• Damardji Omar

    Damardji Omar

     

    Damardji  Omar

    Ce Bologhinois

    serviteur du Mouloudia 

     

     

     Damardji, l'homme qui a longtemps porté dans son coeur le Doyen des clubs algériens, ce Mouloudia d'Alger qui a toujours fait vibrer son coeur, même quand la maladie l'a sérieusement handicapé, s'en est allé le vendredi 6.6.2014 avant d'être inhumé le lendemain au cimetière de Garidi. Celui qui vibrait pour le football, et qui vouait une passion sans limite pour le MCA, s'est éteint à 90 ans, laissant parmi les siens et aussi parmi beaucoup de Mouloudéens de la première heure, et d'une époque désormais complètement révolue, l'image d'un homme au destin riche en événements, tant sur le plan sportif que personnel. Celui qui a côtoyé pendant de très longues années tous les grands noms du Mouloudia, défendait contre vents et marées son «Mouloudia». Très proches de beaucoup de joueurs et aussi de très nombreux d'entraîneurs qui ont fait les beaux jours du MCA, durant les années 1970, 1980 et 1990, Omar Damardji qui était l'un des plus proches ami de très longue date de Abdelkader Drif, et du défunt Abdenour Boularaf, celui-là même qui avait de son vivant mis à la disposition de toutes les plumes son imprimerie où avait vu le jour le fameux journal du MCA, en l'occurrence Le Doyen, aujourd'hui disparu, recevait souvent chez lui beaucoup de Mouloudéens de son époque. Citer aujourd'hui toutes les personnes, et non des moindres, qui ont souvent par le passé dîné dans la demeure du désormais défunt Omar Damardji, pour parler du Mouloudia d'Alger, font partie aujourd'hui d'une longue liste exhaustive. La vie de ce Bologhinois dont la silhouette chétive va désormais manquer au quotidien d'un quartier de la capitale, réputé par le passé, pour avoir enfanté des dirigeants de premier plan, des footballeurs de renom, des entraîneurs qui ont marqué le football algérien et aussi constitué les fiefs de l'OMSE, l'USMA et l'ancestral Mouloudia cher au coeur du regretté Omar Damardji, ne sera plus là. Omar Damardji vivait et respirait le Mouloudia, et se déplaçait souvent avec lui. Les Ali Bencheikh, Abdeslem Bousri, Oudina et bien avant eux, les Tahir, les défunts Mustapha Zitouni et Zoubir Aouedj, Abdenour Kaoua et tant d'autres gloires du football, ont longtemps côtoyé celui que Mustapha Biskri et Meziane Ighil aimaient tendrement. Depuis deux ans, la maladie s'est invitée dans la vie de Omar Damardji pour l'empêcher de sortir de chez lui et vivre en retrait de ce qui faisait sa véritable passion, pour consacrer ce qui allait être se derniers moments à son unique petit-fils âgé aujourd'hui de 7 ans, le petit Timour, son autre passion après ce Mouloudia d'Alger qu'il adorait comme un petit gamin, et envers lequel il se vexait souvent quand il perdait parfois la fameuse «Bataille d'Alger» Mouloudia-USMA. La vie de Omar Damardji et celle du MCA foisonne de très riches et nombreuses anecdotes en tous genre, qu'on ne saura oublier de sitôt le regard parfois «paternaliste» de cet homme d'une autre époque que la maladie a vaincu et qui ne verra pas le Mondial 2014, lui qui adorait le beau football bien léché, et qui avait permis au Doyen d'en faire toute sa fierté.

    Par

    « Chaâbi et le Mouloudia: Hadj M'rizekAbdenour Boularaf, »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :