• HAMRI Lynda HAMRI Lynda

     Hamri Lynda

    La charmante guerrière 

    de Bab-el-Oued

     

     

     

    Lynda Hamri, née le 8 février 1989 à Bab El Oued (Alger), est une athlète handisport algérienne atteinte de maculopathie, une pathlologie de la rétine, pratiquant le saut en longueur au sein de la Section Handisport du Mouloudia Club Algérois. Elle débute à l'athlétisme avec les valides à l'âge de 10 ans dans son Club de quartier le TR Bab El Oued avant de signer en minimes jusqu'en 2004 dans le Club de Hydra, plus nantis sur le plan des infrastructures, afin de progressr encore plus. Lynda rejoint le Mouloudia Club Algérois en 2007 obtenant dans la foulée son premier sacre de championne d'Algérie scolaire en saut en longueur et les titres vont s'enchaîner pour Lynda au temps de l'ex GSP (MCA) pour faire d'elle l'une des plus titrés de l'athlétisme handisport.

     

    HAMRI Lynda

     

    Elle obtient la médaille de bronze du saut en longueur aux Jeux africains de 2007 et aux Jeux africains de 2011 en catégorie T13.

    Elle est médaillée d'argent du saut en longueur en catégorie F13 aux Jeux paralympiques d'été de 2012.

    Aux Championnats du monde d'athlétisme handisport 2013, aux Championnats du monde d'athlétisme handisport 2015 et aux Championnats du monde d'athlétisme handisport 2019, elle remporte la médaille d'argent de saut en longueur en catégorie T12.

    Elle est médaillée de bronze du saut en longueur en catégorie T12 aux Jeux paralympiques d'été de 2016 et aux Championnats du monde d'athlétisme handisport 2017.

    Médaillée de Bronze du saut en longueur en catégorie T12 aux Jeux Paralympiques d'été de Tokyo en 2021.

     

    HAMRI Lynda

     

     

    HAMRI Lynda

     

    Palmarès Partiel 

     

    Vice-Championne d'Algérie en saut en hauteur en jeunes catégories

     

    2007 Championne d'Algérie Scolaires du saut en longueur

    2007 Médaille de Bronze du saut en longueur aux Jeux Africains d'Alger en catégorie T13

     

    Championne d'Algérie par equipes avec le MCA (2007-2008) et l'ex GSP (de 2008 à 2021)

     

     

    2011 Médaille de Bronze du saut en longueur aux Jeux Africains en catégorie T13 à Maputo (Mozambique)

     

     

    HAMRI Lynda 2012 Médaille d'Argent aux Jeux Paralympiques à LondresHAMRI Lynda 2012 Médaille d'Argent aux Jeux Paralympiques à Londres

    2012 Médaille d'Argent du saut en longueur en catégorie F13 aux Jeux Paralympiques d'été à Londres

     

     

    HAMRI Lynda 2013 Médaille d'Argent aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Lyon (France)  HAMRI Lynda 2013 Médaille d'Argent aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Lyon (France)

    2013 Médaille d'Argent du saut en longueur en catégorie F13 aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Lyon (France) (Record d'Afrique battu)

     

     

    2015 Médaille d'Argent du saut en longueur en catégorie F13 aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport  à Doha (Qatar) 2015 Médaille d'Argent du saut en longueur en catégorie F13 aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport  à Doha (Qatar)

    2015 Médaille d'Argent du saut en longueur en catégorie F13 aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport  à Doha (Qatar)

    2015 Médaille d'Or aux Jeux Mondiaux handisports à Séoul (Corée du Sud)

     

     

    2016 Médaille de Bronze aux Jeux Paralympiques à Rio de Janeiro (Brésil) 

    2016 Médaille de Bronze du saut en longueur en catégorie T12 aux Jeux Paralympiques d'été à Rio de Janeiro (Brésil)

     

     

    HAMRI Lynda 2017 Médaille de Bronze  aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Londres

     2017 Médaille de Bronze du saut en longueur en catégorie T12 aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Londres

     

    2019 Médaille d'Argent aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Dubaï (Émirats Arabes Unis) 2019 Médaille d'Argent aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Dubaï (Émirats Arabes Unis)

    2019 Médaille d'Argent aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Dubaï (Émirats Arabes Unis) 

    2019 Médaille d'Argent de saut en longueur en catégorie T12 aux Championnats du Monde d'athlétisme Handisport à Dubaï (Émirats Arabes Unis)

     

     

    2021 Médaille d'Or sur 100m T12 (14''01) au Grand Prix International de Fazza à Dubaï (Émirats Arabes Unis)

    HAMRI Lynda 2021 Médaillée de Bronze aux Jeux Paralympiques  de Tokyo (Japon) HAMRI Lynda 2021 Médaillée de Bronze aux Jeux Paralympiques  de Tokyo (Japon) HAMRI Lynda2021 Médaillée de Bronze aux Jeux Paralympiques  de Tokyo (Japon)

    2021 Médaillée de Bronze du saut en longueur en catégorie T12 aux Jeux Paralympiques d'été de Tokyo (Japon)

     

     

     

     

    HAMRI Lynda

    Linda Hamri, héroïne algérienne

    Par Mélanie Matarese
    Publié le 21/09/2012, mis à jour le 14/06/2013 

     

    Sa médaille d'argent en saut en longueur lors des derniers jeux paralympiques de Londres vaut de l'or. Linda Hamri, 24 ans, souffre d'une maladie qui affecte progressivement sa vue. A l'image des 15 athlètes algériens handicapés revenus triomphants des JO, ce n'est pas seulement une victoire contre le handicap qu'elle a gagnée, mais aussi contre des conditions de vie et d'entraînement difficiles.

     

    Il n’est pas si loin le temps où Linda Hamri jouait au football, en bas de son immeuble, dans ce quartier populaire sur les hauteurs de Bab El Oued. Aujourd’hui, cette jolie brune de 23 ans à la silhouette élancée n’a plus rien du "garçon manqué" dont se souvient affectueusement sa mère. En à peine plus de dix ans, elle s’est transformée en athlète de haut niveau, médaillée d’argent au saut en longueur lors des Jeux paralympiques de Londres, capable de faire trembler la Sud-Africaine Ilse Hayes qui lui a de justesse, ravi la première place sur le podium. En à peine plus de dix ans, elle a aussi perdu la quasi-totalité de la vue -1,5/10 à chaque œil, touchée par une maculopathie, une maladie rare qui frappe également une de ses sœurs.

    "Un jour, au cours d’un entraînement, je me suis rendue compte qu’elle ne voyait pas bien, se souvient Nassima Tadjer, son entraîneur et complice. Elle devait avoir 14 ans. Alors nous avons commencé à faire des analyses… Le médecin nous a expliqué qu’on ne pouvait pas en guérir mais ralentir sa progression

    HAMRI Lynda

    La jeune vice-championne d’Algérie de saut en hauteur quitte les valides pour devenir F13 (athlète déficient visuel sautant à la planche, sans guide) en handisport. Pour gagner, elle le sait, il vaut mieux compter sur le soutien de son coach et de la famille que sur la qualité des salles de musculation ou du sable dans lequel elle s’entraîne une à deux fois par jour pendant plus de deux heures. "Quand il pleut, on n’a pas le choix, on doit arrêter la séance d’entraînement parce que nous n’avons pas de stade couvert", précise Nassima.

    Il en faut plus pour décourager Linda, qui a grandi dans un deux-pièces avec ses parents et ses cinq sœurs. Faute de place, c’est sur le balcon, dans des sacs protégés de bâches qu’elle range ses affaires de sport.


    Mais à la maison, tout le monde se mobilise pour aider la benjamine à se dépasser. Pour qu’elle puisse renouveler ses pointes (chaussures de sprint), sa mère dépose son collier en or à la banque. Pendant les Jeux, elle se rend jusqu’à Boumerdès, à 80 km à l’est d’Alger, où une de ses filles est équipée pour suivre les épreuves retransmises en direct. "Quand je suis rentrée de Londres, mes parents, mes cousines, des voisins et mes amis sont venus l’attendre à l’aéroport, raconte Linda en riant. Ma mère s’est mise à danser et à lancer des youyous. Mon père avait mis son plus beau costume et une cravate…" Comme le souligne Nassima, seule femme à entraîner les sportifs handicapés en Algérie – elle s’occupe aussi de Mohamed Berrahal, "c’est important pour eux, car Linda a arrêté ses études pour faire du sport. Et ça n’a pas toujours été facile…"
    En 2007, médaillée de bronze en saut en longueur aux Jeux africains, elle pense poursuivre son ascension aux Jeux mondiaux organisés au Brésil. Mais l’Algérie, qui n’a jamais eu à présenter d’athlète déficient visuel, présente un dossier médical incomplet et rate les classifications. "Je l’ai très mal vécu, se souvient Linda. Mais je suis sortie de cette mésaventure avec la rage. Et je me suis promis de ramener une médaille de Londres." Pendant les entraînements, elle se surpasse, bat son record en faisant 5,90. Mais une hernie discale l’empêche de suivre ses entraînements pendant deux mois. "Sans ça, elle aurait largement pu battre la Sud-Africaine…", assure Nassima. Enfin, pas question de s’attarder sur une déception. "Pour le Championnat du monde l’an prochain en France et les Jeux panarabes en Jordanie, je vais redoubler d’efforts", lance-t-elle, enthousiaste. Comme pour l’encourager, sa mère lui tend une assiette de makrouts. "Inch’allah elle ramènera une médaille, je prie tellement Dieu, ajoute-t-elle en la couvant d’un regard bienveillant, presque les larme aux yeux. Je suis si fière d’elle…"

    Linda compte participer aux prochains championnats du monde en juillet 2013 en France.


    votre commentaire
  • SAIFI Nassima

     

    SAIFI Nassima

     

    Médaillée Paralympique et Championne du monde 
     

    Handisports 

     

     


     
    Nassima Saifi, née le 29 octobre 1988 à MIla (Algérie), est une athlète paralympique algérienne, pratiquant principalement dans la catégorie F57 des épreuves de lancer. Spécialiste du lancer du disque et du lancer du poids.

    Elle  est célèbre dans les stades d'athlétisme au niveau mondial. Jugez-en. Elle est double médaillée d'or paralympique (2012 et 2016), six fois championne du monde ( 5 au Disque 2011, 2013,, 2015, 2017, 2019 et 1 au Poids 2017) et une fois championne d'Afrique dans sa spécialité, le lancer de disque. Son palmarès est des plus riches en termes de titres et de médailles. Chaque année, une médaille tombe dans son escarcelle.

     

     

    Double médaillée d'Or paralympique

     

    SAIFI Nassima

     

    Malgré son handicap (amputée de la jambe gauche suite à un accident de la route à l'âge de 10 ans), Nassima embrassé une carrière de sportive de haut niveau. C'est son père qui l'a poussée à s'entraîner juste pour occuper son temps. Mais de fil en aiguille, le papa a vu en elle une graine de championne. Alors les encouragements fusent et le résultat tombe. « Une jambe en moins mais un bras en or », la qualifie-t-on dans le milieu sportif. Elle a rejoint le club de Mila d'handisport pour parfaire ses entraînements. « Au début, je pratiquais le lancer debout, mais mon entraîneur m'a conseillé de le faire assise », raconte-t-elle. Depuis, elle a enchainé les victoires...et les médailles d'or. De jour en jour et d'année en année, Nassima progresse.

    Dès l'âge de 16 ans, Nassima Saifi fait parler d'elle. Elle est championne d'Afrique du lancer de disque en 2005 et record du monde.

    Grâce à l'aide et l'encouragement de son père, Nassima Saifi fait ses débuts sur la scène internationale pour l'Algérie en 2006, aux Championnats du monde d'athlétisme IPC à Lille. Elle pratique le lancer du poids et le lancer du disque et termine cinquième des deux épreuves. Elle fait sa première apparition aux Jeux paralympiques à l'occasion des Jeux d'été de 2008 à Pékin. Elle concourt au lancer du poids et du disque, terminant respectivement dixième et quatrième.

    Le premier succès international de Nassima Saifi est obtenu lors des Championnats du monde d'athlétisme handisport 2011 à Christchurch, toujours en lancer du disque et du poids. Bien que terminant neuvième au début, elle obtient finalement la médaille d'or du disque, avec un lancer à une distance de 40,99 mètres, une amélioration de plus de six mètres de sa meilleure performance de Pékin. L'année suivante, elle apparaît aux Jeux paralympiques de 2012, à Londres, et remporte la médaille d'or au lancer du disque, avec un lancer à 40,34 mètres, devenant ainsi championne du monde et championne paralympique.

    Aux Championnats du monde de 2013 à Lyon, Nassima Saifi conserve son titre au lancer du disque mais remporte également une médaille de bronze au lancer du poids, sa première médaille dans cette discipline à l'échelle mondiale. Lors de l'épreuve du lancer du disque, elle bat le record du monde de lancer avec 42,05 mètres, devançant l'Irlandaise Orla Barry. Deux ans plus tard, à Doha, Nassima Saifi obtient pour la troisième année consécutive un titre mondial au lancer du disque.

     

    SAIFI Nassima

     

     

    Cap sur les jeux handisport de Rio. Les entraînements au stade d'athlétisme du 5-Juillet sont quotidiens. « Je dois travailler dur pour la médaille d'or, je ne dois pas décevoir mes deux familles (famille et sport) », dit- elle avec le sourire. Son entraîneur et mari, Hocine Saadoun, l'a prise en charge avec 10 autres athlètes handicapés dans plusieurs disciplines olympiques (lancer de disque, poids, javelot...). Les entraînements sont quotidiens à raison de trois heures par jour sauf le week-end. « Rien ne se donne, tout s'arrache », souffle-t-elle en sueur. « Je veux conserver mon titre à tout prix », ajoute-t-elle. Le sport pour Nassima est une nécessité. Il lui a appris beaucoup de choses comme la discipline, l'amitié et le respect des concurrents. Il lui a apporté la célébrité, également, comme il lui a permis de se frayer un chemin pour être employée à la Sonatrach après avoir rejoint le Mouloudia Club Algérois au temps de l'ex GSP.

    Nassima Saifi a consolidé sa position parmi les plus grands athlètes mondiaux aux Jeux paralympiques d'été de 2016 à Rio. Malgré des lancers bien en dessous de ses meilleures performances (elle a lancé au mieux à 33,33 mètres), elle arrive malgré tout à gagner la médaille d'or, restant invaincue à la fois au niveau mondial et paralympique depuis 2011. Elle remporte également la médaille d'argent au lancer du poids, une première pour elle aux Jeux paralympiques.

    En 2017 elle récidive aux Championnats du Monde de Londres en obtenant une double médaille d'or au Disque et au Poids.Les succès se suivent pour Nassima qui arrive à garder son titre de Championne du monde au lancer du Disque en obtenant la médaille d'Or à Dubaï en 2019, sa compatriote Djelal Safia remporte le bronze.

    En 2021 Nassima est Médaillée d'Argent au lancer du Disque et obtient une 5ème place  au lancer du Poids aux Jeux Paralympiques de Tokyo

     

    SAIFI Nassima SAIFI Nassima

    Palmarès Partiel

     

     Plusieurs fois championne

    avec le Mouloudia Club Algérois

     

     

    en Équipe d'Algérie

     

    2005 Championne d'Afrique au lancer du Disque

     

    2006 termine 5ème au lancer du Disque et au lancer du poids aux Championnats du Monde à Lille (France)

     

    2008 participe aux Jeux Paralympiques de Pékin (Chine), termine 4ème au lancer du Disque et 10ème au lancer du Poids

     

    2011 Médaillée d'Or au lancer du Disque et 9ème au lancer du Poids aux Championnats du Monde à Christchurch (Nouvelle Zélande)

     

    2012 Médaillée d'Or au lancer du Disque et 7ème au lancer du Poids aux Jeux Paralympiques de Londres

     

    2013 Médaillée d'Or au lancer du Disque et Médaillée de Bronze au lancer du Poids aux Championnats du Monde à Lyon (France)

     

    2015 Médaillée d'Or au lancer du Disque (34.31m) et 4ème au lancer du Poids (10.76m) aux Championnats du Monde à Doha (Qatar)

     

    SAIFI Nassima 2016

    2016 Médaillée d'Or au lancer du Disque (33.33m) et Médaillée d'Argent au lancer du Poids (10.77m)  aux Jeux Paralympiques de Rio de Janeiro

     

    SAIFI Nassima championne du monde 2017

    SAIFI Nassima championne du monde 2017

    2017 Médaillée d'Or au lancer du Disque (34.05m) et Médaillée d'Or au lancer du Poids (10.59m) aux Championnats du Monde a Londres

     

     

    2019 Médaillée d'Or au lancer du Disque (35.76m) et Médaillée d'Argent au lancer du Poids (10.32m) aux Championnats du Monde à Dubaï (Émirats Arabe Unis)

     

    2021 Médaillée d'Argent au lancer du Disque (30.49m) et 5ème au lancer du Poids (10.29m) aux Jeux Paralympiques de Tokyo

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • MCA Handisports Athlétisme

     
     
     
    Handisports Athlétisme
     
     
     
    le MC Alger depuis 1992
     
    devenu  GS Pétroliers à partir de 2008
     
     
     
     


    Février 2021. Le club d'athlétisme handisports du MC Alger (Groupement sportif des Pétroliers (GSP à partir de 2008) est devenu, avec ses quelque 29 ans d'existence , un véritable pourvoyeur d'athlètes pour les différentes sélections, tout en étant la formation la plus titrée en Algérie, aux niveaux national et international.
     
    Depuis sa création en 1992 sous l'appellation du MC Alger puis son passage sous le logo de Sonatrach (2008-2009), le club avait l'ambition de devenir, un jour, un club leader en handisports, tout en donnant aux athlètes (tous types d'handicaps), surtout les jeunes, la chance de pratiquer du sport dans des conditions adéquates, les faire sortir de leur coquille et favoriser leur insertion sociale. "En décidant d'intégrer le handisport, les responsables du MCA avaient opté pour le lancement d'une section d'athlétisme, une discipline devenue avec le temps porteuse de résultats, et mettre les moyens qu'il faut pour son épanouissement. A partir de là, la politique choisie était celle de recruter en nombre et sans distinction, ce qui nous a permis, par la force des choses, d'atteindre une certaine qualité et des performances probantes qui ont participé grandement à la montée en puissance du GSP (ex MCA)", a déclaré à l'APS, le manager de la section athlétisme du club "oranje", El Hadi Mehani.
     
     
     
     

    ALLEK Mohamed ALLEK Mohamed ALLEK Mohamed ALLEK Mohamed

     

     
    Cette conception des choses a permis à beaucoup d'athlètes recrutés de réaliser de bons résultats et de devenir, avec le temps, des idoles pour les autres. A l'image du regretté Mohamed Allek, un athlète hors pair qui avait tout gagné sur le double plan national et international et représenté dignement les couleurs nationales et du MCA  puis du GSP. "Allek était non seulement la locomotive de l'athlétisme au sein de notre club, mais aussi du handisport algérien. Tout seul, il a enrichi le palmarès du MCA, du GSP et de l'Algérie et a drainé avec lui, une pléiade d'autres athlètes dont plusieurs ont tiré leur révérence, à l'image d'Omar Benchiheb, Aïssaoui, Zergoun, Abi et la liste reste longue", a rappelé, pour sa part, l'entraîneur national des moteurs et coach au GSP (ex MCA), Abdelhak Kassouri.
    Un autre champion du MCA Bekkar Hacene réalise en 2005 la meilleure performance Mondiale au Lancer de Disque chez les F40 aux Jeux Mondiaux de Colorado Springs (USA).
     
    "Fierté" Sur le plan des résultats, le Club domine sans partage puisqu'il est champion d'Algérie en athlétisme handisport depuis sa création (en 1992 MCA puis 2008 GSP).
     
    En 2016 sacré à Béjaïa, avec un total de 121 médailles dont 82 or, loin devant le second, le club de Batna (21 or), résume bien sa suprématie à l'échelle nationale et sa constante présence sur la plus haute marche du podium. "Le travail, l'abnégation et le sérieux sont le secret de cette réussite qui s'est traduite également à l'échelle internationale, puisque le GSP (ex MCA) alimente les sélections nationales en athlètes performants qui ne cessent d'accumuler titres, records et distinctions. D'anciens athlètes titrés et d'autres qui continuent de l'être. Il y a de quoi être vraiment fier", s'est réjoui Mehani. Dans la continuité du travail de formation, en 2019 tout en devenant Champion d’Algérie d’athlétisme handisport (saison 2018-2019) à Bordj El-Kiffan (Alger) avec 116 médailles (84 or, 25 argent et 7 bronze), on a assisté à l’émergence de plusieurs jeunes athlètes.
     
    Aujourd'hui, le GSP (ex MCA) a plus de 120 licenciés dont plus d'une trentaine d'athlètes de haut niveau…
     
     

    votre commentaire
  •  

     

    BENCHIHEB Omar

     

    Médaillé Paralympique 

     

     

     

    C’est un athlète non voyant qui occupe une place à part dans l’histoire du sport pour handicapés, à l’échelle nationale, voire internationale. Omar Benchiheb, né le 3 septembre 1965 à Alger, est l’un des athlètes les plus titrés au plan international. Spécialiste du demi-fond, discipline qu’il pratiqua près de 30 ans, Omar, athlète emblématique du MCA handisport, compte un nombre impressionnant de titres et distinctions.

    Un palmarès envié

    Que l’on en juge : Médaillé de bronze aux Championnats du monde et aux Jeux Paralympiques, champion d’Afrique et arabe dans les courses du 800m et du 1 500m. Avec la brillante section handisport du MCA, devenu en 2008 le Groupement Sportif des Pétroliers d’Alger, le champion de la longévité a remporté un nombre record de titres nationaux et médailles jusqu'à l'âge avancé de 43 ans.

     

    Très méthodique et strict dans son travail, Benchiheb est fier d’avoir embrassé, et réussi, une belle carrière sportive dont il n’est pas peu fier. «Je n’aurais jamais pu connaître une vie aussi pleine si j’étais resté inactif et sans faire du sport, celui du haut niveau notamment».

     

    À 42 ans Omar remporte une médaille de Bronze aux Jeux Africains d'Alger en 2007 et à 43 ans une médaille d'or au championnat arabo-africaine à Tunis en 2008. A-t-il une recette miracle ?

     «Je n’ai pas de potion magique. Ma longévité sportive et ma belle réussite à l’échelle internationale, je les dois uniquement à ma grande passion pour cette activité qui m’a tant apporté, mon sérieux, mon hygiène de vie et aussi mon esprit de sacrifice».

    Avec une volonté et une détermination vraiment exceptionnelles, ce très attachant et chaleureux Omar, un enfant de Bab El Oued, a connu quelques ennuis de santé (il risquait l’ablation d’un œil en raison d’une sévère infection) durant sa carrière mais gardait toujours le moral.

    «Le sport m’a aidé à me former en tant qu’homme. Il m’a appris notamment le dépassement  de soi. C’est comme ça que j’ai appris que les obstacles étaient toujours faits pour être surmontés. C’est du moins ma philosophie».

    Standardiste à l’APC- Casbah, où il accomplissait la aussi un travail pointilleux, et où il était apprécié et respecté, Omar Benchiheb aurait tant aimé être retenu dans le bureau fédéral de la Fédération algérienne de handisport (FAH). Mais il faut croire que l’on ne réussit pas partout.

     

    Palmarès Partiel 

     

    champion d’Afrique et arabe dans les courses du 800m, du 1 500m et du 5000m, médaillé de bronze aux Championnats du monde et aux Jeux Paralympiques

     

    2000 participe aux Jeux Paralympiques à Sydney (Australie), 5ème sur 1500 m T11,  4ème sur 10 000 m T11, abandonne sur 5000m T11

     

    BENCHIHEB Omar

     

    2002 Vainqueur du Meeting d'Alger sur 1500m

     

     

    BENCHIHEB Omar

    2003 Double Champion d'Algérie avec le MCA à Blida (Algérie) sur 1500m et 5000m

     

    2004 participe aux Jeux Paralympiques d'Athènes (Grèce), Médaille de Bronze sur 1500 m T11,  4ème sur 5000 m T11 

     


    2005 Vainqueur du 800m B1 au Meeting de Constantine (Algérie)

     

    2006 participe aux Championnats du Monde "IPC Athletics World Championships" à Assen (Pays-Bas) Médaille de Bronze sur 1500 m T11,  Médaille de Bronze sur 1500 m T11,  Médaille de Bronze sur 5000 m T11

     

     

    2007 participe au Meeting International de Marrakech (Maroc)

    2007 Médaille de Bronze aux Jeux Africains d'Alger sur 5000m T11 derrière es Kenyans Henry Wanyoike et Francis Thuo

     

     

    BENCHIHEB Omar

    2007 Médaille de Bronze sur 1500m B1 aux 3ème Jeux Mondiaux pour mal-voyants à São Paulo (Brésil)

     

    2008 Médaille d'Or au Championnat Arabo-Africaine à Tunis sur 1500m T11

     

     

     


    votre commentaire
  • Allek

     

    ALLEK Mohamed

     

    UN IMMENSE CHAMPION

    NOUS QUITTE 

    L’athlète algérien de handisport Mohamed Allek, est décédé le 8 Mars 2016 chez lui à Alger (à 1h) à l’âge de 42 ans.

    Quintuple médaillé d’or aux Jeux paralympiques d’Atlanta 1996 et de Sydney 2000, dans les épreuves du 100 m, 200 m et 400 m, et aussi ancien triple champion du monde d’athlétisme de handisport à Berlin (1994), Birmingham (1998), Lille 2002 et Paris 2003 sur 400 m, il luttait depuis quatre années contre la maladie avant de rendre l’âme. Allek qui a découvert l’athlétisme chez les valides au sein du MC Alger sous la conduite de Nadira Si Mohamed était très doué malgré son handicap (infermité cérébral).

    Après un début prometteur, l’athlète algérois a réintégré le handisport sous la conduite de Djamel Si Mohamed (époux de Nadira) jusqu’à la fin de sa carrière en 2008. Allek, dont son coach Si Mohamed croyait aux capacités, a offert ces deux premières médailles à l’Algérie (or sur 100 m et argent sur 200 m). Après cette consécration, le jeune athlète était bien lancé pour embrasser une grande carrière et honorer le handisport qui était méconnu en Algérie.

    Grâce a ses exploits qui feront date, Allek a permis au handisport algérien d’atteindre les sommets sur le plan international. Il avait par la suite pulvérisé à maintes reprises les records du monde du 100 m 200 m et 400 m, des performances qui ont motivé plusieurs jeunes handicapés à pratiquer du sport. Les succès obtenus sont dus essentiellement à sa rigueur aux entraînements. Selon ceux qui l’ont connu, Allek s’entraînait comme un véritable professionnel.

    Après la fin de sa riche carrière, Allek s’est converti en entraîneur au sein de la section d’handisport GS Pétroliers (son club employeur). «Allek que j’ai bien connu était un champion exemplaire à tout point de vue (sociable, discipliné et autres). Son riche palmarès n’est pas le fruit du hasard. Il s’est sacrifié à fond pour honorer les couleurs algériennes. Il est difficile d’assurer la relève de Allek», nous a révélé hier tristement le coach national de handisport et du GSP, Tahar Salhi. Mohamed Allek, qui a laissé une fille, sera inhumé aujourd’hui au village d’Agouni Gueghrane (Tizi-Ouzou) après la prière du dhor.         

    Chafik Boukabes

     

    ALLEK Mohamed

     

    Participation algérienne à travers les Jeux paralympiques

    Taille du texte normale Agrandir la taille du texte

    Tableau des médaillés algériens lors des cinq éditions des Jeux paralympiques auxquels ils ont pris part, et dont les compétitions de la 15e édition ont débuté jeudi à Londres et se poursuivront jusqu’au 9 septembre.  

    - Barcelone 1992 :  zéro médaille.           

    - Atlanta 1996 :  (2 or, 2 argent, 3 bronze = 40e sur 104 pays) :  
    Mohamed Allek or (100m) + record du monde, or (200m) et RM.  
    Bachir Zergoune bronze (800m), Bellel Faouzi argent (5000m), bronze (800m et 1500m), Youcef Boudjeltia argent (400m).            

    - Sydney 2000 : (3 or. 38e sur 111 pays) :
    Mohamed Allek or (100m), or (200m) et or (400m) + RM.            

    - Athènes 2004 : (6 or, 2 argent, 5 bronze = 25e sur 135 pays) :
    Samir Nouioua or (1500m), or (5000m), argent (800m), Karim Bettina or (poids) + record du monde (7.64m),bronze (club)  Safia Djelal or (javelot) + record du monde (30.90m), Nadia Medjmedj or (poids) + record du monde (9.79m) Hakim Yahiaoui argent (disque), Mohamed Allek bronze (200m), Mohamed Aïssaoui bronze (1500m), Omar Benchiheb bronze (1500m), Khaled Hanani bronze (1500m), Messaoud Nine (judo) médaille d’or.             

    - Pékin 2008 : (4 or, 3 argent et 8 bronze = 31e sur 76 pays) :  Mouloud Noura (judo) or,  Sid Ali Lamri (judo) or  Karim Betina (poids) or+record du monde (10,65m), Kamel Kerdjena (poids) or,  Samir Nouioua (800m) argent+ bronze (1500m), Sofiane Hamdi (100m) argent + bronze (200m), Louadjda Benoumessad (javelot) argent, Zoubida Bouazoug (judo) bronze, Mounir Bakiri (poids) bronze, Nadia Medjmedj (disque+poids) deux bronze  Hocine Gherzouli (poids) bronze  Zineddine Sakhri (800m) bronze.

     

    Le Mouloudien Mohamed Allek, une belle carrière pour un athlète hors-pair

    Avec une belle moisson de six médailles dont cinq en or, lors de ses cinq participations aux Jeux paralympiques, et douze titre mondiaux, depuis 1994, Mohamed Allek est l'athlète le plus titré du handisport algérien, toutes compétitions confondues.
    Mohamed Allek, devenu entraîneur, a débuté sa riche carrière à l'IR Hussein Dey, avant de porter les couleurs de l'ASPTT Alger puis celles du MC Alger. Il a tiré sa révérence il y a quatre ans, après un parcours des plus éloquents au Groupement Sportif Pétrolier (GSP). Après une domination à l'échelle nationale, régionale et continentale, le petit lutin algérien a réussi à ouvrir, à deux battants, les portes de la renommée mondiale, grâce à un tempérament pugnace et une rigueur à toute épreuve. Efflanqué comme un levier, 1,75 m pour une quarantaine de kilos, Allek prépare à coup d'entraînements assidus, son ascension vers le Gotha mondial. Il franchira le Rubicon international, avec aisance, en 1994 à Berlin (Allemagne), à l'occasion de son premier championnat du monde. Une compétition qui signera ses premiers pas au plus haut niveau (deux médailles dont une en or). «Ces titres sont deux plus chers dans mon palmarès, car ils m'ont ouvert l'appétit», dira Mohamed Allek à l'APS. Qualifié de génie des courses de fond, Allek, issus du village d'Agouni Gueghrane (Tizi Ouzou) et né en 1974. Il n'a cessé depuis d'accumuler titres, records et distinctions. Il a à son actif une soixantaine de médailles, toutes compétitions confondues, dont plusieurs records du monde du 100 m, 200 m et 400 m (des records qui ont duré pendant une dizaine d'années). Cette moisson de titre a fait pâlir d'envie bien d'athlètes. «J'étais très ambitieux durant toute ma carrière et je me donnais à fond aux entraînements. Je voulais être un exemple pour mes coéquipiers de ma génération, et les nouveaux internationaux qui ont pris le flambeau. Je pense que j'ai réussi quelque part, malgré, le manque de moyens à l'époque», a tenu à dire, Mohamed Allek. Aux Jeux Paralympiques, la première distinction d'Allek remonte à 1996 à Atlanta (USA), où il remporte les titres du 100 m et 200 m, avant de confirmer sa progression quatre ans après à Sydney (trois médailles d'or). Il enchaîne avec une bronze en 2004. Sa 5e participation paralympique à Pékin en 2008, a été la dernière d'Allek dans une riche carrière sportive. «C'est à Pékin que j'ai senti que j'ai perdu de ma verve et j'ai décidé de mettre terme à mon chemin international. L'athlétisme handisport, comme celui chez les valides, exige de l'athlète une lucidité et forme physique au summum, chose que j'ai perdue avec les blessures et le temps», a expliqué Mohamed Allek, surnommé la «locomotive» par ses pairs. Célèbre dans le milieu sportif algérien pour avoir hissé les couleurs nationales dans les grandes manifestations internationales, Allek a été décoré de la médaille d'honneur (Al Athir) par le Président de la République , en 2008, au stade du 5-Juillet, en marge de la finale de Coupe d'Algérie de football entre le WA Tlemcen et le CR Beni Thour. «C'est mon meilleur souvenir. Au moment où je faisais le tour d'honneur du stade olympique, sous les ovations des milliers de supporteurs, je ne croyais pas mes yeux. Après cela, le Chef de l’État me remettait la médaille d'honneur, en reconnaissance à mes consécrations et surtout les trois médailles d'or des Paralympiques de Sydney. C'était une joie indescriptible», lança Mohamed. Mohamed Allek a, d'ailleurs, de quoi être fier, puisque sa performance de Sydney n'a pas été égalée à ce jour et restera gravée, à tout jamais, dans les annales du handisport algérien et africain.

    Le Plus titré

    Né le 17 août 1974, Mohamed Allek a marqué le sport algérien en général et plus particulièrement chez les handicapés. Il a été en effet cinq fois champion du monde et triple champion olympique. Il s’est distingué en 1996 en remportant deux médailles d’or aux Jeux paralympiques dans le sprint du 100 m et 200 m hommes. En 2000, il gagne trois autres médailles d’or avant d’enchaîner avec une bronze en 2004. Il termine sa carrière en 2008 en participant aux Jeux paralympiques de Pékin où il n’engrangera aucune médaille. En tout, il a apporté beaucoup au sport des handicapés en Algérie, moins considéré qu’avant son éclosion. Devenu populaire chez les Algériens grands et petits pour avoir hissé les couleurs nationales dans les grandes manifestations internationales, il a été décoré par la médaille d’honneur des mains du président de la République.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique