• ALLEK Mohamed

    Allek

    ALLEK Mohamed

     

    UN IMMENSE CHAMPION

    NOUS QUITTE ALLAH YERAHMOU

    L’athlète algérien de handisport Mohamed Allek, est décédé le 8 Mars 2016 chez lui à Alger (à 1h) à l’âge de 42 ans.

    Quintuple médaillé d’or aux Jeux paralympiques d’Atlanta 1996 et de Sydney 2000, dans les épreuves du 100 m, 200 m et 400 m, et aussi ancien triple champion du monde d’athlétisme de handisport à Berlin (1994), Birmingham (1998), Lille 2002 et Paris 2003 sur 400 m, il luttait depuis quatre années contre la maladie avant de rendre l’âme. Allek qui a découvert l’athlétisme chez les valides au sein du MC Alger sous la conduite de Nadira Si Mohamed était très doué malgré son handicap (infermité cérébral).

    Après un début prometteur, l’athlète algérois a réintégré le handisport sous la conduite de Djamel Si Mohamed (époux de Nadira) jusqu’à la fin de sa carrière en 2008. Allek, dont son coach Si Mohamed croyait aux capacités, a offert ces deux premières médailles à l’Algérie (or sur 100 m et argent sur 200 m). Après cette consécration, le jeune athlète était bien lancé pour embrasser une grande carrière et honorer le handisport qui était méconnu en Algérie.

    Grâce a ses exploits qui feront date, Allek a permis au handisport algérien d’atteindre les sommets sur le plan international. Il avait par la suite pulvérisé à maintes reprises les records du monde du 100 m 200 m et 400 m, des performances qui ont motivé plusieurs jeunes handicapés à pratiquer du sport. Les succès obtenus sont dus essentiellement à sa rigueur aux entraînements. Selon ceux qui l’ont connu, Allek s’entraînait comme un véritable professionnel.

    Après la fin de sa riche carrière, Allek s’est converti en entraîneur au sein de la section d’handisport GS Pétroliers (son club employeur). «Allek que j’ai bien connu était un champion exemplaire à tout point de vue (sociable, discipliné et autres). Son riche palmarès n’est pas le fruit du hasard. Il s’est sacrifié à fond pour honorer les couleurs algériennes. Il est difficile d’assurer la relève de Allek», nous a révélé hier tristement le coach national de handisport et du GSP, Tahar Salhi. Mohamed Allek, qui a laissé une fille, sera inhumé aujourd’hui au village d’Agouni Gueghrane (Tizi-Ouzou) après la prière du dhor.         

    Chafik Boukabes

     

    ALLEK Mohamed

     

    Participation algérienne à travers les Jeux paralympiques

    Taille du texte normale Agrandir la taille du texte

    Tableau des médaillés algériens lors des cinq éditions des Jeux paralympiques auxquels ils ont pris part, et dont les compétitions de la 15e édition ont débuté jeudi à Londres et se poursuivront jusqu’au 9 septembre.  

    - Barcelone 1992 :  zéro médaille.           

    - Atlanta 1996 :  (2 or, 2 argent, 3 bronze = 40e sur 104 pays) :  
    Mohamed Allek or (100m) + record du monde, or (200m) et RM.  
    Bachir Zergoune bronze (800m), Bellel Faouzi argent (5000m), bronze (800m et 1500m), Youcef Boudjeltia argent (400m).            

    - Sydney 2000 : (3 or. 38e sur 111 pays) :
    Mohamed Allek or (100m), or (200m) et or (400m) + RM.            

    - Athènes 2004 : (6 or, 2 argent, 5 bronze = 25e sur 135 pays) :
    Samir Nouioua or (1500m), or (5000m), argent (800m), Karim Bettina or (poids) + record du monde (7.64m),bronze (club)  Safia Djelal or (javelot) + record du monde (30.90m), Nadia Medjmedj or (poids) + record du monde (9.79m) Hakim Yahiaoui argent (disque), Mohamed Allek bronze (200m), Mohamed Aïssaoui bronze (1500m), Omar Benchiheb bronze (1500m), Khaled Hanani bronze (1500m), Messaoud Nine (judo) médaille d’or.             

    - Pékin 2008 : (4 or, 3 argent et 8 bronze = 31e sur 76 pays) :  Mouloud Noura (judo) or,  Sid Ali Lamri (judo) or  Karim Betina (poids) or+record du monde (10,65m), Kamel Kerdjena (poids) or,  Samir Nouioua (800m) argent+ bronze (1500m), Sofiane Hamdi (100m) argent + bronze (200m), Louadjda Benoumessad (javelot) argent, Zoubida Bouazoug (judo) bronze, Mounir Bakiri (poids) bronze, Nadia Medjmedj (disque+poids) deux bronze  Hocine Gherzouli (poids) bronze  Zineddine Sakhri (800m) bronze.

     

    Le Mouloudien Mohamed Allek, une belle carrière pour un athlète hors-pair

    Avec une belle moisson de six médailles dont cinq en or, lors de ses cinq participations aux Jeux paralympiques, et douze titre mondiaux, depuis 1994, Mohamed Allek est l'athlète le plus titré du handisport algérien, toutes compétitions confondues.
    Mohamed Allek, devenu entraîneur, a débuté sa riche carrière à l'IR Hussein Dey, avant de porter les couleurs de l'ASPTT Alger puis celles du MC Alger. Il a tiré sa révérence il y a quatre ans, après un parcours des plus éloquents au Groupement Sportif Pétrolier (GSP). Après une domination à l'échelle nationale, régionale et continentale, le petit lutin algérien a réussi à ouvrir, à deux battants, les portes de la renommée mondiale, grâce à un tempérament pugnace et une rigueur à toute épreuve. Efflanqué comme un levier, 1,75 m pour une quarantaine de kilos, Allek prépare à coup d'entraînements assidus, son ascension vers le Gotha mondial. Il franchira le Rubicon international, avec aisance, en 1994 à Berlin (Allemagne), à l'occasion de son premier championnat du monde. Une compétition qui signera ses premiers pas au plus haut niveau (deux médailles dont une en or). «Ces titres sont deux plus chers dans mon palmarès, car ils m'ont ouvert l'appétit», dira Mohamed Allek à l'APS. Qualifié de génie des courses de fond, Allek, issus du village d'Agouni Gueghrane (Tizi Ouzou) et né en 1974. Il n'a cessé depuis d'accumuler titres, records et distinctions. Il a à son actif une soixantaine de médailles, toutes compétitions confondues, dont plusieurs records du monde du 100 m, 200 m et 400 m (des records qui ont duré pendant une dizaine d'années). Cette moisson de titre a fait pâlir d'envie bien d'athlètes. «J'étais très ambitieux durant toute ma carrière et je me donnais à fond aux entraînements. Je voulais être un exemple pour mes coéquipiers de ma génération, et les nouveaux internationaux qui ont pris le flambeau. Je pense que j'ai réussi quelque part, malgré, le manque de moyens à l'époque», a tenu à dire, Mohamed Allek. Aux Jeux Paralympiques, la première distinction d'Allek remonte à 1996 à Atlanta (USA), où il remporte les titres du 100 m et 200 m, avant de confirmer sa progression quatre ans après à Sydney (trois médailles d'or). Il enchaîne avec une bronze en 2004. Sa 5e participation paralympique à Pékin en 2008, a été la dernière d'Allek dans une riche carrière sportive. «C'est à Pékin que j'ai senti que j'ai perdu de ma verve et j'ai décidé de mettre terme à mon chemin international. L'athlétisme handisport, comme celui chez les valides, exige de l'athlète une lucidité et forme physique au summum, chose que j'ai perdue avec les blessures et le temps», a expliqué Mohamed Allek, surnommé la «locomotive» par ses pairs. Célèbre dans le milieu sportif algérien pour avoir hissé les couleurs nationales dans les grandes manifestations internationales, Allek a été décoré de la médaille d'honneur (Al Athir) par le Président de la République , en 2008, au stade du 5-Juillet, en marge de la finale de Coupe d'Algérie de football entre le WA Tlemcen et le CR Beni Thour. «C'est mon meilleur souvenir. Au moment où je faisais le tour d'honneur du stade olympique, sous les ovations des milliers de supporteurs, je ne croyais pas mes yeux. Après cela, le Chef de l’État me remettait la médaille d'honneur, en reconnaissance à mes consécrations et surtout les trois médailles d'or des Paralympiques de Sydney. C'était une joie indescriptible», lança Mohamed. Mohamed Allek a, d'ailleurs, de quoi être fier, puisque sa performance de Sydney n'a pas été égalée à ce jour et restera gravée, à tout jamais, dans les annales du handisport algérien et africain.

    Le Plus titré

    Né le 17 août 1974, Mohamed Allek a marqué le sport algérien en général et plus particulièrement chez les handicapés. Il a été en effet cinq fois champion du monde et triple champion olympique. Il s’est distingué en 1996 en remportant deux médailles d’or aux Jeux paralympiques dans le sprint du 100 m et 200 m hommes. En 2000, il gagne trois autres médailles d’or avant d’enchaîner avec une bronze en 2004. Il termine sa carrière en 2008 en participant aux Jeux paralympiques de Pékin où il n’engrangera aucune médaille. En tout, il a apporté beaucoup au sport des handicapés en Algérie, moins considéré qu’avant son éclosion. Devenu populaire chez les Algériens grands et petits pour avoir hissé les couleurs nationales dans les grandes manifestations internationales, il a été décoré par la médaille d’honneur des mains du président de la République

    « RAISSI SID AHMEDBUISSET Patrice adjoint de Thissen »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :