avant-Garde-vie-au grand-air.Secrétaire générale adjoint de la fédération algérienne de la natation.
    1978-1983 Membre de la fédération algérienne de sauvetage, secourisme et des activités subaquatiques.



    votre commentaire
  •  

    LAHOUBI FARID

    CAPITAINE COURAGE

     

    Né le 6 octobre 1926 à Saint-Eugéne (Bologhine)

    1939 Débuts en natation au Mouloudia Club Algérois avec comme entraineurs Chenouf et Ain Kahla

    1944 Va renforcer l'équipe de natation et water-polo de l'olympique musulman saint-eugénois,nouvellement crée.

    1946 Retour au Mouloudia club Algérois, comme poloïste.

    1962 relance la natation et le water-polo, fonde avec d'autres anciens nageurs les ligues régionales et la fédération algérienne de natation

    1962-1974 Secrétaire général de la ligue d'Alger et de la Fédération algérienne de natation.

    1974-1978 Secrétaire général de la Fédération algérienne de natation.

     

    Avril 2008, la natation algérienne vient de perdre l’un de ses illustres sportifs, Farid Lahoubi en l’occurrence. Ce dernier était très estimé et respecté par son entourage ainsi que dans le milieu de la natation pour laquelle il vouait une grande passion. Farid Lahoubi est né le 6 octobre 1926. Issu d’une famille respectable, il vécut dans son quartier à Saint- Eugène (Bologhine) où il apprit très jeune la natation. Il a plusieurs frères et sœurs dont certains sont de vrais sportifs à l’image de Braham (champion d’Algérie en plongée sous-marine) et Mahmoud (champion d’Algérie en haltérophilie). Très jeune (9 ans), Farid commençait à fréquenter les bassins du stade municipal (20-Août actuellement) et gravit toutes les catégories de benjamins à cadets pour intégrer ensuite la section water-polo du MC Alger. Il remporta aussi des diplômes internationaux en sauvetage qui lui ont été délivrés par plusieurs organismes dont l’Institut national des sports de Paris et la Fédération internationale de natation. Farid Lahoubi participa durant l’ère coloniale aux compétitions en water-polo en compagnie des frères Fakhardji (Mustapha et Abderrahmane), Omar Djaâdoun, Bourkiche, Boudeghna M’hamed, sans oublier Abdelaziz Madani (goal) qui formaient l’ossature du MCA. Il était classé parmi les meilleurs nageurs de sa génération. Il remporta avec le MCA le titre de champion d’Alger en 1952 face à des formations redoutables telles que l’ASM (Montpensier) et les PTT. Il fut même l’un des fondateurs de l’OM Saint- Eugène en 1944. En 1956, il cessa toute activité sportive sur décision du FLN, alors que le peuple entier traversait une période difficile pour le recouvrement de son autodétermination. A partir de 1962, juste après l’indépendance, il reprit la compétition avec le MCA, toujours aux côtés des frères Fakhardji et Omar Djaâdoun, tout en formant d’autres nageurs avec le concours de son frère Braham. Farid Lahoubi fut l’un des fondateurs de la Fédération algérienne de natation. En 1963, en compagnie de ses coéquipiers du MCA, ils représentèrent l’Algérie aux Jeux du Ganefo à Djakarta (Indonésie) qui vit la participation de plusieurs pays européens, asiatiques et africains et d’où notre pays obtint la médaille de bronze en water-polo. Puis ce furent les Jeux de l’amitié (Dakar 1964), les Jeux méditerranéens (Tunis 1965), les Jeux africains (Brazzaville 1967) ainsi que plusieurs tournois en Bulgarie (Sofia), en Hongrie (Budapest) et en Espagne (Barcelone) avant de devenir responsable et entraîneur de l’équipe nationale jusqu’en 1980, date où il cessa toute activité sportive. Sa meilleure récompense a été la médaille d’or du Mérite olympique, délivrée par le président du COA, M. Mustapha Larfaoui, le 19 avril 2001, qui est le couronnement d’une carrière exemplaire. Luttant depuis plusieurs années contre une maladie chronique, Farid Lahoubi a rendu son dernier soupir.

     

    LAHOUBI Braham

    Fierte de Santodji (Saint Eugéne) (Bologhine)

     

     

    Né le 20 juin 1933 à Saint-Eugéne (Bologhine).

    1939 Débuts dans la natation au Mouloudia Club Algérois.

    1964 Stagiaire-entraineur à l'institut national des sports à Paris.

    1967 Se lance dans la chasse sous-marine.

     1975 Intégration de la chasse sous-marine dans la fédération de sauvetage et de scoutisme. 

     

    Parmi les anciens sportifs qui ont dignement représenté l'Algérie dans des compétitions internationales, il est de plus en plus rare de retrouver certains d'entre eux qui continuent jusqu'à présent d'activer au sein des fédérations sportives ou simplement pour entretenir une certaine passion vouée au sport.
    Braham Lahoubi, de profession ébéniste,  constitue à lui seul le parfait exemple d'une génération de sportifs qui ont beaucoup donné au sport sans jamais rien attendre en contrepartie. Ils ont su transmettre leurs qualités morales, leur volonté et leur passion débordante pour cette discipline (plongée sous-marine, ndlr) au profit des jeunes.Braham Lahoubi est ne le 20 juin 1933 à Saint-Eugéne (Bologhine)
    , il est le benjamin d'une famille respectable composée de plusieurs frères et sœurs. Ses deux frères, encore vivants, étaient de grands sportifs dans les années 1950/60 à l'image de Farid (champion d'Algérie en water-polo) et Mahmoud (champion d'Algérie en haltérophilie). Il n'a jamais eu l'idée de quitter son quartier d'où il apprit très jeune la natation. Mais son sport favori allait être la plongée et la chasse sous-marine.  Avec El-Okbi Mahmoud (Que Dieu ait son âme), Baghlali Djelloul (Que Dieu ait son âme), Cherif Ahmed (Que Dieu ait son âme) et Si Abdallah (Que Dieu ait son âme) (ancien de la Protection civile), il a été l'un des fondateurs de la Fédération algérienne de secourisme, de sauvetage et des activités subaquatiques (FASSAS) en 1963. Il en fut très fier et se mobilisa constamment afin d'être prêt pour les futurs rendez-vous internationaux. Il suivit un stage à l'INS de Paris (France), en 1963, d'où il fut récompensé par un diplôme en natation. Il lança par la suite un appel aux jeunes pour adhérer à la Fédération et former des équipes pour représenter notre pays dans les différentes compétitions internationales. Participant aux tournois internationaux dans plusieurs pays, il eut le plaisir de côtoyer de grands plongeurs tels que Jaques Mayol (réalisateur du Film "Le Grand bleu"), Hugues Dessault, Gilbert Diaz (ancien français d'Algérie) avec lesquels il partageait des moments inoubliables de chasse sous-marine. Faisant le tour du Bassin méditerranéen, il participa à plusieurs épreuves en Italie, Yougoslavie, Turquie, France, Chypre, Malte, Egypte, et Tunisie. Lors d'un stage aux Etats-Unis, en 1973, il fit la connaissance de Don Jacklin (entraîneur du club de Portland), de Peter Dalan (club de San Francisco) ainsi que de George Hims (entraîneur de Mark Spitz, 7 médailles d'or aux J.O. de Munich 1972). Il ne cache pas sa satisfaction d'avoir participé à des compétitions à l'étranger : «Je garde un bon souvenir des Championnats du monde de Villa Carlos (Minorque, Espagne) où j'ai remporté le 1er prix (1985) ainsi que les participations à des compétitions internationales disputées à Mali Losinj (Yougoslavie) et Izmir (Turquie)».«Mon souhait, c'est de voir notre pays organiser un championnat du monde de chasse sous-marine, la zone s'y prête et les hommes ne manquent pas», ajoute-t-il. Mais pour Braham Lahoubi, tout en espérant de voir un jour son vœu se réaliser, il continue à sortir en mer en compagnie d'autres plongeurs pour s'adonner aux plaisirs que procure la chasse sous-marine. Actuellement, Braham Lahoubi est membre d'honneur au sein de la Confédération mondiale de chasse sous-marine.

     

    Rabah Saadallah "Les splendeurs du Mouloudia" et Sfindja Hamdane le soir d'Algérie 


    votre commentaire
  •  

    Water Polo et Natation

    Depuis 1936

     

    1945: L'Afrique du Nord explose

    Les championnats de france s'étaient déroulés à Bordeaux.E.G. Drigny, dans "Miroir des sports" s'exprimait:"les nageurs de l'Afrique du Nord sauvèrent par leur nombre et par leurs performances l'intérêt des championnats.

    Depuis quelques année,l'Afrique du Nord se signale chaque saison par la révélation de quelques nageurs de bonne classe.Après le Racing universitaire algérois, après Nakache de Constantine, après TaÏb de Tunis, voici de nouveaux espoirs:dix huit clubs différents représentaient Alger, Casablanca, Tunis, Constantine.La révélation du meeting fut le jeune Algérois Beaufrére, qui réussit 1 min 3 sec 9/10ème aux cent mètre et qui se vit frustré de la gloire de participer à la finale par l'application assez originale du tirage au sort, car il se trouvait à égalité de temps en demi-finale avec le parisien Joder"

    ...

    La reléve venait du Nord de l'Afrique.Le berceau de la natation française s'y trouvait,comme l'avait prévu quelques années plus tôt Georges Hermant.C'était incontestable.Mieux encore, un jeune constantinois du nom de Bachara avait été sélectionné pour les championnats de France de 1936.Il remportait tout de même une belle troisième place aux cents mètres crawl dans sa catégorie minimes.Il était le premier Algérien à participer à un championnat de France de natation...il sera champion de france cadet en 1937 et 1938 avec Nakache

     

    1936...Au demeurant, le club musulman doyen, le Mouloudia, toujours très pédagogue, très soucieux de l'éducation et du devenir des jeunes Algériens, toujours à la pointe de la concurence sportive avec les Européens d'Algérie, ne pouvait admettre de se laisser distancer en la discipline et ouvrait, par Mhamed El Haouat et Barticha, les fondateurs,aux jeunes Musulmans, une section natation, nommant à sa tête le chanteur Châabi El Hadj M'Rizek, président, Abdelkader Belkessa, vice président, Amar Chenouf entraineur et par ailleurs trésorier adjoint de la ligue algéroise de natation, assisté de Mohamed Ain Kahla.

    Les premiers nageurs allaient être Amar Chenouf en brasse, M'Hamed Ain Kahla en crawl, les fréres Baridja (Barticha) Mokhtar et Rachid, ce dernier allait devenir champion départemental du cent mètre nage libre en 1 min 3 sec, les fréres benhaddad Abderrazak et Rachid....Toute une équipe qui s'adonnera davantage, d'ailleurs, au water-polo avec Memed et Slimane Bachamar qu'à la natation, mais qui, par ses dirigeants, se fera "chasseur d'athlète" sur les plages algéroises à la recherche de quelque (ils étaient rares alors) audacieux prêts à se jeter à corps perdu dans la compétition.

     

    1939 c'est la guerre, le Mouloudia club Algérois découvrait, à la plage des Deux-Chameaux, lors d'une journée de réjouissance, comme il savait y en avoir, avec à la clef la traversée du môle Pontus,oùles concurents partaient du parc aux huîtres et gagnaient la plage.

    Belle réalisation encore que la création de l'Olympique musulman Saint-Eugénois en 1944.Des nageurs du Mouloudia Club Algérois vont lui prêter main forte.Farid Lahoubi, Mustapha et omar Larfaoui, les fréres Fakhardji (Mustapha et Abderrahmane), les fréres Abdelaziz et Omar Djadoun...Le Mouloudia dominait alors la natation algéroise, comme Constantine dominait la natation algérienne et Nord Africaine, mais les sportifs européens d'Algérie dominait les algériens sportifs.

     

    1946 Le Mouloudia vivait des moments difficile, il a disloqué son équipe et ses ex nageurs sont devenus poloïstes.Amar Chenouf a quitté le Mouloudia et est parti en france comme entraineur fédéral Français.Ain Kahla s'est retiré.Les anciens nageurs Memed, Haouat, Benhaddad, Barticha se sont également retirés du milieu.Ils ont laissé la place aux fréres Fakhardji, fréres Djadoun, Hassan Bourkiche, les fréres Lahoubi , Farid de retour de l'OMSE et Braham, ainsi que Boudguena de l'OMSE toujours.

    Les fréres Cherif qui étaient au Mouloudia, vont créer la section natation au Widad Riadhi Belcourtois.



     

     

    1951 Le Mouloudia champion d'alger et accession en division excellence

    En 1948, le Mouloudia se refait.Mais les postes tenaient bon la rampe avec les Malki,Mokhfi, ces compatriotes peu aimés des Mouloudéens parcequ'ils étaient aux P.T.T...1950/1951 le Mouloudia passa en division excellence après avoir gagné le titre de champion d'Alger.

    "Une seule équipe était à même de nous barrer le passage à la division d'excellence, c'était celle de l'ASPTT.Nous leur livrâmes le premier match de la saison et nous réusîmes à les battre.A la suite de cette victoire, nous ne perdîmes aucun match durant l'aller du championnat.Au retour, ce fut l'ASPTT qui nous battit et ne perdit plus aucune partie.Nous dûmes en toute bonne logique, faire un match de classement  MCA-ASPTT en fin de saison.Ce match fut, à ma connaissance, le match officiel le plus long d'Algérie, car pour nous départager il fallut avoir recours à trois prolongations.Un match qui dura deux heures...il eut lieu en septembre.Il avait été sans cesse reporté en raison des congés des joueurs de l'ASPTT.

    La partie se termina sur un nul 2 à 2.Elle avait failli dégénérer car l'arbitre voulait nous faire perdre.il y avait eu un coup franc.L'arbitre le signala à notre avantage.Nous nous démarquâmes, mais au moment de le jouer, il y eut volte face et ce fut l'ASPTT qui le tira.Ils jouèrent rapidement et marquèrnt, nous menant à la marque.Nous allions sortir du bassin en signe de protestation quand notre président Hadj M'Rizek et Mr Djaout nous dirent "même si vous perdez aux points, vous aurez remporté une victoire morale" Nous nous remîmes à l'eau et nous égalisons.Après la première prolongations et une heure trente minutes de jeu, nous restâmes sur un nul.A l'issu de la seconde prolongations,le nul demeura.Mais nous remarquâmes que le goal adverse attrapait froid et des crampes.Fakhardji notre capitaine décréta que celui qui a la balle tire sur tous les angles.Sur un jeu de passes, ce fut Fakhardji qui tira.La balle tomba devant le gardien de but, qui, pris soudain d'une crampe, la toucha sans pouvoir la saisir ni l'empêcher d'aller se loger dans les filets.Reprenant l'avantage et confiance, nous marquâmes un autre but pour finir sur le score de 6 à 4.

    Nous étions Champions d'Alger de division honneur et accédions en division excellence" Récit de Hassen Bourkiche.

    Pour rappel le MCA s'est vu retiré ce titre et devait rejouer le match barrage suite aux réserves techniques de l'ASPTT qui a pu prendre sa revanche et battre le Mouloudia en obtenant ce titre de champion d'Alger de la saison 1950-1951.

     

    1953 LA RADIATION DU MOULOUDIA

    En 1953, la formule championnat se basait sur une répartition des équipes en trois divisions.Un nouveau palmarès était ouvert.Le Mouloudia trouvait, pour la course au titre, des équipes comme l'Association sportive Monpensier, la Glorieuse Marine Oranaise, le Gallia Club Oranais...Jeune promu dans le water polo, le Mouloudia devait redoubler d'ardeur et de vigilance.A chaque match contre lui , l'équipe adverse était renforcée et on frictionnait sous l'eau,on rudoyait même, et l'âme innocente (pas autant que cela !)  on s'arrangeait pour ne pas se faire prendre et faire porter la faute au brave joueur, qui, s'il se rebiffait, était sifflé.C'était là le sort du joueur Mouloudéen: au moindre accrochage,il était sorti du jeu et il trouvait cela injuste.Les galeries respectives des équipes s'échauffaient aussi.Les mots fusaient et envenimaient.Les échauffourées prolongeaient l'ambiance.Les mêlées s'évitaient de justesse, mais les rixes en aparté étaient occasion de bonnes empoignades.

    En match MCA-Hydra, la bagarre générale se déclencha et le Mouloudia fut interdit de match et ses joueurs radiés à vie.Un club, ami du Mouloudia, l'association sportive Montpensier intervint auprès de la ligue d'Alger de natation pour faire lever la suspension.Ce qui fut fait, hormis pour l'ex capitaine d'équipe du Mouloudia,Farid Lahoubi.Bien des poloïstes du Mouloudia se trouvèrent donc en 1953 à porter les couleurs de l'Association sportive Montpensier ou encore de l'Association sportive des postes, télégraphes, téléphones.

    En 1962, il fut fait appel à d'anciens sociètaires du Mouloudia pour relancer les activités sportives.Les uns et les autres prirent une part à ces relances.Le FLN a fait appel au Mouloudéen Abdoun Mahmoud, ancien dirigeant du club, pour relancer l'activité sportive en Algérie.

    La fédération de natation est la première institution sportive à voir le jour après l'indépendance suivi du football.Elle a été déclarée à la préfecture d'Alger le 14 Novembre 1962 ainsi que les ligues régionales.

    Parmi les membres fondateurs dont deux français d'Alger, on trouve Djelloul Boughida et les deux Mouloudéens Mustapha Fakhardji et Omar Djadoun.

    Bourkiche Hassen et Lahoubi Farid ont occupé les postes de secrétaire générale et d'adjoint S.G respectivement.

     

    Il faut rappeler à la fin que le MCA a perdu un de ses polïstes au maquis en l'occurence le Chahid Abdelaziz MADANI.

     




    votre commentaire
  • mca water-polo

    waterpolo

    MCA Water- polo depuis 1948

     

    La volonté d'exister

     

     

    Peu de gens savent que le Mouloudia Club Algérois avait une section performante de water-Polo.La piscine municipal d'Alger est témoin de sa naissance sous la présidence de Hadj M'Rizek (chanteur Chaabi Allah yerahmou).L'idée avait germé après les grandes performances des nageurs Mouloudéens.L'année 1948 fut un coup d'essai puisque le MCA se classa avant dernier de son championnat à 1 seul point du dernier , l'OCM.

     

    En 1949, l'équipe gagna en expérience, son entraineur Farid Lahoubi entama un travail en profondeur afin d'améliorer le point faible de l'équipe à savoir le maniement de la balle et renforcer encore plus ses points forts qui étaient le souffle et la rapidité.En 1950, le MCA figurait déja parmi les ténors de cette discipline comme l'ASPTT ou l'USA en terminnant à la quatrième position du championnat. en promotion.

     

    Le MCA water-polo connaitra ses heures de gloires durant la saison 1950/1951 avec à la clé le titre de champion d'Alger en battant en finale la redoutable équipe de l'ASPTT (6-4 après prolongations) mais malheureusement et comme attendu le titre n'a pas été decérné suite aux réserves de l'équipe adverse qui obtint le droit de rejouer sa finale en l'emportant ainsi et priver le Mouloudia du titre qui le méritait aisément.Malgré ce coup du sort, le MCA accèda en division "excellence" e gagnant son match barrage par forfait face au Red Star.

    En fournissant d'honorables préstations pour sa premiére parmi l'élite saison 1951/1952 malgré quelques scores fleuves en sa défaveur, faute de métier et d'expérience, le MCA gagna le respect de ses adversaires

     

    MCA-ASPTT

    composition

    asptt

    asptt

    photo

    l'équipe du Mouloudia Club Algérois était constitué des nageurs suivants:les fréres Abdelaziz, les fréres Fakhardji, Bourkiche, Djadoune, et l'entraineur joueur Laohoubi Farid

     

    accession excellence


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique