• 1983-1984 KERMALI ABDELHAMID

     

     

     

    KERMALI Abdelhamid

    Un "Cheikh" pour lancer les "jeunes"

     

    Carrière de loin brillante et féconde en tant que joueur et en qualité du seul entraîneur à avoir offert à l’Algérie la coupe d’Afrique des nations (la seule d’ailleurs), en 1990, et un autre trophée afro-asiatique. La qualification des juniors pour la phase finale du Mondial du Japon en 1979 est l’œuvre du cheikh. En cette période de vaches maigres, le football algérien peut s’enorgueillir de la contribution d’un homme qui a bourlingué plus de 60 ans d’un stade à un autre, d’une contrée à une autre et d’un pays à un autre. Kermali, qui s’est distingué beaucoup plus comme manager, fait partie de cette race d’hommes passionnés qui ont fait et marqué l’histoire du sport roi, chez nous. La vie de Kermali qui a ouvert les yeux à Akbou (Béjaïa) le 27 avril 1931 n’a pas été facile. L’aîné d’une lignée, qui en comptera deux frères et une sœur, devient « majeur » en charge d’une famille, à l’âge de 10 ans. Et ce, suite au décès du père (militaire de carrière) au début de la Seconde Guerre mondiale. La disparition de Lakhdar un Sétifien de souche a beaucoup marqué Abdelhamid (dit Karboua) et sa famille qui ont, dès lors « sombré » dans la misère. Le jeune a de ce fait vécu et grandi dans le dénuement le plus total. Son enfance et adolescence sont faites de pauvreté, de difficultés de tous genres et aussi de rêves devant l’aider à sortir de l’ornière. Jamais il n’occultera le moindre aspect des pénibles conditions d’une jeunesse « confisquée ». L’orphelin sera des années durant livré à lui-même. Son contact avec l’école n’a pas dépassé le seuil du cours de fin d’études primaire. Le bonhomme qui a traversé les bancs d’Albertini (Mohamed Kerouani) comme un météore avait d’autres chats à fouetter que de passer le clair de son temps enfermé entre quatre murs. « Pour avoir négligé puis abandonné mes études, un jour d’examen, j’ai reçu des corrections à n’en plus finir de ma mère, fatiguée de courir les champs à ma recherche. A aucun moment, elle n’eut le moindre espoir de me voir prendre des distances avec le ballon rond », dira Kermali qui a été découvert par Benaouda (Lyass), Abid et Abdelkader Laklif, ces dénicheurs de talents qui sillonnaient les terrains des quartiers populaires, Tels Bel Air, Tandja (cité Yahiaoui), les cheminots, la Gare, Bon marché et le centre-ville où habitait Kermali qui fit son entrée en équipe seniors, en 1948, à l’age de 17 ans. A l’occasion d’un certain USFMS-AS Bône. Avec deux buts à la clé, ce coup d’essai fut, le moins qu’on fuisse dire, un coup de maître. Kermali gagne vite en maturité et s’imposera rapidement comme un incontestable titulaire du flanc droit de l’attaque usmiste. Ses prouesses emballent les initiés, savourant à chaque spectacle le style, les accélérations et ouvertures lumineuses de ce jeune. A l’issue d’un match de coupe USFMS-Etoile de Skikda, disputé à Constantine, un colon qui a été vraisemblablement épaté par la classe du Sétifien, lui signifia qu’il devait tenter sa chance en France. Cette proposition l’enchante, lui donne même des idées. D’autant qu’il voulait faire du ballon rond une profession. Sans se soucier des conséquences Kermali qui s’est fait un nom à côté de Souna, Sahraoui, Assassi, Safsaf, Selami, Lakhlif II, Zaiar, Kari Amara Djeridi et bien d’autres figures, et, sur un coup de tête, prend, un jour, la direction d’Alger où il a signé une deuxième licence à l’USMA. Cette « fugue » n’a pas été du goût des Grenat. A défaut d’une longue aventure à Soustara qui s’est achevée au bout de quelques mois, Kermali est obligé la mort dans l’âme de revenir au bercail. Cette aventure lui vaut une suspension de deux années. La sanction accentue la galère du joueur qui devient du jour au lendemain chômeur. Pour sortir du « trou », l’exil taraude l’esprit de l’aîné d’une famille vivant toujours dans la misère. Un jour, il subtilise 10 000 francs à la vieille et prend le chemin de l’Hexagone. Mulhouse sera la première étape. La première saison (1955/56) en France sera un régal pour les amateurs de la technique raffinée. Cette remarquée et remarquable entrée en la matière, attire les recruteurs et imprésarios. Les sollicitations de l’AS Cannes (un club de D II) où évolue un autre Sétifien, feu Mokhtar Arribi, ne laissent pas indifférents la nouvelle star qui voit désormais grand. Après un round de négociations, Kermali, rejoint à Cannes le grand Mustapha Zitouni.

    Un palmarès bien rempli A la croisette, le petit Sétifien explose, étale toute sa classe, impressionne coéquipiers et adversaires. Malgré, un handicap de gabarit, Karboua, se comporte tantôt comme ailier tantôt comme avant-centre, et des fois comme passeur. A l’issue de la saison (1956/57), l’Olympique lyonnais qui vient de s’attacher les services de Troupel (l’ex-coach de l’AS Cannes), fait les yeux doux à Kermali. La présence de l’entraîneur susnommé et d’une importante communauté d’émigrés à Lyon, le pousse à rejoindre le pays des Gones. Kermali réalise à côté d’André Laurent (capitaine de l’équipe de France), du Brésilien Costantino et d’autres vedettes, une saison de rêve. La seconde s’achève pour lui et pour bon nombre de professionnels algériens, un dimanche 13 avril 1958. A l’appel de la patrie, Kermali (Lyon), Arribi (Avignon), Bouchouk (Toulouse F.C), et Mekhloufi (As Saint Etienne), formant le groupe des Lyonnais, qui a transité par la Suisse et l’Italie, rejoint dimanche 20 avril 1958, Tunis où allait débuter l’épopée de la glorieuse équipe du FLN. « Le combat mené avec mes compagnons qui ont eu la chance de faire l’histoire restera à jamais gravé dans ma mémoire », précisera le cheikh ayant tenu à rapporter le témoignage de Ferhat Abbas : « Les ralliements des footballeurs démontraient, à l’évidence, aux yeux de l’opinion internationale que la révolution et la guerre d’Algérie intéressaient tous les Algériens. » A l’indépendance, le cheikh réintègre l’USMS qui rachète son contrat de Lyon. Kermali a failli disputer à l’issue de la première saison sportive (62-63) de l’Algérie indépendante une inédite et historique finale de coupe (ESS-USMS) mais l’ES Mostaganem, lors de la demi-finale, en a décidé autrement. Avant de rejoindre l’Entente en 1966, avec laquelle il décrocha en 1967, une coupe d’Algérie en qualité d’entraîneur joueur, Kermali s’est durant trois saisons (1962-66) beaucoup investi à l’USMS. Le défunt Dekoumi, président de l’Entente, engage celui qui allait devenir des décennies durant le Héléno Herrera algérien. Le « sorcier » va bouleverser le jeu de l’ESS. Un football vivace, fait de petites passes, prend la place des longs dégagements et des folles chevauchées. Ce technicien de première ordre est devenu, en matière de stratégie, un pionnier. Il peut se targuer d’être le premier entraîneur à avoir introduit le 4-3-3 en Algérie. Axé sur un plan, préalablement, élaboré en fonction de l’adversaire, le jeu à Kermali ne laisse rien au hasard. La griffe du cheikh ayant donné à l’aigle noir sétifien une âme, une personnalité, la spécificité d’équipe technique ainsi que le légendaire second souffle marqueront pour longtemps l’ESS, l’autre religion de milliers de supporters. La méthode du Vieux, a fait de lui, l’un des techniciens les plus sollicités. Il est l’un des rares coachs à avoir drivé des formations de l’Est, (USMan- CSC- USC- HBCL- CABBA- USMS et ESS), du Centre (MCA) et l’ES Mostaganem, de l’ouest du pays. Sa réputation a, faut-il le rappeler, dépassé les frontières. Kermali, qui se dit pompier quand il aborde le volet de l’équipe nationale, a dirigé l’Itihad (Libye), Ras El Kheima (Emirats) et l’AS Marsa (Tunisie) où il a effectué durant trois saisons un travail de titan. Ses trois passages au MCA (1983,1988 et 1999) sont les autres faits saillants d’une longue et brillante carrière : « Mon expérience avec le Mouloudia qui occupe une bonne place dans mon cœur était exaltante et enrichissante à la fois. C’est un honneur d’entraîner ce club mythique. Je suis autant fier et heureux d’avoir arraché un titre avec le club le plus populaire du pays. Il m’est impossible d’oublier les moments passés dans cette institution, dirigée à l’époque par des hommes de la trempe de Djouad, Drif, Haouche et bien d’autres dirigeants, dignes d’une formation drainant à chaque sortie, plus de 60 000 supporters », souligne le cheikh.

     

     

    Pour la saison 1983-1984, le "cheikh" a surpris tout le monde en mettant toute la famille du Mouloudia dans sa poche par sa rigueur et sa compétence en commençant par convaincre les cadres de l'équipe de sa politique bien qu'il entama un conflit ouvert avec les Bousri, Bencheikh et Bellemou lors du stage de l'inter saison en RDA avant que tout le monde n'adhère à sa stratégie.

    Son amour pour la formation et l'éclosion de jeunes talents, il n'hésite pas à mettre dans le bain les jeunots plein de talents à l'image de Mokhnache, Meziani, yousfi, Hadjazi et pousser les anciens Bellemou, Mahiouz et Bousri à quitter le club pour l'O.Médéa.

    Son classement en 4ème position à 3 points du champion le GCR Mascara, à mis tout le monde d'accord quand à ses bons choix et sa bonne formule pour atteindre les sommets avec le travail et la rigueur.Il rate de se qualifier contre le Ahly du Caire en coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes par la faute de l'arbitre qui refusa le but qualificatif à Ferhi au stade de caire.

    Il reviendra par la suite au Mouloudia par la grande porte sans toutefois continuer son oeuvre.

    « 1982-1983 KAOUA ABDENOUR1984-1985 ARAB AHMED-BOURAYOU ABDELLATIF »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :