• 2006/2007 La Ligue des champions Arabe : 3ème Participation

    Ligue des Champions Arabe

     

    Troisième Participation

    2006 / 2007

     

    1/8 de finale,

    Battu par plus réaliste

    mais ont gagné "une omra"

     

    Pour cette nouvelle saison 2006/2007, le MCA voit très grand, jouer sur quatre fronts en essayant de gagner au moins deux titres pour satisfaire les exigences des supporters du Mouloudia qui rêvent de voir leur équipe dominer le football national , régional et continental.Tout auréolé de son sacre estival, assorti d'une liesse populaire qui nous rappela les folles années du grand MCA 1970-79, la direction Mouloudéenne décida de se donner des ailes pour survoler le football algérien en préconisant la stabilité et la continuité.Bracci en homme providentiel, qui a su merveilleusement booster l'équipe, a été mainteu à son poste, l'ossature de l'équipe gardé dans sa quasi totalité et renforcé qualitativement et quantitativement avec des noms qui ont fait couler la salive des supporters Mouloudéens et son coach Bracci, jusqu'à nommer la cuvée 2006/2007 "le Real Madrid d'Algérie".Rien que ça.Mais faute de satisfaire tout le monde, Bracci est limogé à la veille du match aller contre Al Nasr Saoudi et le Mouloudia fut éliminé logiquement de la compétition arabe face au saoudien d'Ennassr, 2à1 à l'aller pour les camarades de Dénilson et 2-2 au stade du 5 juillet au retour.

     

    Samedi 9 septembre 2006

    Al Tilal (Yemen) 0-0 MC Alger

    1/16 Finale Aller

     

    Aller -Stade du 22-Mai à Aden, temps chaud, affluence nombreuse, pelouse dure et en mauvais état,arbitrage du trio soudanais Badreddine Abdelkader, Tarek Fadel Allah, Abdelaziz Kharafallah
    Avertissement : Feghaoui (89') - MCA
    Al-Tillal : Salem-Abdallah Awad - Khaled Afara (Khaled Tahed 81') – Hamada Al- Wadi – Mohamed-Salah Youssef – Chadi Djamel – Djamil Al-Sarihi – Dembi Kokobadi – Mohamed-Ali Farid – Khaled Belaïd – M'Bomi Ayoumi – Motchamba Abongo.
    Entraîneur : Charaf Mahfoud
    MC Alger : Abdouni – Feghaoui - Chaoui – Bouacida – Coulibaly – Zemit – Younès – Bendahmane (Belkaïd 78') – Badache (Tahraoui 66') – Badji – Bouguèche (Illoul 88').-Entraîneur : Bracci

     

    Le représentant algérien en Ligue des champions arabe a pu revenir avec un nul du Yémen à l’occasion du match aller face à Al-Tillal pour le compte du premier tour de la même compétition. Ainsi, dans un match à la limite moyen et sur une pelouse impraticable, Badji et ses camarades ont loupé une précieuse victoire face à un faible adversaire. En effet, ayant opté pour une tactique de jeu de 4-5-1, les protégés de Bracci n’ont pas montré grand-chose dans cette partie où Al-Tillal était loin d’être un foudre de guerre. D’emblée les Yéménites voulaient marquer, mais le duo Bouacida-Coulibaly ont à chaque fois été au bon endroit et au bon moment pour faire avorter les tentatives du duo congolais N’dambi-M’bongo, les deux joueurs les plus dangereux du côté yéménite.

    20 minutes de jeu et aucune occasion franche ; il fallait attendre la demi-heure pour voir la défense d’Al-Tillal en difficulté après un centre du côté gauche de Bougueche qui trouve Badji dans la surface de réparation.
    Acculé par la défense, ce dernier centre à son tour et voulant éloigner le danger, un défenseur yéménite a failli tromper son gardien qui a eu toutes les peines du monde pour dévier la balle. À partir de cette action, le jeu connaît une certaine vivacité. 34 minutes ; encore Badji, mais cette fois suite à un coup franc des 20 mètres. Un coup de pied arrêté et le keeper Awad Abdellah n’a dû son salut qu’à la transversale, alors que lui était largement battu.
    La réaction des locaux était attendue, c’est le cas, puisqu’à la 36 minute, M’bango a failli surprendre le gardien Merouane Abdouni d’une reprise demi-volée qui passe à côté du cadre. Ce fut la première frayeur du keeper mouloudéen. Cela dit, le Mouloudia, qui a dominé légérement la première période, aurait pu faire la pause avec un but d’avantage. En effet, on jouait la 44e minute lorsque Badji remarque Younes, bien embusqué dans la surface de réparation, et lui sert un caviar. Mais ce dernier échoue lamentablement seul face au gardien Awad.
    Les deux minutes de temps additionnel n’ont rien changé puisque l’arbitre siffle la fin du premier half. Du retour des vestiaires, rien n’a changé ; c’est carrément le même schéma que la première mi-temps avec un rythme quelque peu moyen. La prestation des 22 acteurs n’a pas du tout été à la hauteur des attentes, où aucune action dangereuse n’a été dénombrée ; un vrai cafouillage et une lutte au niveau du milieu de terrain. Une chose est sûre, c’est qu’à l’occasion de son premier match, le MCA a tout simplement raté le coche face à une équipe largement à sa portée.
    Cela dit, l’état de la pelouse gênait aussi beaucoup. Quelques minutes avant la fin de la rencontre, les locaux voulaient marquer coûte que coûte afin de se rassurer avant le match retour. Mais l’arrière-garde du Doyen avec un Abdouni éveillé a pu faire face à toutes les tentatives, jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre. Un bon point toujours à prendre en attendant la seconde manche de cette empoignade qui aura lieu à Alger.

     

    Mardi 19 Septembre2006 

    MC Alger 2-1 Al Tilal (Yemen)

    1/16 Finale retour

     

    Stade du 5-Juillet, temps clément, affluence nombreuse, pelouse en mauvais état, arbitrage du trio tunisien Herzi Ryadh, Fahmi Rédha, Amina Fathi.
    Avertissements : Mohamed Ali (22'), Khaled Afara (29'), Mohamed Salah (34'), Salah Etahech (50'), Chadi Djamel (83') - Al-Tillal. Bamogo (18'), Koné (90'+4), Abdouni (90'+6)- MCA
    Buts : Bouguèche (10'), Younès (90'+3) - MCA. Mohamed Salah (19') -Al-Tillal.
    MC Alger : Abdouni - Koné (Illoul, 56') - Bamogo - Bouacida - Coulibaly - Zemit - Younès - Belkaïd - Tahraoui (Badache, 80') - Badji - Bouguèche.
    Entraîneur : Bracci
    Al-Tillal : Salem Abdallah Awad - Khaled Afara (Khaled Tahed, 81') - Salah Al Tahech - Hamada Al Wadi - Mohamed Salah Youssef - Chadi Djamel - N'Dembi Kokobadi - Mohamed Ali Farid - Khaled Hassan Belaïd (Amin Awad, 80') - M'Bomi Ayoumi - Motchamba Abongo (Djamil Al Sarihi 70').
    Entraîneur : Charaf Mahfoud

     

     

    En jouant trop avec le feu, le MCA a failli se brûler les ailes face à Al-Tillal. Il a fallu attendre le temps additionnel pour voir Younès sauver les meubles dans un dernier réflexe.

    Pourtant, personne n'aurait prédit le scénario qui s'est produit, hier soir, sur la pelouse du 5-Juillet tant le Mouloudia était supérieur à cette équipe du Yémen sur tous les plans dans le match retour comptant pour le premier tour de la Ligue des champions arabe. Mais la réalité du terrain fut tout autre.
    Lorsque vous jouez avec le feu, vous risquez de vous brûler. L'entame du match fut à l'actif du Doyen avec ce corner joué à la reimoise entre Belkaïd et Badji, ce dernier centre dans la surface de réparation et trouve Bouguèche sur la ligne des six mètres, mais son tir est dégagé par la défense d'Al-Tillal (5'). Le premier but du MCA intervient à la 10e minute, lorsque Koné envoie une balle en diagonale dans le camp yéménite. Bouguèche, dans une position idéale, ne laisse aucune chance au gardien Salem Abdallah.
    On pensait alors que ça allait être une simple formalité pour le MCA, mais ce but va vite tourner au cauchemar pour les joueurs, pour le staff technique et pour les supporters du Doyen. La réaction des visiteurs fut instantanée. Coup franc à l'entrée des 18 mètres, Moutchamba, qui s'est chargé de le tirer, a obligé Abdouni à étaler toute sa classe pour éviter temporairement le but.
    Car dans la foulée, il y avait Mohamed Salah dans les parages qui a repris le cuir dégagé par Abdouni pour le mettre au fond des filets devant une défense totalement passive (19').
    Ce but coupa les jambes aux joueurs du Mouloudia qui n'arrivaient plus à retrouver leur jeu. Voulant coûte que coûte inscrire le second but, les coéquipiers de Badji sont tombés dans un jeu brouillon où ils ont rarement inquiété le portier yéménite Salem Abdallah. Pis encore, n'était la maladresse de M'bomi Ayoum, l'équipe d'Al-Tillal aurait rejoint les vestiaires avec un avantage. Se trouvant dans une position idéale, cet attaquant a trop temporisé pour permettre à Bomogo d'intervenir pour dévier le cuir en corner (43'). Le camp du MCA a eu vraiment chaud.
    En seconde période, les choses n'ont pas changé. Toujours ce jeu brouillon des joueurs du MCA qui n’ont vraiment pas inquiété la défense adverse. À partir de l'heure du jeu, les hommes de Bracci commencent à sentir le danger, ils essayent alors de ne pas s'affoler pour arriver aux buts. Débordement de Younès sur le flanc droit, il centre sur Bouguèche qui rate complètement son tir alors qu'il se trouvait dans une bonne position. Dans la foulée de cette action, Tahraoui, d'un beau retourné acrobatique, voit son ballon s'écraser sur le poteau gauche des bois gardés par Salem Abdallah (60'). À la 68e minute, Bouacida, seul devant la cage, bute sur le gardien de but yéménite.
    La pression mouloudéenne est allée crescendo et Badache était à deux doigts de donner l'avantage à ses coéquipiers, mais son coup de tête est allé mourir dans les décors alors qu'il était à trois mètres de la cage adverse (83'). Dans le temps additionnel, les Vert et Rouge parviennent à trouver la brèche par l'intermédiaire de Younès qui était à la conclusion d'un centre millimétré de Slimane Illoul. L'ex-Harrachi amortit le cuir de la poitrine, et d'un tir rageur, il bat l'infortuné Salem Abdallah à bout pourtant (90'+3). Le MCA, qui n'était pas très loin de l'élimination, revenait de loin. Le scénario des matches face à Al-Mohariq et Koweït Al-Koweïti est revenu à l'esprit.

     

    Mardi 21 novembre 2006 

    Al Nasr Saoudi 2-1 MC Alger

    1/8 Finale Aller

     
     

    Le Mouloudia d’Alger s’est incliné face à Al-Nasr saoudi sur le score de deux buts à un dans le cadre du deuxième tour de la Ligue des champions arabe.
    Même si beaucoup d’observateurs estiment que ce score de deux buts à un est un bon résultat pour le MCA, il n’en demeure pas moins que les Algériens ont facilité la tâche aux Saoudiens pour revenir à la marque puis remporter le match. En deuxième mi-temps, les Vert et Rouge, dont la fougue a baissé d’un cran, ont laissé l’initiative à l’équipe d’Al-Nasr qui a profité du fléchissement physique des joueurs mouloudéens pour l’emporter dans les dix dernières minutes. Les hommes de Menguellati ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes vu que l’équipe d’Al-Nasr n’a, à aucun moment, réussi à inquiéter le MCA. D’ailleurs, la physionomie de la première période a montré clairement que le Mouloudia avait de bien meilleures dispositions sur tous les plans par rapport à Al-Nasr. Hormis une tentative de Bender Tamim en début de match, les coéquipiers de Fayçal Badji ont dominé toute la première mi-temps où ils ont développé un très beau jeu et ont mis plusieurs fois le portier saoudien à rude épreuve. D’ailleurs, Bouacida a failli ouvrir les hostilités lorsqu’il a repris de la tête un centre de Badji, mais le gardien de but adverse était dans la trajectoire du ballon (20’). Une minute plus tard, après une récupération du ballon dans le rond central, Younès donne en profondeur pour Badache qui s’en va battre Al-Khouldji. C’est le premier but pour le Mouloudia qui continue d’exercer un pressing sur un adversaire dépassé par les événements. Les Vert et Rouge auraient pu inscrire d’autres buts s’ils avaient montré plus d’efficacité devant les bois saoudiens. Ils ont laissé passer une chance inouïe de prendre le large en cette première période tant l’adversaire s’est montré incapable de suivre le rythme imposé par les Mouloudéens. L’équipe d’Al-Nasr s’en est bien sortie en rejoignant les vestiaires avec un déficit d’un seul but seulement.

    En seconde période, nous assistâmes au même scénario, notamment lors de la première demi-heure. Une équipe du MCA entreprenante alors qu’en face Al-Nasr n’arrivait pas à se créer des brèches pour inquiéter Abdouni et sa défense. Le seul changement dans la physionomie du jeu, c’est que le Doyen a reculé pour protéger son maigre acquis procédant par des contres qui ont failli leur permettre d’aggraver la marque. En témoigne cette chevauchée de Younès de plus de 50 mètres après avoir subtilisé le ballon à un joueur saoudien au milieu du terrain. Arrivé devant les bois, il tente un lob, mais le ballon rate le cadre de peu (53’). La réaction saoudienne fut immédiate par Denilson. Ce dernier, engouffré dans les six mètres, reçoit une balle de Talal Mashâal ; n’était l’intervention de Bendahmane qui dégage en corner, il aurait pu prétendre à un meilleur sort (58’). Les contres mouloudéens devenaient de plus en plus dangereux et Younès, qui déborde sur le flanc gauche, sert un caviar à Zemit au point de penalty. Malheureusement pour lui, le milieu de terrain du MCA tire dans les décors alors qu’il était dans une bonne position (69’). Une minute plus tard, Younès se présente seul face au gardien de but adverse, mais ce dernier fut plus prompt et réussit à éloigner le danger. Cette multitude de ratages a permis aux coéquipiers de Denilson d’espérer. Lors des dix dernières minutes, ils ont jeté toutes leurs forces dans la bataille et cela leur a été bénéfique car ils réussiront à renverser la vapeur et à terminer la rencontre sur les chapeaux de roue. Coup sur coup, ils parviennent d’abord à niveler la marque par l’intermédiaire de Talal Mashâal, de la tête suite à un bon centre de Ahmed Kheïri (79’). Ensuite, Al-Nasr prend l’avantage grâce à Saâd Al-Harrithi qui a coupé la trajectoire du ballon devant une défense statique (87’). Les Mouloudéens ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes et ils seront obligés de battre cette équipe saoudienne lundi prochain pour se qualifier au prochain tour. En somme, les joueurs du MCA ont réalisé 80 minutes de bonne facture, mais ils ont tout gâché dans les dix dernières minutes.

     

    Lundi 27 novembre 2006 

    MC Alger 2-2 Al Nasr Saoudi

    1/16 Finale retour

    Tahraoui rate le penalty
     

     

    Alger, stade du 5-Juillet (Alger), temps clément, pelouse en bon état, éclairage satisfaisant, mauvaise organisation, 60 000 spectateurs environ, arbitrage de M. Issam Abdelfettah, assisté de MM. Nacer Hamada et Sobhi Rached (Egypte) Buts : Bouacida (27'), Younès (58') MCA, Saâd Harithi (7'), Ahmed Mebarek (69') Al Nasr Saoudi Averts. : Bouguèche (59’) et Bouacida (87') MCA, Dhia Houssaoui (14’), Blanco (61’), Ahmed Mebarek (81') Al Nasr Saoudi.

    MCA : Abdouni - Galoul - Coulibaly - Bouacida- Zmit - Belkaïd - Badji puis Illoul (64')- Tahraoui puis Bendahmane (75') - Bouguèche - Younès - Hadjadj (Largot, 74’). Entr. : Abdelhak Meguelati.

    Al Nasr Saoudi : Mohamed Khoudjali - Brahim Cherahili - Massamassou - Hamid Essakour Ahmed El-Kheir - Saâd El Hariti puis El Bichi (90’+2’)- Ahmed Abdellah - Dhia Houssaoui -Denilson Oliveira puis Ahmed Mebarek (62') - Alberto Blanco - Talal Machaâl. Entr. : Jorge Habecker

     

     

    Dans une ambiance des grands jours, le Doyen a laissé filer une qualification
    pourtant largement à sa portée face à une équipe saoudienne qui a cru en ses chances. Ainsi, l’aventure arabe prend fin et le rêve mouloudéen s’évanouit au grand dam des supporters.

    Encore un objectif qui s’envole pour un Doyen ambitieux en début de saison. Le Mouloudia d’Alger a gâché la fête à ses milliers de supporters venus, comme d’habitude, en masse en échouant aux portes de la phase des poules de la Ligue des champions des clubs arabe après son match nul (2 à 2), hier, sur la pelouse du stade du 5-Juillet face à Al-Nasr d’Arabie saoudite. Partis favoris pour cette double confrontation, les Mouloudéens s’étaient inclinés au match aller sur un score étriqué de 1 à 2 et devaient donc renverser la vapeur au retour dans leur fief naturel et devant leur chaleureux et fidèle public. Malheureusement, la déliquescence, le bricolage et la débandade qui règnent dans ce club n’ont pu permettre aux Vert et Rouge de décrocher leur billet qualificatif, d’autant que leur début de rencontre fut difficile après un but d’entrée de Saâd Al- Harithi dès la 8’.
    Ce dernier, déjà auteur du but victorieux à l’aller, profite d’un mauvais renvoi d’une défense mouloudéenne mal disposée, pour adresser un tir à ras de terre qui trompe le gardien Abdouni, très court sur cette action. Piqués au vif, les camarades de Badji se lancent en attaque pour tenter de rattraper leur double handicap, alors que les Saoudiens demeurent dangereux sur les balles de contre et auraient pu aggraver la marque n’était la vigilance de Coulibaly qui, à chaque fois, intervenait au bon moment pour dégager. Petit à petit, les Mouloudéens monopolisent le ballon et tentent des incursions, tantôt à droite, tantôt à gauche, pour prendre à défaut la défense d’Al-Nasr. A la 21’, un débordement et un centre de Younès ne permettent pas à Bouguèche et Tahraoui d’intercepter le ballon qui ne demandait qu’à pénétrer dans la cage saoudienne. Puis vint la 28’, après un premier corner et une tête de Galoul sauvée in extremis par un défenseur saoudien, c’est au tour de Bouacida de trouver le chemin des filets sur une belle tête qui ne laissera aucune chance au gardien Al- Khouaidjli. Le Mouloudia revient ainsi dans la partie et reprend ses esprits. En face, l’équipe d’Al-Nasr doute, notamment après la faute de Massamosso à la 35’ sur Younès qui, en débordant deux joueurs, se voit allonger dans la surface de réparation. Issam Abdelfattah désigne le point de penalty, mais malheureusement, Tahraoui rate une occasion pour permettre à son équipe d’égaliser sur les deux matchs avant la pause. Pis encore, c’est Al- Mashaâl, sur une passe en profondeur de Denilson, qui bute de justesse sur Abdouni (42’), alors que dans le temps additionnel, Bouguèche, en dribblant dans les dix-huit mètres, met le ballon au-dessus. Puis un ballon relâché par le gardien Al-Khouaidjli ne profitera ni à Younès ni à Badji qui étaient à la réception. En 2e période, les hommes de Meguellati ont repris leur domination avec l'espoir d'arracher leur qualification, mais l'équipe saoudienne a su absorber la pression des locaux et monopoliser le ballon pour casser le rythme de l'équipe algérienne tout en procédant par de dangereux contres. Cela n'a pas empêché toutefois les camarades de l’excellent Bouguèche de pousser encore leurs attaques comme cette action de ce dernier sauvée par le gardien en catastrophe (55').
    Il a fallu attendre la 59e minute pour voir le MCA récompensé dans ses efforts par le biais de Younès qui marque un second but à la suite d’une belle passe de Hadjadj. Ce but a permis au MCA d’être à égalité avec Al-Nasr sur l'ensemble des deux matches. La joie des Mouloudéens sera de courte durée, dix petites minutes seulement, puisque Ahmed Mebarek, qui venait de remplacer Denilson, parvient à inscrire le deuxième but égalisateur qui plongea le temple du 5-Juillet dans un silence de cathédrale. En effet, suite à un flottement défensif, l’attaquant saoudien surprend Abdouni d’un tir vicieux (69').
    Dans un dernier sursaut d’orgueil, les joueurs du MCA ont essayé de pousser lors des dernières vingt minutes en se ruant vers les bois de l'excellent Al-Khouaildji qui a été le héros du match. Cependant, Younès, Bouguèche et autres Belkaïd ont manqué de concentration au moment opportun en ratant une multitude d'occasions. Les remplacements opérés par le staff technique ne changeront rien, et le MCA ratera, encore une fois, une qualification qui était largement à sa portée. Al-Nasr est donc qualifié pour le prochain tour en menant (3-2) sur l'ensemble des deux rencontres au grand dam des supporters mouloudéens qui avaient pourtant rempli convenablement leur mission contrairement aux joueurs dont la question est de savoir s’ils méritent réellement de porter le maillot du MCA.

    « 2005/2006 La ligue des Champions Arabe : 2ème ParticipationLe MCA en Arab Champions League A.C.L »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :