•  

    Le Vendredi 22 juin 1990

    Match Retour à Sousse

    ES Sahel -MC Alger 1-1

     

    Comme prévu le match retour fut difficile pour la bande à Oualiken.Néanmoins les coéquipiers de Fayçal Guettouche (auteur du but Mouloudéen) ont su garder la tête froide et être solidaire devant les attaques à répétition de nos adversaires.Il faut dire qu l'optimisme débordant d'avant match des tunisiens  a permis aux Mouloudéens de se serrer les coudes afin d'arracher cette qualification mérité.Allouche Fayçal avait inscrit contre son camp le but égalisateur des tunisiens alors que, l'autre Fayçal, Guettouche avait ouvert la marque à la 57' sur une passe de Maza.

     

    Le Mouloudia s'est présenté dans la composition suivante:

    Kadri Kamel-Teggar Mustapha (Hedibel Khelifa)-Boukhari Lakhdar-Lazizi Tarek-Allouche Fayçal-Lazri Mahrez-Guettouche Fayçal-Meraga Nasredinne-Belaouchet Khelifa-Maza Mustapha (Bouali Said)-Ghouli Nouredinne.Remplaçant:Larabi Djamel (G.B), Zitouni Abderrahmane, Belhadi Mohamed.Entraineur:Oualiken Amokrane

     

    La phase Finale prévu a Doha au Qatar du 15 au 24 Octobre 1991,a été annulé à cause de la guerre du Golf en 1991.


    votre commentaire
  • 1ère Participation du Mouloudia aux éliminatoires de la Coupe Arabe des clubs

    Le Jeudi 7 juin 1990

    au stade du "5 juillet"

    MCA-ES Sahel (Tunisie) 1-0

     

    Classé en sconde position au classement du championnat d'Algérie 1988/1989, le MCA a gagné le droit de représenter le pays aux éliminatoires de la coupe Arabe dont la phase finale devait se tenir à Doha au Qatar.

    Le tirage au sort par Zone a mis le club tunisien de la ville de Sousse, l'étoile du Sahel, sur la route du Doyen, un vieux briscard habitué des joutes internationales, puisqu'il était à sa quatrième participation en cinq ans à cette coupe Arabe.

    Le match aller s'est déroulé au stade du "5 juillet" et a vu la victoire des "verts et Rouge" par la plus petite des marges grâce au but du lutin Maza "le bebeto Algérien" peu avant la fin de la première mi-temps (44') d'une partie tout juste moyenne.

     


    Le Moloudia s'est présenté dans la composition suivante:

    Kadri Kamel-Teggar Mustapha-Bouali Said-Lazizi Tarek-Meziane Youcef-Toumi Adel (Hedibel Khelifa 79')-Maza Mustapha-Meraga Nasredinne-Belaouchet Khelifa (Belhadi Mohamed 76')-Ghouli Nouredinne.Remplaçant:Lazri Mahrez-Allouche Fayçal-Larabi Djamel (G.B).Entraineur:Oualiken Amokrane


    votre commentaire
  • Première participation à l'ACL (Arab champions league )

     

    La ligue des champions Arabes

    2004/2005

     

    1/4 Finaliste, battu par le futur vainqueur

     

    Pour sa première participation à la juteuse ACL, le mouloudia a émerveillé le monde arabe par sa production et l'engouement de ses supporters qui ont poussé les coéquipiers de Badji jusqu'au 1/4 de finale, battu de justesse par le future vainqueur l'ittihad Djeddah.

    L'aventure débuta à manama au Bahrein face au Moharaq bahreini au 1er tour le 21.9.2004 avant d'entrer dans la phase des poules avec le Zamalek d'Egypte de Tunisie, le Sfax et le Koweit koweiti.

    Voir documents du dz.foot.com

     

    21 Septembre 2004 à Manama

    Moharraq Bahreini-MC Alger 0-1

     

    l'occasion de sa première sortie en Ligue des champions arabe face au représentant du Bahreïn, le Mouloudia d’Alger n’a pas raté l’occasion de faire valoir encore une fois sa bonne forme actuelle, en arrachant une précieuse victoire par la plus petite des marges, lors de cette manche aller et de surcroît hors de ses bases (0-1). Une victoire très importante qui permet aux camarades de Badji de faire un grand pas vers la qualification, en attendant bien sûr la confirmation au match retour. Il faut dire que le onze au duo Mehdaoui-Farhi n’a pas eu la partie facile face à un adversaire de bonne qualité. D’ailleurs l’équipe locale avait la maîtrise du jeu et a même eu plusieurs occasions nettes, mais en face elle a trouvé un solide bloc dressé par les Mouloudéens très combatifs et solidaires avec dans les buts un Saoula des grands jours. La stratégie mise en place par Mehdaoui était claire. Il a demandé à ses poulains d’attendre l’adversaire dans leur camp, tout en se tenant à l’affût de la moindre brèche pour le surprendre par des contres. Cette tactique s’est avérée payante, puisque le MCA est sorti vainqueur de cette difficile confrontation. Ainsi, le Mouloudia d’Alger vient de réussir une bonne opération lui permettant d’entrevoir la manche retour dans la sérénité.

    A l'occasion de sa première sortie en Ligue des champions arabe face au représentant du Bahreïn, le Mouloudia d’Alger n’a pas raté l’occasion de faire valoir encore une fois sa bonne forme actuelle, en arrachant une précieuse victoire par la plus petite des marges, lors de cette manche aller et de surcroît hors de ses bases (0-1). Une victoire très importante qui permet aux camarades de Badji de faire un grand pas vers la qualification, en attendant bien sûr la confirmation au match retour. Il faut dire que le onze au duo Mehdaoui-Farhi n’a pas eu la partie facile face à un adversaire de bonne qualité. D’ailleurs l’équipe locale avait la maîtrise du jeu et a même eu plusieurs occasions nettes, mais en face elle a trouvé un solide bloc dressé par les Mouloudéens très combatifs et solidaires avec dans les buts un Saoula des grands jours. La stratégie mise en place par Mehdaoui était claire. Il a demandé à ses poulains d’attendre l’adversaire dans leur camp, tout en se tenant à l’affût de la moindre brèche pour le surprendre par des contres. Cette tactique s’est avérée payante, puisque le MCA est sorti vainqueur de cette difficile confrontation. Ainsi, le Mouloudia d’Alger vient de réussir une bonne opération lui permettant d’entrevoir la manche retour dans la sérénité

     

    27.10.2004 au stade du 5 juillet

    MC Alger-Moharraq Bahreini 2-2      

     

     

    Le MCA a souffert et a fait souffrir tous ses supporters pour arracher une qualification pour le tour prochain devant une équipe d’El-Muharriq accrocheuse à souhait. En effet, à la 13’ un centre de Deham qui dévie le cuir de la poitrine, trouve Chaouch dans une position idéale. Ce dernier adresse un tir fulgurant mais le gardien s’interpose avec brio.

    Une minute plus tard, ce même Chaouch, et après une chevauchée de plusieurs mètres, réussit le plus dur, à savoir dribbler le gardien, mais au moment de la concrétisation, il tire mollement, ce qui permet aux défenseurs de dégager la balle en catastrophe.
    La réaction des visiteurs était timide et nous n'avons noté aucune alerte au niveau de la défense algéroise, sauf peut-être ce tir du Marocain Boukerkour annihilé par le gardien Saoula (21’). L’attaque mouloudéenne amorce un contre rapide, la balle arrive dans les pieds de Deham. Ce dernier sert idéalement Amrane sur le flanc droit, mais son tir est repoussé par le petit filet (23’). Que d’occasion ratées pour le Mouloudia. Deham, encore lui, rate l’immanquable devant le gardien Ali Hassan.
    Et au moment où l’on attendait le coup de sifflet de l’arbitre, Selmi commet l’irréparable devant la surface de réparation et le Tunisien Atef Yacoubi n’hésite pas à accorder un penalty pour El-Muharriq. Ali Ameur à qui on a confié l’exécution de la sentence, le fait d’une manière imparable. 1-0 pour El-Muharriq devant un public qui n’en revenait pas. En seconde période, les Mouloudéens foulèrent la pelouse avec la ferme intention de revenir au score. Il fallait attendre la 70’, pour voir les efforts des Vert et Rouge récompensés. Deham embusqué à la hauteur des 18 m réceptionne une balle de Maouche. il met un défenseur dans le vent puis adresse un tir croisé qui a eu raison de l’infortuné Ali Hassan. C’est l’égalisation mouloudéenne accueillie par une explosion de joie dans les tribunes (1-1). La joie des supporters est de courte durée dans la mesure où à la suite d’une autre bévue défensive, Bouacida n’a d’autre choix que de descendre l’attaquant bahreïni dans la surface de réparation. C’est le deuxième penalty accordé par l’arbitre au Muharriq. Ali Ameur double la mise (2-1).
    A ce moment, le MCA était éliminé. Mehdaoui qui n’avait plus rien à perdre, opéra deux changements en incorporant deux attaquants Djab El-Kheir et Deghiche à la place de Benali et Amrane.
    Cette opération permet au Doyen d’acculer l’adversaire jusqu’à ses derniers retranchements et commettre la faute sur Dellalou à l’ultime minute de jeu.
    L’arbitre désigne le point de penalty et c’est Chaouch le «Serial buteur» qui offre au Doyen une qualification certes dure et laborieuse, mais ô combien méritée.

     


      Phase des Poules

     

    25 Novembre 2004 au stade de l'Académie militaire du Caire

    Zamalek-MC Alger 5-0  

     

     Stade de l’Académie militaire, affluence faible, pelouse en bon état, arbitrage de M. Mahmoud Abbès assisté de MM. Djaoudet et Hallaoui. 

    Buts : Djamel Hamza (21’ et 45’+1), Oualid
    Abdelhalim (71’), Somah Youcef (86’) et Tarek Saïd (92’) Zamalek. 
    Avertis : Amir Azmi (58’) Zamalek, Maouche (70’), Ouahid (74’) MCA.
    Zamalek : Abdelouahed, Ouaïl, Sadik (Ahmed Bakri, 46’), Amir Azmi, Ahmed Samir (Salah, 46’), Tamer, Tarek Saïd, Mohamed Abdelouahed, Djamel Hamza, Shekabala, Oualid Salah (Somah Youcef, 72’).
    Entr. : Capralzinho.
    MCA : Benfissa, Amrane (Djabelkheïr, 46’), Babouche, Bouacida, Selmi, Ouahid, Fodili (Bouamrane, 62’), Dellalou,
    Braham - Chaouch (Deghiche, 57’), Maouche, Deham.
    Entr. : Mehdaoui.

     

    Les courants du Nil emportent à nouveau des footballeurs venus d’Algérie. Après la mémorable correction des Verts (5-2) devant les Pharaons de Mahmoud Al Gohary, le 11 mars 2001 et le 6-2 infligé au MC Oran, à la fin septembre 2003, par Al Ismaïlia lors de la Coupe arabe des champions, voilà que le Doyen des clubs algériens se voit emporter par les eaux en furie du Nil. La troupe à Mehdaoui n’a pas résisté à la marée haute montée par un ensemble du Zamalek, du revenant Brésilien Carlos Capral Zinho, pourtant ‘’convalescent’’ depuis son ‘’naufrage local’’ contre le Ahly. Dans le QG des Vert et Rouge, le sentiment d’humiliation et de dégoût est à son comble. Le peuple du Mouloudia veut des têtes, en plus haut lieu. La plaie ouverte par “les Panthères noires” du Gabon ne s’est pas encore refermée que le football algérien s’offre une nouvelle fissure dans son édifice. Le MCA, club repêché en Champions League arabe, par la grâce de Hadj Raouraoua qui voulait réparer “l’injustice” de mai 2002 (où les Mouloudéens ont quitté la D1 quand le docteur-président a demandé à “son équipe’’ d’abandonner le terrain du stade Seffouhi de Batna), a souillé jeudi au stade de l’Académie militaire du Caire, contre les Rouge et Blanc du Zamalek, son histoire et celle du sport algérien.

     

    12 janvier 2005 au Koweit city

    Koweit Koweiti-MC Alger 0-1

     

    Les Mouloudéens ont réussi l’essentiel en terre koweïtienne en remportant une victoire qui vient à point nommé pour chasser le doute qui avait tendance à envahir le club algérois. Le Nadi Koweïti, défait lors de la première journée de cette deuxième phase des éliminatoires de la coupe arabe des clubs champions face à la formation tunisienne de Sfax, et le Mouloudia d’Alger, largement battu par le Zamalek d’Egypte, se devaient de remporter une première victoire pour espérer une qualification. Le match entre Koweïtis et Algérois a été d’un niveau quelconque, voire médiocre, même si le résultat chiffré arrange mieux les affaires des Mouloudéens L’entraîneur français du Mouloudia afficha dès l’entrée de la partie ses intentions en alignant une formation ultradéfensive, ne laissant en pointe que Brahim Chaouch, secondé de temps à temps par Deham. Sinon, le reste de la rencontre, les Mouloudéens ne s’aventureront que rarement dans la surface adverse. Pourtant, la première occasion de but pour cette première mi-temps sera mouloudéenne lorsque Deham, seul face au gardien El Fadhili, rate sa reprise. Cette action stimulera l’équipe locale qui, après un round d’observation, reprend en main le cours du match pour s’installer carrément dans le périmètre mouloudéen. Les Koweïtis seront à deux doigts d’ouvrir la marque devant une défense algéroise qui donnait des signes d’affolement mais qui saura tenir bon devant les rushs répétés des locaux. En seconde période de jeu, les Algérois oseront un peu plus en attaque en taquinant l’arrière-garde de la formation du Koweït. Les Mouloudéens feront, dès lors, jeu égal avec leurs adversaires et se procureront plusieurs occasions de scorer mais la finition manquait terriblement aux coéquipiers de Benali. Les deux formations joueront alors la prudence et cela se répercuta négativement sur l’aspect technique de la rencontre qui sera assez faible pour un match aussi important. On s’acheminait vers un score blanc lorsque un contre assez rapide des Algérois atterrit chez Sedibé, qui venait de remplacer Deham, qui ne se fera pas prier pour loger le cuir au fond des filets d’El Fadhili. Les Mouloudéens seront plus percutants et sauront sauvegarder ce score qui leur permet de se hisser à la deuxième place du classement, juste derrière la formation de Sfax, vainqueur du Zamalek du Caire.

     

      25 janvier 2005 au stade du 5 juillet

    MC Alger-CS SFAX Tunisie 2-1  

     

     

     

    Du vert et Rouge sous un manteau Blanc

    Alger, stade du 5-Juillet, temps sibérien, terrain enneigé mais praticable, éclairage satisfaisant, affluence évaluée à 45.000 spectateurs, arbitrage du trio Mohamed Abdallah- Nassereddine Mohamed Grine- Mohamed Bachir Zaid (Libye) Buts : Banamor (35', c.s.c.), Braham-Chaouch (89’) MCA, Pape Malick (30') CSS Averts. : Maouche (16’), Benali (39’), Amrane (68’), Braham-Chaouch (79'), Saoula (90’) MCA, M’rabet (24'), Pape Malick (27’), Jawachi (61') CSS.

    MCA : Saoula - Amrane, Bouacida, Coulibaly, Babouche - Benali, Dellalou, Fodhili puis Diakité (90’+1’)), Maouche - Deham puis Sidibé (72’), Chaouch. Entr. : Rabier.

    CSS : Jawachi - Mrabet puis Khcharem (90’), Benamor, Abdi, Gharbi - Junior, Boujelbene, Pape Malick, Nafti - Kadri, Guemamdia. Entr. : Michel Decastel.

     

     

    De mémoire de mouloudéens il faut remonter à la grande époque africaine du Mouloudia pour avoir souvenir d’un tel engouement pour un match international. Un 5 juillet envahie par la marée vert et rouge, les chants, les banderoles, les fumigènes, tout était prêt pour la grande fête. Seulement elle sera par deux fois interrompue à cause de fortes chutes de neige qui empêchaient de distinguer les tracés du terrain, les joueurs du MCA ont répondu présent.

    15 ans que le Mouloudia n’avait pas joué un club tunisien, depuis la victoire face au Sahel de Sousse en Coupe des coupe Arabe. Les Saoula, Maouche, Chaouch et Deham ont entretenu la tradition qui consiste à battre toute équipe tunisienne qui se présente au 5 juillet (5 matchs, 5 victoires avec ce soir).
    Le Zamalek ayant fait match nul la veille au Koweït, les poulains de Rabier ne juraient que par la victoire, pour prendre ainsi la seconde place au classement. Le MCA s’est d’abord fait des frayeurs, à plusieurs reprises les poulains de Decastel auraient pu ouvrir la marque, par l’entremise de Gamamdia ou Pape Malik. Chaouch et les siens offrirent un jeu intéressant mais se précipitèrent trop dans la finition, la punition arrivera à la 30e, dans une défense qui cafouille Pape Malik décroche un tir imparable que Saoula ne pourra qu’effleurer des doigts (0-1).
    Mais cette avance pour les visiteurs ne durera que 5 minutes, Amrani emmène avec lui le ballon sur le coté droit et centre au point de penalty, Banamer le défenseur sfaxi se jeta sur le ballon et l’envoya malencontreusement dans ses buts (1-1). C’est l’explosion dans un 5 juillet qui n’avait pas arrêté de soutenir ses joueurs. Le reste de la mi-temps, verra une domination mouloudéenne, l’équipe s’appliquant a construire le jeu et conserver le ballon.
    Au retour des vestiaires, de fortes chutes de neige vont interrompre le match durant de longues minutes, le terrain devenant dur et glissant, l’arbitre toutefois ordonna tout de même de continuer la partie. Les deux équipes nous offrirons un jeu sans intérêts à base de dégagements pour éviter le danger dans leur moitié de terrain.
    Ce sera finalement l’opportuniste Chaouch qui délivra le peuple du mouloudia à 8 minutes de la fin, leur attente, leur patience et leur courage dans un froid glacial et un déluge de neige fut récompensé. Chaouch qui voit son tir repoussé par le gardien continue sa course dans la défense sfaxi et n’a plus qu’à pousser le cuir pour offrir au MCA sa deuxième victoire de suite.
    Les algérois avaient un mental de fer, et restent ainsi invaincu depuis le 25 novembre et une triste défaite 0-5 au Caire, qui ce soir pèsera moins dans les têtes.

    Nabil
    DZfoot.com

     

      9 février 2005 au stade Tayeb M'Hiri sfax

    CS Sfax-MC Alger 4-0  

     

    Stade Tayeb-M’hiri. Temps frais. Public moyen. Terrain en mauvais état. Arbitrage de Mohamed Koussa assisté de Hamdi Kadri et Nizar Rbati (Syrie). Buts : Guemamdia (58’), Zoubeïr Essafi (74’ et 82’), Pape Malic (77’). Averts : Deham (63’) MCA, Guemamdia (38’) CSS

    CSS : Jaouachi, Haj Messaoud puis Hammali (84’), Gharbi, Ben Amor, Abdi,Pape Malic, Boujelbène, Nafti, Junior puis Essafi (54’), Kouassy puis Kadri (69’), Guemamdia. - Entr. : Decastel

    MCA : Saoula, Amrane, Babouche, Bouacida, Coulibaly, Ouahid, Delalou, Fodhili, Deham puis Badji (67’), Chaouch, Sidibé puis Djabelkheïr (85’). - Entr. : Rabier.

     

    C’est la troisième fois de la saison que le Mouloudia craque dans un match de compétition, le premier face à la JSK en championnat (1-6), le suivant au Caire (0-5) et puis hier soir à Sfax. Le millier de Chnaouas qui ont fait le déplacement rentre malheureusement bredouille de ce déplacement en terre tunisienne, la série de 6 victoires de suite des doyens a été stoppée par le CSS.
    Avec cette défaite, Sfax prend la tête du groupe avec 9 points devant le MCA avec 6 points en attendant la rencontre du 14 février prochain entre Zamalek (4 points) et Koweït SC (1 point).

    Propos de Rabier après le match :

    « C’est un score vite à oublier et aussi un match sur lequel il faut revoir toutes les erreurs que nous avons pu commettre en seconde mi temps, c’est pas perdu, il nous reste deux match à domicile contre des équipes qui ont de la qualité. On s’est aperçu que lors de ces rencontres difficiles le Mouloudia apprend. Il nous faudra prendre les matchs comme ils viennent, ceci dit il est bien évident que le prochain match contre Koweït SC sera déterminant pour espérer se qualifier, il faudra absolument gagner cette rencontre à la maison et j’espère que nos supporters seront toujours derrière nous. Ce soir nous avons conscience que nous avons déçu tout le monde mais c’est pas pour ça qu’il faut lâcher la qualification qui est toujours possible et elle s’effectuera que si on le mérite »

    En l’absence de nombreuses pièces maîtresse, Le gardien Saoula et le schéma ultra défensif proposé par Rabier n’auront tenu que l’espace d’une mi-temps malgré un but refusé pour les locaux à la 10e minute suite à un corner, le ballon ayant une trajectoire courbe il sortie de l’air de jeu avant de revenir sur la tête de l’attaquant tunisien.

    Le CSS nous a offert un jeu limpide, direct et rapide contrairement au MCA totalement méconnaissable durant toute la rencontre. Trop de déchets dans les passes, de mauvais dégagements, des faces à faces ratés, de mauvais placements, Ouahid a même failli tromper son propre gardien à 34e, cinq minutes avant Nafti avait inquiété Saoula d’une dangereuse tête qui passa pas loin des poteaux mouloudéens.

    Cependant la correction ne fût que retardée puisque Sfax fait dans la précipitation, comme cette tête de Guememdia à la 43e qui a faillie faire mouche suite a une succession de passe dans la zone vert et rouge. Deux minutes plus tard le même Guememdia se faufile dans la défense et se retrouve seul devant les buts, Saoula plus rapide lui chipe le ballon. Juste avant le coup de siffler, Pape Malik se met à dribbler dans la défense, sa frappe fût arrêtée par le keeper algérois.

    De retour des vestiaires, les sfaxiens offrent le contrôle du ballon au algérois, deux occasions coups sur coups font espérer un meilleur scénario aux coéquipiers de Amrane, tout d’abord à la 51e lorsque Coulibaly remonte le ballon depuis son camp, il fait une longue passe a Chaouch, dans le coin de la surface son tirs dans un angle fermé évite le gardien Jaouachi et passe pas loin des cages tunisiennes. 53e, Diakité exécute un corner qui trouve la tête de Dellalou, la défense tunisienne évite le pire en repoussant le ballon sur la ligne.

    Le petit jeu du « je défend, tu attaque » reprit de plus belle, à la 58e Pape Malik depuis le milieu de terrain lance Guememdia qui prend de vitesse l’arrière garde algéroise, Saoula trop avancé se fait facilement lober (1-0). Essefi qui venait de rentrer à la 70e doubla la marque trois minutes plus tard sur une passe direct de Nafti en pleine surface malgré le marquage de deux joueurs du MCA (2-0).

    A ce moment du match nous sentons que le Mouloudia craque, le moral n’y est plus, les passes sont approximatives, aucune récupération, les joueurs se replient en défenses et tentent quelques contre attaques vite avortées par les joueurs de Decastel. Les tunisiens font le forcing et continuent de pousser sur une défense très basse pour tuer le match.

    Le sénégalais Pape Malik qui saute plus haut que tout le monde corsera l’addition à la 77e d’un coup de tête sur un corner de Guememdia (3-0). Enfin, Essefi complètement libre de tout mouvement malgré la présence de trois défenseurs autour de lui se permet le luxe de clôturer le score d’un tir du plat du pied sur un centre tendu de Guememdia à la 83e (4-0).

    La tradition a une fois de plus été respectée du coté de Sfax. Chez lui, le CSS reste invaincu et garde ses cages vierges face aux clubs algériens. La qualification va être extrêmement difficile avec un goal-average trop négatif, cependant l’espoir est permis comme le dit Rabier vue que le MCA reçoit Koweït SC et Zamalek pour les deux dernières journées.

    Nabil
    DZfoot.com

     

    22 février 2005 au stade du 5 juillet

    MC Alger-Koweit Koweiti 3-2

     

    Stade du 5-Juillet (Alger) - Temps glacial - Terrain embourbé - Bon éclairage- Affluence nombreuse (25.000 spectateurs environ)- Arbitrage du trio saoudien Memdouh El Merdassi, Ali Terifi et Fahd Malhem. 4e arbitre Abderrahmane El Harbi (Arabie Saoudite) Commissaire du match : Hassan Abdelmadjid (Arabie Saoudite) Buts : Braham-Chaouch (45'+2’, S.P), Maouche (74'), Sidibé (76') MCA, Capral (15'), Adel Okla (63', S.P) Al Koweïti

    Expulsions : Coulibaly (80') MCA, Moubarek Abdelaziz (80'), Bechar Abdallah (90’+3’) Al Koweïti  - Averts. : Bouacida (3'), Dellalou (43'), Braham-Chaouch (84'), Saoula (90'+1’) MCA, Badr El Azmi (33'), Machaal Aoud (65'), Djirah El Oteiki (60'), Affas Mefrah (68'), Vampeta (69'), Fahd Aoud (77') Al Koweïti

    MC Alger : Saoula, Amrane, Bouacida, Coulibaly, Babouche, Djabelkheir puis Sidibé (73'), Fodhili, Dellalou, Maouche, Benali puis Diakité (90’+2’), Braham-Chaouch puis Selmi (85'). - Entr. : Jean-Paul Rabier

    Al Koweïti : Badr El Azmi, Moubarek Abdelaziz, Ahmed Sobhi, Fahed Aouad, Vampeta Marcos puis Walid Ali (69'), Capral, Adel Okla puis Walid Ali (76'), Djirah El Oteiki, Machâal Aoud puis Affas Mefrah (53'), Bechar Abdellah, Hocine Salhi. - Entr. : Théo Buckher.

     

    Le Mouloudia d’Alger a eu toutes les peines du monde pour venir à bout d’une coriace et accrocheuse formation koweïtienne. Les Vert et Rouge ont dû puiser au fond de leurs ressources pour s’imposer.



    Ce qu’il faut retenir de cette rencontre de Ligue des champions arabe, c’est la victoire, ô combien précieuse, des coéquipiers de l’excellent Maouche. Une victoire qui leur permet de croire, plus que jamais, à une qualification pour le prochain tour puisqu’un seul point suffit aux Vert et Rouge pour décrocher le fameux sésame.
    Très loin des conditions climatiques qui régnaient lors du match face à Sfax — il faut tout de même signaler un froid glacial — les supporters du Doyen n’ont pas fait le déplacement en masse, contrairement à leur habitude. Ils étaient quelque 40 000 spectateurs entassés dans les gradins. En dépit de la physionomie du match, ils sont sortis contents de la victoire de leurs favoris. Une victoire qui ne peut cacher les approximations dans le jeu des poulains de Rabier surtout au niveau défensif. Cela s’est vérifié d’ailleurs dès l’entame du match puisque 16 minutes ne s’étaient pas encore écoulées que le Brésilien Cabral allume la mèche en inscrivant un fort joli but à la suite d’un tir des 25 m.
    Saoula, qui n’est pas exempt de tout reproche dans ce but, a mal calculé la trajectoire de la balle, même s’il a été surpris par un rebond causé par le très mauvais état du terrain. Avant ce but, le Mouloudia donnait l’impression de bien entrer dans le match et a failli inscrire un but à la suite d’un très bon travail collectif de Maouche, Djabelkheïr et Benali. Ce dernier, qui ajuste mal son tir, voit sa balle sortir hors du cadre alors qu’il était dans une position idéale. La réaction mouloudéenne après le but des visiteurs a été instantanée. Djabelkheir effectue un centre millimétré dans la surface de réparation, Braham Chaouch intercepte le ballon sur la ligne des 6 m, mais il tire mollement sur le gardien El-Azmi. Il vient de rater l’immanquable (17’). De leur côté, les Koweïtiens auraient pu aggraver la marque par l’intermédiaire de Bachar Abdellah, seul face au gardien Saoula qui s’interposa avec brio (20’). Depuis, la domination mouloudéenne devient de plus en plus soutenue et Benali aurait pu égaliser, mais son coup de tête passe au-dessus de la transversale (22’). La plus nette occasion de ce premier half est à mettre à l’actif du Mouloudia (33’). En effet, le maestro Benali exécute un coup franc de manière magistrale, mais la balle percute la transversale. Il fallait attendre le temps additionnel pour voir les locaux revenir au score. Une-deux entre Chaouch et Benali, ce dernier est fauché dans la surface de réparation ; c’est le penalty transformé par Braham Chaouche (1-1). Un but venu au bon moment puisque l’arbitre a immédiatement sommé les 22 acteurs de rejoindre les vestiaires pour la pause-citron.
    En seconde période, les Mouloudéens ont, dès le départ, voulu faire la différence en se ruant vers l’attaque, mais toujours exposés à des contres koweïtiens très dangereux. D’ailleurs, au moment fort de la domination du MCA, ce sont les visiteurs qui ont réussi à trouver la faille par l’intermédiaire de Cabral qui a pris de vitesse la défense mouloudéenne, stoppé irrégulièrement par Coulibaly dans la surface de réparation. L’arbitre n’hésite pas à désigner le point de penalty; un penalty transformé par Adel Okla (2-1), c’est la stupeur dans les tribunes.
    Les supporters n’en revenaient pas. Cependant, point positif, les poulains de Jean-Paul Rabier ne baissent pas les bras. Malgré ce but, ils ont repris du poil de la bête en harcelant sans cesse cette défense koweïtienne qui résistait tant bien que mal aux assauts des attaquants du MCA. Djabelkheïr rate deux occasions en or alors que le ballon ne demandait qu’à être mis dans les filets (67’ et 68’). Mais les efforts du Mouloudia sont récompensés à la 74’ par l’intermédiaire de Kamel Maouche, lequel, d’un retourné acrobatique, reprend un corner très bien botté par Babouche. Le stade explose et les fumigènes illuminent le stade. Quelques minutes plus tard, Sidibé, qui vient tout juste de faire son entrée et dans la foulée de la domination mouloudéenne, d’un tir foudroyant a eu raison de l’excellent gardien Badr El-Azmi et donne l’avantage à son équipe (76’).
    Le Mouloudia revient de loin au grand bonheur de ses supporters qui mettaient des couleurs dans les tribunes. Le reste du match a gagné en nervosité au point que l’arbitre a dû faire usage de son carton rouge à trois reprises pour calmer les esprits.
    Les Mouloudéens ont tenu bon jusqu’au coup de sifflet libérateur de l’arbitre qui consacre le troisième succès du MCA qui reste tout près de la qualification.

     

    2 Mars 2005 au stade du 5 juillet

    MC Alger-Zamalek d'Egypte 0-0

    (MCA qualifié pour les 1/4 de finale)

     

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/zamalek/video/xnnah_mca-zamalek_sport

     

     Stade du 5-Juillet, affluence record estimée à 80 000 spectateurs, temps pluvieux, pelouse en très mauvais état, arbitrage de MM. Mohamed Abdallah, Mohamed Nacereddine et Mohamed Zayed (Libye)

    Averts. : Bouacida (18’), Babouche (57’) MCA, Walid Salaheddine (48’), Mouatezbillah (58’), Mahmoud Mahmoud (90’+2’) Zamalek

    MCA : Benfissa - Diakité, Bouacida, Selmi, Babouche - Benali puis Amrane (84'), Dellalou, Fodhili, Maouche - Deham puis Sidibé (62'), Djabelkheir puis Ouahid 71'). - Entr. : Rabier.

    Zamalek SC : Abdelouahad Sayed, Wael Qabani, Mouatezbillah, Mohamed Abou El Ala puis Salah Sediq (74’), Mohamed Seddik, Tarek Saïd puis Mohamed Abdelwahad (67’), Mahmoud Mahmoud, Tarek Sayed, Oussama Brahim puis Ahmed Salah (81’), Walid Salaheddine, Ahmed Ghanem. - Entr. : Cabral.

     

    le Mouloudia poursuit sa route en Ligue des Champions Arabe. Un match nul 0-0, acquis difficilement sur la pelouse toujours aussi catastrophique du 5 Juillet, suffit à son bonheur.

    Le début de match est difficile pour le MCA, le Zamalek joue haut et domine territorialement, se procurant même quelques occasions, sans danger. Il faut attendre la 17e minute pour voir la première occasion mouloudéene avec une frappe de Djabelkheir sur le poteau. Ce dernier récidive dix minutes plus tard en addressant une frappe sèche qui échoue de nouveau sur le poteau, après une ouverture lumineuse de Benali. Puis c'est Dellalou qui tente une reprise acrobatique qui passe à quelquesl centimètres du poteau gauche (40').
    Djabelkheïr, très remuant en attaque, s'offre une nouvelle occasion en tentant un lob sur le gardien Abdel Monsef, mais ce dernier s'interpose et dévie en corner (43e).
    Bien que les occasions franches soient du côté du MCA, la possession de balle est assez équilibrée, le Zamalek est plus serein dans le jeu, commet moins de fautes et perd moins de balles que le Mouloudia.
    Au retour des vestiaires, le Zamalek monte d'un cran et prend l'initiative du jeu. Cette domination est accompagnée par quelques occasions dangereuses pour les Cairotes, comme cette tête de Tarek Said qui passe tout près des buts de Benfissa (51e), ou encore cette tentative de Tarek El Sayed arrêtée par une main de Diakité qui aurait pu être sanctionnée par un pénalty (71e). Cette situation conduit Rabier à procéder à quelques changements dans le but de renforcer le compartiment défensif. C'est ainsi que Ouahid puis Amrane font leur entrées, remplaçants respectivement Djabelkheïr (71e) et Benali (84e). Le Mouloudia se contente de gérer le match nul tout en procédant par des contres: sur l'un d'eux Benali, bien décalé par Sidibé, voit son tir repoussé par Abdel Monsef sur Maouche, dont la reprise est stopée de nouveau par le portier du Zamalek (66'). C'est l'une des rares occasions du MCA en cette deuxième période, au contraire du Zamalek qui multiplie les tentatives en fin de match. Une tête de Salah El Din qui frôle le poteau (75e), suivi d'une autre tête de Saleh Sadir repoussée par Benfissa (88e), impeccable ce soir, sont les occasions les plus dangereuses pour le Zamalek.
    Le coup de sifflet final de l'arbitre Libyen Mohamed Abdellah libère les 80.000 supporters présents au stade du 5 Juillet. Le MCA remplit son objectif et se qualifie pour les quarts de finale où il rencontrera le club Saoudien d'Al Ittihad.

    Driss
    DZfoot.com

     

    1/4 de Finale

     

    04 Avril 2005 au stade du 5 juillet

    MC Alger-Ittihad Djeddah 1-0

     

     

     Stade du 5-Juillet, 75 000 spectateurs, pelouse praticable, éclairage satisfaisant, organisation dépassée, arbitrage de M. Issam Abd Al Fatah assisté par Walid Shaban et Naser Sadk, 4e arbitre : Naser Abbas (Egypte), commissaire au match : Mohamed Moufid (Maroc) But : Benali (72') MCA

    Averts : Maouche (13'), Diakité (24'), Amrane (82'), Saoula (90'+1’) MCA, Manef Aïd Abou Cheghir (11’), Mohamed Nour (54’) Ittihad Djeddah

    MC Alger : Saoula - Amrane, Coulibaly, Selmi puis Ouahid (46'), Babouche - Benali, Diakité, Dellalou, Maouche - Deham puis Sidibé (62'), Braham-Chaouch. Entr. : Jean-Paul Rabier.

    Ittihad Djeddah : Mabrouk Zaïd Mohamed Zaïd, Rédah Mohamed Tokor, Manef Aid Abou Cheghir, Oussama Mabrouk, Saoud Ali Kriri, Mohamed Nour, Salah Fahed Essegri, Hamed Mohssein Al Moutachiri, Abdallah Hossïne Echahrani puis Hamza Idriss (79’), Sergio Ricardo, Sergio Herrera puis Ibrahim Souied Echahrani ( 61’). Entr. : Iordanescu. 

     

     

    Le MC Alger a remporté une difficile, mais combien précieuse victoire face à une coriace équipe de l’Ittihad de Djeddah (Arabie Saoudite) 1-0, mi-temps (0-0), lundi soir au stade du 05 juillet (Alger), en match aller des quarts de finale de la ligue des champions arabes de football. Les mouloudiens ont du attendre jusqu’au dernier quart d’heure pour assurer une victoire remportée devant les 60.000 spectateurs. La première mi-temps a été très équilibrée et beaucoup plus une période de circulation du ballon au milieu du terrain. Le dispositif tactique adopté par l’entraîneur roumain de l’Ittihad de Djeddah, Iordanescu a considérablement gêné l’évolution du jeu mouloudien, surtout en attaque ou le duo Deham-Chaouch a trouvé d’énormes difficultés pour déstabiliser une défense saoudienne bien en place et regroupée autour de son gardien Mabrouk Zaid.
    Les champions d’Asie ont bien maîtrisé le jeu durant cette manche, grâce à un jeu en mouvement fait de petites passes. L’unique action dangereuse est à mettre à l’actif de l’international saoudien Mohamed Nour qui d’un puissant tir des 22 mètres a failli tromper la vigilance du gardien du MCA, Saoula, forcé de s’y prendre à deux reprises pour dégager le cuir du pied. Côté algérien, l’unique occasion s’est présentée à Noureddine Deham, bien placé à la 39è, dans la surface de réparation, a été rattrapé in extrémiste par le défenseur Mohamed Réda, laissant passer une chance d’ouvrir le score.
    La 2e mi-temps a été intense et plus intéressante des deux côtés. Le MCA a tenté dés les premières minutes à prendre le jeu à son compte, en exerçant un pressing sur l’adversaire. A la 55’ Brahim Chaouch, profitant d’une hésitation d’un défenseur, se lança seul au but, sert Deham bien placé, mais le gardien Zaid, auprès d’un geste miraculeux sauve son équipe d’un but tout fait.
    La réaction saoudienne ne se fait pas tarder par le duo Sérgio, mais à chaque fois la défense du MCA, au tour de Coulibaly était toujours là pour dégager le danger. Le dernier quart d’heure a été marqué par plusieurs tentatives de scorer des deux équipes. Le MCA, à la 73’ de jeu, Chaouch est fauché sur la ligne des 18 mètres, l’arbitre du match lui accorde la faute que le capitaine Ameur Benali se charge de transformer magistralement (1-0).
    Manifestement vexés par le but, les saoudiens se sont lancés vers le but de Saoula qui a été décisif à plusieurs reprises, notamment, à la 85’ sur une tête de Ricardo, bien arrêté sur la ligne. Les dernières minutes ont été difficiles pour les protégés du coach Rabier acculés dans leur camp. Le coup de sifflet final de l’arbitre a été salutaire pour le représentant algérien qui remporte ainsi une victoire à l’arraché, mais combien importante.

     

         Samedi 23 Avril 2005 à Djeddah

    Ittihad Djeddah-MC Alger 1-0

    (5-4 aux tirs au but)    

     

     

    Le Mouloudia d’Alger a vu son aventure en Ligue des champions arabe s’arrêter, hier, dans la soirée, à Djedda. L’Ittihad local a réussi à venir à bout des Algérois par les tirs au but.

    Mais il faut tout de même signaler la partialité de l’arbitre jordanien qui a donné un coup de pouce aux Saoudiens pour se qualifier. Il a, coup sur coup, expulsé l’attaquant mouloudéen Braham Chaouch et le coach des Vert et Rouge, Jean-Paul Rabier, mettant ainsi l’équipe pendant plus de 70 minutes en infériorité numérique et privant les coéquipiers de Benali des consignes de leur entraîneur.
    En somme, le Mouloudia n’a pas à rougir de cette élimination, tant les joueurs ont démontré un très grand sens de solidarité et de courage tout au long de la rencontre. N’eût été cette fatidique ultime minute de la partie, moment où les Mouloudéens ont encaissé un but à la suite d’une faute d’inattention défensive, les Vert et Rouge auraient eu le billet qualificatif pour le prochain tour.
    Le début était prometteur pour le MCA qui allume la mèche dès la 3’ par l’intermédiaire de Deham. Très bien décalé par Benali, le centre avant du Mouloudia n’a pas réussi à lober le gardien Mabrouk Zaïd sorti à la rescousse. La réaction saoudienne est immédiate et Mohamed Noor est à deux doigts de trouver le chemin des filets, mais le brio Benfissa déjoue sa tentative.
    La suite de ce half a vu la domination de l’Ittihad Djedda, mais d’une façon désordonnée dans la mesure où ni Sergio Ricardo, ni Sergio Herrera, ni encore Mohamed Noor n’ont réussi à passer le double rideau défensif dressé par le coach Rabier autour d’une charnière centrale composée de Bouacida, Coulibaly et Dellalou.
    Cela dit, nous avons enregistré deux bonnes opportunités des Saoudiens par l’intermédiaire de Bektovic. La première quand il s’est retrouvé seul face au gardien Benfissa, qui repousse le tir (25’), la seconde à la suite d’un coup franc des 25 m magistralement botté par le Bosniaque, mais le gardien du MCA a dû étaler tout son savoir-faire pour détourner le cuir en corner 32’.
    Le reste de ce half était à l’actif des locaux sans toutefois arriver à inquiéter l’arrière garde des Algériens.
    Le scénario n’a pas changé d’un iota après la pause-citron. Une équipe qui tente d’inquiéter la défense adverse et une autre très bien en place sur le terrain où aucun espace n’a été laissé aux attaquants saoudiens.
    Procédant par des contres, les Vert et Rouge ont failli trouver le chemin des filets lorsque Benali, très bien démarqué par Deham, voit son tir capté du bout des doigts par Mabrouk Zaïd.
    Sergio Ricardo, étrangement seul dans les 6 m, a buté sur un Benfissa des grands jours (64’).
    Ce dernier a découragé les attaquants de l’Ittihad Djedda, puisque ni la tête de Hamza Idriss (70’) ni le puissant tir de Brahim Swayed n’en sont venus à bout. Mais au moment où tout le camp mouloudéen attendait le coup de sifflet libérateur de l’arbitre, surgit le vétéran Hamza Idriss embusqué dans les 6 m, pour tromper Benfissa qui ne pouvait rien sur cette action (89’).
    Le MCA vient de craquer au mauvais moment. Et au vu des résultats des deux manches (1-0), les deux formations sont conviées à 30 minutes supplémentaires, qui n’ont rien ramené de nouveau, même si nous avons enregistré quelques tentatives de part et d’autre à l’image de cette occasion en or que Sergio Ricardo avait au bout du pied, mais la parade du keeper mouloudéen était tout simplement somptueuse en mettant le ballon en corner 108’.
    La peur d’encaisser un but envahit l’esprit des joueurs des deux camps, ce qui les pousse à chercher les tirs au but.
    Cette option a souri aux Saoudiens qui ont certes dominé le match, mais il faut tout même rendre hommage à cette équipe mouloudéenne qui a donné une leçon de solidarité et de générosité tout au long des 120 minutes de jeu en évoluant plus de 70 minutes en infériorité numérique… et sans son entraîneur.

    ضربات الترجيح

    نجح الفريق الاتحادي في حسم النتيجة عن طريق ضربات الترجيح بعد ان سجل لاعبوه الخمسة (سيرجيو - محمد نور - الواكد - حمزة إدريس - إبراهيم السويد)كل الركلات في حين سجل لمولدية الجزائر (كولابالي وفارس جاب الخير ورضا بعبوش، ) وتصدى المبدع مبروك زايد لضربة كمال ماعوش لينتهي اللقاء اتحادياً ويتأهل العميد لدور نصف النهائي.

     

     


    votre commentaire
  •  Ligue des Champions Arabe

     

    Deuxième Participation

    2005 / 2006

     

    1/4 finaliste, Battu par "le Mouloudia"

     

     

    Le sacre finale était tout tracé depuis le début de la saison, avec le recrutement de l'entraineur Nouzaret et des joueurs chevronnés, tout les spécialistes donnaient le MCA favori dans une compétition très ouverte et qui a vu d'énormes surprises en cours de route avec l'élimination d'habitués...Seulement avec le MCA et comme à chaque fois, les paramètres extra-sportives ont minés le club et ont influencé sur les résultats et la bonne marche entamé depuis le début de cette saison 2005/2006.

    Le MCA s'est une nouvelle fois fais piéger bêtement et  laissé échapper un trophée à sa porté en se faisant sortir par l'inconnue équipe egyptienne de l'ENPPI malgré la victoire d'orgueil en terre egyptienne avec le nouvel entraineur Sâadi.

    Les problémes et les conflits internes ont éliminé le Mouloudia.

    Pour rappel , le MCA a enregistré sa première défaite à domicile en compétition internationale depuis sa création en 1921.

     

     14 Septembre 2005 à oum dormane

    El Merrikh Soudan - MCA  1-0
    1/16 Finale aller

     
     

     

    Khartoum, El-Merrikh stadium, temps chaud et humide,
    20 000 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Ahmed
    Aouda, Ahmed Abou El Ala, Nasser Sadek (Egypte)
    But : Badredine Qalak (87’) El Merrikh.
    Averts. : Diakité, Babouche et Bouacida (MCA). Aymen
    El Kas, Safari et Qalak (El Merrikh)

     

    El Merrikh : Chikosi, Hachabou, Aymen Kass, Ala
    Youssef, Badredine Qalak, Fayçal El Adjeb, Essaoudi
    (Numeïry, 90’+1’), Cheikh Diop (Ali Nounou, 86’), Mamoun
    Zoulou (Haytem Rachid, 71’), Safari, Merghani Kinid. 
    Entr. : Mahmoud Saâd
    MCA : Abdouni, Diakité, Babouche, Bouacida, Coulibaly,
    Zmit, Hamadou, Hadjadj, Deham (Badache, 81’), Boudiaf,
    Sidibé. Entr. : Robert Nouzaret.

     

    Parti négocier le meilleur résultat possible de son lointain déplacement à Khartoum, le doyen version Robert Nouzaret s’est contenté du strict minimum, à défaut de mieux. Une défaite par la plus petite des marges (1-0), concédée en toute fin de partie face à une formation d’El-Merrikh qui n’avait, malgré une compétitivité réelle, rien de galactique.

    Il faut noter, tout de même, que les Soudanais avaient exercé une mainmise quasi-constante sur les débats, tant les Algériens restaient figés dans leur zone hermétiquement verrouillée jusqu’à cette fatidique 87’. Un moment choisi par Badredine Qalak pour planter l’unique réalisation du match suite à un raid emmené par le Yéménite Ali Nounou, qui venait juste de prendre sa place sur le rectangle vert. Les Mouloudéens, qui avaient bien maîtrisé l’entre-jeu, tentaient durant le temps additionnel de revenir à la marque, mais en vain. Le match retour se déroulera le 26 septembre prochain au stade du 5-Juillet (Alger) à partir de 20h.

     

    26 Septembre 2005 au "5 juillet"

    MCA - El Merrikh Soudan 2-0

    1/16 Finale retour



     

    stade du 5-Juillet, temps frais, éclairage satisfaisant, pelouse en parfait état, affluence évaluée à 45.000 spectateurs, arbitrage du trio Al Ardjoun-Yahia Karkouri-Mohamed Ayoub (Maroc), 4e arbitre : Mohamed Lamine Benaïssa (Algérie), commissaire au match : Habib Benaïssa (Tunisie)

    Buts : Deham (4’ et 45’+1’) MCA Exp. : Nouzaret (90’+1’) entraîneur du MCA

    Averts : Mamoun Zoulou (26’), Mohamed Ali (90’) Al Merrikh

    MCA : Abdouni-Largot (Sidibé, 88’)-Bouacida- Coulibaly- Zemit- Diakité –Hamadou - Deham- Bouguèche- Braham Chaouch (Badache, 69’). Entr. : Nouzaret

    Al Merrikh : Shiukzy- Joundi (Ahmed Ali, 60’)- Mohamed Ali- Aïmen Khalifa- Al Margheni Kinid - Badreddine Youssef- Alaeddine Tameur- Abdelhamid Essaoudi (Ali Nounou, 77’)- Zolo- Amir Badreddine- Fayçal Al Adjab (Cheikh Diop, 60’)- Entr. : Mahmoud Saâd.

     

    Le Mouloudia d’Alger s’est qualifié aux 16e de finale de la Ligue arabe des champions, lundi dernier, à la faveur de sa victoire sur El Merrikh du Soudan (2 à 0). Les deux réalisations mouloudéennes ont été l’œuvre de Nourredine Daham. La partie a débuté sur les chapeaux de roues, le MCA a trouvé le chemin des filets quatre minutes seulement
    du coup d’envoi grâce à l’opportunisme de son avant-centre Daham.Bien servi par Bougueche, Daham contrôle le ballon de la poitrine et prend de vitesse son vis-à-vis, il s’engouffre dans la surface deréparation et bat le gardien Chigozie dans le coin opposé. Alors qu’oncroyait que le Mouloudia allait faire cavalier seul, surtout après leratage du buteur mouloudéen quatre minutes plus tard sur un centreparfait de Largot. Ce sont plutôt les visiteurs qui affichent un léger
    ascendant et ratèrent l’occasion de niveler la marque sur une bévue deBouacida. Mais le défenseur mouloudéen rectifiera le tir et dégagera le cuir sur la ligne (25’). Daham, sans doute l’homme du match, s’estmontré très menaçant et inquiète une autre fois le gardien sur uncentre de Bougueche qui fut sauvé in extremis par un défenseur (35’).
    On jouait le temps additionnel de cette première période, Daham,encore lui, profite d’une mauvaise interception dugardien soudanais sur un centre enveloppé de Zemit pour doubler la mise à la grande joie du public. C’est le score à la mi-temps et de la rencontre, puisqueaucune équipe n’est parvenue à trouver le chemin des filets après la reprise, quand bien les hommes de Mahmoud Saâd rateront l’occasion du match dans l’ultime minute lorsque Damer verra son tir dévié en catastrophe en corner par le gardien Abdouni. Silence de mort dans les tribunes. Daham a propulsé ses coéquipiers au prochain tour et Abdouni les a sauvés d’une élimination précoce. Au-delà de cette qualification, les fans mouloudéennes ne retiendront que ces deux noms dans un groupe qui a besoin de perfectionner son jeu. Le coach
    Nouzaret lui-même reconnaît que « l’équipe a connu des hauts et des bas durant le match. Les joueurs ont par moments oublié leur jeu collectif et ont collectionné les erreurs défensivement, ce qui a donné un peu d’esprit à l’équipe adverse ». Nouzaret ajoute que « l’équipe a joué avec le feu, notamment au milieu du terrain », en réponse à une question d’un confrère qui pense que l’équipe d’El Merrikh a posé beaucoup de problèmes au MCA. Mais il se rachète et affirme que « son équipe a elle aussi posé des problèmes à l’adversaire. Elle a créée plusieurs occasions et aurait pu gagner par un score plus lourd ». Le coach mouloudéen s’est montré toutefois très optimiste par l’esprit de groupe affiché durant le match et le rendement de certains éléments, à l’image de Largot et Bougueche qui, pour leur baptême du feu, ont tiré leur épingle du jeu. Il conclut : «C’est un match en plus qui va nous motiver à améliorer notre jeu en prévision des prochains tours. » A noter que le MCA affrontera aux 16e de finale le vainqueur du match entre El Ittihad de l’Arabie Saoudite et Ezzawra d’Irak. Le coach français du Mouloudia ne sera vraisemblablement pas sur le banc de touche à l’occasion de ce match puisqu’il a été expulsé par l’arbitre pour contestation.

     

    7 Novembre 2005 au "5 juillet"

    MCA - Zawra Irak 3-0

    1/8 Finale aller

     

    stade du 5-Juillet - temps frais - pelouse excellente – affluence estimée à 25.000 spectateurs- arbitrage de M. Abdelfattah Issam assisté de MM. Ahmed Abou Ala et Ibrahim Walid Ayoub (Egypte) - 4e arbitre : Mohamed Zekrini (Algérie) - Commissaire au match : Nacer Kraiem (Tunisie)

    Buts:Bouguèche (64'), Deham (73' et 76') MCA
    Expulsions:Haidar Kadhem (33’) Ezzaoura
    Averts. : Faouzi Djouda (13'), Haidar Kadhem (28' et 33'), Uddei Djaouad (57'), Alaa Chakir (84') Ezzaoura , Bouguèche (60'), Diakité (93') MCA

    MCA Abdouni - Belaïd puis Braham Chaouch (54’)- Chaoui- Bouacida puis Boudiaf (73’)- Coulibaly- Bouguèche- Hadjadj - Diakité - Badji - Largot- Deham puis Sidibé (83’). 
    - Entr. : Robert Nouzaret
    Ezzaoura : Uddei Djaouad - Haidar Mahmoud - Yasser Raad - Haidar Kadhem puis Moslim Almas (80’) - Haidar Sabah - Hichem Fayed puis Alaa Chakir (52’)- Haithem Taher - Faouzi Djouda puis Mahmoud Selmane (57’)- Khaldoun Ibrahim-
    Haidar Hoceine - Ahmed Djassem.
    - Entr. : Salah Radhi

     

    Le Mouloudia a pris une sérieuse option sur la qualification pour le prochain tour à la faveur de sa victoire lundi au stade du 5 Juillet sur le représentant irakien, Al Zaoura, par un net 3 à 0. La mi-temps s'est soldée par un nul vierge au cours de laquelle l'attaquant Daham a raté un penalty (28'). Il a tiré dans les décors. Dans le dernier quart d'heure, l'équipe visiteuse évoluera en infériorité numérique après l'expulsion de Haider Khadim pour cumul de cartons, mais sans pour autant profiter aux coéquipiers de Largot qui enregistre son retour à la compétition. Ce n'est donc qu'en deuxième période que les Algérois parviendront à prendre le dessus. Tout s'est joué vite. En l'espace de 10 mn, les hommes de Tardy (Nouzaret étant suspendu a suivi la partie à partir des tribunes) ont scellé le sort de leur adversaire. D'abord par l'intermédiaire de Bouguèche qui signe à l'occasion son premier but de la saison. Embusqué au milieu des défenseurs, le milieu offensif mouloudéen parvient à redresser la trajectoire du ballon suite à un corner bien botté par Badji (66'). L'équipe d'Al Zaoura aurait pu niveler la marque quelques minutes après sur une contre-attaque menée par Haïthem Taher. Il se présente seul face au gardien mais tire à côté. «Une occasion qui aurait pu changer le cours du match», dira l'entraîneur de l'équipe irakienne Salah Radhi. Le Mouloudia réagit de plus belle à cette tentative. Dans la minute suivante, Daham se venge sur son premier ratage et réussit à doubler la mise. Badji, le meneur de jeu de l'équipe, mène un raid en solo et sert sur un plateau Daham, lequel ne se fait pas prier pour mettre le ballon au fond (72'). Complètement déchaînés, le Mouloudia ajoutera un troisième but, toujours par Daham qui signe à l'occasion son doublé de la soirée. Cette fois de la tête. Le centre avant mouloudéen reprend magistralement de la tête suite à un centre parfait de Bouguèche qui a réussi à éliminer au passage un défenseur (76'). Assommés par ce troisième but, les poulains de Salah Radhi ne font que constater les dégâts. Ils auraient pu encaisser un quatrième but par Braham Chaouch dont la reprise de volée, consécutivement à un centre de Chaoui, sera repoussée par la transversale (83'). Le MCA disputera la manche retour dans quinze jours à Oman (Jordanie) avec la ferme intention de confirmer sa performance de lundi.

     

    21 Novembre 2005 à Aman Jordanie 

    Zawra Irak - MCA  1-3

    1/8 Finale retour

     

    Buts : Badji (39e), Bougache (45e), Braham Chaouch (90e) (MCA). Omar Kadhem (80e) (Al Zaoura). Avertissements : Belaïd, Hadjadj, Badache (MCA)

    MCA : Abdouni, Belaïd, Chaoui, Coulibaly, Bouacida, Diakité (Zmit), Largot, Hadjadj, Badji (Braham Chaouch), Daham (Badache), Bougache Ent. : Nouzaret

     

    Le MC Alger s'est qualifié, hier, aux quarts de finale de la Ligue arabe des champions à la faveur de sa victoire sur Al Zaoura sur le score de 1 à 3 au match retour disputé hier à Amman (Jordanie) devant une assistance faible. La bande a bien confirmé sa supériorité sur son adversaire et, du coup, la victoire du match aller (3-0), obtenue il y a quinze jours à Alger. Après un round d'observation, le Mouloudia a pris les choses en main en se créant plusieurs occasion nettes de scorer, notamment par Daham et Badji. Ou encore par Bouacida qui voyait sa reprise de la tête consécutivement à un coup franc de Badji passer légèrement à côté. Et ce n'est donc que logique que le représentant algérien trouvera le chemin des filets. D'abord par le meneur de jeu Fayçal Badji qui, à hauteur des 18 mètres, reprend magistralement de la tête un centre parfait de Bougache et trompe le gardien d'Al Zaoura. Dans l'ultime minute de la fin de la première période, le passeur Bougache se transforme en buteur et parvient à doubler la mise à l'issue d'une belle action collective. Un une-deux avec Daham, l'ancien Blidéen élimine un défenseur et d'un tir du pied droit ne laissera aucune chance au gardien Udee. La bande à Salah Radhi s'est créé quelques occasions qui auraient pu faire mouche n'était la vigilance de Abdouni qui veillait au grain, notamment les deux têtes de Haïder Mahmoud où le portier mouloudéen s'est interposé avec brio pour dévier le cuir en corner (36e et 42e). Au retour des vestiaires, le jeu baissa d'intensité, notamment du côté du MCA, qui semblait satisfait du résultat. Et pourtant, Daham d'un coup franc bien botté (51e) puis Bougache de la tête (60e) faillirent aggraver la marque. L'occasion la plus nette aura été cette percée de Belaïd qui fut descendu à l'intérieur de la surface de réparation, mais l'arbitre ne bronche pas (68e). Dans les dix dernières minutes, l'équipe d'Al Zaoura accentue la pression dans l'espoir de réduire la marque. Elle parviendra toutefois à trouver le chemin des filets par l'intermédiaire de Omar Kadhem qui d'un tir à ras de terre, consécutivement à un joli travail collectif, trompera la vigilance du gardien Abdouni (80e). Haider Abdelamine ratera, deux minutes plus tard, l'occasion de niveler la marque en voyant son tir passer légèrement à côté. Dans l'ultime minute, le MC Alger parviendra à sceller définitivement le sort des Irakiens sur un coup franc bien travaillé par Braham Chaouch qui finira en pleine lucarne. Ainsi, le Mouloudia est qualifié aux quarts de finale, dont le tirage au sort aura lieu les 28 et 29 novembre.

     

    19 Décembre 2005 au "5 juillet"

    MCA - Enppi Egypte 1-3

    1/4 Finale aller

     

    stade du 5-Juillet, temps frais, terrain gras, éclairage satisfaisant, 30 000 spectateurs environ, arbitrage de M. Abderrahim Al-Ardjoun, assisté de MM. Yahia Ghour et Abdallah Belkhtir. Buts : Hadjadj (7’) MCA, Mohamed Younes (9’), Amrou Zaki (72’), Magdy Abdallah (77’) ENPPI

    Avts : Boudiaf (71’) MCA, Amrou Abdou (5’) et Mahmoud Bayouni (26’) ENPPI

    MCA : Abdouni - Chaoui - Coulibaly -Boudiaf - Largot puis Younes (69’) -Hadjadj - Zmit - Hamadou puis Badji (52') - Bouguèche - Badache puis Sidibé (80’) - Deham.

    Ent. : Nouzaret (Dernier match à ma tête du MCA) 

    ENPPI : Mustapha Kamel - Amrou Zaki - Magdy Abdellatif puis Redha Shahata (84’) - Hany Abdallah puis Amrou Fahim (64’) - Samir Sabri - Mohamed Thabet puis Abdelaziz Mohamed Tewfik (80’) - Aymen Saïd - Mohamed Younes - Mahmoud Bayouni - Oussama Hassan - Amrou Abdallah. Ent. : Taha Al Basry

     

     

    La série de mauvais résultats que traverse le Mouloudia d'Alger aura atteint son point culminant, lundi dernier, après la défaite contre ENPPI d'Egypte (3-1) pour le compte du match aller des quarts de finale de la Ligue des champions arabe. La cinquième d'affilée (toutes compétitions confondues) qui n'a fait qu'enfoncer le couteau dans la plaie. C'est la défaite de trop pour l'équipe qui, du coup, aura compromis toutes ses chances de qualification pour les demi-finales. «On a fait ce qu'il fallait faire pour entrer dans le match. On a ouvert le score, mais sur une erreur défensive, l'adversaire est revenu au score. La sortie de Hammadou a chamboulé ensuite le dispositif mis en place. ENPPI a su, après, exploiter nos défaillances en défense pour faire la différence en deuxième période. Je remercie tout de même les joueurs pour l'esprit de combativité et la volonté affichée durant tout le match», dira le coach mouloudéen à la fin de la rencontre. Tout compte fait, l'équipe déjà en crise aiguë depuis le début de la semaine se retrouve désormais au bord de l'explosion. Les supporters hyperexcités après le troisième but égyptien ont jeté leur fiel sur la direction, en particulier le président Messaoudi dont ils réclamaient le départ. Le coach Nouzaret qui a eu jusque-là le soutien indéfectible du public n'a pas été épargné, lui aussi, à la fin du match. Les fans mouloudéens n'ont pas manqué de manifester leur colère par des jets de projectiles.

     

    Le divorce !

    La tension qui prévaut au sein de l'équipe pourrait provoquer des changements imminents. Le divorce entre le coach français et la direction aurait déjà été consommé. Selon certaines indiscrétions ce n'est qu'une question de temps. Même l'entraîneur Nouzaret sait que ses jours sont comptés. Il l'annonce d'ailleurs en pleine conférence de presse juste après le match : «Je sais que mes jours sont comptés, mais si je venais à quitter le MCA, je le ferai avec un grand regret.» D'ailleurs, le premier vice-président, Tourqui, lui a fait savoir, lundi, peu avant le coup d'envoi, que c'est son dernier match à la barre technique de l'équipe. La réaction de Tourqui est venue après le refus de Nouzaret de le laisser prendre place avec les joueurs. Une prise de bec s'est ensuivie, il a fallu l'intervention des joueurs pour calmer les esprits. Tourqui ne lui pardonnera jamais ses déclarations fracassantes sur les ondes de la Chaîne III et surtout le fait d'avoir osé réclamer, au même titre que certains joueurs, le départ de toute la composante de l'équipe dirigeante. Nouzaret, de son côté, ne veut pas lâcher prise et affirme qu'il continuera à assumer son travail. «Moi en tout cas, je serai présent demain (hier, ndlr) à l'entraînement. C'est aux dirigeants de décider, s'ils veulent me licencier ou me maintenir.» Nouzaret ne sait pas s'il sera sur le banc de touche vendredi contre le Paradou AC pour le compte de l'ultime journée de la phase aller. Hier, le bureau devait se réunir pour prendre les décisions qui s'imposent mais rien n'a été fait. Le suspense plane toujours sur le sort du coach français à la barre technique de l'équipe. Entre temps, c'est le MCA qui est le grand perdant dans toute cette cacophonie tumultueuse.

     

    Lundi 20 Février 2006 

    Stade Arab Contractors  le Caire

    Enppi Egypte - MCA 1-2

    1/4 Finale retour
     

    votre commentaire
  • Ligue des Champions Arabe

     

    Troisième Participation

    2006 / 2007

     

    1/8 de finale,

    Battu par plus réaliste

    mais ont gagné "une omra"

     

    Pour cette nouvelle saison 2006/2007, le MCA voit très grand, jouer sur quatre fronts en essayant de gagner au moins deux titres pour satisfaire les exigences des supporters du Mouloudia qui rêvent de voir leur équipe dominer le football national , régional et continental.Tout auréolé de son sacre estival, assorti d'une liesse populaire qui nous rappela les folles années du grand MCA 1970-79, la direction Mouloudéenne décida de se donner des ailes pour survoler le football algérien en préconisant la stabilité et la continuité.Bracci en homme providentiel, qui a su merveilleusement booster l'équipe, a été mainteu à son poste, l'ossature de l'équipe gardé dans sa quasi totalité et renforcé qualitativement et quantitativement avec des noms qui ont fait couler la salive des supporters Mouloudéens et son coach Bracci, jusqu'à nommer la cuvée 2006/2007 "le Real Madrid d'Algérie".Rien que ça.Mais faute de satisfaire tout le monde, Bracci est limogé à la veille du match aller contre Al Nasr Saoudi et le Mouloudia fut éliminé logiquement de la compétition arabe face au saoudien d'Ennassr, 2à1 à l'aller pour les camarades de Dénilson et 2-2 au stade du 5 juillet au retour.

     

    Samedi 9 septembre 2006

    Al Tilal (Yemen) 0-0 MC Alger

    1/16 Finale Aller

     

    Aller -Stade du 22-Mai à Aden, temps chaud, affluence nombreuse, pelouse dure et en mauvais état,arbitrage du trio soudanais Badreddine Abdelkader, Tarek Fadel Allah, Abdelaziz Kharafallah
    Avertissement : Feghaoui (89') - MCA
    Al-Tillal : Salem-Abdallah Awad - Khaled Afara (Khaled Tahed 81') – Hamada Al- Wadi – Mohamed-Salah Youssef – Chadi Djamel – Djamil Al-Sarihi – Dembi Kokobadi – Mohamed-Ali Farid – Khaled Belaïd – M'Bomi Ayoumi – Motchamba Abongo.
    Entraîneur : Charaf Mahfoud
    MC Alger : Abdouni – Feghaoui - Chaoui – Bouacida – Coulibaly – Zemit – Younès – Bendahmane (Belkaïd 78') – Badache (Tahraoui 66') – Badji – Bouguèche (Illoul 88').-Entraîneur : Bracci

     

    Le représentant algérien en Ligue des champions arabe a pu revenir avec un nul du Yémen à l’occasion du match aller face à Al-Tillal pour le compte du premier tour de la même compétition. Ainsi, dans un match à la limite moyen et sur une pelouse impraticable, Badji et ses camarades ont loupé une précieuse victoire face à un faible adversaire. En effet, ayant opté pour une tactique de jeu de 4-5-1, les protégés de Bracci n’ont pas montré grand-chose dans cette partie où Al-Tillal était loin d’être un foudre de guerre. D’emblée les Yéménites voulaient marquer, mais le duo Bouacida-Coulibaly ont à chaque fois été au bon endroit et au bon moment pour faire avorter les tentatives du duo congolais N’dambi-M’bongo, les deux joueurs les plus dangereux du côté yéménite.

    20 minutes de jeu et aucune occasion franche ; il fallait attendre la demi-heure pour voir la défense d’Al-Tillal en difficulté après un centre du côté gauche de Bougueche qui trouve Badji dans la surface de réparation.
    Acculé par la défense, ce dernier centre à son tour et voulant éloigner le danger, un défenseur yéménite a failli tromper son gardien qui a eu toutes les peines du monde pour dévier la balle. À partir de cette action, le jeu connaît une certaine vivacité. 34 minutes ; encore Badji, mais cette fois suite à un coup franc des 20 mètres. Un coup de pied arrêté et le keeper Awad Abdellah n’a dû son salut qu’à la transversale, alors que lui était largement battu.
    La réaction des locaux était attendue, c’est le cas, puisqu’à la 36 minute, M’bango a failli surprendre le gardien Merouane Abdouni d’une reprise demi-volée qui passe à côté du cadre. Ce fut la première frayeur du keeper mouloudéen. Cela dit, le Mouloudia, qui a dominé légérement la première période, aurait pu faire la pause avec un but d’avantage. En effet, on jouait la 44e minute lorsque Badji remarque Younes, bien embusqué dans la surface de réparation, et lui sert un caviar. Mais ce dernier échoue lamentablement seul face au gardien Awad.
    Les deux minutes de temps additionnel n’ont rien changé puisque l’arbitre siffle la fin du premier half. Du retour des vestiaires, rien n’a changé ; c’est carrément le même schéma que la première mi-temps avec un rythme quelque peu moyen. La prestation des 22 acteurs n’a pas du tout été à la hauteur des attentes, où aucune action dangereuse n’a été dénombrée ; un vrai cafouillage et une lutte au niveau du milieu de terrain. Une chose est sûre, c’est qu’à l’occasion de son premier match, le MCA a tout simplement raté le coche face à une équipe largement à sa portée.
    Cela dit, l’état de la pelouse gênait aussi beaucoup. Quelques minutes avant la fin de la rencontre, les locaux voulaient marquer coûte que coûte afin de se rassurer avant le match retour. Mais l’arrière-garde du Doyen avec un Abdouni éveillé a pu faire face à toutes les tentatives, jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre. Un bon point toujours à prendre en attendant la seconde manche de cette empoignade qui aura lieu à Alger.

     

    Mardi 19 Septembre2006 

    MC Alger 2-1 Al Tilal (Yemen)

    1/16 Finale retour

     

    Stade du 5-Juillet, temps clément, affluence nombreuse, pelouse en mauvais état, arbitrage du trio tunisien Herzi Ryadh, Fahmi Rédha, Amina Fathi.
    Avertissements : Mohamed Ali (22'), Khaled Afara (29'), Mohamed Salah (34'), Salah Etahech (50'), Chadi Djamel (83') - Al-Tillal. Bamogo (18'), Koné (90'+4), Abdouni (90'+6)- MCA
    Buts : Bouguèche (10'), Younès (90'+3) - MCA. Mohamed Salah (19') -Al-Tillal.
    MC Alger : Abdouni - Koné (Illoul, 56') - Bamogo - Bouacida - Coulibaly - Zemit - Younès - Belkaïd - Tahraoui (Badache, 80') - Badji - Bouguèche.
    Entraîneur : Bracci
    Al-Tillal : Salem Abdallah Awad - Khaled Afara (Khaled Tahed, 81') - Salah Al Tahech - Hamada Al Wadi - Mohamed Salah Youssef - Chadi Djamel - N'Dembi Kokobadi - Mohamed Ali Farid - Khaled Hassan Belaïd (Amin Awad, 80') - M'Bomi Ayoumi - Motchamba Abongo (Djamil Al Sarihi 70').
    Entraîneur : Charaf Mahfoud

     

     

    En jouant trop avec le feu, le MCA a failli se brûler les ailes face à Al-Tillal. Il a fallu attendre le temps additionnel pour voir Younès sauver les meubles dans un dernier réflexe.

    Pourtant, personne n'aurait prédit le scénario qui s'est produit, hier soir, sur la pelouse du 5-Juillet tant le Mouloudia était supérieur à cette équipe du Yémen sur tous les plans dans le match retour comptant pour le premier tour de la Ligue des champions arabe. Mais la réalité du terrain fut tout autre.
    Lorsque vous jouez avec le feu, vous risquez de vous brûler. L'entame du match fut à l'actif du Doyen avec ce corner joué à la reimoise entre Belkaïd et Badji, ce dernier centre dans la surface de réparation et trouve Bouguèche sur la ligne des six mètres, mais son tir est dégagé par la défense d'Al-Tillal (5'). Le premier but du MCA intervient à la 10e minute, lorsque Koné envoie une balle en diagonale dans le camp yéménite. Bouguèche, dans une position idéale, ne laisse aucune chance au gardien Salem Abdallah.
    On pensait alors que ça allait être une simple formalité pour le MCA, mais ce but va vite tourner au cauchemar pour les joueurs, pour le staff technique et pour les supporters du Doyen. La réaction des visiteurs fut instantanée. Coup franc à l'entrée des 18 mètres, Moutchamba, qui s'est chargé de le tirer, a obligé Abdouni à étaler toute sa classe pour éviter temporairement le but.
    Car dans la foulée, il y avait Mohamed Salah dans les parages qui a repris le cuir dégagé par Abdouni pour le mettre au fond des filets devant une défense totalement passive (19').
    Ce but coupa les jambes aux joueurs du Mouloudia qui n'arrivaient plus à retrouver leur jeu. Voulant coûte que coûte inscrire le second but, les coéquipiers de Badji sont tombés dans un jeu brouillon où ils ont rarement inquiété le portier yéménite Salem Abdallah. Pis encore, n'était la maladresse de M'bomi Ayoum, l'équipe d'Al-Tillal aurait rejoint les vestiaires avec un avantage. Se trouvant dans une position idéale, cet attaquant a trop temporisé pour permettre à Bomogo d'intervenir pour dévier le cuir en corner (43'). Le camp du MCA a eu vraiment chaud.
    En seconde période, les choses n'ont pas changé. Toujours ce jeu brouillon des joueurs du MCA qui n’ont vraiment pas inquiété la défense adverse. À partir de l'heure du jeu, les hommes de Bracci commencent à sentir le danger, ils essayent alors de ne pas s'affoler pour arriver aux buts. Débordement de Younès sur le flanc droit, il centre sur Bouguèche qui rate complètement son tir alors qu'il se trouvait dans une bonne position. Dans la foulée de cette action, Tahraoui, d'un beau retourné acrobatique, voit son ballon s'écraser sur le poteau gauche des bois gardés par Salem Abdallah (60'). À la 68e minute, Bouacida, seul devant la cage, bute sur le gardien de but yéménite.
    La pression mouloudéenne est allée crescendo et Badache était à deux doigts de donner l'avantage à ses coéquipiers, mais son coup de tête est allé mourir dans les décors alors qu'il était à trois mètres de la cage adverse (83'). Dans le temps additionnel, les Vert et Rouge parviennent à trouver la brèche par l'intermédiaire de Younès qui était à la conclusion d'un centre millimétré de Slimane Illoul. L'ex-Harrachi amortit le cuir de la poitrine, et d'un tir rageur, il bat l'infortuné Salem Abdallah à bout pourtant (90'+3). Le MCA, qui n'était pas très loin de l'élimination, revenait de loin. Le scénario des matches face à Al-Mohariq et Koweït Al-Koweïti est revenu à l'esprit.

     

    Mardi 21 novembre 2006 

    Al Nasr Saoudi 2-1 MC Alger

    1/8 Finale Aller

     
     

    Le Mouloudia d’Alger s’est incliné face à Al-Nasr saoudi sur le score de deux buts à un dans le cadre du deuxième tour de la Ligue des champions arabe.
    Même si beaucoup d’observateurs estiment que ce score de deux buts à un est un bon résultat pour le MCA, il n’en demeure pas moins que les Algériens ont facilité la tâche aux Saoudiens pour revenir à la marque puis remporter le match. En deuxième mi-temps, les Vert et Rouge, dont la fougue a baissé d’un cran, ont laissé l’initiative à l’équipe d’Al-Nasr qui a profité du fléchissement physique des joueurs mouloudéens pour l’emporter dans les dix dernières minutes. Les hommes de Menguellati ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes vu que l’équipe d’Al-Nasr n’a, à aucun moment, réussi à inquiéter le MCA. D’ailleurs, la physionomie de la première période a montré clairement que le Mouloudia avait de bien meilleures dispositions sur tous les plans par rapport à Al-Nasr. Hormis une tentative de Bender Tamim en début de match, les coéquipiers de Fayçal Badji ont dominé toute la première mi-temps où ils ont développé un très beau jeu et ont mis plusieurs fois le portier saoudien à rude épreuve. D’ailleurs, Bouacida a failli ouvrir les hostilités lorsqu’il a repris de la tête un centre de Badji, mais le gardien de but adverse était dans la trajectoire du ballon (20’). Une minute plus tard, après une récupération du ballon dans le rond central, Younès donne en profondeur pour Badache qui s’en va battre Al-Khouldji. C’est le premier but pour le Mouloudia qui continue d’exercer un pressing sur un adversaire dépassé par les événements. Les Vert et Rouge auraient pu inscrire d’autres buts s’ils avaient montré plus d’efficacité devant les bois saoudiens. Ils ont laissé passer une chance inouïe de prendre le large en cette première période tant l’adversaire s’est montré incapable de suivre le rythme imposé par les Mouloudéens. L’équipe d’Al-Nasr s’en est bien sortie en rejoignant les vestiaires avec un déficit d’un seul but seulement.

    En seconde période, nous assistâmes au même scénario, notamment lors de la première demi-heure. Une équipe du MCA entreprenante alors qu’en face Al-Nasr n’arrivait pas à se créer des brèches pour inquiéter Abdouni et sa défense. Le seul changement dans la physionomie du jeu, c’est que le Doyen a reculé pour protéger son maigre acquis procédant par des contres qui ont failli leur permettre d’aggraver la marque. En témoigne cette chevauchée de Younès de plus de 50 mètres après avoir subtilisé le ballon à un joueur saoudien au milieu du terrain. Arrivé devant les bois, il tente un lob, mais le ballon rate le cadre de peu (53’). La réaction saoudienne fut immédiate par Denilson. Ce dernier, engouffré dans les six mètres, reçoit une balle de Talal Mashâal ; n’était l’intervention de Bendahmane qui dégage en corner, il aurait pu prétendre à un meilleur sort (58’). Les contres mouloudéens devenaient de plus en plus dangereux et Younès, qui déborde sur le flanc gauche, sert un caviar à Zemit au point de penalty. Malheureusement pour lui, le milieu de terrain du MCA tire dans les décors alors qu’il était dans une bonne position (69’). Une minute plus tard, Younès se présente seul face au gardien de but adverse, mais ce dernier fut plus prompt et réussit à éloigner le danger. Cette multitude de ratages a permis aux coéquipiers de Denilson d’espérer. Lors des dix dernières minutes, ils ont jeté toutes leurs forces dans la bataille et cela leur a été bénéfique car ils réussiront à renverser la vapeur et à terminer la rencontre sur les chapeaux de roue. Coup sur coup, ils parviennent d’abord à niveler la marque par l’intermédiaire de Talal Mashâal, de la tête suite à un bon centre de Ahmed Kheïri (79’). Ensuite, Al-Nasr prend l’avantage grâce à Saâd Al-Harrithi qui a coupé la trajectoire du ballon devant une défense statique (87’). Les Mouloudéens ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes et ils seront obligés de battre cette équipe saoudienne lundi prochain pour se qualifier au prochain tour. En somme, les joueurs du MCA ont réalisé 80 minutes de bonne facture, mais ils ont tout gâché dans les dix dernières minutes.

     

    Lundi 27 novembre 2006 

    MC Alger 2-2 Al Nasr Saoudi

    1/16 Finale retour

    Tahraoui rate le penalty
     

     

    Alger, stade du 5-Juillet (Alger), temps clément, pelouse en bon état, éclairage satisfaisant, mauvaise organisation, 60 000 spectateurs environ, arbitrage de M. Issam Abdelfettah, assisté de MM. Nacer Hamada et Sobhi Rached (Egypte) Buts : Bouacida (27'), Younès (58') MCA, Saâd Harithi (7'), Ahmed Mebarek (69') Al Nasr Saoudi Averts. : Bouguèche (59’) et Bouacida (87') MCA, Dhia Houssaoui (14’), Blanco (61’), Ahmed Mebarek (81') Al Nasr Saoudi.

    MCA : Abdouni - Galoul - Coulibaly - Bouacida- Zmit - Belkaïd - Badji puis Illoul (64')- Tahraoui puis Bendahmane (75') - Bouguèche - Younès - Hadjadj (Largot, 74’). Entr. : Abdelhak Meguelati.

    Al Nasr Saoudi : Mohamed Khoudjali - Brahim Cherahili - Massamassou - Hamid Essakour Ahmed El-Kheir - Saâd El Hariti puis El Bichi (90’+2’)- Ahmed Abdellah - Dhia Houssaoui -Denilson Oliveira puis Ahmed Mebarek (62') - Alberto Blanco - Talal Machaâl. Entr. : Jorge Habecker

     

     

    Dans une ambiance des grands jours, le Doyen a laissé filer une qualification
    pourtant largement à sa portée face à une équipe saoudienne qui a cru en ses chances. Ainsi, l’aventure arabe prend fin et le rêve mouloudéen s’évanouit au grand dam des supporters.

    Encore un objectif qui s’envole pour un Doyen ambitieux en début de saison. Le Mouloudia d’Alger a gâché la fête à ses milliers de supporters venus, comme d’habitude, en masse en échouant aux portes de la phase des poules de la Ligue des champions des clubs arabe après son match nul (2 à 2), hier, sur la pelouse du stade du 5-Juillet face à Al-Nasr d’Arabie saoudite. Partis favoris pour cette double confrontation, les Mouloudéens s’étaient inclinés au match aller sur un score étriqué de 1 à 2 et devaient donc renverser la vapeur au retour dans leur fief naturel et devant leur chaleureux et fidèle public. Malheureusement, la déliquescence, le bricolage et la débandade qui règnent dans ce club n’ont pu permettre aux Vert et Rouge de décrocher leur billet qualificatif, d’autant que leur début de rencontre fut difficile après un but d’entrée de Saâd Al- Harithi dès la 8’.
    Ce dernier, déjà auteur du but victorieux à l’aller, profite d’un mauvais renvoi d’une défense mouloudéenne mal disposée, pour adresser un tir à ras de terre qui trompe le gardien Abdouni, très court sur cette action. Piqués au vif, les camarades de Badji se lancent en attaque pour tenter de rattraper leur double handicap, alors que les Saoudiens demeurent dangereux sur les balles de contre et auraient pu aggraver la marque n’était la vigilance de Coulibaly qui, à chaque fois, intervenait au bon moment pour dégager. Petit à petit, les Mouloudéens monopolisent le ballon et tentent des incursions, tantôt à droite, tantôt à gauche, pour prendre à défaut la défense d’Al-Nasr. A la 21’, un débordement et un centre de Younès ne permettent pas à Bouguèche et Tahraoui d’intercepter le ballon qui ne demandait qu’à pénétrer dans la cage saoudienne. Puis vint la 28’, après un premier corner et une tête de Galoul sauvée in extremis par un défenseur saoudien, c’est au tour de Bouacida de trouver le chemin des filets sur une belle tête qui ne laissera aucune chance au gardien Al- Khouaidjli. Le Mouloudia revient ainsi dans la partie et reprend ses esprits. En face, l’équipe d’Al-Nasr doute, notamment après la faute de Massamosso à la 35’ sur Younès qui, en débordant deux joueurs, se voit allonger dans la surface de réparation. Issam Abdelfattah désigne le point de penalty, mais malheureusement, Tahraoui rate une occasion pour permettre à son équipe d’égaliser sur les deux matchs avant la pause. Pis encore, c’est Al- Mashaâl, sur une passe en profondeur de Denilson, qui bute de justesse sur Abdouni (42’), alors que dans le temps additionnel, Bouguèche, en dribblant dans les dix-huit mètres, met le ballon au-dessus. Puis un ballon relâché par le gardien Al-Khouaidjli ne profitera ni à Younès ni à Badji qui étaient à la réception. En 2e période, les hommes de Meguellati ont repris leur domination avec l'espoir d'arracher leur qualification, mais l'équipe saoudienne a su absorber la pression des locaux et monopoliser le ballon pour casser le rythme de l'équipe algérienne tout en procédant par de dangereux contres. Cela n'a pas empêché toutefois les camarades de l’excellent Bouguèche de pousser encore leurs attaques comme cette action de ce dernier sauvée par le gardien en catastrophe (55').
    Il a fallu attendre la 59e minute pour voir le MCA récompensé dans ses efforts par le biais de Younès qui marque un second but à la suite d’une belle passe de Hadjadj. Ce but a permis au MCA d’être à égalité avec Al-Nasr sur l'ensemble des deux matches. La joie des Mouloudéens sera de courte durée, dix petites minutes seulement, puisque Ahmed Mebarek, qui venait de remplacer Denilson, parvient à inscrire le deuxième but égalisateur qui plongea le temple du 5-Juillet dans un silence de cathédrale. En effet, suite à un flottement défensif, l’attaquant saoudien surprend Abdouni d’un tir vicieux (69').
    Dans un dernier sursaut d’orgueil, les joueurs du MCA ont essayé de pousser lors des dernières vingt minutes en se ruant vers les bois de l'excellent Al-Khouaildji qui a été le héros du match. Cependant, Younès, Bouguèche et autres Belkaïd ont manqué de concentration au moment opportun en ratant une multitude d'occasions. Les remplacements opérés par le staff technique ne changeront rien, et le MCA ratera, encore une fois, une qualification qui était largement à sa portée. Al-Nasr est donc qualifié pour le prochain tour en menant (3-2) sur l'ensemble des deux rencontres au grand dam des supporters mouloudéens qui avaient pourtant rempli convenablement leur mission contrairement aux joueurs dont la question est de savoir s’ils méritent réellement de porter le maillot du MCA.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique