• http://sebbar.kazeo.com

     

    Nouredine Madiou

     sportif infirme qui a flirté avec le haut niveau

    Quand le sport algérien a le blues

    « Quand l’ordre est injustice, le désordre est déjà un commencement de justice » Romain Rolland

    Mes parents étaient fiers de moi, mes enfants aussi, je peux dire que je suis l’auteur d’une carrière exemplaire. Surmonter son handicap et s’imposer à un haut niveau avec toutes ses contraintes et exigences ne sont pas chose aisée. Pourquoi le sport algérien connaît-il une telle déconfiture ? Il faut un état des lieux pour se ressaisir



    Dans le monde fabuleux du sport, le sien, Nouredine est une exception. Infirme de naissance, avec un pied difforme, il a su se frayer un chemin respectable, taquinant le haut niveau avec une insolente détermination. « C’était le meilleur passeur du volley national et l’un des plus doués de la balle au filet. J’avais de l’affection et de l’admiration pour lui. C’est un exemple de courage et de tenacité », témoigne Mostefa Chaour, un des éléments clefs du six national des années soixante. Et pourtant, il n’avait pas la tête de l’emploi, une taille moyenne, plutôt petit pour ce sport exigeant qui aime les hauteurs.

    Décrit par ses coéquipiers comme un modèle d’intelligence critique, toujours en éveil, d’intégrité et de modestie, Nouredine restera, en effet, attaché à l’histoire du volley-ball national qu’il affectionne depuis plus d’un demi-siècle. Son visage tout en angles dit quelque chose du personnage. Silhouette grise et sourire flottant des timides, Nouredine impose sa voix. « C’est à Hamma Marine, Belcourt, que je suis né en 1942 et fait mes études primaires. C’est grâce à mon instituteur, M. Perret, grand sportif, que j’ai capté l’amour du volley-ball ; notre maître nous initiait à ce sport, pendant la récréation dans la cour centrale. Nous qui étions plutôt portés sur le football, comme tous les jeunes, prenions ainsi un chemin singulier qui tranchait avec les habitudes. En tout cas, en ce qui me concerne, M. Perret a décélé en moi des qualités techniques hors du commun malgré mon infirmité. Il était entraîneur de l’équipe de volley ball de l’ASCFA d’Alger.

    Un battant, un gagneur

    Il a tout fait pour que je signe ma première licence dans son club. Comme j’étais jeune, il a fallu un double surclassement pour que je puisse évoluer en seniors. J’étais le catalyseur, le passeur. » Parallèlement, Nouredine poursuit ses études secondaires au lycée Bugeaud (Emir Abdelkader) qu’il arrêtera en raison de la guerre. Durant tout son parcours, il n’aura de cesse de vouloir concilier savoir et pouvoir, sachant se bâtir un moral d’acier. Imaginatif, entreprenant, il est du genre à agir et ayant pris goût à son sport, il ne pouvait s’en séparer.

    De fait, dès l’indépendance, alors qu’il bouclait ses vingt ans, Nouredine se retrouve sélectionné avec onze de ses camarades sous la conduite du regretté Rachid Meknache. « Nous avons joué notre premier match sous les couleurs nationales à Annaba, sous la houlette de M. Bengaouer. Nous avons battu les Tunisiens 3 sets à 2. » Cela se présentait déjà sous les meilleurs auspices. Pour rien au monde, il ne pouvait quitter ce milieu dans lequel il a affirmé sa personnalité, nourri d’une appétence pour les combats solitaires et doté d’un courage à toute épreuve qui l’amenait à braver tous les défis. Il se souvient très bien de son grand baptême du feu aux Jeux de l’amitié de Dakar en 1963. « L’équipe était formée de 6 Français d’Algérie et de 6 Algériens sous la conduite de Pierre Cocan, un gars d’Hydra. C’était le premier sélectionneur. Il est devenu par la suite président de la Ligue nationale française de volley-ball, tout en restant très proche de l’Algérie. De cette période, je garde des souvenirs impérissables. Quel bonheur pour un jeune comme moi d’être en équipe nationale en compagnie de copains avec qui on partageait tout, comme Ferkioui, Chebahi, Chenounou, Mehani, etc ! Puis ce furent les Jeux du Ganeto à Djakarta, le pendant des Jeux olympiques de Tokyo de 1964. On commençait à connaître ce que voulait dire le mouvement des non-alignés dont notre pays faisait déjà partie. »

    Comme l’écrivait subtilement Luis Borges : « Toute destinée si longue et si compliquée soit-elle compte en réalité un seul moment, celui où l’homme sait une fois pour toutes qui il est. » Et Nouredine, mature et décidé, savait déjà où il allait en affinant une vocation précoce. Ne dit-on pas que sans ambition, il n’ y a point de talent ? Et de l’ambition, notre volleyeur en avait à revendre, sans en arriver évidemment à la prétention. L’ambition est la seule maîtresse dont l’homme ne se lasse jamais. Elle lui rend le goût de lui-même. Nouredine en a fait son leitmotiv. Et puis, il a cet art de mettre des mots sur tant d’émotions. « Nous étions encadrés par des hommes merveilleux comme le Dr Bourkaïb, premier président de la Fédération algérienne de volley-ball. Un homme passionné, intègre et connaisseur. A Djakarta, on avait fini sixièmes, mais c’était une performance au regard des grosses cylindrées qui étaient sur place », se souvient-il.

    À cœur vaillant

    Il replonge dans les reminiscences d’une carrière accomplie, aboutie et trépidante. Lorsqu’il évoque ce qui a structuré sa vie sportive, il saute d’emblée sur la période où il était entraîneur-joueur au GLEA : « J’ai joué juisqu’en 1970. J’ y ai formé une brochette de joueurs de niveau avant d’opter pour le NARA, porte-flambeau de Sonatrach. » Nouredine y sera intronisé entraîneur en 1972. Suivra une longue lune de miel qui durera un quart de siècle, parsemée de titres et de consécrations, coupes-championnats, sans compter le nombre record de sélectionnés fournis à l’équipe nationale. Notoriété et récompenses ne lui font-elles pas parfois tourner la tête ? « On doit être à la haueur du titre et l’honorer. C’est une grande responsabilité. » Nouredine n’est pas de ceux qui s’enivrent de compliments. Il a appris la remise en question. Régulièrement, il dit que « sans les autres, il ne serait jamais là ». Alors, il veut à son tour transmettre sa passion…« Je remercie de tout cœur Sonatrach qui m’a donné la possibilité de m’affirmer et de confirmer, chose que je n’aurais pas pu développer ailleurs », confesse-t-il, reconnaissant. Nouredine n’évoque ses faits d’armes qu’avec une extrême pudeur. Ce qui est frappant, c’est qu’il ne cherche pas à se valoriser avec un vocabulaire pompeux.

    Pourquoi le sport a périclité

    « J’ai eu la chance inouie d’encadrer l’équipe nationale en 1989. J’en tire une certaine fierté. On a joué le championnant d’Afrique des nations à Abidjan. Nous sommes arrivés en finale qu’on a perdue honorablement contre le Cameroun, mais j’en garde un excellent souvenir. C’était une salve salvatrice, un déclic pour l’équipe qui est allée chercher le titre au Caire en 1992, sous la direction de Zerdouni. » « Sur le terrain, c’est un passionné déchaîné qui gesticule et crie, vivant à fond le match. Tout le monde connait ses colères homériques, mais au fond, il a bon cœur et nul ne peut lui contester son côté bagarreur et gagneur », relève un de ses anciens joueurs qui lui voue respect et considération.

    Après de bons et loyaux services à Sonatrach, Nouredine est, depuis, à Blida où il contribue grandement à l’émergence de l’équipe qui ne se prive pas de goûter aux délices des consécrations : coupe et championnat d’Algérie, championnat d’Afrique. « Les dirigeants blidéens m’ont fait confiance. Ils ont misé sur la formation et l’histoire leur a donné raison », confirme Nouredine appelé aussi à siéger depuis 2004 en tant qu’élu à la Fédération algérienne de volley-ball. « Le président Gougam m’a confié la mission de redorer le blason technique de notre volley. Je pense sincèrement que l’équipe algérienne va dominer le continent africain durant la décennie à venir, à condition de continuer sur la même lancée », prévient-il avant de donner son avis sur notre élite « sûrement compétitive à un haut niveau ». Noureddine fait plus que raconter. Il veut secouer, provoquer en n’oubliant pas sa propre condition. Il le dit en toute simplicité sans complexe.

    Un défi à la nature

    « J’ai été un défi à la nature, j’ai défrayé la chronique », aime-t-il répéter au détour d’une anecdote. « En 1989, nous avons participé à un tournoi international à Baghdad, nous devions affronter le Koweït, qui était déjà en froid avec l’Irak. Par ma discrétion, je restais toujours le dernier avant d’accéder sur le terrain après les joueurs. Le préposé à la sécurité m’en avait empêché, pensant à un intrus. Les joueurs sont intervenus et j’ai pu entrer quand même. Lorsqu’on a gagné, j’ai été acclamé comme pas possible par le public irakien, j’étais devenu leur héros. » Mal vu, déconsidéré en raison de son « physique », Nouredine a su déjouer tous les mauvais plans pour s’imposer tel qu’il est. « en Tunisie, raconte-t-il, on jouait un match capital en 1966. On perdait par deux sets et le public local pensait que la partie était gagnée. J’ai, sans fausse modestie, été à l’origine du renversement de situation ; on a gagné 3 à 2. Le lendemain, la presse rapportait que la Tunisie avait perdu contre Madiou. Encore une fois, j’étais sacré héros. »

    Puis, Nouredine d’avouer que son défaut est peut-être l’excès : « Je dis toujours que la passion dévore la raison. Je ne cache pas que j’ai la rage de vaincre. Ça me colle à la peau. J’inculque ça à mes joueurs, je suis entier aussi bien sur le terrain de jeu qu’en dehors. » Et lorsque nous lui demandons ce qu’il pense du sport algérien en général, il se tait un moment. Suit soudain un plaidoyer furieux, sans nuances, en faveur du sport qui n’a jamais connu pareille descente aux enfers. Notre sport a le blues. « Il y a vraiment problème. Le sport est devenu lucratif. On forme les joueurs, les entraîneurs. Pourquoi ne le ferait-on pas pour les dirigeants ? Les résultats enregistrés globalement sont en deçà des attentes et des moyens dégagés. La salle Harcha pour qui s’en souvient était un lieu mythique de bénédiction. Aujourd’hui, il n’y a plus cet engouement.

    Pourquoi ? A mon sens, il faut des décisions salutaires. Il faut mettre la pression, pas jusqu’à l’épée de Damoclès, tout de même, sur ceux qui dirigent. On a l’impression que dans les fédérations on est là pour se servir et non pour servir. Le ministère doit être performant. Nos championnats sont squelettiques. Il faut que les compétitions soient attractives. C’est pour cela que j’espère que le décret portant renouvellement des instances sportives soit salutaire. J’ai bien peur que ceux qui ne faisaient que se servir reviennent. C’est ma grande inquiétude. Moi, ce que je fais, je le fais par passion. J’ai eu des contrats mirobolants au khalidj et en Tunisie, mais j’ai décliné les offres, considérant que ma place est ici en Algérie et nulle part ailleurs... »

    Parcours

    Né à Belcourt le 25 juillet 1942, Nouredine Madiou saura surmonter son handicap, un pied difforme, pour s’affirmer comme l’un des meilleurs volleyeurs que le pays ait connus. Cet amour pour le sport, il le doit à son ancien instituteur, un Français, qui lui a inculqué le goût de l’effort. Sélectionné à plusieurs reprises, il a longtemps évolué à Sonatrach, avant de jeter son dévolu sur Blida où il exerce toujours en qualité de manager général. Nouredine a reçu plusieurs offres pour exercer son talent ailleurs, mais il a préféré rester au bercail. 

    Par Hamid Tahri

     
     
     

     

    Adieu l'ami

    Si je devais mourir, je serais comblé si cela survenait sur un terrain de sport, nous confiait Madiou, il y a quelque temps. Et bien, son vœu a été exaucé et Nouredine doit baigner dans la sérénité qui sied aux hommes de sa trempe.

    Un homme juste, toujours disponible qui s’est dévoué pour les autres sans rien demander en contrepartie. Il était surtout un sacré passionné de volley-ball qui a su, malgré son handicap, magnifier ce sport à son plus haut niveau. vendredi, le créateur l’a rappelé auprès de lui alors qu’il s’apprêtait à vivre passionnément le match qui opposait son équipe, l’USMB, au GSP (ex MCA) son autre équipe, pour lesquelles il s’est dépensé sans compter, au cours de ces dernières années. Le sort en a décidé autrement et Nounou est parti sans nous dire adieu, laissant l’image d’un sportif accompli qui est arrivé aux sommets grâce à une volonté de fer, une détermination et une abnégation que lui envieraient bon nombre de ses camarades et que tous ceux qui l’ont connu saluent bien bas.

    Son handicap, il n’en faisait pas cas. Courtois et entier, Nouredine assénait ses vérités sans le moindre complexe. Il aimait les gens et ceux-ci le lui rendaient bien, car il n’avait que des amis. Rassembleur, proche des gens, il usait de toutes ses compétences pour arrondir les angles et concilier les parties en conflit. samedi, au cimetière de Sidi M’hamed, il y avait foule pour l’accompagner à sa dernière demeure. Même dans sa mort, il a rassemblé des sportifs de toutes générations venus lui rendre l’hommage qu’il mérite. Il ne pouvait en être autrement. Adieu l’ami, on t’aimait bien...

    Hamid Tahri

     

     Madiou n’est plus

    A quelques minutes du coup d’envoi du match USM Blida – GS Pétroliers (N1) qui devait se dérouler vendredi 22.1.2010 à la salle Chalane de Blida, le coach blidéen Noureddine Madiou s’affaissa subitement sur le parquet. Le médecin de l’équipe ne fit que constater le décès subit du doyen des entraîneurs algériens, victime d’un arrêt cardiaque. Le défunt avait le volley dans le sang. Il était joueur avant l’indépendance au GSA Hydra avec son compère Chenoun. Après l’indépendance, il fut un brillant joueur de l’EN. Il a été également entraîneur du MCA pendant plusieurs saisons, avec lequel il remporta plusieurs titres. Il fit de même avec l’USMB qu’il retrouve cette saison. Le destin a voulu qu’il meure à l’âge de 69 ans juste avant un match entre deux équipes qu’il chérissait particulièrement.Très peiné par sa disparition, on présente à sa famille nos sincères condoléances et implore Dieu le Tout Puissant d’accueillir le défunt en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »


    8 commentaires
  • Volley-ball-MC Alger

    Un triplé historique

    L’équipe de volley-ball du MC Alger est revenue récemment avec dans ses bagages le trophée du 26e championnat d’Afrique des clubs champions messieurs qui s’est déroulé du 20 au 28 avril dernier à Niamey (Niger).

    L’exploit est de taille et vient confirmer la suprématie du Mouloudia dans la balle haute cette saison après le doublé (coupe-championnat). C’est ainsi que les capés de l’ex-international, Krimou Bernaoui, ont été accueillis en héros à l’aéroport international Houari Boumediène par les membres du bureau exécutif de la Fédération algérienne de volley-ball et du président du club, Mohamed Djouad, et de son staff. Dès son retour à Alger, l’entraîneur en chef, Krimou Bernaoui, nous a déclaré : « Je dédie ce trophée à tout le peuple algérien. Il est vrai que notre objectif était d’améliorer le classement de l’édition 2006 à Durban (Afrique du Sud) qui était la 3e place mais dès notre victoire de 3 sets à 1 sur ce monument du volley-ball africain qu’est le Ahly du Caire, on était persuadé que le titre était à notre portée. Nous avons trouvé des difficultés au départ car les conditions de séjour à Niamey (Niger), puisque c’est la première fois qu’une compétition continentale s’y déroule, étaient un peu difficile mais on s’est habitué au fur et à mesure que la compétition avançait. Le niveau technique de la compétition était bon avec les équipes du Cameroun, le FAP et Port de Douala. Il y a aussi les équipes égyptiennes El Djeich qui a récupéré les anciens volleyeurs du Zamalek, et aussi et surtout le Ahly du Caire qui n’est plus à présenter. » Au cours de cette 26e CACC qui a regroupé 14 équipes, on a noté l’absence des clubs tunisiens. Le parcours du représentant algérien, le MC Alger, a été un sans-faute avec 6 matchs pour autant de victoires, 18 sets marqués et 2 concédés mais la grande performance mouloudéenne restera certainement le succès en demi-finale face à l’ogre le Ahly du Caire (Egypte) détenteur 2006 (8 titres africains) sur le score de 3 sets à 1 (25-23 ; 25-20 ; 18-25 ; 25-23). La suite a été moins pénible face à un autre club égyptien El Djeich, puisque les poulains de Bernaoui s’étaient imposés sur le score net sans bavure de 3 sets à 0 (25-22 ; 25-21 ; 25-19) en 66 minutes de jeu. C’est le 2e titre continental dans l’histoire du MC Alger après celui acquis en mars 1988 à Alger. A cette époque-là Krimou Bernaoui était encore joueur. En somme, cette consécration permet au MCA de se qualifier au Mondial des clubs. Il est à rappeler qu’en 1990, le NAHD, champion d’Afrique à Nairobi (Kenya), a participé au championnat du monde des clubs qui s’est déroulé à Milan (Italie) où ils ont obtenu la 7e place.

    Nacer Mustapha "el watan" du 8.5.2007

    Photos du Mouloudia au Niger

    http://www.cavb.org/Niger2007/Photos.html

    Classement final

    1. Mouloudia (Algeria)
    2. El Guish (Egypt)
    3. Al Ahly (Egypt)
    4. GSU (Kenya)
    5. Ahly (Libya)
    6. FAP (Cameroon)
    7. University (Rwanda)
    8. Port Douala (Cameroon)
    9. Tiko (Madagascar)
    10. Inter Club (Congo Brazzaville)
    11. University Calavi (Benin)
    12. ASVB (Niger)
    13. Cement (Ethiopia)
    14. Defense (Ethiopia)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique