• AMROUS Tayeb 42 ans déja

     

    16.12.1969 / 16.12.2011

     
     



    AMROUS Tayeb
    loin des yeux, près du coeur


    Il est passé par notre monde mais le monde ne l'a pas assez vu, il est parti à la fleur de l'âge devant les yeux de ses admirateurs sur le tuf du théatre de ses exploits, le terrain du stade de bologhine.

    42 ans, jour pour jour, qu'un jeune artiste quitte le paysage footballistique algérien avec regret.En effet Amrous Tayeb victime d'une fracture de l'os temporale a poussé son dernier soupir au CHU Mustapha le mardi 16 décembre 1969.Le MCA venait de perdre ce jour là son plus beau fleuron.Il était le plus brillant de ses cinq fréres qui ont fait les beaux jours des coquelicots de la JS Bordj Ménaiel et bien d'autres clubs.Amar, Ahmed dit H'mida, Hocine, Sadek, Omar et leurs cousin Said étaient tous de bons joueurs, mais Tayeb avait un plus que seul les génies en possédent.

    Nous étions en plein mois de Ramadhan d'une journée hivernale pluvieuse au stade de Bologhine.Le MCA recevait dans le cadre de la 7ème journée du championnat l'équipe Annabi de l'USMA, au centre du terrain Tayeb dispute une balle aérienne anodine avec l'autre numéro neuf Haoues, un choc violent et involontaire s'en suivit entre les deux joueurs mais la chute sera fatal pur l'un d'eux.Tayeb ne se relevera plus jamais, le Mouloudia atomisa les annabis par 5 buts à 1 mais son buteur fétiche ne prendra pas conaissance du score, lui qui voulait marquer de son empreinte sa première saison parmi les ténors.

    Il avait à peine 18 ans, un âge de toutes les folies, mais il avait la maturité, une classe insolente et un talent reconnu par tout ceux qui l'ont vu à l'oeuvre et à qui on prédit un gand avenir,il était porteur d'un grand espoir, à l'aise techniquement, il avait le sens du placement et deux yeux qui ne quitte jamais les bois adverses, car pour lui, secouer les filets était un plaisir.

    Amrous Tayeb disputa en tout 10 matches officiels avec le Mouloudia, inscrivant 6 buts, un ratio qualité/quantité de plus surprenant quand on sait qu'il n'avait que 6 mois dans le haut niveau.



    son premier but avec le MCA, c'était à Kouba contre le CSS Kouba

    ses buts

    CSS Kouba (RCK actuellement)-MCA 2-3 (2 buts)
    MCA-ES Guelma 2-0 (1 but)
    USMBA-MCA 1-3 (1 but)
    MCA-USMA 1-2 (1 but)
    NAHD-MCA 0-2 (1 but)



    Quel bon début de saison il réalisa au point de prendre option pour le titre du meilleur baroudeur, mais le destin l'a ravi aux siens pour le freiner dans son élan à jamais et nous donner une histoire belle et triste à la fois, d'un jeune étudiant qui quitta le cocon familiale et de venir s'installer dans la capitale pour s'inscrire au lycée El Mokrani et signer au Mouloudia sur conseils de son ancien entraineur Lâagoune ,ancien Mouloudéen.Ce choix n'a pas été d'une facilité déconcertante, surtout que son frére joueur de la JSK a tout fait pour qu'il le rejoigne sur les hauteurs de la djurdjura.Le choix , de porter les couleurs du Doyen, a été judicieux et l'ascencion fulgurante pour faire de lui le plus prometteur espoir du football algérien et futur héritier du légendaire Lalmas en équipe nationale, notamment après avoir illuminé Paris avec l'équipe du Mouloudia en s'imposant sur l'élogieux score de 6 à 3 face à son illustre compatriote Mekhloufi et l'équipe corse du SC Bastia, Amrous a été élevé au rang du prince du parc après son époustouflante performance.

     


    La fin tragique de Tayeb Amrous fût une première en Algérie mais non pas la dernière puisque Benmiloudi, Benazzouz ou Gasmi pour ne citer que les plus connus, ont aussi subit le même sort, une mort dramatique sur un terrain de foot ce qui interpelle les consciences et les responsables afin qu'une banale manifestation sportive ne se transforme pas à chaque fois en une tragédie algérienne.

    Des années après nous remémorons notre artiste Tayeb sans l'oublier en espérant qu'un jour les dirigeants Mouloudéens puissent organiser, au moins, un tournoi pour les jeunes catégories et lui donner son nom à défaut de le donner à une tribune (d'un stade qu'on possède toujours pas) à l'instar des mancuniens pour leur légendaire manager Alex ferguson.C'est la moindre des choses pour quelqu'un qui a donné sa vie pour le Mouloudia et l'Algérie et ne jamais lui dire que :

    "le coeur oubli ce qu'oeil ne voit".

    ALLAH YERAHMEK

     

    Coulibaly

    http://mouloudia.org/makalate/151211_amrous.htm

    « 1939-1940HADDADI et BELHADJ Mâamar (dit mâamar) 1932-1933 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :