• ZITOUNI Abderrahmane

    ZITOUNI Abderrahmane "pépito"

    "Le Mouloudia me colle à la peau"

     
     

    Abderahmane Zitouni, plus connu sous le sobriquet de «Pépito» coule des jours paisibles chez lui à Bab Ezzouar dans la banlieue est d’Alger (année 2007). Après de longues années passées au club le plus populaire du pays, le Mouloudia d’Alger, Zitouni a fait quelques tentatives à Tiaret, à l’ASM Oran,au RC Kouba et a fini par signer à l’ESM Boudouaou puis au MC Bouira. Aujourd’hui, il s’est retiré de la compétition, il joue de temps à autre. «Pour le plaisir, avec les jeunes du quartier», dit-il. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Abderahmane Zitouni a fait toutes ses classes au MC Alger. «De la catégorie école jusqu’en seniors, c’est toute une vie que j’ai passée au Mouloudia.» Dès qu’on lui parle de ses débuts, ses yeux s’illuminent. «J’ai fait toutes mes classes en vert et rouge. Le Mouloudia me colle encore à la peau aujourd’hui. Mon premier match en équipe senior, je le dois à Cheikh Kermali. C’est lui qui m’a fait confiance et a eu la main heureuse en me lançant dans le bain en équipe première», se remémore-t-il avec un brin de fierté. Avant d’ajouter : «Je ne me souviens plus quel match c’était, mais je me rappelle encore du jour où il m’a dit : «Tu es trop technique pour un défenseur, tu vas jouer demain et en attaque, plus question que tu restes derrière.» Et c’est comme ça que l’aventure de Pépito l’attaquant a démarré. Longtemps il a été utilisé ailier gauche sur conseil du Cheikh. Un Cheikh auquel Zitouni voue un grand respect. «C’est un grand monsieur du football, c’est une personnalité, son nom restera à jamais lié au football algérien, j’en suis convaincu». Des souvenirs, Zitouni en a énormément. Mais, stigmates du grave accident de la route dont il a été victime, il y a de cela deux ans, Pépito confond encore les dates et l’ordre chronologique des évènements. «Les deux seuls matches qui resteront gravés à jamais dans ma mémoire sont MCA-USMBA au stade 5-Juillet et MCA-FC Cologne». Pourquoi ces deux matches ? La réponse fuse : «Contre Bel Abbès au 5-Juillet, un stade plein à craquer. Une ambiance très lourde, on jouait ce match juste après  les tragiques évènements d’octobre 88. On joue depuis vingt minutes, puis soudain le stade explose, un grondement venu des tribunes qui me donne, aujourd’hui encore, la chair de poule.  Le stade s’était levé comme un seul homme pour entonner “Bab El Oued Chouhada". Etant natif de Bab El Oued, et ayant vécu ces tragiques évènements de plus près, j’ai ressenti quelque chose qui sort de l’ordinaire, je ne peux pas l’expliquer, mais ce cri venu des tribunes exprimait pour moi, comme d’ailleurs pour tous mes coéquipiers, un cri de détresse sorti du plus profond des entrailles de nos supporters. Dès lors, nous avions accéléré et pendant tout le reste du match, l’USMBA n’a plus revu le ballon, on le lui avait confisqué. Un match plein d'émotion, que je n’oublierai jamais. Contre Cologne, c’était tout autant sublime. C’était une belle soirée, un stade plein et une constellation de stars, Thomas Hasslër, Jurgen Kohler,  Pierre Littbarski etc. Un match plein d’étincelles et de beau jeu. Une soirée fantastique.» Que retient Zitouni de ces quinze années au plus haut niveau ? «Le fait d’avoir rencontré des hommes qui sont devenus par la force des choses des amis. Hafid Tasfaout, Omar Belatoui, Réda Mattem, Hamid Rahmouni, Nacerdine Adjissa sont autant d’amis que j’ai connus par le biais du football. Je n’omettrais pas de parler d’un homme exceptionnel, Belaïd Kechad. Il a été mon président au MC Bouira. Un homme dans le sens propre du terme. Après mon grave accident de la route, Belaïd Kechad a été à mes côtés, il ne m’a jamais lâché. Il a été présent dans les moments les plus difficiles, il a assumé ses responsabilités de président jusqu’au bout. Il force le respect, je lui rends hommage.» Au fait, beaucoup se demandent encore pourquoi Zitouni a quitté le MCA après tant et tant d’années de bons et loyaux services. «Parce que certains ont voulu se sucrer sur mon dos. Un responsable a voulu se faire de l’argent en me faisant rempiler, je n’ai pas accepté. Voilà tout.» Et aujourd’hui que devient Abderahmane Zitouni ? «Je travaille à Sonatrach, à Boumerdès, je suis employé au service social. Je ne m’ennuie pas, il y a une bonne ambiance. Je joue aussi au football de temps à autre.» Un joueur qui a tant d’années de pratique peut-il se retirer des stades d’un seul coup ? « Pas moi, non. Je vais encore au stade, mais incognito. Je prends mon billet, je m’installe dans les gradins, un point c’est tout. Je vais voir les matches du Mouloudia surtout, mais je ne m’empêche pas d’assister aux matches de la JSK, de l’OMR, du PAC et même de l’USMH. Lors de la finale de la Coupe d’Algérie (MCA-USMA DU 2006), j’ai même pleuré après le match. J’ai pleuré de joie bien sûr. Au cours du match j’avais des fourmillements dans les jambes, je voulais tant être sur le terrain. Mais bon, je le voulais c’est tout, je n’envie personne.»

    ZITOUNI ABDERRAHMANE

    Né le 17/05/1969 à Alger

    Clubs: MCA (Pur produit du Mouloudia à joué dans toutes les catégories du club)-ESM Boudouaou-MC Bouira

    International "A"

     

    Lorsqu’il débute officiellement la pratique footballistique chez les benjamins du MCA, le jeune Abderrahmane Zitouni (surnommé affectueusement par la suite “Pepito”) a déjà tout d’un prodige.
    Il est vif, technique et laisse apparaître très vite un tempérament de compétiteur et de gagneur.
    À 19 ans à peine, il est mis dans le grand bain de l’équipe fanion par cheikh Kermali qui, convaincu par le talent naissant de “Pepito”, fait de ce dernier un réel élément de base. Gaucher de charme, il occupe le poste de latéral gauche. Il défend de manière coriace et il est très vite porté sur l’offensive. Les supporters mouloudéens, qui ont bonne mémoire, se souviennent, sans doute, de sa technique et de ses incessantes “montées”. Devenu une des principales “attractions” de l’équipe, l’enfant terrible de Bab El-Oued s’impose avec beaucoup de brio à son poste. Ses prestations de haut niveau ne laissent pas indifférent Rabah Madjer, le sélectionneur de l’équipe nationale “A”, qui le retient et le prend sous son aile.
    “Pepito” ne pourra, hélas, donner plus d’envergure à sa carrière. D’abord, du fait de l’ingratitude de certains de ses dirigeants, ensuite, en raison du grave accident de la route (il était en compagnie de son coéquipier Sellou), qui a failli lui coûter la vie (coma de près de deux mois !) et dont il porte encore, à 41 ans, de sérieuses séquelles, tant sur le plan physique que psychologique.

     

    Actuellement il est agent de joueur

    Agent de joueurs.Les candidats admis

     Dimanche 7 octobre 2007

    La FAF a communiqué dimanche la liste des candidats admis à l'examen d'agent de joueurs du 27 septembre dernier:

    HAREM Mohamed...........34 points

    BOUSSAKRA Lakhdar....30 points

    ADJAL Abdelghani..........28 points

    BENMESSAOUD Hamza...28 points

    TEMIMI Rafik.................27 points

    BEHLOUL Abdlhamid.......26 points

    ZITOUNI Abderrahmane..26 points

    « NAZEF LahcèneMCA-St Antonio 6-1 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :