• Second tour de la Coupe de la C.A.F
    MCA 0 - Haras El Houdoud 0
    C’est foutu sur toute la ligne
    Par : Malik A.

    Vendredi 21.03.2008.Stade de Koléa : beau temps, pelouse en bon état, affluence moyenne. Arbitrage du trio libyen Ayoub-Nahradji-Rouaissi.
    Avertissements : Cherad 25’, Koudri (MCA), Mohamed Goda 37’ et Kamini 79’ (Haras El Houdoud).
    MCA : Benhamou, Hosni, Ben Bouda, Galloul, Coulibaly, Koudri, Younès, Belkaïd, Cherad, Cherif Touré (Bouguèche 58’), Badji (Belkheïr 71’).
    Entraîneur : Mekhazni

    Haras El Houdoud : Martin Kamini, Mahmoud Abdelhamid, Mohamed Madkour (Raid Mansi 83’), Ahmed Assem, Ahmed Abdelghani, Mohamed Goda (Abderrahmane Farouk 50’), Ahmed Aid, William Mensah, Amr Aldaly, Hani Said, Ahmed Hassan (Mohamed El Harda 44’).
    Entraîneur : Tarek El-Acheri.

    Le Mouloudia d’Alger, qui reste sur deux défaites consécutives en championnat, n’a pas fait mieux en Coupe d’Afrique. Pour leur première sortie cette saison en Coupe de la CAF, les Vert et Rouge ont concédé hier le match nul 0 à 0 au stade de Koléa, devant le représentant égyptien, la formation du Haras El Houdoud. Un nul qui n’arrange certainement pas les affaires des Algériens en prévision du match retour qui se déroulera dans deux semaines en Égypte. 
    La première période fut équilibrée avec une légère domination en matière d’occasions pour les Algériens. Les Mouloudéens ont été les premiers à se montrer dangereux. À la 5e minute, un contre mené par Badji qui sert Cherad, ce dernier remet pour sa part pour Younès bien placé, malheureusement pour lui, il glisse et perd la balle. Après cette tentative, le jeu se concentra par la suite au milieu du terrain où les deux équipes ont livré un combat sans merci pour prendre le dessus. Un scénario qui a duré jusqu’à la 39e minute et la plus grosse occasion de cette première période pour les Algériens. Younès déborde sur le côté droit et adresse un centre très précis pour la tête de Cherad qui rate lamentablement devant des bois presque vides, privant ainsi son équipe de l’ouverture du score. Quelques minutes plus tard, Younès rate pour sa part une bonne opportunité pour inscrire le premier but. On jouait la 44’, Cherad décale avec une talonnade Younès, seul devant le gardien Kamini qui s’interpose et sauve les Égyptiens.
    En seconde période, les Mouloudéens accentuent la pression sur leur adversaire et l’oblige à reculer dans sa moitié de terrain pour repousser les assauts des Badji et ses camarades. Les Algériens avaient essayé tant bien que mal de prendre à défaut une bonne défense égyptienne, mais le manque d’efficacité de la ligne d’attaque des Vert et Rouge, qui est complètement passée à côté de la plaque, a encore une fois joué un mauvais tour aux Mouloudéens. À la 65’, Badji a tenté un retourné acrobatique suite à un corner bien botté de Younès, mais l’impeccable keeper camerounais Kamini était bien sur la trajectoire et capte la balle des deux mains. C’était, pratiquement, l’occasion la plus nette de cette deuxième période pour les Mouloudéens qui ratent ainsi leur première sortie en Coupe de la CAF.


    Zedek demande l’ouverture des portes du stade
    Constatant le petit nombre de supporters ayant accédé aux tribunes à moins d’une heure du début de la rencontre, le président intérimaire du Mouloudia d’Alger, Abdelhamid Zedek, a demandé au directeur du complexe sportif de Koléa d’ouvrir les portes du stade gratuitement au public à dix minutes du coup d’envoi. Cela pour permettre l’entrée d’un maximum de supporters afin d’encourager leur équipe.  

    Le MCA avec 17 joueurs
    Le Mouloudia d’Alger s’est présenté avec 17 joueurs seulement pour son premier rendez-vous de la Coupe de la CAF face au représentant égyptien Haras El Houdoud. Les nombreuses défections enregistrées chez les Vert et Rouge lors de ce match a obligé le staff technique de l’équipe à convoquer l’attaquant Belghomari, malgré sa blessure, histoire d’essayer de compléter au moins la feuille du match.


    Impressions

    Mekhazni : “Nos chances restent intactes”

    “C’est encore une fois le manque d’efficacité de notre attaque qui nous a fait défaut aujourd’hui. Nos joueurs sont abattus moralement et vivent une situation difficile. Ils ont besoin de ce but qui pourrait nous libérer. C’est vrai que ce n’est pas le résultat souhaité, mais je dirai que nos chances de qualification sont intactes. Nous irons à Alexandrie avec l’intention de revenir avec la victoire. On a les moyens de le faire. Je dis cela par rapport au niveau de l’adversaire qui est loin d’être une foudre de guerre. En plus, on va évoluer là-bas dans de bonnes conditions, loin de la pression.”


    votre commentaire
  • Yaïche ne viendra pas

    Mekhazni entraîneur du MCA

    Mohamed Mekhazni sera le seul patron à la barre technique du MC Alger jusqu’à la fin de la saison.

    C’est la décision prise mardi soir par la direction du club en concertation avec le technicien en question. Quant à Abdelhak Yaïche, qui devait prendre les destinées de l’équipe au lendemain du derby MCA - USMA, il ne fera pas finalement partie du staff technique du Doyen. Mekhazni a été sommé, par ailleurs, par la direction mouloudéenne de désigner un adjoint qu’il choisira lui-même. « Yaïche ne viendra pas. Mekhazni est l’entraîneur en chef de l’équipe jusqu’à la fin du présent exercice. Il devra également désigner son propre adjoint », annonce le président de section, Chaâbane Lounès. Il (Mekhazni) a émis le vœu, note-t-on, de prendre seul les destinées de l’équipe. « On lui fait confiance et nous lui souhaitons de réussir », souligne encore le dirigeant des Vert et Rouge. Mekhazni revient donc à de meilleurs sentiments après avoir annoncé son retrait juste à la fin du derby MCA - USMA remporté à la régulière par le Doyen qui renoue ainsi avec la victoire après une longue série de mauvais résultats.

    K. Y.


    votre commentaire
  • MCA 1 – USMA 0
    Comme d’habitude !
    Par : Farah H.

    Fiche technique : Stade de Koléa, temps dégagé, affluence record, arbitrage de M. Bennouza, assisté de MM. Tahir et Amrani
    But : Coulibaly 9’ pour le MCA
    Avertissements : Chaoui, Belkaïd (MCA), Boucherit, Ghazi et Achiou (USMA)
    Composition des équipes :
    MCA : Benhammou, Hosni, Chaoui (Daoud 63’), Galoul, Coulibaly, Belkaïd, Koudri, Badji (Belghomari), Bouguèche, Hadjadj, Younes (Kaddour)
    Ent : Mekhazni

    USMA : Zemmamouche, Khoualed, Boucherit, Rial, Hamdoud, Ghazi, Ammour, Achiou, Doucouré, Adriano (Bentayeb 60’), Aït Ali
    Ent : Fergani      

    Pour la troisième fois de rang, championnat et coupe confondus, le big derby de la capitale est revenu au MCA qui a dompté hier à Koléa une formation de l’USMA pas vraiment à la hauteur d’une telle affiche, désamorçant ainsi une énorme bombe à retardement qui risquait d’ébranler dangereusement la bâtisse mouloudéenne.
    Il n’a fallu pourtant au MCA qu’une demi occasion pour faire la différence au tableau d’affichage, précisément à la 9e minute de jeu lorsque successivement à un coup franc décalé sur la gauche de la défense usmiste et intelligemment brossé par Badji, le Malien Coulibaly, au prix d’une détente qui fit la différence avec son garde du corps Rial et d’une jolie tête décroisée savamment dosée, mit le cuir hors de portée d’un impuissant Zemmamouche.
    Compensant leur infériorité “technique” par rapport aux gars de Soustara par un engagement physique aux limites du correct et une rage de vaincre qui en disait long sur leurs velléités de victoire, les poulains de Mekhazni regarderont ensuite avec soulagement la puissante frappe de Hussein Achiou sur coup franc captée en deux temps par un Benhammou bien placé (15’).  
    Très équilibrés, les débats entre mouloudéens et usmistes pouvaient d’ailleurs facilement basculer d’un côté comme de l’autre à maintes reprises au cours de ce premier half très animé, mais ni Badji ne sut profiter d’une jolie ouverture en profondeur de Hadjadj à la 20’, ni Bouguèche ne put cadrer son tir à la 25’ alors qu’il avait réussi la gageure de percer l’arrière-garde adverse, ni encore le très mobile Aït Ali ou le transparent Adriano ne parviendront à conclure victorieusement un précis centre à ras de terre de Doucouré( 45 + 3’), le directeur du jeu, M. Bennouza, ayant pour sa part jugé que la chute de Bouguèche  dans la surface de vérité usmiste (45’ + 2) suite à une “poussette” dans le dos de Ghazi ne méritait guère de penalty.
    Mais autant la première période a été plaisante, autant les 45 dernières minutes étaient décevantes dans l’ensemble, n’apportant d’ailleurs aucun changement notable.
    Exceptions faites, peut-être, de ce tir de Bouguèche bien capté par Zemmamouche ou encore ce retourné acrobatique non cadré de Bentayeb suite à un service de Ammour successif à un travail en dentelle aux abords de la surface de Aït Ali (79’).
    C’était, toutefois, très peu pour inquiéter un Mouloudia d’Alger qui a su préserver son acquis, en dépit des tentatives usmistes, trop brouillonnes et très naïves pour inverser la tendance… du moment dans ce genre de choc entre voisins de Bab-El- Oued et de Soustara, où comme d’habitude l’on ne s’est pas fait de… quartier…
      

    Il annonce déjà son retrait
    Mekhazni : “Rendez-vous l’année prochaine face à… l’USMA”
    Par : Malik A

    Enfin, le MC Alger enregistre une victoire après 88 jours de disette. Curieusement, le succès des Vert et Rouge vient d’être signé, hier au stade de Koléa, face à la dernière équipe qu’ils ont battue, l’USM Alger, le 19 novembre de l’année dernière. Cela va permettre à l’équipe de retrouver un moral après une semaine très difficile suite à l’élimination en Coupe d’Algérie face à l’OS Ouenza. L’un des artisans de ce succès, l’entraîneur Mohamed Mekhazni, était aux anges à la fin de la rencontre. “Croyez-moi, ce n’était pas évident en voyant l’état dans lequel se trouvaient les joueurs avant le match. Ils étaient dans un état lamentable, ce qui m’a contraint d’axer mon travail sur le plan psychologique. On a beaucoup parlé et ils ont été réceptifs, mais surtout conscients de la situation qui prévalait au sein de l’équipe. Il fallait une réaction et je pense qu’il y en a eu une sur le terrain, notamment en première période. En deuxième mi-temps, nous avons enregistré une baisse de rythme que l’on peut lier au précédent match où nous avons joué 120 minutes. Je suis très content pour les joueurs. Cette victoire va nous permettre de récupérer vite et bien”, nous a-t-il déclaré. Mais Mekhazni a surpris tout le monde en annonçant son retrait de l’équipe. “Mon emploi de temps à l’ISTS où je prépare un magistère ne me permet pas de m’investir pleinement au sein de l’équipe. Je pouvais facilement accepter et signer un contrat tout en faisant une gymnastique. Soit je suis pleinement pour l’équipe, soit je me retire. J’ai préféré prendre la deuxième option. Je ne voulais pas annoncer ma décision avant le match pour ne pas perturber l’équipe. Je voulais que la concentration soit exclusivement réservée à la rencontre. Maintenant si on fait appel à moi pour le match de l’ USMA la saison prochaine, je suis déjà partant. Ma décision est irrévocable. Il y aura, en principe, Yaïche, à la tête de la barre technique. C’est quelqu’un de compétent et je suis disposé à l’aider dans sa tâche au moindre signe”, conclut-il.

    Gaceb rassure
    La direction du MCA a réagi à la décision de Mekhazni, par le biais de Gaceb. “Je pense que c’est l’effet de l’euphorie. Mekhazni est avec nous jusqu’à preuve du contraire. Nous allons d’abord savourer cette victoire et puis nous allons voir ce qu’il y a lieu de faire. Une chose est sûre, c’est que nous allons prendre la meilleure décision pour le club”, assure-t-il. Pour sa part, le buteur de la rencontre et le désormais bourreau de l’USMA, Moussa Coulibaly, n’a pas retenu ses émotions à la fin de la rencontre. “Qu’importe qui a inscrit le but. L’essentiel est de gagner. La guigne nous a tellement poursuivie qu’elle nous a bloquée. Je dédie cette victoire à notre public qui s’est déplacé en masse aujourd’hui. J’espère que ce sera le déclic qui va permettre à notre équipe de retrouver sa place au classement”, nous a déclaré l’international malien.


    votre commentaire
  • MC Alger : alors que Chaâbane Lounès et son groupe reviennent
    Yaïche et Mekhazni à la barre technique

    La solution locale

    En l’espace de 24 heures, l’environnement du Mouloudia Club d’Alger a connu un changement radical dans sa composante dirigeante. En effet, une nouvelle équipe vient d’être installée pour gérer les affaires courantes de l’équipe première de football. Sa mission est d’extirper l’équipe mouloudéenne de la position qu’elle occupe en ce moment, à un point seulement de la zone de la relégation. La démission du président Sid-Ahmed Karcouche et de ses collaborateurs au sein de la section football a obligé les responsables du club de prendre la décision de les remplacer. À cet effet, nous venons d’apprendre que le membre du bureau directeur, Abdelhamid Zedek, assure désormais l’intérim au sein de la présidence de l’Association El-Mouloudia en remplacement à Karcouche. Un comité ad hoc vient d’être mis sur place pour gérer les affaires courantes de l’équipe première de football. Ce comité est composé de trois personnes : Chaâbane Lounès, Ahmed Gaceb et Saïd Boukerrou. Ce groupe chapeautera les autres membres de la section dans leur mission, à savoir Kamel Longar, Mourad Benslimane, Omar Gherib, Mehdi Aïzel et d’autres. De ce fait, c’est l’ancien bureau dirigeant qui revient à la charge avec comme tâche principale : sauver le Mouloudia de la relégation et préparer l’équipe dans les meilleures conditions pour la coupe de la CAF que le MCA est appelé à disputer dans les toutes prochaines semaines. “La mission n’est pas facile. Nous allons faire en sorte de sauver l’équipe qui se trouve dans une situation très difficile. Nous n’avons pas une baguette magique, mais nous ferons de notre mieux pour que l’équipe retrouve une position confortable en championnat. J’appelle les supporters au calme et qu’ils se montrent solidaires pour soutenir l’équipe en ces moments difficiles. La conjoncture nous impose de tourner la page du passé et ne penser qu’à l’avenir, et tout cela pour l’intérêt de l’équipe”, nous a déclaré Chaâbane Lounès.
    Par ailleurs, le membre de la commission ad hoc qui est appelé à gérer la section football du MCA, Chaâbane Lounès, nous a fait savoir que l’ex-entraîneur adjoint de l’USM Alger, Abdelkader Yaïche, vient d’être installé à la tête de la barre technique de l’équipe. Il sera épaulé dans sa tâche par l’entraîneur des jeunes catégories du club, Mohamed Mekhazni, qui a déjà pris les commandes techniques après le premier départ de Fabbro.

    Une information qui nous sera confirmée par le concerné lui-même : «J’ai été contacté par la direction du Mouloudia qui m’a proposée de prendre en charge l’équipe. Connaissant bien la maison, j’ai accepté cette mission, même si elle s’annonce difficile. Je travaillerai en collaboration avec Mekhazni que je connais bien, et l’entraîneur des gardiens. D‘ailleurs, je dois rencontrer ce soir les responsables du club afin d’aborder tous les aspects à même de nous permettre de commencer ce travail dans de bonnes conditions. Je peux vous dire d’ores et déjà que je serai ce lundi sur le banc de touche pour le match face à l’USMA; un club que je connais bien. Je tâcherai de tout mettre en œuvre afin de sortir le club du marasme» a-il déclaré.
    Compétition et Liberté

     

    MCA : Yaïche, nouvel entraîneur


    Le Mouloudia n'a pas mis beaucoup de temps pour trouver un successeur à l'entraîneur italien Enrico Fabbro. La nouvelle direction, à sa tête le président intérimaire Abdelhamid Zedek, a fait appel hier à l'ex-adjoint de Amrani à l'USMA, Abdelkader yaïche

    Le contact a été établi dans la mi-journée d'hier et tout a été réglé rapidement.
    Iaïche devait même rejoindre le groupe à l'hôtel Marsa, lieu de la mise au vert des coéquipiers de Badji, hier soir.
    Iaïche travaillera en étroite collaboration avec Mekhazni, sachant au passage qu'il avait déjà fait partie du staff technique du vieux club algérois du temps de l'entraîneur français Jeans-Paul Rabier.
    Son passage par la suite au RCK a été fortement apprécié, en ce sens qu'il avait raté l'accession de peu avec à la clé une élimination en quarts de finale de la coupe d'Algérie contre l'USMA.
    R. F.


    «Prêt à relever le défi»

    Nullement effrayé par la mission casse-cou qui l’attend, il promet de remettre le Doyen sur les rails et le sauver de la relégation.

    - On vous annonce officiellement à la barre technique du MCA, qu'en est-il au juste ?
    - Tout à fait. Chaâbane Louanès m'a contacté hier aux environs de midi. Je me suis entretenu avec les membres du comité adhoc et on est tombés d'accord. J'étais vraiment surpris par le fait que ces dirigeants me connaissent parfaitement.
    - Vous serez donc sur le banc de touche ce lundi lors du big derby contre l'USMA ?
    - Je ne sais pas si je pourrai le faire réglementairement. Il ne faut pas oublier qu'il me faut une licence pour être sur le banc de touche. Si j'obtiens cette licence, je serai bien évidemment sur le banc. Je serai en tous les cas avec l'équipe dès cet après-midi (entretien réalisé hier après-midi).
    - Le hasard veut que vous débutiez contre votre ex-club employeur, l'USMA, que vous connaissez parfaitement…
    - C'est le destin qui le veut. C'est vrai que je connais bien l'USMA, mais ce n'est pas un facteur déterminant. Tout dépendra de la volonté des joueurs. Ce sont eux qui seront sur le terrain. Le plus motivé aura le dernier mot.
    - C'est une mission casse-cou pour vous. N'avez-vous pas des appréhensions d'autant plus que l'on dit que l'équipe du MCA est minée de l'intérieur ?
    - C'est vrai que beaucoup d'entraîneurs n'auraient pas accepté cette mission, mais, moi, je n'ai pas hésité à donner mon accord aux dirigeants du MCA. Je suis conscient que c'est une mission très délicate, mais je suis prêt à relever le défi. Le Mouloudia renferme un effectif de qualité et je crois que le problème n'est pas d'ordre technique même si l'équipe a des failles sur le plan tactique comme toutes les équipes algériennes. Je suis convaincu que le problème est d'ordre psychologique. Je ferai tout pour redonner la confiance aux joueurs et provoquer le déclic que tous les Mouloudéens attendent. Je tâcherai d'être à la hauteur de la confiance placée en moi. Le MCA va rester Incha Allah parmi l'élite. Il faut y croire. Rien n'est encore perdu.
    - Vous aurez aussi un autre challenge, à savoir la Coupe de la CAF…
    - On en a parlé lors de ma rencontre avec les dirigeants du club. C'est un challenge intéressant. On sera Incha Allah à la hauteur.
    - Qu'en est-il de votre staff ?
    - J'aurais aimé ramener un adjoint avec moi, mais les dirigeants m'ont dit qu'il y a déjà Mohamed Mekhazni en place. Pas d'inconvénient d'autant plus que Mekhazni était mon élève.             
    L. O.


    votre commentaire
  •  

    Dar Khali Moh

    Battez-vous entre vous maintenant !

     

    C’est terrible ce qui arrive au Mouloudia. Vraiment terrible. Un cauchemar qui semble avoir mis le club en état de somnambulisme  et l’avoir  poussé du bord d’une falaise. Une chute libre qui a abouti à un impact inattendu face à cet «OS» d’El Ouenza. Le MCA s’est fracassé jeudi dans la seule épreuve qui pouvait lui sauver cette saison incroyablement pourrie. Et dire que les dirigeants du Mouloudia avaient affiché de grandes ambitions en début de saison. Le doublé…Tarrrrrrrrrr et re-tarrrrrrrrr ! Ceci pour ces déclarations pitoyables qui ressemblent plus à de la poudre aux yeux qu’à des promesses fondées sur un sérieux travail d’évaluation d’avant-saison. Promettre pour paraître. C’est plutôt cela la stratégie du début de saison. Floués, les Chnaoua n’en reviennent pas. Leur Mouloudia, ce double détenteur de la Coupe d’Algérie au palmarès et au prestige incommensurables, se fait balayer de l’épreuve populaire par une "minuscule" équipe d’Inter-Régions qui se bat contre la relégation de surcroît. Ce n’est pas vrai, on croit rêver tellement cela frise l’incroyable. Les dirigeants disent avoir tout tenté, sauf… la démission collective peut-être.

    Dar Khali Moh


    Remplacement de Fabbro par le plaisantin Thissen, avant de faire revenir le même Fabbro qui n’a rien pu rattraper à ce jour. L’histoire est, certes connue, mais il est toujours important de la faire rappeler à ses auteurs, tellement elle est révélatrice de la mauvaise gestion du club. Il n’est pas question de juger le travail des dirigeants du MCA dont la responsabilité leur a été confiée par l’AG. Mais force est de constater que les résultats ne plaident pas pour eux. La gestion des différentes affaires qui ont entaché l’honneur du Mouloudia depuis le début de saison sont encore là pour montrer les limites des capacités de la composante actuelle dont les qualités humaines et intellectuelles sont pourtant indéniables. C’est l’amalgame qui n’a pas pris. Et là, on n’y peut rien. La direction du Mouloudia vient donc de montrer les limites de la gestion passionnelle. De trop fortes personnalités gèrent et digèrent le Mouloudia. Tous les boss ont pratiquement un supérieur qui peut les contredire à tout moment et restreindre leurs manœuvres. Une hiérarchisation des esprits qui  a laissé libre court aux dépassements les plus dangereux entre clans opposés au sein de la même famille. L’exemple le plus frappant de cette guéguerre est cette pitoyable histoire de puce téléphonique entre Aïzel et les autres membres du bureau, révélatrice de la gravité des problèmes pourtant futiles qui gangrènent le Mouloudia. Les joueurs, qui vivent cela de l’intérieur, ont compris que désormais, les intérêts personnels passent devant ceux du club. C’est le cas de ceux qui ont menacé de boycotter les entraînements pour des histoires de sous sans dessous et ceux qui l’ont envoyé paître, au moment où l’équipe avait besoin de tous ses éléments. Bouguèche n’en a cure, lui qui  est allé voir s’il pouvait augmenter son capital dollars ailleurs, avant de revenir et de rentrer sans frapper. Comme on le fait chez Dar Khali Moh.

    Une seule victoire leur reste
    Non, le Mouloudia va trop mal pour le laisser s’embourber et s’enterrer de la sorte. Une réaction d’ensemble s’impose dans la semaine. On parle d’une assemblée générale extraordinaire élective ou d’un directoire pour assurer le reste du parcours. Pas trop mal pensé au vu de la gravité de la situation. Le MCA jouera sa survie parmi l’élite et rien d’autre. On est loin de ce doublé et des promesses de début de saison. Bien loin encore des attentes du peuple du Mouloudia qu’on a poignardé dans le dos. Un dos qu’on l’a obligé de présenter à force de cumuler les échecs et les humiliations. Cette dernière du genre est d’autant plus affligeante qu’elle survient devant une plus que modeste équipe issue d’un coin du pays que la majorité des Chnaoua découvraient pour la première fois. Le joker que constituait la Coupe d’Algérie qui sauvait la face depuis deux saisons a été piètrement utilisé. Le Mouloudia, qui espérait s’offrir un septième titre de champion qui le fuit depuis huit ans, se retrouve sans autre espoir que celui de voir ses meubles sauvés. Le MCA ne bat même plus les équipes de la division Inter-Régions, ce qui a dégoûté les supporters au point de nous appeler pour faire passer le message suivant : «Aujourd’hui qu’on sait que vous n’êtes même pas capables de battre El Ouenza, battez-vous donc entre vous et offrez-nous au moins une victoire cette semaine.» C’est peut-être par une telle victoire que viendra le salut du Mouloudia.


    Nacym Djender

     

    MC Alger. Du doublé au maintien

    Les objectifs tracés par le Mouloudia d’Alger en début de saison sont revus à la baisse.

    Si au départ le club algérois visait le doublé, il se retrouve aujourd’hui à faire le forcing pour assurer son maintien. Une situation que l’on croyait inimaginable à l’entame de la saison tant, sur le papier le Doyen présentait le meilleur effectif. Aujourd’hui, le club algérois présente les résultats que l’on sait pour aboutir à une véritable crise qui risque de faire date. Plusieurs dirigeants ont annoncé leur démission suite à cette humiliante élimination de la coupe d’Algérie face à une modeste formation de Ouenza qui évolue en Interrégions Est, et qui cravache dur, elle aussi, pour assurer son maintien. Entre l’équipe de Ouenza et le Mouloudia d’Alger existe une différence de plusieurs milliards de dinars mais cela n’a pas pour autant pesé sur le cours de la rencontre de coupe. Le Mouloudia est rentré bredouille d’un déplacement qui vient accentuer le malaise qui existe dans ses rangs. Des dirigeants veulent partir, d’autres ne savent plus quoi faire, l’entraîneur italien est sur le point de faire ses valises et a déclaré qu’il était « dégoûté » par cette élimination au point où il lui est difficile de boucler la saison, une section football qui saute en éclats, des joueurs qui dribblent plus avec l’argent qu’avec le ballon, etc. Bref, des tiraillements qui ne pouvaient qu’aboutir à une situation de crise alors que le club possédait tous les atouts pour faire de cette saison un parcours exceptionnel. Il n’en est rien puisque la formation mouloudéenne se contentera de sauver les meubles. Pour ce faire, une réunion était prévue hier soir afin de trouver les meilleures voies de sortie de crise à commencer par le maintien qui devient difficile à réaliser tant le moral de la troupe n’est pas au beau fixe. Le club algérois devra d’abord faire face au vide laissé par l’entraîneur Fabbro. Le staff technique devrait revenir au duo Meguelati-Mekhazri. Le président mouloudéen, Sid Ahmed Kercouche, qui avait annoncé dans un premier temps sa démission, semble revenir sur sa décision pour assumer ses responsabilités, sachant aussi que le club est appelé à participer dans peu de temps aux éliminatoires de la coupe de la CAF.

    A. H.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique