• Sonatrach du MCA au GSP

    Sonatrach du MCA au GSP

     

    MCA : Sonatrach prend les rênes du Mouloudia

     

    Le Début de la débandade c'était en 1977 ......Le Bradage du Club c'était en 2008 .......Le Retour du Diktat des opportunistes politico/financiers c'était en 2012.....pour quand la Mise à Mort totale ?

     

     

    Zerguine : «L'investissement au MCA fait partie des décisions des hautes autorités du pays»

     

     

    Sonatrach du MCA au GSP

    En 1977 la réforme sportive initiée par le Ministre de la Jeunesse et du Sport Djamel Houhou est mise en application.Les Clubs sont  parrainés par des Entreprises Etatiquess ce qui constitu dans le fond une bonne chose pour sécuriser socialement les athlètes.Sonatrach prend sous son aile le MCA Doyen des clubs Algériens avec un poid historique et un palmarès élogieux.Mouloudia Chaâbia Djazairia devient  MPA (Mouloudia Pétrolier d'Alger), la section football Championne d'Afrique et auteur d'un triplé historique un an auparavant voit ses légendaires Dirigeants Blamane, Drif, Hassena, Maloufi, Kheddache, Brahimi, Rebaine .....écartés et remplacés par des administrateurs de la Société.Malgré cette Monumentale aberration le MPA truste encore deux titres de Champions d'Algérie avant le coup de grâce en 1979 avec l'application de cette stupide loi qui interdisait aux plus de 28 ans d'être des joueurs de performances.Ainsi Kaoua, Amrous, Zemmour, Betrouni, Bachi, Bachta soit 6 champions d'Afrique sont obligés de quitter le club contre leurs grès....c'est la cassure et le début de la debandade.

    En 1977 il y avait bien le handball (100 athlètes dont 52 filles), la boxe (30 athlètes), l'athlétisme (92 athlètes dont 20 filles) et le karaté (20 athlètes) ; le football, lui, possédait 16 joueurs seniors et 84 autres joueurs dans les autres catégories.

     

     

    MCA

    2001 une association au nom de "El-Mouloudia" (Association des anciens sociétaires du Mouloudia d'Alger), aux multiples problèmes de "leadership"  et Scandales à répétition, présidé par Rachid Marif et délaissé par Abdelkader  Drif va introniser Dr Messaoudi comme président de la Section Football. Le Mouloudia va connaitre les affres de la relégation en 2002  puis un retour parmi l'élite une année après...L'association "El-Mouloudia" a montré ses limites à  gérer un Club dont le tiraillement entre ses membres est devenu au quotidien sujet de tout un chacun et une bonne matière médiatique....Rachid Marif nommé président d'honneur à vie et Dr Messaoudi éjecté remplacé par un Directoire sous les ordres de Omar Ketrandji puis par un president élu Kercouche Sid Ahmed et une nouvelle vague de dirigeants entrepreneurs à la tête de la section Football à savoir Khaled Adnane, Touileb, Mostefaoui, Sakhri...les résultats sont médiocres en championnat et brillants en Coupe, c'est l'occasion donné aux opportunistes de tout faire pour faire revenir Sonatrach aux commandes tout en sachant que les autres sections du MCA se comportaient plus au moins honorablement notamment le Handball.

    Drif se démarque de Marif

    2007 Drif Abdelkader estime que seule l'assemblée générale du MCA, version Djouad, est légale et capable de redonner la légitimité au club. «Il est inacceptable qu'il puisse exister un club avec deux entités : l'une sous l'égide de Sonatrach, regroupant treize sections sportives, et régie par la loi algérienne sur les associations sportives, et de l'autre une association d'essence culturelle gérant une section football et qu'on appelle également MCA. C'est un cas unique au monde»

     

    Sonatrach du MCA au GSP

    Préparation du terrain pour le GSP avec l'aide des pouvoirs publics

     

     

    2008 retour de Sonatrach par la fenêtre, l'entreprise pétrolière remis le SIgle MCA au MJS et par conséquent aux Historiques du Club en présence de Djouad Mohamed, président du MCA 13 sections sportives, Marif Rachid, désormais ex-président d'honneur de l'association "El Mouloudia", du nouveau directeur de la jeunesse, des sports et des loisirs (Djsl d'Alger) et un groupe des derniers membres du dernier conseil d'administration du Doyen d'avant la réforme sportive de 1977.Il faut noter que le grand absent de cette cérémonie n'était autre que Drif Abdelkader, une figure emblématique du club, qui, dans une déclaration radiophonique s'est dit ne pas adhérer à cette démarche pour ne pas cautionner la manipulation.

     

    L'ambassadeur d'Algérie à Rome l'ex président d'honneur du MCA Rachid Marif (démissionnaire de l'Association "El Mouloudia") et ses partisans vont brader le club et céder les 13 sections Omnisports du MCA à l'entreprise pétrolière qui va créer un nouveau Club nommé le GSP (Groupement Sportif des Pétroliers) et s'accaparer l'histoire et le palmarès de toute une période 1921-2008 sans le moindre gène avec comme président Djouad Mohamed, le bureau du nouveau club “sportif des pétroliers” est composé de M. Djaâfar Belhocine, Halliche Mouloud, Boulouh Ali, Abdelghafour Hocine, Chouchou Djamel et Leurari Rachid.

     

    Le MCA club omnisports par excellence se retrouve avec une seule section le Football géré par l'Association "El Mouloudia" depuis 2001.

     

    Sonatrach du MCA au GSP

     

     

     

     

    SSPA LE DOYEN MOULOUDIA est illégale

    SSPA LE DOYEN MOULOUDIA CLUB ALGÉROIS

    2010 La Société sportive par actions (SSPA), le "Doyen Mouloudia Club d'Alger", raison sociale du MC Alger, désormais club professionnel, est née, a annoncé à Alger, le président du club, Sadek Amrous. «Nous avons récupéré le registre du commerce et je peux vous annoncer la naissance de la SSPA le "Doyen Mouloudia Club d'Alger". Le club peut évoluer à partir de la saison 2010-2011 dans le championnat professionnel de première division», a déclaré Sadek Amrous lors d'une conférence de presse au siège du club à Chéragas

    Abdelkader Bouhraoua sera le président du Conseil d'administration de la SSPA et Omar Ghrib président de la Section Football.

     

     

    Sonatrach du MCA au GSP


    le 3.10.2012, le Mouloudia était au rendez-vous avec la sombre histoire. Sonatrach a signé le protocole d'accord du rachat de la SSPA/MCA, avec les responsables du Mouloudia. La signature s'est déroulée au siège de la direction de la firme pétrolière à Hydra, en présence du DG, M. Zerguine de Sonatrach, ainsi que M. Bega, le directeur financier exécutif, alors que le MCA a été représenté par M. Abdelkader Bouhraoua, en sa qualité de président du conseil d'administration, et des membres du CA qui ont été présents à cette opération, à savoir le coordinateur de la section football, Omar Ghrib, Sadek Amrous, Sid Ali Aouf, Ahmed Tafat et Zoheïr Abdelatif, ainsi que le responsable du marketing et du sponsoring, Rafik Hadj Ahmed. Après l'allocution de M. Zerguine, le protocole d'accord final entre la SSPA/MCA et Sonatrach a été signé, et c'est M. Abdelkader Bouhraoua qui a signé le document du côté mouloudéen, et M. Bega, le directeur financier exécutif, en tant que responsable de Sonatrach.
     

    Sonatrach du MCA au GSP

    Sonatrach rachète 100% des actions
    Depuis que la firme pétrolière a manifesté son intérêt pour le rachat du Mouloudia, M. Zerguine avait affirmé que Sonatrach avait l'intention de racheter la SSPA/MCA à 100%. Ce qui a été fait à travers les négociations qui ont été menées par l'équipe d'Omar Ghrib, et qui ont, d'ailleurs, abouti à l'établissement du protocole d'accord qui été signé par les négociants. Ainsi donc, Sonatrach est le seul propriétaire de la SSPA/MCA à hauteur de 100%. A l'issue de la signature du contrat, les membres du CA avaient la conscience tranquille et le sentiment du devoir accompli, car le Mouloudia est entre de bonnes mains aujourd'hui, en étant repris par la puissante firme pétrolière, malgré toutes les tentatives de déstabilisation de certains esprits malintentionnés qui ont voulu faire perdurer leur intérêt que de voir le Mouloudia retrouver sa prospérité financiére par le concours de Sonatrach.


    Des membres du CA dans le nouveau conseil d'administration de Sonatrach
    Selon une source digne de foi, on laisse entendre que les responsables de Sonatrach ne veulent pas faire un changement brusque au Mouloudia, car ils tiennent à assurer une certaine continuité dans le travail qui a été mené jusqu'à présent, en associant trois membres de l'ancien conseil d'administration de la SSPA/MCA dans le nouveau conseil d'administration qui sera formé par Sonatrach dans les quelques jours à venir. La même source nous a confié qu'il s'agit de d'Omar Ghrib dont l'expérience est indispensable, de l'ex-trésorier du club, Sid Ali Aouf, qui n'est autre que le petit-fils d'Abderrahmane Aouf, le fondateur du MCA, et probablement Ahmed Tafat ou Abdelkader Bouhraoua. Sonatrach va, donc, nommer un nouveau DG de la SSPA/MCA, un trésorier, un responsable de la logistique et un porte-parole du club. Il est à rappeler que certains gestionnaires du club resteront toujours au MCA, à l'image de Rafik Hadj Ahmed qui a accompli un travail titanesque depuis la saison passée.
    ---------
    Zerguine : «L'investissement au MCA fait partie des décisions des hautes autorités du pays»
    A l'issue de la signature du protocole d'accord entre Sonatrach et le Mouloudia, le premier responsable de la firme pétrolière a tenu à apporter quelques précisions afin d'éclaircir certaines zones d'ombre, du fait que beaucoup de choses ont été dites à ce sujet. «Nous avons décidé d'investir au MCA, comme nous l'avons fait avec trois autres formations qui représentent l'Est, l'Ouest et le Sud du pays, à savoir le CSC, le MCO, et la JS Saoura. C'est donc une stratégie qui émane d'une décision des hautes autorités du pays. Ayant constaté que des formations sont confrontées à des difficultés en matière de gestion et de moyens financiers, nous avons décidé de participer à relancer le sport par cette action, ce qui est le cas aujourd'hui avec le MCA», affirme M. Zerguine.


    «Sonatrach s'approprie le MCA»
    Le premier responsable de Sonatrach a tenu à apporter aussi une précision de taille qui mettra fin à toutes les spéculations au sujet de cette opération. Certains se sont mis dans la peau des gardiens du temple et avançaient que la firme pétrolière ne pouvait acheter toutes les actions du MCA. A ce sujet, M. Zerguine dira : «Sonatrach s'est appropriée le Mouloudia à travers le protocole d'accord que nous avons signé aujourd'hui. Je tiens à vous informer que Sonatrach a pris toutes ses dispositions en ce qui concerne le volet financier du Mouloudia et ses dettes, avant de procéder à l'opération de rachat. D'ailleurs, le capital social sera revu à la hausse à travers des opérations qui seront menées à l'avenir. Idem pour le payement de la dette.»
    «Il ne faut pas se précipiter pour les autres sections et leur intégration avec le MCA»
    Quant aux sections du GSP et leur intégration avec le MCA, là aussi, le premier responsable de la firme pétrolière dira : «Un débat a été ouvert pour qu'on puisse parvenir à la meilleure manière à travers laquelle on pourra intégrer les sections du GSP au Mouloudia mais il ne faut pas se précipiter sur ce sujet», a conclu M. Zerguine qui, par ces précisions de taille, a fait taire toutes les rumeurs.
    --------

     

    Sonatrach du MCA au GSP


    Ghrib : «Le Mouloudia est entre de bonnes mains, nous avons fait barrage aux opportunistes»
    «Je suis vraiment très heureux de concrétiser avec Sonatrach la signature de ce protocole d'accord. Je considère cela comme un événement historique, car notre cher club peut bénéficier d'une solide assise financière qui lui permettra de retrouver toute cette grandeur qui était la sienne par le passé. Je suis soulagé car le Mouloudia est maintenant entre de bonnes mains, nous avons fait barrage aux opportunistes. On ne s'est jamais opposés aux bonnes volontés et aux vrais investisseurs, et le protocole d'accord signé aujourd'hui est une preuve irréfutable de notre volonté de laisser place à ceux qui ont les moyens de bâtir un grand MCA. Nous avons donc mené un combat contre les déstabilisateurs et les usurpateurs et on a réussi dans notre mission. Je remercie les hauts responsables de Sonatrach et les hautes autorités du pays qui sont derrière cette opération, et le peuple du Mouloudia sera fier du retour de Sonatrach qui nous aidera à monter un grand club à l'échelle continentale», dira Ghrib.
    «Maintenant que c'est conclu avec Sonatrach, le Mouloudia sera la locomotive du football national»
    «J'aimerais bien apporter une précision à ceux qui ont essayé de ternir notre image et induire en erreur les supporters du Mouloudia en se présentant comme une alternative en réclamant le droit de négocier avec Sonatrach au nom du MCA. Aujourd'hui, les supporters du MCA peuvent faire la différence entre ceux qui voulaient du bien au club et ceux qui cherchaient leurs propres intérêts. Sonatrach a choisi de négocier et de signer le protocole d'accord avec les véritables responsables du MCA qui sont les membres du conseil d'administration, à leur tête M. Bouhraoua. Maintenant, une page est tournée et je pense qu'avec l'apport de Sonatrach, le Mouloudia sera la locomotive du football national. Lorsque le Mouloudia ira bien, c'est l'EN qui en bénéficiera. Pour preuve, l'année du titre, l'Equipe nationale a réussi à se qualifier à la Coupe du monde», a conclu le coordinateur de la section football du MCA.
    -------

    Brahmia s'oppose


    Brahmia interdit d'entrée à Sonatrach !
     suite à la signature du contrat entre le Mouloudia et Sonatrach, une nouvelle a circulé comme une traînée de poudre, faisant savoir que Ammar Brahmia s'est présenté sur les lieux de la signature du contrat, mais l'accès lui a été interdit. On lui a demandé tout simplement de rebrousser chemin, du fait que la signature du protocole d'accord n'engage que les responsables du conseil d'administration de la SSPA/MCA. Afin de vérifier l'authenticité de l'information, nous avons pris attache avec Brahmia, mais il était injoignable.

    in le Buteur du 4.10.2012

     

     pour l'histoire Brahmia Amar président du CSA (Club Sportif Amateur) MCA s'est opposé à la signature de ce protocole SSPA/Sonatrach sans l'association dans les négociations le CSA seul propriétaire du sigle et des couleurs.

     

    Longar la SSPA est illégale

    Longar, à un quotidien sportif en date du 19 mars 2011. Dans cet entretien il indique que «la SSPA-MCA est née d'un trucage». Il y explique, également, que le capital de la SSPA a été créé grâce au million de dinars puisé dans les caisses du CSA-MCA et que pas un des actionnaires n'a tiré le moindre centime de sa poche.

     

    Sonatrach du MCA au GSP

     

     


    Lire aussi
    - La tête du PDG de Sonatrach en jeu après l'incident de la finale de la Coupe d'Algérie de football
    - Cnes, Sonatrach, subventions, les lignes rouges présidentielles se fissurent lentement
    - La semaine éco d'El Kadi Ihsane
    - CNES, Sonatrach, subventions, les lignes rouges présidentielles se fissurent lentement
    - Le retour de Sonatrach dans le football remplace l'émeute par la grève

     

     

    L'asservissement politique de Sonatrach se donne en spectacle au stade du 5 Juillet
     

    La semaine éco d'El Kadi Ihsane

    Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2016


    Le nouveau modèle économique auquel pense Abdelmalek Sellal a été mis en banderole par les milliers d'ultras du MCA ce samedi au stade du 5 juillet.
    Le tifo géant de plus de 100 mètres brandi à l'occasion de la demi-finale de la coupe d'Algérie affiche : «Jusqu'à quand Sonatrach ?» Avec en «baseline» une affiche de la même longueur qui fait le bilan calamiteux de la gestion du football au Mouloudia d'Alger par la compagnie pétrolière depuis 4 ans.
    Toute la conjoncture économique algérienne est concentrée dans ce moment épique, annonciateur de franches fractures. L'argent public – de la collectivité – évince l'argent privé, provoque gaspillage, échec et colère populaire. C'est l'histoire même de la doctrine économique de Bouteflika depuis que le prix du pétrole s'est redressé en 2004.
    En 2012, les premiers tours de table dans le football professionnel algérien sont en banqueroute. La filière est gourmande en salaires et en frais d'exploitation, faible en revenus générés. Il faut vite changer d'actionnaires dans les SSPA et supplanter les fondateurs venus des Clubs amateurs (CSA), détenteurs des marques et des couleurs des clubs, car partout dans les grandes villes les supporters sont dans la rue. Le pouvoir politique s'en mêle. Il ne faut pas laisser la gestion du football à n'importe quel investisseur privé. Ali Haddad, à l'USMA depuis peu, est un ami. Il est le bienvenu.
    Au MCA, c'est une autre affaire. Les candidats à la reprise du doyen des clubs algériens se bousculent dans la diaspora et en Algérie, mais aucun ne présente les garanties financières suffisantes. L'été 2012 voit naître une initiative pour fédérer une demi-douzaine d'investisseurs privés et recapitaliser la SSPA. Elle échappe à Rachid Maarif, ambassadeur à Rome, dirigeant historique du MCA, et surtout ancien directeur du protocole à la présidence de la République.
    Ce qui en a fait le sous-traitant politique du MCA pour le compte des Bouteflika. Un puissant tour de table privé indépendant capable de lever une souscription de supporters est «tagué» comme hostile. La présidence réagit comme pour une alerte atomique. Youcef Yousfi, ministre de l'Energie, ordonne au PDG de Sonatrach de «s'emparer» du MCA (football). Le nouvel actionnaire majoritaire maintient les dirigeants civils précédents en place.
    Ce qui provoque une «intifada» chez d'autres présidents de club au bord du dépôt de bilan. «Pourquoi nous n'avons pas d'actionnaires publics pour nous renflouer ?» La présidence élargit alors l'ordre d'investir de Sonatrach à ses filiales. Naftal ira dans le capital du MC Oran, Enafor dans celui de la JS Saoura à Béchar, et Tassili Airlines à Constantine dans le capital du CSC . Pourquoi ces clubs et pas d'autres ? Circulez il n'y a rien à comprendre.
    Ou plutôt si. Nous sommes au 2ème semestre 2012. Au plus fort de l'ébriété carbo-rentière du pouvoir politique. Il pense pouvoir caporaliser les soubresauts de la société par des combinaisons à l'humeur du jour, d'argent public, de nationalisations, et de micro-crédits distribués par hélicoptère.
    Il a, dans le cas de la «prise de contrôle» du football, eu recours à Sonatrach, la compagnie la plus névralgique du pays. Le pouvoir politique a oublié que dans le football, infiniment plus qu'ailleurs, il faut rendre compte de bilans au peuple. Sonatrach est spectaculairement attaquée aujourd'hui pour son incompétence, sa médiocrité dans la gestion d'un métier, le football où l'injonction politique l'a forcé à aller. C'est le premier soubresaut d'une tectonique instable qui touche toute l'économie algérienne, où des initiatives indépendantes ont été empêchées de créer de la valeur
    Ce qui s'est donc passé au stade du 5 juillet est la première manifestation publique contre la prétention de l'état à tout contrôler. Les contre-modèles existent. Face au gâchis de Sonatrach dans le football au MCA, le privé Haddad prend des allures de "génie" dans la conduite de son investissement à l'USMA, avec deux titres de champion d'Algérie, une coupe d'Algérie et surtout une finale continentale aux dividendes financiers importants.
    Dans un autre style, le tour de table privé de l'Entente de Sétif, certes très aidé par un certain Nourredine Bedoui, avec les subventions de sa wilaya, a fait encore mieux devenant le premier club algérien à remporter en 2014 la Ligue des champions africaine dans sa nouvelle formule. Tassili Airlines est en perdition au CSC, qui faisait de meilleurs résultats sportifs avant sa venue.
    Naftal est discret au MCO et Enafor quasi inexistant à la JS Saoura où le milliardaire Zerouati Hmimou (Haddad de l'Ouest) continue de porter son investissement initial. Il ne s'agit pas bien sûr de tirer ici une loi économique d'airain, selon laquelle en tout lieu et en toute circonstance l'investissement privé est plus efficace que le public. L'Algérie s'est d'abord construite avec de l'investissement public. Il ne pouvait en être autrement. Il n'y avait pas de capitalistes pour le faire. La loi du nouveau modèle économique annoncé pour ce mois d'avril par Abdelmalek Sellal est toute simple.
    Elle a été rappelée par des jeunes et moins jeunes au stade du 5 Juillet. L'Etat et l'argent public doivent réduire la voilure des activités suffisamment attractives pour assurer une offre concurrentielle avec de l'argent privé. Du football, il doit sortir. Tout comme il devait le faire de l'hôtellerie il y a vingt ans, de la grande distribution ou encore de la pharmacie en officine. Lorsque, pour des raisons de calculs peu clairvoyants, il croit que sa gestion directe va le protéger des mouvements de contestation politiques des jeunes. L'enrôlement forcé de Sonatrach dans la gestion du MCA est un désastre symbolique.
    Cinq présidents de conseil d'administration consommés en quatre ans, deux fois plus d'entraîneurs, des dépenses de fonctionnement astronomiques, des contrats de sponsoring perdus, un projet sportif dilué. Le plus grave incident protocolaire de l'histoire du football algérien, le refus des joueurs du MCA de monter à la tribune officielle après la défaite en finale de coupe d'Algérie le 1er mai 2013, a été le fait d'une équipe de dirigeants sous l'autorité de Sonatrach.
    Abdelhamid Zerguine, le PDG de Sonatrach, a choisi de continuer de travailler avec les dirigeants en place, dont le fameux coordinateur Omar Ghrib à la réputation aussi sulfureuse que ses prestations orales. Lorsque l'investissement public arrive sur un terrain qu'il ne connaît pas, ici le football, il choisit de s'associer au partenaire «privé» qui le rassure le plus, non pas pour développer son business, mais pour gérer la rue.
    Abdelmalek Sellal est au cœur de la pensée magique. Celle qui recherche un gourou pour chaque symptôme, faute de pouvoir le traiter par la raison positive. Le football est toujours perçu comme le lieu par lequel peut démarrer une émeute plus politique et plus persistante que les autres. La réponse économique moderne est d'aider l'industrie du spectacle football à améliorer ses revenus, défiscaliser un peu plus le sponsoring, mettre aux enchères les droits TV (monopole public), encourager le merchandising en le protégeant de la contrefaçon, dégager les assiettes des centres de formation, bonifier des financements bancaires de moyen terme, livrer les cinq nouveaux stades en souffrance.
    Au lieu de quoi Sellal, en accord avec Said Bouteflika, a fait pression sur Sonatrach pour reprendre Omar Ghrib au MCA parce qu'il saurait, selon la vision fantasmagorique du politique, parler aux supporters en colère le même langage de la rue que celui plus élaboré des cadres de Sonatrach. La compagnie pétrolière a même été contrainte de cacher un audit de 2013 qui accablait la gestion héritée de l'insortable coordinateur du football au MCA.
    C'est dire où se situe aujourd'hui le management stratégique de l'Algérie. Des voix amies ont laissé entendre, ces derniers mois, que le PDG de Sonatrach, Amine Mazouzi, allait résister aux pressions du Premier ministre Sellal pour augmenter la production pétrolière sans tenir compte des règles prudentielles de l'exploitation des gisements. Quand on voit Sonatrach réhabiliter Omar Ghrib, on devine le sort des gisements.

     

     

    Djouad l'homme du   GSP

    l'homme du GSP

    Un président adulé par certains et décrié par d'autres

     

      

    Hommage / Enterré au cimetière de Oued Romane :

    Djouad, le président le plus titré de l'histoire du sport algérien

     

    Palmarès : Président du MC Alger puis du GSP,  Mohamed Djouad restera à jamais le président de club le plus titré du sport algérien toutes disciplines confondues.
    L'homme était imposant. De par une corpulence d'ancien sportif, d'un regard perçant, d'un verbe autoritaire, mais d'une passion débordante, Ammi Mohamed imposait le respect et l'autorité. A chacune de nos visites, dans son bureau du côté du siège des œuvres sociales de la Sonatrach, au Val d'Hydra, Ammi Mohamed nous accueillait les bras ouverts que ce soit pour une interview, ou bien pour un tour de table, histoire de s'enquérir des nouvelles du club ou bien juste pour une visite de courtoisie. C'était du temps où il présidait les destinées de ce grand club, le Mouloudia d'Alger et ses quatorze sections sportives, renfermant pour la plupart l'élite du sport algérien. Il créa même une quinzième section, celle des supporters, dans une tentative d'organiser et de canaliser la base populaire du club. Mohamed Djouad n'affectionnait pas la langue de bois et ses interventions étaient souvent censées et tranchantes. Il n'hésitait pas à nous donner toutes les informations, tout en nous demandant aimablement d'en faire bon usage. Lorsqu'il s'agissait d'un bilan détaillé ou d'une information précise, il nous orientait vers l'un des responsables de section, à l'image de Djaâfar Belhocine ou Kamel Ouchia, pour ne citer que ces deux anciens sportifs internationaux. Lui-même ancien athlète international de haut niveau, champion d'Algérie et d'Afrique du Nord du 400 m, Mohamed Djouad a vite embrassé une carrière de gestionnaire du plus grand club du pays tout en étant cadre supérieur à la Sonatrach. Son charisme et ses qualités de meneur d'hommes, professionnel et généreux, faisaient de lui un président craint et respecté. Durant son règne, le Mouloudia d'Alger connaîtra la gloire et les consécrations nationales, continentales et même mondiales et olympiques, à l'image d'un Noureddine Morceli, en athlètisme, ou un Mohamed Allalou, en boxe. D'ailleurs, il est inutile de dresser le palmarès du MCA puis du Groupement sportif des pétroliers (GSP), qui lui succédera en 2008, car il est immense. Seule la section football était problématique pour lui, compte-tenu de sa spécificité et du poids populaire qu'elle générait. Mais malgré cela, il réussira à décrocher un titre de champion d'Algérie, lors d'une finale mémorable au stade Ahmed-Zabana à Oran face à la JS Kabylie (1 à 0), après vingt ans de disette. Djouad fera face à une forte adversité de la part de l'association El-Mouloudia qui, née en 1996 à l'occasion du vingtième anniversaire de la conquête du premier titre africain des clubs pour l'Algérie, voulait reprendre la section football. Après de longues et âpres négociations, Djouad et la Sonatrach finiront par céder et remettront le sport-roi aux «civils» dans le cadre d'un protocole d'accord de trois ans. Ce qui est certain, c'est que le temps finira par donner raison à Djouad qui ne voyait pas d'un bon œil la gestion de l'association El-Mouloudia dont s'est retiré Abdelkader Drif, qui fera rétrograder le club en Ligue 2 et en multipliant les scandales et les scissions. En 2008, il finira par remettre le sigle et les couleurs du Doyen dans la cantine des œuvres sociales aux membres de l'assemblée générale de… 1977, année où la Sonatrach avait récupéré le Mouloudia dans le cadre de la réforme sportive. La même année, la Sonatrach crée le GSP et conserve les treize sections, sans le football.
    Aboud Salah-Bey


    Le vœu
    Fusionner le MCA et le GSP


    Quelques années après, et sous le poids de la maladie et de l'ingratitude des hommes dont ceux qu'il a lui-même mis sur un piédestal, voire certains responsables de la Sonatrach, Ammi Mohamed nous confia que son vœu le plus cher était d'assister à la fusion du GSP et du MCA pour en faire un seul Mouloudia d'Alger, alors qu'il avait lancé une école de football pour plus de 2 000 enfants. Aujourd'hui, il repose en paix après avoir rejoint Son Créateur. Ce très modeste témoignage n'est qu'un hommage au grand président qu'était Mohamed Djouad. Une race qui se fait, malheureusement, rare de nos jours.
    Aboud Salah Bey

    infosoir le 23.2.2016

     

     

    Sonatrach du MCA au GSP

    Question : comment fait-on pour le palmarès du Club ?????? sera t-il divisé en 2 (MCA et GSP) ??? On pouvait prendre l'exemple de Morcelli Nouredine, ou de Guerni mais on prèfère ne citer que le karatéka REDA BENKADDOUR qui a été Champion du Monde en étant au Mouloudia , on va le retrouver sur le palmarès des "usurpateurs" GSP et celui du MCA .....Pour réparer cette injustice, il faut un forcing, même si on ne récupère par nos sections, le Palmarès doit nous revenir de DROIT..........si le GSP s'accapare notre palmarès, il peut par conséquent s'approprier indirectement l'historique de ces sections.........Nos CHOUHADAS exemple Khallouf Amar (Cross), Nekkoud (Boxe), Benhaddad (Volley Ball) et autres font partie ainsi de l'histoire du MCA et du GSP ce qui est étrange et FAUX.......

    Autre précision de taille : plusieurs sections existaient avant Sonatrach, les 3 historiques à la naissance Football bien sûr, Athlétisme/Cross (Champion de France et d'Afrique du Nord), Natation puis arrivèrent la Gymnastique, Cyclisme (presque une section mort-née malgré les efforts du Grand Ahmed Remadni), Water-Polo (a titillé la Division de l'Excellence), Basket Ball (Championd e sa divion en 1942), Volley Ball (rate de peu l'accession parmi l'élite), Boxe (pluieurs champions d'Afrique du Nord et un Champion du Monde Halimi).....et dès l'indépendance avec le Handball (avant Sonatrach et la fusion avec le RAMA), le Judo......Sonatrach a ajouté le Karaté, l'escrime , le Handi Sport, la lutte, retour du Cyclisme, le Haltérophilie et quelques sections féminines

     

     

    « Moussaoui ChérifBENSIAM Mahmoud »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :